Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

LA TRIBUNE D' UN HOMME LIBRE, REVUE DE PRESSE NON-CONFORMISTE

older | 1 | .... | 211 | 212 | (Page 213) | 214 | 215 | .... | 245 | newer

    0 0

    Préparatifs de guerre pour la bataille d’Alep: la pire embuscade contre al-Nosra

    CrisesSyrie
     
    16
     

    syrie nosra_FN6

    Le front de la province sud d’Alep grouille de milices venues de toutes parts pour participer à la bataille décisive d’Alep. Une bataille qui devrait leur permettre d’occuper la totalité de cette province et surtout la ville même.

    Plusieurs médias ont fait état de préparatifs sans précédent observés dans les rangs des milices.

    Des Turcomans et des Oïghours

    Selon le journal libanais al-Akhbar, il est surtout question d’un grand nombre de miliciens turcomans du Parti Islamique Turcoman, soutenu directement par Ankara qui ont rejoint la campagne.

    Des centaines de ressortissants ouïghours, originaires de la province islamique chinoise figurent parmi eux. Ils sont positionnés pour le moment dans le village Bawwabiyé, situé à 2 km de l’autoroute international Alep-Damas.

    Ils ont occupé les maisons abandonnées par leurs habitants ayant pris la fuite, malgré le mauvais accueil qu’ils ont reçu de la part de ceux qui sont restés ils ne cessent de répéter « Nous sommes venus vous protéger », selon al-Akhbar.

    Le nombre des miliciens: un grand secret

    Autre évolution liée aux préparatifs : les chefs de combats de la milice « Jund al-Aqsa » dont des Syriens et de nombreux étrangers connus pour leur expertise militaire sont aussi arrivés sur les lieux en grand nombre.

    Le nombre des miliciens attroupés dans cette zone demeure la grande question. Il est gardé précieusement dans le grand secret mais semble être pour les observateurs sans précédent, indique al-Akhbar.

    Ceux venus de l’étranger sont passés par la Turquie. Leur moyenne d’âge est autour de 20 ans.

    Un nombre important de miliciens plus expérimentés sont venus de la province d’Idleb, occupée depuis 2014 par le front al-Nosra , Ahrar al-Sham et autre.

    Les conquérir avant qu’ils ne nous attaquent

    « Nous allons les conquérir avant qu’il ne nous attaquent », a déclaré al-Akhbar une source proche du front al-Nosra pour qui le but de cette campagne est double. D’un côté, il s’agit de restituer les régions qui ont été conquises par l’armée syrienne et ses alliés dans la province sud de la Syrie et de conquérir les quartiers loyalistes de la ville d’Alep. 

    De l’autre elle est défensive car elle anticipe toute bataille future que l’armée syrienne et ses alliés pourraient déclencher.

    Tandis que les miliciens du front al-Nosra investissent dans la bataille leurs meilleurs combattants, et s’exhibent de plus en plus portant les nouveaux armements qu’ils ont entre les mains, dont le plus médiatisé est l’anti aérien chinois FN-6, les observateurs ne semblent pas impressionnés pour autant.

    Les drones de l’armée syrienne ne quittent pas le ciel de cette région.

    Attaques du front al-Nosra torpillées

    Ces derniers jours, ce sont prés de 5 attaques menées par la branche d’Al-Qaïda et ses alliés qui ont échoué dans l’axe de Khan Toumane, à 10 km au sud-ouest d’Alep. 

    Pourtant, indique la chaine télévision panarabe al-Mayadeen des milliers de miliciens y ont été investis. 

    L’une d’entre elles a été torpillée avant même qu’elle ne soit lancée, et les tués et blessés se comptent par plusieurs dizaines dans les rangs du Nosra et compagnie, rapporte le journal libanais Al-safir, citant une source du front al-Nosra. Deux chars et trois véhicules quatre quatre y ont aussi été détruits.

    L’attaque se devait de mettre en exécution de nouvelles tactiques utilisées pour la premières fois par la branche d’Al-Qaïda, et qui aurait dû abouti à l’effondrement des rangs des forces régulières, et l’expansion des miliciens dans tout le sud d’Alep.

    La direction du front al-Nosra est sure d’avoir été trahie, et que ses plans ont été exfiltrés. « La précision du ciblage montre que l’armée syrienne était au courant des moindres détails du plan dont ceux qui n’étaient pas écrits sur du papier mais transmis oralement», rapporte al-Safir, citant une source d’al-Nosra. Ce dernier soupçonne certains de ses alliés qui ont, à sa grande surprise, refusé de participer à la bataille de Khan Toumane.

    Almanar | 21-04-2016

    Source: http://french.almanar.com.lb/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=299220


    0 0

    Officier de l’armée US : «Nous finançons les terroristes s’ils servent notre cause»

     
     
    5
     

     usa

    © Jonathan Ernst Source: Reuters

    Les bureaucrates de Washington sont payés à ne rien faire, aggravant l’insécurité dans le monde – et plus il y a de conflits, plus le marché des armes est important, selon l’ancienne lieutenant colonel de l’armée de l’air américaine Karen Kwiatowski.

    Une attaque, la plus meurtrière depuis 2011, a secoué Kaboul une semaine seulement après le lancement par les Talibans d’une offensive au début du printemps.

    La lutte contre les Talibans fait rage depuis 2001.

    Le Secrétaire d’Etat des Etats-Unis lui-même, John Kerry, a été la cible de tirs de roquettes des Talibans dans la capitale afghane samedi 16 avril. Cependant, les Etats-Unis ont déclaré que cette dernière attaque ne signifiait pas qu’il fallait abandonner les efforts pour établir un dialogue pacifique.

    RT : Malgré le récent carnage à Kaboul, le Département d’Etat des Etats-Unis souhaite inclure les Talibans dans le processus de paix. Cela ne contredit-il pas le prétendu refus de Washington de négocier avec les terroristes ?

    Karen Kwiatkowski (K.K.) : Dans une certaine mesure, oui… Une partie des Talibans travaille avec l’Etat islamique en Afghanistan, donc c’est vrai au sens propre et figuré du terme.

    Le gouvernement américain, lui-même, agit à bien des égards comme une organisation terroriste. Quand on dit qu’on ne négocie pas avec les terroristes c’est plus pour la télévision qu’on dit cela, quand les gens regardent les nouvelles chez eux le soir.

    Dans la vraie vie, lors des vraies négociations, honnêtement je ne pense pas que ça ait de l’importance. Si les terroristes sont du côté des Etats-Unis, non seulement on négocie avec eux mais on les soutient.

    Donc je ne crois pas à cet argument, qui fait partie de la politique étrangère américaine, selon lequel on ne négocie pas avec les terroristes. Nous finançons les terroristes si ces terroristes servent notre cause. On l’a bien vu ces 15 dernières années, au moins.

    Les Américains comprennent qu’on n’a aucune idée de ce qu’on fait dans la plupart des pays du Moyen-Orient. Ni en Afghanistan, ni en Syrie, ni en Iraq

    RT : Les Talibans ont ouvertement ciblé John Kerry. Mais les Etats-Unis veulent toujours établir un dialogue avec eux, qu’est-ce que cela veut dire ?

    K.K. : Je sais, quand John Kerry s’est rendu à Kaboul les Talibans l’ont visé. Faites attention au but de sa visite à Kaboul : il venait pour essayer de résoudre des problèmes au sein d’un gouvernement dont la création a été soutenue et facilitée par les Etats-Unis, et qui ne représente donc pas réellement le peuple.

    Il ne peut pas le représenter… Il ne sera jamais accepté, c’est un gouvernement externe, imposé et artificiel – et, bien sûr, il rencontre des difficultés.

    Toute cette histoire est liée aux échecs de la politique américaine, ce que la plupart des gens [aux Etats-Unis] reconnaissent. Mais ce que je ne comprends pas c’est qu’Ash Carter, Kerry et Obama ne le reconnaissent pas.

    Les Américains comprennent qu’on n’a aucune idée de ce qu’on fait dans la plupart des pays du Moyen-Orient. Ni en Afghanistan, ni en Syrie, ni en Iraq.

    RT : Les Talibans doivent être conscients de la bonne volonté de Washington. Les attaques comme celle d’aujourd’hui sont-elles une façon de dire aux Etats-Unis  «Non, merci, nous ne sommes pas intéressés !» ?

    K.K. : Je pense que les Talibans ont très clairement expliqué quel était leur but dans un article que j’ai vu sur CNN. Ils ont publié une interview avec les Talibans dans laquelle ces derniers disaient : «Nous prévoyons d’anéantir l’ennemi. Cela va être un travail de longue haleine, ce que nous savions déjà. Nous allons démoraliser les Américains. » En particulier les Américains car les Etats-Unis sont les premiers à soutenir ce gouvernement qu’ils ont créé dans cet Etat-nation qu’ils pensent – à tort – avoir construit à Kaboul.

    Donc les Talibans ont été très clairs quant à leurs objectifs. Ils prévoient de démoraliser et de vaincre sur le long terme l’occupant, ceux qu’ils considèrent comme l’occupant et le «gouvernement de Vichy» de Kaboul, qui, à leurs yeux, n’a aucune légitimité.

    Les problèmes du monde entier justifient les budgets et les missions des bureaucrates de Washington D.C.

    RT : Pourquoi le gouvernement américain ne comprend-il donc pas que ce qu’il fait ne fonctionne pas, et fait-il quelque chose d’autre pour régler les problèmes en Afghanistan?

    K.K. : De toute évidence, Washington D.C. n’a aucune idée ni de ce qu’il se passe sur place ni de la situation politique  en Afghanistan. Ils n’ont aucune idée de ce qui pourrait fonctionner. La solution du gouvernement américain est de transplanter un gouvernement qui lui est loyal, soit une pseudo-démocratie artificielle qui resterait là, statique. C’est de la pure folie.

    Pourquoi persévèrent-ils? Je peux vous donner plusieurs raisons à cela et je pense que vous les connaissez. Il y a beaucoup d’argent en jeu.

    Carter veut envoyer davantage de troupes en Afghanistan, davantage de troupes en Iraq, davantage de troupes en Syrie et il veut un plus gros budget pour combattre le terrorisme comme les attaques des Talibans. Les problèmes du monde entier justifient les budgets et les missions des bureaucrates de Washington D.C.

    Nous vendons des armes à pratiquement tout le monde. Plus il y a des conflits, plus il y a d’insécurité et plus le marché des armes prospère. Et je pense vraiment que les Etats-Unis n’ont aucun intérêt à réduire les récoltes d’opium qui sortent d’Afghanistan chaque année.

    L’argent généré par la vente de drogues, par la vente d’opiacés, en particulier en provenance de cette région du monde, finit blanchi et entre dans le système, devenant légitime. Une fois blanchi, cet argent profite à de nombreux gouvernements partout dans le monde, y compris aux Etats-Unis.

    Ils continuent de financer les bureaucrates de Washington et cela augmente l’insécurité dans le monde. Les membres du gouvernement américain ont énormément profité, ces 15 dernières années, de ce qu’ils ont fait en Afghanistan : ils se sont enrichis, les entreprises aussi, le budget du Pentagone n’a jamais été aussi important, et personne ne pose de questions au Congrès.

    Le Congrès donne son accord à toutes leurs demandes de financement.

    Ce sont les profits du gouvernement, et c’est le peuple afghan et les autres peuples qui vivent dans l’insécurité à cause de notre politique qui en font les frais.  Je ne porte pas de jugement, mais c’est comme ça que je vois les choses.

    RT: 22 avril 2016

    Source: https://francais.rt.com/opinions/19509-officier-americain-terroristes


    0 0

    Syrie, intervention russe. Daesh : début de débandade !

    mil mi-28 night hunter[1]

    Depuis quelques jours, vous n’entendez plus rien à propos des frappes russes en Syrie, dans les médias occidentaux.

    Des consignes strictes ont été imposées à ceux-ci : plus question de relater les victoires russes, cela mettrait à mal la propagande distillée pendant plus d’un an, par les forces « occidentales ». C’est bien la preuve d’une censure de nos médias.

    La réalité est que la Coalition bombardait daesh, juste pour maintenir la pression et pour démontrer à l’opinion publique qu’ils étaient le rempart contre les djihadistes, mais rien de plus. Car éliminer daesh, aurait aidé Bachar Al Assad.

    Or le régime d’Assad devait tomber. Cet allié des russes devait être éliminé.

    Le prétexte répété ad nauseam, était que Bachar était le barbare tuant son peuple.

     

    L’ensemble des occidentaux bienpensants omettant d’expliquer que la férocité, la barbarie, avait commencé par des boucheries perpétrées par les « rebelles » au régime syrien.

     

    Loin de nous l’idée de défendre un Bachar Al Assad, innocent et pacifique. Reconnaissons que le carnage se trouve autant du côté d’Al Nostra et des rebelles syriens qui font partie d’Al- Qaïda.

     

    Les médias occidentaux semblent frappés d’une amnésie grave à ce sujet.

    Pire, ils mentent effrontément pour servir des causes qui veulent la disparition des valeurs européennes.

     

    En même temps la gentille coalition fermait les yeux sur les crimes génocidaires des Turcs bombardant des Kurdes.

    Tout ceci est de la géopolitique, le citoyen occidental lambda n’a qu’une solution : avaler les mensonges ou omissions de nos médias subsidiés et vérolés par un bobo-socialisme atlantiste dont le seul crédo sont des choix politiques contraires aux intérêts des peuples européens.

    Au début la Coalition avait donné de la voix pour condamner les bombardements des « bons rebelles » par les Russes. Entendez les djihadistes rebelles syriens.

     

    La Russie a répliqué avec un humour noir extraordinaire : « Surtout ne vous en faites pas pour vos bons rebelles, nous ne lançons sur eux que des bombes très peu létales : elles font moins de morts et de blessés que les bombes classiques».

    Puisque les médias ne veulent plus vous informer sur la situation réelle, en Syrie et au Proche-Orient, nous vous dévoilons une nouvelle passée sous-silence par nos bons médias menteurs : Les Etats-Unis retirent leur porte-avions, « Theodore Roosevelt » du golfe Persique…..

    Est-ce le début d’un désengagement des USA, face à la montée en puissance russe ?

    Simple rappel : ce porte-avions abrite 65 avions de combats ….

    L’excuse officielle américaine : notre navire doit réaliser des réparations et des maintenances …. Cela tombe bien.
    Continuons sur les informations qui rendent neurasthéniques les chefs de l’OTAN et de la Coalition en général.

    Les bombardements russes opérés par des appareils ultra-performants que sont les Sukhoï plongent dans l’effroi les QG militaires de la Coalition, car les résultats sur le terrain sont patents.


    Peu d’experts ne connaissaient les performances de ces avions d’une efficacité hallucinante.

     

    Il y a encore mieux : les hélicoptères de combat MI24 HIND sont devenus la terreur absolue des combattants de daesh.

    Ces appareils sont dotés d’un armement exceptionnel, dotés de contre-mesures anti-missiles et déboulant sans prévenir sur les positions des djihadistes vitrifiant toutes les casemates et grillant sur place les combattants.

     

    La débâcle commence à l’Ouest de la Syrie.

    C’est tellement vrai qu’un mouvement se dessine au sein de daesh et d’Al Nostra : les combattants se rasent la barbe, suprême insulte au Djihad, et s’enfuient par milliers vers la Turquie et l’Irak.

    Certains sont déjà de retour, imberbes, en Lybie et en Tunisie.


    Dans six mois les Russes et leurs alliés Syriens auront expulsés daesh de Syrie, en laissant des dizaines de milliers de morts sur le théâtre des opérations.

    Restera tous ces déserteurs errants dans les différents pays du Moyen-Orient qui devront être éliminés par les différents pouvoirs.

     

    Les Russes sont des gens déterminés, nous en voyons les premiers résultats!

    JACQUES D’EVILLE

    https://siecle21.com/2015/10/20/

     

     

    Syrie: Sauve qui peut!

     Syrie: Sauve qui peut!

    Les frappes Russes en collaboration avec les troupes au sol syriennes déclenchent une panique générale en Syrie: L’armée régulière a arrêté plusieurs terroristes de l’Etat Islamique tentant de fuir, déguisés en femmes!

    Par ailleurs la Russie continue d’acheminer du matériel lourd en Syrie, à destination de l’armée régulière.

    Publicité
     
     
    O
    powered by
     

    Il est clair qu’une fois le terrain reconquis, Assad aura les moyens matériels de se faire respecter.

    On note d’ailleurs le grand silence des occidentaux qui doivent commencer à comprendre que leurs plans pour faire main basse sur la Syrie sont définitivement enterrés.

     

    avertissement:

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Précision concernant les photos d’illustration de l’article: L’information développée dans cet article m’est parvenue par certains canaux sur le terrain en Syrie.

    Souhaitant comme dans chaque article sur ce blog illustrer le texte avec quelques photos, j’ai donc cherché sur internet et ai choisi ces photos, prises en Afghanistan il y a quelques années.

    Cela n’enlève rien au fait que l’information donnée dans cet article est rigoureusement exacte, elle a d’ailleurs été donnée également par certaines agences officielles telles Sputnik ou Russia Today.

    https://jeanfouche.wordpress.com/2015/10/19/syrie-sauve-qui-peut/?

     

    0 0

     

     

    Les États-Unis violent le cessez-le-feu en Syrie et arment Al-Qaïda

    Publié par wikistrike.com sur 25 Avril 2016, 10:09am

     

    Les États-Unis violent le cessez-le-feu en Syrie et arment Al-Qaïda

    Le  7 avril 2016, Jane’s révélait que la US Navy Military Sealift Command avait lancé, en 2015, deux appels d’offres pour transporter des armes du port roumain de Constanta vers le port jordanien d’Aqaba [1]

     
     

    Les armes qui ont pu être identifiées ont été fabriquées en Bulgarie, ce qui confirme l’enquête précédente de Balkan Investigative Reporting Network [2] et la notre [3].

    L’appel d’offres a été remporté par Transatlantic Lines et effectué par le cargo Geysir (IMO : 7710733).

    La première cargaison a quitté la Roumanie le 5 décembre 2015 et a été livrée pour moitié à Taşucu (Turquie), et pour moitié à Aqaba (Jordanie).

    Elle se composait au total de 117 containers, pour 2 007 tonnes. Soit, outre des Kalachnikov et des mitrailleuses, environ 50 lance-missiles Faktoria, entre 796 et 854 missiles, et 162 tonnes d’explosifs.

    Le choix des missiles anti-tanks Faktoria s’explique par leur ressemblance avec ceux qu’utilisent l’Armée arabe syrienne, les 9K111 Fagots ATGW dont ils sont une version améliorée, de sorte que l’on puisse accuser celle-ci de divers crimes qu’elle n’a pas commis.

    On vient d’apprendre que la seconde livraison, qui était plus importante que la première, a quitté la Roumanie le 28 mars 2016 et a été livrée le 7 avril, c’est-à-dire le jour de la publication de l’article de Jane’s.

    Par conséquent, les États-Unis ont eux-même violé la cessation des combats signée le 12 février 2016. Ils ont profité de la naïveté de la Russie et de la Syrie pour réarmer les groupes jihadistes, exactement comme ils l’avaient fait, début 2012, durant la Mission d’observation de la Ligue arabe, puis durant celle des Nations unies.

    Les armes ont été remises par le Pentagone, soit directement, soit via l’armée turque, à des groupes qualifiés de « modérés », c’est-à-dire participant simultanément aux négociations de paix de Genève.

    Selon les observateurs sur place, y compris ceux qui sont opposés à la République arabe syrienne, ces groupes qui se coordonnent sur le champ de bataille avec Al-Qaïda, remettent systématiquement la moitié des armes qu’ils reçoivent à l’organisation terroriste internationale. Ce sont donc bien principalement les États-Unis qui arment Al-Qaïda, exactement comme ce sont les États-Unis qui ont principalement armé Daesh, notamment en 2014, en organisant « l’abandon » des armes qu’ils venaient de livrer à l’Armée irakienne.

    Source

    [1] “US arms shipment to Syrian rebels detailed”, Jeremy Binnie & Neil Gibson, Jane’s, April 7th, 2016.

    [2] “War Gains : Bulgarian Arms Add Fuel to Middle East Conflicts”, Maria Petkova, Balkan Investigative Reporting Network, December 21, 2015.

    [3] « Comment la Bulgarie a fourni des drogues et des armes à Al-Qaïda et à Daesh », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 janvier 2016.


    0 0

    Obama: "rétablir" le cessez-le-feu en Syrie, et y redéployer des troupes

     

    Barack Obama souhaite « rétablir » le cessez-le-feu en Syrie qui a replongé dans la guerre après huit semaines de trêve, et doit annoncer ce lundi à Hanovre l’envoi de soldats américains supplémentaires pour aider les rebelles syriens.

    En visite en Allemagne, le président américain doit confirmer ce lundi matin l’envoi en Syrie de militaires américains supplémentaires dont le nombre pourra atteindre 250.

    « Le président a autorisé une série de mesures pour renforcer le soutien à nos partenaires dans la région, notamment les forces de sécurité irakiennes ainsi que les forces locales syriennes qui luttent contre l’ISIL » (acronyme anglais de Daesh), a indiqué un haut responsable américain sous couvert de l’anonymat.

    http://www.bvoltaire.fr/breves/


    0 0

    “Mercenaires achetés par les dollars des pays du Golfe pour détruire la Syrie”

     
     
     

    A Genève où se tiennent les pourparlers de paix sur la Syrie, notre envoyé spéciale Faiza Garah a pu rencontrer le négociateur en chef du régime de Damas et ambassadeur syrien auprès de l’ONU, Bachar al-Jaafari, l’occasion d’avoir son point de vue sur l’opposition ou les oppositions, le terrorisme, la pensée Takfirie, les mercenaires étrangers, notamment thétchènes, et sur les décisions de l’Union européenne vis-à-vis de la Syrie.

    Dans ces négociations, l’opposition réclame une période transitoire et le départ du président Bachar al Assad. Est-ce que cette demande fera échouer les négociations ?

    Bachar Al-Jaafari, négociateur en chef de Damas :

    “Vous parlez d’une seule opposition, ceci sous-entendrait qu’elle représente toutes les oppositions. Si ces oppositions parviennent à un dénominateur commun, on pourra considérer que cette demande est acceptable.

    Mais toutes les oppositions n’adhérent pas à cette demande.


    Poser des conditions au préalable, c’est imposer l’impossible à l’art du dialogue et faire en sorte de mener ces négociations à l‘échec.

    Et puis, ceux qui réclament ce départ sont en train de suivre un agenda occidental, parce que l’exigence du départ de Monsieur le Président Bachar al Assad vient de l’extérieur.”

    Vous dîtes que les demandes de l’opposition viennent de l’extérieur, pouvez-vous préciser ?

    Bachar Al-Jaafari :

    “Cette patrie appartient à tous les Syriens, ni moi, ni personne d’autre n’a le droit d’offrir une partie de cette patrie à un autre pays.
    Il y en a certains dans l’opposition qui essayent de faire le jeu des Turcs en voulant créer une zone d’exclusion, une zone tampon dans le nord de la Syrie. Ceux qui la réclament, font le jeu des Turcs. Et les Frères Musulmans font la même chose en faisant le jeu du Qatar.

    Nous l’avons dit et redit plusieurs fois et ce, depuis le début de la crise. Il y a une ingérence extérieure dans les affaires syriennes.

    Les événements récents ont confirmé notre discours que tout le monde niait et refusait jusqu’ici.

    Aujourd’hui, il y a des rapports émanant du Conseil de Sécurité et adoptés à l’unanimité par le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la France et les divers pays alliés qui gravitent autour d’eux.

    Il existe d’autres rapports au Conseil de Sécurité qui confirment l’existence de trafics d’armes à travers les frontières jordaniennes et turques. Il y a aussi de la contrebande d’armes en provenance de la Libye qui transitent par le Liban jusqu’en Syrie.

    Aujourd’hui, on a des preuves sur tous ces problèmes en Syrie et qui confirment sans aucun doute qu’il existe une forme de terrorisme provenant de l’extérieur et financé par l’extérieur, dont on facilite l’entrée en Syrie.

    Est-ce que on peut considérer les milliers de Tchétchènes qui combattent dans les rangs de Daesh et d’al-Nosra comme une opposition nationale modérée ? Ce sont des étrangers ! Des mercenaires étrangers !

    Achetés par les sales dollars des pays du Golfe pour détruire la Syrie ! Il y a 80 000 mercenaires étrangers qui combattent dans les rangs de Daesh et d’Al-Nosra !”

    Qui encourage l’infiltration des terroristes en Syrie ?

    Bachar Al-Jaafari :

    “La pensée Takfirie est liée directement à la pensée wahhabite des Saoudiens. Uniquement.
    C’est pour cela que nous disons que les pays du Golfe sont impliqués dans l’effusion de sang syrien. Parce que ce sont eux qui ont fourni les bases de ce courant qui traite les autres musulmans de mécréants. Ce qui les autorise par conséquent à décapiter les autres.

    La pensée de Daech, c’est aussi la pensée wahhabite, car couper les mains, les bras et les têtes au sabre, c’est une tradition wahhabite d’Arabie saoudite.

    Ces groupes comme Deach (ndrl : Daech et Takfir wal Hijra) sont sur la liste des organisations terroristes, et il y a des Etats qui les financent. Aujourd’hui, ce n’est plus un secret pour personne que la Turquie finance Daech et facilite le passage de ces membres en Syrie.

    Et ce n’est plus un secret pour personne non plus que le Qatar et l’Arabie Saoudite financent le Front Al Nosra. Ils financent les entraînement et l’armement.


    Ça, ce n’est pas nous qui le disons, mais ça a été confirmé par le rapport du Conseil de Sécurité (de l’ONU).”

    Comment vous voyez l’avenir de la crise syrienne ?

    Bachar Al-Jaafari :

    “Nous sommes fiers de notre indépendance à prendre des décisions en tant que nation, et nous refusons toute ingérence.

    Notre seul ennemi, c’est Israël, et ce n’est pas parce que c’est Israël, mais parce qu’il occupe des territoires arabes, y compris un territoire de notre chère patrie : le Golan.”

    De quelle manière la trêve a-t-elle contribué à l’acheminement de l’aide humanitaire ?

    Bachar Al-Jaafari :

    “Le gouvernement syrien donne 75 % de l’aide humanitaire au peuple syrien. Toutes ces conférences dont on entend parler un peu partout à Londres, à Rome et à Paris sont en vérité des façades.

    Derrière, il y a une volonté de financer autre chose, non pas pour aider le peuple syrien à l’intérieur, mais pour maintenir les réfugiés à l’extérieur.”

    Comment l’Europe devrait traiter la crise syrienne selon vous ?

    Bachar Al-Jaafari :

    “Premièrement, il faut qu’elle arrête de s’immiscer dans les affaires internes syriennes.

    Deuxièmement, il faut lever les sanctions imposées au peuple syrien.

    Troisièmement, il faut rouvrir les ambassades européennes à Damas pour que les Européens soient témoins de ce qui se passe et non pas qu’ils prennent leurs informations des sources de l’opposition.

    Il y a beaucoup d’erreurs stratégiques que l’Europe a commises.

    Mais certains Européens ont refusé de jouer le jeu.

    L’ambassadrice tchèque est toujours à Damas, l’ambassade bulgare est toujours à Damas, l’ambassade de la Suède est toujours à Damas.

    On ne va pas mettre tous les Européens dans le même panier. `

    Parmi eux, les sages ont laissé leurs ambassades ouvertes.”

     


    0 0

    Romain Caillet

    Le « Monsieur Djihadisme » de BFMTV est un terroriste repenti fiché S !

    Télécharger en PDF et imprimer
     
    Email
     

    OJIM, Observatoire des journalistes et de l’information médiatique ♦

    Comme le révèle TéléObs, Romain Caillet, le « Monsieur Djihadisme » de BFMTV sait de quoi il parle en matière de terrorisme, et pour cause : il est lui-même fiché « S » depuis plusieurs années par les services antiterroristes !

    L’hebdomadaire, qui publie son dossier, fait état d’une enfance agitée et d’une conversion à l’islam dès 1997. À partir de 2005, il se lance dans l’étude du djihadisme. Pour ce faire, il part vivre en Égypte, en Jordanie, puis au Liban, d’où il est expulsé en mars 2015 pour « d’obscures raisons ».

    Si sa connaissance de l’histoire du djihadisme international est reconnue, ce qui explique son rôle de consultant pour BFMTV, son passé le rend beaucoup moins recommandable. D’après L’Obs, Romain Caillet intervenait, vers le milieu des années 2000, sur les forums islamistes sous le pseudonyme de « Colonel Salafi », et ne cachait pas ses positions radicales. Il vivait alors en Égypte et suivait les cours de l’institut Qortoba, fermé en 2005 car considéré comme une officine de recrutement djihadiste…

    Dans cet institut, ce dernier fréquentait les frères Clain, dont l’aîné, Fabien, est aujourd’hui un cadre de Daech et a revendiqué les attentats du 13 novembre pour le compte de l’organisation terroriste. En janvier 2008, Romain Caillet est interrogé, au cours d’une garde à vue, par la Sous Direction anti-terroriste. Au cours de cette entrevue, il déclare ne plus être d’accord avec les Clain car « depuis mars 2007, je ne suis plus pour le djihad parce que je m’oppose au fait d’entraîner des jeunes pour se sacrifier à mourir sans avoir acquis au préalable les bases de l’islam».

    Et celui-ci de considérer que « les dirigeants d’Al-Qaida sont des ignorants». Toujours dans les locaux de la SDAT, il fait part de ses regrets d’avoir participé à la propagande djihadiste : « J’espère ne pas avoir été la cause d’enrôlement de jeunes au djihad. J’ai essayé de réparer mes erreurs en postant [sur internet, NDLR] des repentirs publics.» Aussi, il confesse : « Quand j’étais djihadiste, je dormais mal la nuit en pensant aux attentats.» Par la suite, il changera de pseudonyme sur les forums islamistes et évoquera publiquement son changement d’attitude. Finalement, la justice ne retiendra aucune charge contre lui, mais classera néanmoins sa fiche dans la catégorie « S » ; une fiche toujours active aujourd’hui.

    Récemment, lors de l’enquête sur l’affaire Sid Ahmed Ghlam, qui avait tenté de commettre un attentat contre une église de Villejuif et avait assassiné une jeune fille, Romain Caillet a de nouveau attiré l’attention pour avoir été en contact, dans son passé, avec un Égyptien en relation avec le réseau terroriste. Dans cette affaire, il ne sera pas inquiété par la justice.

    Interrogé par TéléObs, ce dernier explique qu’il ne « désire pas évoquer (sa) vie privée ». Celle-ci ne l’a néanmoins pas empêché de devenir le « Monsieur djihadisme » de la première chaîne d’information de France… Malgré tout, dans ses analyses, estime L’Obs, il montre toujours « une tendance à éluder la connaissance personnelle qu’il a de certains djihadistes combattant aujourd’hui dans les rangs de Daech, «pour des raisons évidentes de sécurité et pour ne pas interférer avec leurs éventuels problèmes avec la justice, s’ils reviennent », explique-t-il »

     

    Grand remplacement : la preuve par Londres

     
    Sadiq Khan

    Grand remplacement : la preuve par Londres

    Télécharger en PDF et imprimer
     
     
     

    Jean Bonnevey, journaliste ♦

    Un fils de colonisés à la tête de l’ex capitale de Kipling.

    Il est présenté comme le futur premier ministre musulman par la presse française. Ce marqueur est moins souligné en Grande-Bretagne où on le fait plutôt le champion de la diversité ethnique, une sorte d’Obama municipal. « Yes we Khan » est un slogan bien trouvé mais une identité peut en cacher une autre.

    Ce qui est incontestable, c’est qu’un descendant de colonisés devient maire d’une ville de plus en plus cosmopolite et de moins en moins anglaise. Le symbole est fort. Qu’en aurait dit Kipling ?

    Ce qui se passe à Londres se passe partout dans le monde européen et plus largement blanc pour dire les choses comme elles sont. Les peuples colonisés, chez eux hier, sont devenus les immigrés d’aujourd’hui chez nous. La loi de la démographie transforme cette immigration de différentes natures en une immigration de peuplement et de remplacement, de substitution, en tout cas de submersion.

    On voit bien dans la réaction des médias en admiration devant le musulman pakistanais que c’est ce que souhaite la caste mondialiste et ses laquais de presse.

    Le changement parait irréversible. C’est d’ailleurs le thème du prémonitoire « soumission» de Houellebecq où le président français est un Sadik Khan de chez nous.

    Dans les deux cas cependant on remarque qu’on a affaire a des musulmans progressistes, féministes et favorables, du moins pour le britannique, au mariage homosexuel.

    Pour Daech et d’autres radicaux, ce Sadik Khan est en fait un apostat et donc une cible pour les vrais musulmans.

    En revanche s’ il n’y a eu qu’indirectement un vote religieux, il y a eu de toute évidence un vote ethnique. Tous les « coloured « qui le pouvaient ont voté avec les travaillistes convaincus pour le candidat issu de la diversité et des milieux populaires.

    Pour le parti travailliste étrillé par ailleurs dans les législatives, l’électorat étranger devient une carte indispensable. Encore que cette carte reste limitée aux municipales et pas distribuée à tous les étrangers.

    La Grande-Bretagne, qui l’a dit, n’a ouvert ce droit qu’aux citoyens du Commonwealth : un Ougandais ou un Indien peuvent donc voter, mais pas un Coréen ou un Sénégalais.

    On resté donc dans une perspective municipale et dans un contexte ex impérial. Le droit de vote aux étrangers dans les municipales entraîne la victoire des plus nombreux… les Français le savent bien, ils en ont la preuve par Londres.

    Quand aux blancs londoniens, les plus modestes ont voté pour le candidat travailliste sans tenir compte de ses origines pour son programme. Il faut bien voir que le candidat conservateur est une caricature d’une certaine oligarchie d’origine juive, ce qui a d’ ailleurs entraîné dans la campagne, avec des allusions islamophobes, quelques piques antisémites. Pour la dynastie Goldsmith, l’échec est cinglant.

     » Zac », 41 ans, très riche petit-fils de l’autre est passé par la prestigieuse école d’Eton, ce qui n’en fait pas le candidat le plus au fait des problèmes quotidiens des électeurs. Il a d’ailleurs eu du mal à se débarrasser de son image élitiste. Zacharias Goldsmith s’est ainsi montré incapable, pendant la campagne, de répondre à quelques questions simples d’une journaliste de la BBC sur Londres, comme le nom d’une station de métro, d’équipes de foot, ou l’emplacement d’un musée.

    On notera enfin que l’ancien maire de Londres est assez proche de Donald Trump par le style et que cela aussi est un enseignement. Boris Johnson ancienne star du football était le roi du dérapage lui aussi et du bras d’honneur au médiatiquement correct.

    Le contraire d’un Zacharias. Il a été maire 8 ans, tête de file du brexit et premier ministrable au cas où. Cependant il est remplacé par un travailliste pakistanais musulman. Cherchez l’erreur.

    Contre le grand remplacement mieux vaut donc un Johnson qu’un Goldsmith, cela aussi est une leçon de Londres.

    Source:  http://metamag.fr/2016/05/09/


    0 0

    TV Libertés lance Oxygène, son émission santé [ interview et vidéo ]

    OXGYÈNE

    10/05/2016 – 07H10 Paris (Breizh-info.com) – Les nouvelles émissions se multiplient sur TV Libertés, signe incontestable de la réussite et de la progression de la chaîne de la réinformation et de la dissidence.
    Nouvelle arrivée depuis la semaine dernière, Oxygène, présentée par Élise Blaise, émission qui traitera de la santé.
    Premier thème abordé : le cancer. Alors que le dépistage et la prévention du cancer seront, à la demande des parlementaires, la grande cause nationale de 2017, le système de santé français renferme un scandale : les essais thérapeutiques !

    Aux côtés du docteur Leborgne et de Carine Curtet, présidente de l’association Ametist et maman d’un adolescent décédé du cancer, Elise Blaise et le docteur Delépine examineront les dérives parfois mortelles de protocoles médicaux, qui peuvent donner le sentiment à certains malades d’être des cobayes.

    Entretien avec Élise Blaise qui nous présente sa nouvelle émission.

    Breizh-info.com : Pourquoi avoir lancé cette émission ?

    Elise Blaise : Les questions de santé sont primordiales et le prisme de la réinformation s’y prête à merveille. A l’heure où les politiques prennent le pas sur le bien commun, les scandales sanitaires s’enchaînent et malheureusement… se ressemblent souvent. Quand on sait que le Parlement Européen est occupé par plus de lobbyistes que de députés, on comprend vite qu’il se trame quelque chose… C’est ce « quelque chose », que nous allons essayer de dévoiler au grand jour au fil des numéros d’Oxygène…

    Breizh-info.com : Votre première émission frappe fort, en remettant en cause tout le processus médical lié autour du cancer. N’avez vous pas peur de subir les foudres de la médecine « officielle » ?

    Elise Blaise : Nous n’avons peur de personne, et c’est bien ce qui nous anime tous dans la « réinfosphère » ! Nous avons des priorités : informer notre public pour qu’il s’arme face au système. Le connaître, c’est le combattre !

    Par ailleurs, Oxygène n’a pas vocation à médire de tous les protocoles de la médecine traditionnelle, bien au contraire. Nous sommes là pour dénoncer ses dérives, de quelque ordre que ce soit, mais pas pour jeter le bébé avec l’eau du bain !

    Le docteur Nicole Delépine, qui m’accompagnera tout au long de l’aventure Oxygène, a d’ailleurs une longue carrière en oncologie pédiatrique…

    Nous ne poursuivons pas un but de « schisme médical ». Il nous apparaît simplement fondamental d’informer nos téléspectateurs sur un maximum de sujets pour qu’ils puissent faire leur choix en âme et conscience.

    Breizh-info.com : Quels sont les prochains thèmes que vous souhaitez aborder ?

    Elise Blaise : Je ne vous en dirais pas trop mais je suis sûre d’une chose, le numéro 2 d’Oxygène portera sur un sujet d’actualité qui ennuie de plus en plus le Ministère de la Santé ! Cette fois, tout le monde sera concerné d’une manière ou d’une autre.

    Breizh-info.com : Inviterez vous également des spécialistes de la Santé, représentant du système officiel ?

    Elise Blaise : Ma ligne est simple. Tout le monde a le droit de s’exprimer, mais je me réserve le droit de ne pas être d’accord ! Dans cette perspective, personne n’est exclu ! Il est certain que notre but essentiel est de donner la parole à ceux qui ne l’ont pas – ou peu – dans les media officiels, mais selon les thèmes, j’espère recevoir des personnalités « institutionnelles ». Il ne faut pas sombrer dans le manichéisme et l’on trouve des gens honnêtes partout ! Encore faut-il leur donner la parole. Et pour cela, comptez sur nous !

    Propos recueillis par Yann Vallerie

    Crédit photo : DR
    [cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

     

     


    0 0
  • 05/10/16--01:05: SECTARISME ET MILITANTISME !
  • lundi, 09 mai 2016

    SECTARISME ET MILITANTISME

    Mostra-291x400.jpg

    Pierre-Marie Bonneau Jeune nationcliquez ici

    « Sois radical, aie des principes, sois absolu, sois ce que les bourgeois appellent un extrémiste ; donne-toi sans compter ni calculer, n’accepte pas ce que l’on appelle la “ réalité de la vie ” et fais en sorte que tu ne sois pas accepté par cette “ vie ”, n’abandonne jamais le principe du combat. »

    Julius Evola

     

     

    Cette courte citation de Julius Evola (Rome 19 mai 1898 – 11 juin 1974) poète, peintre, penseur, philosophe et « métaphysicien » italien, mais surtout contre-révolutionnaire marqué par l’ésotérisme, souvent reprise mais plus rarement comprise, a nourri à l’encontre des défenseurs de la pensée politique fasciste l’accusation de vouloir étendre à tous les domaines de la vie celui de la politique. Il s’agit là d’une erreur fondamentale qu’il faut expliquer.

    Tout d’abord, il convient de poser la question de la définition du militantisme politique : est-ce un loisir ? Selon le dictionnaire, un loisir est « un temps libre dont on dispose en dehors des occupations imposées, obligatoires, et qu’on peut utiliser à son gré. » D’évidence, le militantisme politique n’est pas un loisir, puisqu’il peut s’imposer à chacun et surtout exiger de chacun tous les sacrifices. Alors est-ce une passion ? Toujours selon le dictionnaire, une passion est « un mouvement affectif très vif qui s’empare de quelqu’un en lui faisant prendre parti violemment pour ou contre quelque chose, quelqu’un », et même, dans la philosophie scolastique et classique, « ce qui est subi par quelqu’un ou quelque chose, ce à quoi il est lié ou par quoi il est asservi, par opposition à l’action. »

    Or le militantisme, et tout particulièrement le militantisme nationaliste, est action, parce que voulu de manière réfléchie. Le militantisme est la conséquence raisonnée du constat de l’état de déliquescence de la société française et procède de l’acceptation, voulue par celui qui s’y consacre, des sacrifices nécessaires au rétablissement d’une société pérenne et conforme à la tradition française. Il constitue pour chacun un impérieux devoir, c’est à dire, toujours selon le dictionnaire, une « obligation morale, considérée sous sa forme la plus générale. »

    Il consiste avant tout, pour nous, nationalistes, à mettre tout en œuvre afin que la France redevienne un territoire, non pas un terrain de camping, un drapeau, non pas un pavillon de complaisance, un visage, non pas un masque de carnaval. Pour cela, il exige de tous discipline, dévouement, courage et persévérance. Il se développe dans un cadre nécessaire à son efficacité, sans quoi il dégénère en un activisme aussi vain que désordonné. il obéit en quelque sorte au principe de triple unité du théâtre classique français, transposé à l’action politique : l’unité de doctrine, l’unité de direction et l’unité d’action.

    Il est le fruit d’une réflexion et relève de la raison, de cette faculté propre à l’homme, par laquelle seul celui-ci peut connaître, juger et se conduire selon des principes, par opposition à l’instinct. Le domaine de l’action militante, de l’action politique est donc nécessairement borné par celui de la politique elle-même, c’est à dire, dans ses trois acceptions classiques, de ce qui est relatif à l’organisation du pouvoir dans l’État, à son exercice, soit les institutions politiques, de ce qui est relatif à une conception particulière du gouvernement, des affaires publiques, soit les opinions politiques, les partis politiques, et enfin de ce qui est relatif à ceux qui détiennent ou qui veulent détenir le pouvoir dans l’État, l’exercer, soit les carrière politiques, les milieux politiques. Cela ne fait que reprendre la vieille locution issue de la traduction d’une partie d’un passage du Nouveau Testament (Marc, XII, 13-17; Matthieu, XXII,21; Luc, XX, 25) : « Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu » (En grec : Τὰ Καίσαρος ἀπόδοτε Καίσαρι καὶ τὰ τοῦ θεοῦ τῷ θεῷ).

    Ainsi, nécessairement, le domaine particulier de la foi n’entre jamais dans celui de la politique. Certains, à tort, voyaient le fascisme construire une doctrine globale pour un État totalitaire, dans lequel temporel et spirituel eussent été confondus. C’est cependant là une fausse interprétation que Mussolini lui-même, (Doctrine du fascisme) démentait : « L’État fasciste n’a rien de commun avec les états absolutistes d’avant ou d’après 89. L’individu dans l’État fasciste n’est pas annulé, mais bien plutôt multiplié… L’État fasciste organise la nation, mais il laisse cependant aux individus une marge suffisante, il a limité les libertés inutiles ou nuisibles, mais il a conservé les libertés essentielles.»

    C’est également ce que précise le Point VIII du manifeste nationaliste du PNF : « La loi doit garantir les libertés cultuelles pour autant que les activités religieuses ne portent pas atteinte à l’ordre public. »

    C’est enfin ce qui distingue une organisation politique, pour exigeante qu’elle puisse être, par souci d’efficacité et de réalisation du but poursuivi, d’une secte : les croyances de chacun appartiennent au domaine privé et tant qu’elles n’empiètent pas sur le domaine politique, public, elles n’ont pas à être contrôlées, censurées.

    C’est ce souci permanent, maurrassien, de distinction attentive et vigilante du domaine politique et du domaine religieux qui permet de considérer que la tradition française ne peut et ne pourra jamais accepter des religions d’importation ou d’influence massives récentes, qui, avant d’être un message de foi, sont des affirmations identitaires ou des projets politiques, parce que justement, foi et politique appartiennent à des domaines distincts.

    Qu’on le déplore ou non, c’est un constat : actuellement, après plus de deux siècles de politique anti-chrétienne et singulièrement anti-catholique, la tradition chrétienne est sécularisée au même titre que le corpus juridique et intellectuel gréco-romain, le vieux fond ethnique celte ou gaulois et l’influence franque et germanique.

    Nous pouvons considérer nécessaire pour la France sa rechristianisation et la dénonciation de la maçonnerie et autres sectes d’Anti-France, nous pouvons la soutenir, l’encourager. Cependant, cela ne relève pas du combat politique mais est du ressort de l’Église et de son clergé non renié.

    Ainsi, sauf à trahir involontairement la tradition politique française elle-même par un excès de zèle inquisiteur, sauf à dénaturer le message religieux en lui donnant une place qui n’est pas, dans la France éternelle, la sienne, l’organisation politique n’a à contrôler, dans un État nationaliste, chez le militant et chez tous, que la conformité, dans la vie privée, aux principes de normalité. Si les extravagances, les scandales, les perversions doivent évidemment être combattus, le mode de vie, la foi, doivent rester du domaine de la conscience.

    Seule doit être prise en compte, dans l’Amitié qui unit les militants, la sincérité de l’engagement politique : « venus de tous les horizons, la Patrie est notre raison. »

    source: synthèse nationale 

     


    0 0

    Arzano.

    Cent pour un toit incite les immigrés expulsables à rester en France

    repuidi

    10/05/2016 – 07H45 Redené (Breizh-info.com) – Cent pour un toit est une association loi 1901, basée à Redene.

    Son objet ? Venir en aide aux immigrés déboutés du droit d’asile.

    Or ces personnes  n’ont plus rien à faire sur le territoire français et devraient être expulsées.

    Ses statuts stipulent que l’association s’est constituée en 2015 pour « aider toute personne et/ou famille privée d’accès à ses droits fondamentaux tels qu’ils sont énoncés dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ratifiée par la France ; souscrire à l’affirmation qu’il n’y a pas d’étrangers sur terre et défendre la libre circulation des personnes ; s’engager à respecter les principes énoncés dans la DUDH ce qui signifie aider toute personne sur son territoire à accéder à ses droits fondamentaux (se nourrir, se loger, se soigner, s’éduquer etc.) ; constituer une force d’interpellation des pouvoirs publics sur l’insuffisance et le manque de logements ou d’hébergements, être aussi une source d’information des acteurs locaux et des citoyens ; ne poursuivre aucun but lucratif et agir sans distinction politique ou spirituelle.»

    Cent pour un toit –  association basée dans le pays de Quimperlé – affirme donc dans ses statuts que la France appartient au monde entier, puisque « il n y a pas d’étrangers sur terre »

    Elle veut constituer des groupes de cent personnes. Chacune doit mettre chaque mois un minimum de 5€ dans la caisse donateurs, soit 500 euros par groupe, pour prendre en charge un loyer, pour loger des immigrés clandestins.

    Des immigrés clandestins à qui la France permet, même en étant débouté du droit d’asile, de contester administrativement la décision.

    Un rapport de la Cour des Comptes de 2015 épinglait d’ailleurs la gestion par la France des déboutés du droit d’asile, puisque 96% de ces individus resteraient en France, au mépris des droits nationaux des citoyens français. Par ailleurs, le coût de l’immigration clandestine en France représenterait une charge annuelle de plus d’un milliard d’euros, comme l’a démontré Jean-Paul Gourévitch dans une étude menée pour Contribuables Associés.

    Depuis mi-2015, Cent pour un toit, qui ne compte que quelques dizaines d’adhérents pour le moment (et 212 j’aime sur facebook), a bénéficié de nombreux articles favorables dans la presse régionale subventionnée. Les bénévoles de l’association, parmi lesquels on retrouve notamment des membres de la Ligue des Droits de l’Homme, d’Emmaus ou de Diwan,  usent de leurs réseaux personnels ou professionnels et sollicitent municipalités et collectivités pour appuyer leur démarche.

    « Ce genre d’association contribue clairement à l’augmentation du sentiment anti-immigré » nous livre un proche de l’opposition au sein de la ville de Quimperlé. « Ils délivrent un message fort à ces personnes en leur disant : venez chez nous en toute illégalité, et nous nous battrons pour que vous restiez même si vous n’en avez plus le droit . Il faudrait qu’on arrête de mettre de l’huile sur le feu alors que les Français sont très partagés sur la question de l’immigration ».

    Elle a trouvé cependant des relais dans certaines équipes pédagogiques d’établissements scolaires catholiques.

    Celles-ci, en invitant l’association à débattre il y a quelques mois, ont rompu l’obligation de neutralité politique dans la vie scolaire.

    Crédit photo : DR
    [cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

    101991500-2.jpg

     


    0 0

    L’historien africain Achille M’Bembe confirme la réalité du Grand remplacement

    Achille Mbembe.
    Achille Mbembe.

    06/05/2016 – 06H00 Paris  (Breizh-info.com) –

    Guillaume Erner, l’animateur des matins de France Culture, avait invité mardi 3 mai l’historien Achille M’Bembe  pour parler de son dernier livrePolitiques de l’inimitié. La veille, celui qui se présente comme un disciple de Frantz Fanon et  de Michel Foucault participait au colloque  » Penser et écrire l’Afrique noire   » organisé au Collège de  France.

    Né au Cameroun, Achille M’Bembe est aujourd’hui professeur d’histoire et de sciences politiques à l’Université de Witvatersrand (Johannesbourg) et directeur de recherche au Witwatersrand Institute for Social and Economic Research (WISER) à Johannesburg.

    Au cours du journal de 8 heures, la présentatrice, Amélie Perrier, traite de la question des migrants en Europe. A ce sujet, elle questionne Achille M’Bembe :  » Ce drame des migrants, ça doit nous pousser à penser le monde différemment avec ces migrations qui deviennent énormes et incontournables?« 

    Achille M’Bembe  de répondre :  » Oui, disons qu’on assiste à un processus de longue durée, un processus de repeuplement du monde, ce processus va s’intensifier dans les années qui viennent. On va devoir vivre avec les migrations. On assiste à une poussée en ce moment, cette poussée va s’accentuer tant qu’on ne s’est pas attaqué aux causes structurelles .... »

    Amélie Perrier le relance :  » Et ces flux migratoires, ça questionne aussi notre humanité? » Alors Achille M’bembé se fait encore plus précis :  » Bien entendu, mais je veux me limiter au processus structurel en tant que tel. Les pays du nord vont continuer d’accuser une tendance au vieillissement. Dans 50 ans à peu près, une grande partie des habitants de la planète viendra de l’Afrique et de l’Asie. Tout cela va provoquer des recompositions majeures avec lesquelles il faudra vivre. La migration, elle est avec nous. Il est temps que l’on s’en accommode. »

    Réaliste, Achille M’Bembe a le mérite de voir le monde tel qu’il est. Lors de l’entretien conduit par Guillaume Erner qui suivit, ce sujet ne fût pas abordé.

    Il est vrai que le démographe  Hervé Le Bras, invité privilégié  de la radio, ne cesse de relativiser l’ampleur du mouvement…

    Crédit photo : DR
    [cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

     

     


    0 0

    Vive la guerre civile ?

     
    Guerre Civile Banlieue

    Vive la guerre civile ?

    Email
     

    Yves-Marie Laulan,  essayiste , économiste, démographe et géopoliticien ♦

    Une guerre civile est-elle inévitable ? Faudrait-il l’appeler de nos vœux ? Car une guerre civile aurait le triste mérite de clarifier une fois pour toutes le débat qui se joue en France au lieu de condamner la France à la mort lente par strangulation ou étouffement au travers de l’ inévitable islamisation de notre pays, processus qui est clairement en route et que rien ni personne ne semblent devoir arrêter.

    Rappelons qu’à un taux de croissance de 2 % , une population double en 35 ans, à 3 % elle double en 25 ans, à 3,5 % elle double en 20 ans . Ainsi le veut l’inexorable loi des intérêts composés qui commande l’évolution du volume d’une population dans le temps. Il s’agit , bien entendu, du potentiel de croissance de la population musulmane en France. L’islamisation gagne de proche en proche tel un cancer malin, toutes les cellules du corps social français. Et nul ne s’en soucie.

    Mais de quoi s’agit-il , comme aurait dit le général Foch ?

    On parle beaucoup de guerre civile ici et là devant les attentats répétitifs qui ont secoué la France l’an dernier un peu comme les enfants évoquent avec effroi des malheurs épouvantables pour se faire peur sans risque.

    Selon le dictionnaire, une guerre civile est un soulèvement armé qui oppose un État à une partie de la population décidée à prendre le pouvoir ou plus simplement déterminée à s’opposer au reste du pays pour de multiples raisons ethniques, religieuses, politiques, etc. Les motifs ne manquent pas. Tous les prétextes sont bons pour s’entretuer.

    Le motif principal est la haine de l’autre, celui d’en face, et la volonté de ne plus vivre paisiblement ensemble au sein d’un même pays, ou d’une même nation, ou d’un même territoire, associées au désir de tuer, de détruire , de faire souffrir.. Exactement l’inverse de la définition d’Ernest Renan sur « le désir de vivre ensemble » qui, selon lui, définissait l’appartenance à une même nation. Cette définition donne un guide pour comprendre le phénomène qui se donne libre cours en France. La communauté musulmane reste encore aujourd’hui un corps étranger au sein de la nation française.

    Devant les attentats meurtriers de l’an dernier, peut-on raisonnablement parler de guerre ?

    En fait, on voit bien qu’il ne s’agit que d’un abus de langage, comme ceux dont Emmanuel Valls est coutumier. On l’a entendu rouge, les traits crispés et les joues gonflées, parler de guerre pour faire peur et justifier au passage les manquements et les incapacités de son gouvernement en regard des crises spasmodiques meurtrières qui ont secoué le pays en 2015.

    En fait, ces attentats sont à la fois beaucoup plus que cela et beaucoup moins qu’une guerre civile. On ne peut pas dire que le pays soit en guerre le moindrement du monde. Le Marathon de Paris vient de prendre place le plus paisiblement du monde avec plus de 54 000 personnes dans les rues sans le moindre incident de parcours . Un climat de guerre civile ? Vous voulez rire.
    En revanche, les ingrédients d’une guerre civile larvée, une guerre à venir, sont clairement en place.

    En premier lieu , il y a la présence sur le sol national d’une importante communauté musulmane dont une fraction significative a clairement refusé l’assimilation au sens classique du terme (voir sur ce point les lumineuses analyses de Michelle Tribalat- Assimilation : la fin du modèle français, ed. du Toucan,2013) . Il faut entendre par là l’adoption des mœurs des us et coutumes de la plus grande partie de la population d’accueil , qu’il s’agisse du port du voile, de la viande hallal, mais aussi le refus d’attenter à la vie d’autrui, l’acceptation d’une justice égale pour tous, le respect du résultat des élections démocratiquement menées, en fait , tout ce qui fait le propre d’une société civilisée.

    C’est par pur aveuglement politique que les gouvernements successifs, depuis Valéry Giscard d’Estaing jusqu’à François Hollande en passant par l’ineffable Nicolas Sarkozy ont laissé se constituer, année après année, cette accumulation de personnes étrangères aux traditions françaises par la religion, l’ethnie , le langage , bref, en tout.

    Combien sont-ils ? Nul ne sait avec précision puisque le gouvernement, fidèle à la politique de l’autruche de rigueur dans notre pays, se refuse à autoriser la publication de statistiques ethniques ou religieuses. Mais les estimations se situent dans une fourchette allant de 4 millions (selon Michelle Tribalat) à 6 ou 7 millions selon d’autres sources (Jacques Dupâquier). Mais comment traiter convenablement un problème si l’on n’en connait pas avec précision les dimensions ?

    Mais il faut garder à l’esprit que ces communautés ont un taux de fécondité largement supérieur à celui de la population française dite de souche, en fait, presque le double (soit environ 1,6 enfant par femme pour les Français de souche contre de 2,5 à 3 enfant par femme pour les Maghrébins (4,2 pour les femmes d’origine africaine).En outre, les flux migratoires, qui n’ont nullement diminué,  comportent une importante fraction de Musulmans, au moins 50 % , sinon bien davantage. En conclusion, par le seul effet démographique (fécondité plus immigration) , la place relative des Musulmans dans la société française est arithmétiquement appelée à s’élargir, avec les conséquences que l’on peut imaginer à terme.

    Comment on en est-on arrivé là ?

    La classe politique a totalement manqué de courage et de lucidité en s’abandonnant avec bonheur à des concepts bonasses passe partout comme la « France, terre d’asile », France « terre d’accueil » etc. etc. Elle ne s’est jamais soucié de mettre en question la validité de ces slogans commodes portés largement par les « bobos » du monde diplomatique, de la politique et de la presse résidant pour la plupart dans le 6° et 7° arrondissements pour éviter des voisinages gênants pour eux-mêmes et leur progéniture. Les voisins encombrants, c’est pour la banlieue ou les arrondissements du nord de Paris. En France, la générosité c’est toujours pour le compte d’autrui.

    Ces concepts avaient l’immense avantage d’éviter à avoir à se poser des questions gênantes et à prendre des décisions difficiles. Tout est là, dans la lâcheté de la classe politique, de droite comme de gauche. Cette lâcheté a évidemment atteint son apogée avec le présent président de République qui rassemblait sur sa personne rotonde tout ce que la classe politique peut incarner de méprisable.

    L’homme qui, le soir même de son élection, allait nuitamment, toutes affaires cessantes, satisfaire ses pulsions avec la petite actrice du moment , puis d’échecs en reculades, qui s’est révélé totalement incapable de faire adopter une mesure de déchéance de la nationalité pour des Français qui assassinent d’autres Français . Et tout cela par manque d’autorité et de prestige. C’est le triomphe du mépris en politique. Malheureux de Gaulle ! Quel successeur pathétique l’histoire lui aura cruellement désigné.

    En fait, les candidats au terrorisme ont de beaux jours devant eux. Le seul dispositif efficace et encore pour la prévention est une police, il faut le reconnaître, remarquablement dévouée et motivée . La triste constatation est que le régime ne tient que par la police. Sinon il s’effondrerait sur lui-même. Le Général de Gaulle aura légué aux Français un système institutionnel qui tient debout par lui-même sans que rien de vivant ne vive à l’intérieur, comme dans une armure vide.

    Mais le reste ? Des politiciens mous qui ont peur de leur ombre , des institutions molles qui ne permettent pas d‘agir, des politiques molles qui ne règlent rien, des associations caritatives au grand cœur aux aguets du moindre manquement à la pensée unique et des Français , il faut bien le constater, qui sont loin d’être des foudres de guerre. Après ces atroces attentats de l’an dernier le mot d’ordre du jour n’était-il de s’amuser, par patriotisme, bien sûr, et de faire la fête comme si rien de bien grave ne s’était passé ? On ne peut mieux exprimer la médiocrité d’une époque et d’un peuple veule, adonné à la jouissance du moment. Du moment que ce sont les autres qui trinquent …

    Les Français sont clairement prêts à tout accepter pourvu qu’on ne touche pas au portefeuille et aux vacances . Ah, j’oubliai l’essentiel : la bouffe. Du reste , il n’y a qu’à voir le nombre d’émissions à la télévision, sur la cuisine, les petit plats, la façon de les préparer, bref, la bouffe. Pour le reste, les grands problèmes de l’heure, c’est l’affaire des autres. Faire une guerre civile dans ces conditions. Monsieur veut rire.

    Or c’est à une guerre civile larvée, une guerre à venir que nous avons à faire. Pour l’affronter il faudrait du courage politique et non des accommodements au jour le jour destinés à préparer l’opinion à l’inévitable triomphe de l’Islam sur la terre de France. A cet égard il est permis de considérer que l’islamophobie tant décriée n’ est en fait que le réflexe ultime de survie de la part de Français qui se savent condamnés à disparaître.

    Est-ce que le gouvernement actuel est en mesure d’ouvrir ce gigantesque chantier ?

    Surement pas , ne serait-ce que parce que le socialisme est, de fait , l’antichambre de l’islamisation, son compagnon de route (Immigration : la droite pourra-elle encore gagner ? Colloque de l’Institut de Géopolitique des Populations,13 avril 2013). Cela est d’ailleurs tout à fait normal car les immigrés musulmans votent massivement socialiste . François Hollande lui-même, cette caricature de président, a été élu avec 2 millions de voix des électeurs musulmans qui ont fait la différence. Les élus socialistes sont les obligés des électeurs musulmans. Cela créé des liens et des rapports de force. Il faudra donc attendre les changements d’équipe à venir.

    La bataille peut encore être gagnée à condition de l’engager dès maintenant. Cela passe par la volonté de juguler les sources de l’expansion démographique de l’islam en France. Mais il faut aussi engager la lutte pour la conquête de esprits sur le terrain à l’école, dans les mosquées, dans les cantines, sur les lieux de travail , en fait partout où aujourd’hui l’islamisme , et son frère jumeau, le salafisme, gagnent du terrain.

    C’est une immense cause nationale qu’ il faut entreprendre avec le concours de tous les Français.

    Sinon ce sera effectivement la guerre civile, et cette guerre- là, nous avons toutes les chances de la perdre.

    YVES-MARIE LAULAN, PRÉSIDENT DE L’INSTITUT DE GÉOPOLITIQUE DES POPULATIONS A ÉTÉ  PRÉSIDENT DU COMITÉ ÉCONOMIQUE DE L’OTAN ET  DIRECTEUR DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES DE CETTE ORGANISATION DE 1961 À 1965.

    0 0

    LA GUERRE EST UNE CHOSE TROP SERIEUSE POUR LA CONFIER A HOLLANDE ! (par l’Imprécateur)

    Share Button

    La France a rarement eu un président et un gouvernement aussi belliqueux. Qui sait, puisque la presse du gouvernement bien dressée n’en parle pas, que des forces françaises interviennent actuellement en Libye ? Mieux vaut être discret, c’est entendu. La dramatique défaite de 2011 a certes permis l’élimination de Muhammar Kadhafi. Elle fut un succès militaire sur ce point, bien qu’obtenir le lynchage du chef ennemi n’ait rien de glorieux. Pour le reste, ce fut une catastrophe politique et diplomatique majeure. Elle a abouti à détruire un état stable qui bloquait la migration africaine vers l’Europe pour le remplacer par un foutoir innommable dominé par Al Qaïda et l’OEI (Organisation Etat Islamique), lesquelles ne cachent pas qu’elles organisent et favorisent le départ vers les côtes de l’Europe méditerranéenne de centaines de milliers de migrants. Est-ce ce que voulait le gouvernement français ?

    L’Italie intervient de son côté en Libye avec un intérêt économique évident : protéger les exploitations pétrolières de sa compagnie nationale, l’ENI, qui d’ailleurs fonctionnent toujours et que convoitent les troupes de l’Etat Islamique en manque d’argent du fait de ses défaites en Syrie face à l’armée syrienne soutenue par la Russie. La Grande Bretagne et les Etats-Unis interviennent aussi, de façon très discrète, avec officiellement l’objectif d’aider à la reconstitution d’un état libyen stable, en réalité surtout pour contrer l’action des Italiens avec l’espoir de récupérer à terme les champs pétroliers qu’ils exploitent.

    La France agit depuis le Tchad d’où partent ses avions, officiellement pour surveiller les dunes du Nord-Mali, en réalité pour mener des opérations de renseignement en Libye où il n’y a plus aucune couverture radar aérienne. Les avions agissent aussi en appui des forces spéciales françaises qui sont sur le terrain et ont notamment aidé les troupes du général Haftar à reprendre Benghazi et Derna. La France fournit aussi, très discrètement, des équipements et des éléments d’entrainement aux troupes libyennes.

    Elle ne peut agir ouvertement, aucune des conditions nécessaires n’étant réunies faute d’accord international et de la concurrence que se livrent les différents acteurs potentiels. L’ONU veut éviter une nouvelle action OTAN, l’Italie – ex-colonisateur – a toujours de gros intérêts en Libye et essaie de constituer une alliance militaire (la LIAM) avec divers pays arabes et la Grande-Bretagne, l’Union européenne cherche surtout à bloquer l’immigration avec EU NAVFOR (connu en France comme « opération Sophia ») dont Angela Merkel a récemment vanté l’efficacité à Barak Obama.

    La France a pour objectif principal de rétablir une situation stable en Libye qui permettrait un contrôle du Sud libyen, foyer et refuge de toutes sortes de milices djihadistes qui déstabilisent les pays africains de la région sahélienne sous contrôle français. Ce contrôle est militairement assuré sur 5 pays (1) par l’opération Barkhane. Grâce à l’expérience et à l’efficacité de nos armées, c’est un succès sur le plan militaire, mais qui n’est pas garanti dans le temps. Si les militaires partent, les djihadistes musulmans qu’ils combattent reviendront aussitôt depuis le Nord-Nigeria ou le Sud-Lybie sans que les armées nationales locales, pourtant en grande partie armées et entrainées par les soins de la France et de l’ONU, puisse s’y opposer, comme on l’a vu au Mali après la fin de l’opération Serval.

    En réalité, il est illusoire de compter sur des forces étrangères, françaises ou autres, pour restaurer la sécurité dans le Sahel. « S’il est une leçon à tirer du fiasco occidental en Afghanistan, c’est que tôt ou tard, des forces étrangères sont perçues comme des forces d’occupation. Le véritable enjeu n’est pas, comme l’annonçaient les Américains en Afghanistan, de « tuer les méchants », mais de répondre au désespoir d’une jeunesse sans capacité d’insertion économique ou sociale, travaillée par un islam rigoriste, et dont les meilleures perspectives se situent, objectivement, non dans une agriculture marginale, mais dans les trafics illicites contrôlés par des groupes armés » (Serge Michailof,Africanistan, Ed. Fayard 2015).

    La question que le gouvernement français devrait se poser est : La présence continue de soldats français au Sahel est-elle un facteur de stabilité ? « Le Sahel est constitué d’une série de poudrières autour desquelles circulent des groupes brandissant des torches enflammées. L’armée française tente d’éteindre ces torches avec les petits moyens qui sont les siens : 3 500 hommes sur une superficie correspondant à six ou sept fois celle de la France« .

    Seuls des Etats nationaux fonctionnels pourraient restaurer la sécurité.
    Cela impliquerait de consolider ou de reconstruire non seulement les armées nationales mais aussi les gendarmeries, les administrations territoriales, les systèmes judiciaires. Or ces pays n’en ont pas les moyens et rien n’indique que leurs élites politiques en aient l’envie : « souvent corrompues, gérant leurs ressources humaines en fonction de critères ethniques ou clientélistes, payant leurs soldats de manière épisodique« . Depuis les indépendances il y a soixante ans, elles vivent fort bien de la misère de leurs peuples.

    Sans oublier la question démographique que personne ne veut examiner et qui, affirme Serge Michailof, va avoir pour résultat que « l’Afrique va se retrouver dans nos banlieues« .

    La presse élyséenne (autrement dit la presque totalité de la presse française) ne parle quasiment plus de l’engagement militaire français en Syrie dans le cadre de la coalition américano-saoudienne. Elle ne parle que des « exactions » que commettrait l’armée syrienne dans sa reconquête. Si l’hôpital d’Alep saute ou si un camp de réfugiés est bombardé, c’est forcément l’armée syrienne. La presse française ignore-t-elle que dans toutes les villes reprises à l’EI, que ce soit par les Kurdes ou les Syriens, les hôpitaux ont été retrouvés piégés aux explosifs par les djihadistes avant leur fuite ? À Palmyre, par exemple, ce sont les Russes qui sont en pleine opération de déminage de l’hôpital. Ignore-t-elle aussi que les « alliés » ont déjà commis plusieurs erreurs dans leurs bombardements et que selon deux rapport successifs de l’ONU ce sont les djihadistes d’Al Nosra-Al Qaida et ceux de l’EI qui utilisent du gaz moutarde pour attaquer le Syriens ? Cela s’est encore produit récemment à Deir Ezzor.

    En Syrie, c’est l’échec total ! La presse française avait pourtant raconté que nos Rafales, Mirages, et le Charles de Gaulle allaient sceller le sort de ce salaud de Bachar el Assad en trois coups de cuiller à pot. Hollande, Fabius et aujourd’hui Ayrault sont dans une ignorance dramatique des questions arabes. Elle ne risque pas d’être sauvée par l’inculture abyssale du personnel diplomatique français (2) qui, même quand il est compétent (car heureusement ça arrive), se garde bien, par sécurité professionnelle, de démentir les élucubrations des conseillers énarques de l’Elysée et du Quai d’Orsay. Il leur raconte donc ce qu’ils souhaitent entendre.

    On a oublié la Syrie heureuse, prospère, multireligieuse et multiculturelle d’avant la grande déstabilisation lancée par le lobby américano-saoudien qui voulait y faire un « printemps arabe » selon les Américains, « printemps islamiste » selon les saoudiens.

    En matière arabe et musulmane, les Américains sont tout aussi niais que les socialistes français. Ils n’ont pas vu ni compris dans quel piège les entrainait l’Arabie saoudite qui a deux objectifs : préserver sa richesse colossale et son pétrole, et exporter son idéologie, le wahhabisme ou islam radical, en Europe.

    En Syrie c’est la Russie qui commence à apporter la bonne solution : rétablir Bachar el Assad et son pouvoir laïc et socialiste.
    Le problème n°1 est que Washington est incapable de repenser le cadre stratégique de ses relations avec la Russie. « La cohérence semble la grande absente de leur politique au Moyen-Orient. En Syrie, les États-Unis adoptent une approche au coup par coup. Après l’échec avéré de la coalition à éradiquer l’État islamique, le fiasco du programme d’entraînement des rebelles pour renforcer des groupes modérés au détriment de groupes jihadistes soutenus notamment par l’allié saoudien, un pari sur l’opposition kurde visée par l’allié turc et une convergence ponctuelle avec les Russes pour favoriser une issue politique à Genève, les Américains font finalement marche arrière » (Revue Défense).
    Le problème n°2 est que Hollande et Fabius, aujourd’hui Ayrault, sont incapables d’autre chose que d’un suivisme stupide de leurs « alliés » américains et saoudiens.

    Obnubilés par la Chine et inquiets du rapprochement stratégique entre Moscou et Pékin, les Américains croient pouvoir le gêner – à défaut de l’empêcher – en  contrant systématiquement les Russes dans toutes les crises. Une politique de puissance portée par une vision stratégique à long terme aurait dû pousser Washington à apaiser les tensions avec Moscou pour jouer des oppositions dans la relation sino-russe.
    La politique à courte vue du président Obama ne peut aboutir qu’à prolonger les crises.

    La France est absente des négociations en cours sur la Syrie et elle a abandonné les chrétiens de la région : aucun écho médiatique à l’explosion de la grande église de Mossoul dynamitée par les djihadistes de l’EI le 24 avril, l’une des dernières encore debout (il y  avait 40 églises à Mossoul du temps de Saddam Hussein).

    Alors que la France accueille toujours plus de musulmans, les chrétiens syriens qui souhaiteraient se réfugier en France ne le peuvent plus et sont les seuls à être refoulés. Les visas ne sont plus accordés aux chrétiens et Bernard Cazeneuve justifie ce comportement raciste (3) par « des raisons de sécurité« . Il était également difficile de ne pas être écœurés en voyant le pape François baiser les pieds de douze « réfugiés » musulmans de trois familles musulmanes et les ramener au Vatican, ne prenant pas dans son avion de familles chrétiennes parce qu’« elles n’avaient pas les papiers en règle ».

    Et quoi encore, les chrétiens avaient les pieds sales ?

    L’Imprécateur

    Bannière 2016

    1 : L’opération Barkhane  a succédé le 1er août 2014 à l’opération Serval et mobilise quelque 3500 militaires en Mauritanie, au Mali, Niger, Tchad et Burkina Faso. Dix soldats français avaient été tués lors de l’opération Serval, déployée de janvier 2013 à juillet 2014 au Mali, sept militaires français ont été tués depuis le lancement de l’opération Barkhane qui a succédé le 1er août 2014. À leur lancement, le président Hollande affirmait que ces opérations ne dureraient que « quelques mois » : 17 morts pour la France, un coût élevé, et c’est loin d’être fini.

    2 : Il fallait que le représentant de la France à l’ONU et le personnel diplomatique français soient sacrément ignorants de l’histoire du Moyen-Orient pour voter une résolution UNESCO décrétant que le Mur des Lamentation n’est pas juif et appartient au patrimoine culturel musulman. Comme si l’on disait que la Sainte chapelle était à l’origine une mosquée.

    3 : le refus ou la critique de l’islam étant considéré par la loi française comme un acte raciste, il va de soi que si cette religion est définie comme une race par la loi, les autres doivent l’être aussi. Refuser des chrétiens est les accuser d’être porteurs d’insécurité est donc également un acte raciste.

    Share Button

    0 0

    Apostat Kabyle AK

    Viols et violence: les bienfaits de l'islam en Europe

    Le constat est établi de manière certaine: il y a une épidémie de violence, de viols et de pédophilie en Europe, une épidémie comme on n'avait jamais connu auparavant, concrétisée par la vague d'agressions sexuelles à travers l'Europe lors des fêtes du Nouvel-An 2016. Des agressions attribuées à des "hommes du Sud" et qui n'ont pas touché que l'Allemagne, mais aussi d'autres pays, notamment Norvège, Finlande, Suède et Autriche.

    Phénomène confirmé par un nombre impressionnant de rapports qui révèlent que la propagation et la multiplication de ces crimes en Europe prend bien une forme épidémique et que cette contagion est directement liée à l'afflux massif de migrants musulmans. Mais les dirigeants européens, y compris le clergé, la police et les médias traditionnels, continuent de nier la vérité sur ce qu'est vraiment la culture islamique et continuent de fermer les yeux sur la réalité du dogme musulman,  tout en refusant de reconnaître ce qui est pourtant devenu une évidence: un phénomène de société devenu ingérable.

    Si l'on constate que  des pays semblent touchés plus que d'autres, on peut supposer que c'est juste un problème lié à la liberté de la presse ou du moins, au fait que la presse de certains pays ne joue pas son rôle d'information et applique une sorte d'autocensure en taisant volontairement certains crimes. Pour ne pas attiser le sentiment d'insécurité et de défiance envers l'islam. C'est le cas en France, où les pouvoirs publics et la presse nationale ont essayé de cacher des cas de viol et de pédophilie dans les camps de Calais.

    On peut supposer également que, comme en Suisse, les femmes agressées n'osent pas dénoncer leurs violeurs, de peut d'être taxées de xénophobie: c'est seulement après la divulgation des vagues d'agressions sexuelles en Allemagne lors des fêtes du Nouvel-An 2016 que des Suissesses de Zurich ont osé parler et déposer plainte auprès de la police municipale. Lesquels flics zurichois se sont fendus d'un joli communiqué: "Ces femmes ont été agressées par plusieurshommes à la peau foncée". Ailleurs, on les appelle des "non-Européens", comme en Norvège. Toujours les mêmes euphémismes pour ne pas nommer par son nom le cancer qui ronge le monde...

    On peut imaginer également que, pour ces pays apparemment non concernés par les vagues d'agressions musulmanes, ce n'est juste qu'une question de temps: ce qui arrive aujourd'hui en Grande-Bretagne, en Allemagne ou dans les pays nordiques arrivera demain dans les pays latins et les pays du sud et du centre de l'Europe. En Grande-Bretagne, en Allemagne, dans les pays scandinaves comme en Autriche, le phénomène est devenu le problème principal. Un problème insoluble tant qu'on n'aura pas la volonté politique de faire le constat lucide qui permette d'identifier la vraie cause: l'islam.

    L'Autriche est à ce point frappée par une série d'agressions sexuelles commises par des réfugiés musulmans que l'adjoint au maire de Vienne a fini par admettre que "Cela ne peut pas continuer ainsi. Il doit y avoir un arrêt immédiat des réfugiés dans le pays et l'extradition de toute personne impliquée dans un crime. La sécurité des Autrichiens doit passer en priorité".

     

    Dans les pays du nord, Suède, Norvège et Finlande, cette épidémie a pris de telles proportions que certaines femmes blondes en sont arrivées à se teindre les cheveux en noirs et à sortir en groupes pour éviter d'être les cibles des musulmans. D'autres s'équipent de différents dispositifs anti-viol (alarme qui émet un son strident qui monte à plus de 100 décibels, sous-vêtements reliés à la police ou équipés de capteurs sensoriels et d'un circuit électrique qui délivre des décharges, tampon FemDefence équipé d'une broche pointue, préservatifs à épines "Rape-aXe", etc).

    La Suède est un bon exemple de ce à quoi le reste de l'Europe ressemblera dans quelques années: le pays a importé un très grand nombre d'immigrants musulmans avec des effets catastrophiques [1]. Il est par exemple deuxième dans le classement mondial pour les plus grand nombre de viols, juste derrière l'Afrique du Sud [2]. Alors que des statistiques indiquent qu'une femme sur quatre risque d'être victime d'agression dans ce pays, les autorités annoncent le lancement d'un programme d'éducation civique destinés aux demandeurs d'asile non-Européens et ainsi essayer de leur inculquer les normes sociales et sexuelles occidentales, dans une vaine tentative de prévention de la violence contre les femmes.

    Suède: crimes déclarés à l'échelle nationale


    La Norvège est elle aussi gravement touchée. Elle est devenue un pays de dhimmis par excellence: alors que les actes violents de toutes sortes se multiplient, la responsable de la société privée qui gère 40% des centres d'accueil pour réfugiés trouve des circonstances à ces comportements bestiaux:"Il n'y a pas de code culturel unique pour dire ce qui est un bon ou un mauvais comportement parce que nous voulons une société libre", a-t-elle déclaré, ajoutant: "On doit être tolérants vis-à-vis d'attitudes qui peuvent être considérées comme immorales par certaines normes traditionnelles ou religieuses".

    La porte ouverte à l'instauration de la charia et à son cortège de bienfaits, comme la polygamie et le mariage des gamines à partir de 10 ans. Il faut bien être compréhensifs et indulgents avec ces pauvres malheureux en manque de sexe car venus sans leurs épouses [3], non?

     

    Tandis qu'en Allemagne, la police a enregistré 208.000 crimes commis par les migrants en 2015, dont 85.000 cas de vol, 36.000 cas de vol avec violence et 1.700 agressions sexuelles. Rien que durant les fêtes du Nouvel-An 2016, la police a enregistré 460 plaintes pour viol.

    Bien entendu, la plupart de ces attaques n'ont pas été rapportées par les médias traditionnels. Et quand ils ne peuvent pas faire autrement que de traiter ces informations, ils les présentent comme des "actes isolés" et non comme un phénomène de société directement lié à la culture islamique et au dogme musulman.

    Quant aux musulmans eux-mêmes, après les vagues de viols qui se sont produites à Cologne lors des fêtes du Nouvel-An 2016, on aurait pu penser qu'ils auraient compris la leçon: ce qui est une tradition chez eux [4] est une perversion immorale et surtout un délit aggravé en Europe. Et que, contrairement à certains pays musulmans où la pédophile et le viol sont des actes anodins ordinaires, en Europe, ces agissements sont des actes criminels. Mais pas du tout: le musulman ne peut pas admettre que ses mœurs puissent être des actions répréhensibles. D'ailleurs, comment le lui faire comprendre, quand toute la littérature islamique, coran en tête, encourage ces actes qui sont pour nous tous, non-musulmans, immoraux et abjects? Car ces agissements, c'est le prophète de l'islam lui-même qui a encouragé à les accomplir, des actes auxquels il s'est lui-même adonné durant la deuxième partie de sa "prophétie", une fois installé à Médine en 622:

    - Mahomet prit Aïcha, fille de son ami abu-Bakr as-Siddik, pour troisième épouse en 659, elle était âgée de 6 ans; il consommera ce mariage trois ans plus tard, à Médine.

    - Lors de ses innombrables ghezwas (razzias), lui et ses compagnons avaient l'habitude d'abuser sexuellement les femmes qui leur tombaient sous la main: considérées comme butin de guerre, elles étaient violées puis généralement vendues aux marchés aux esclaves. Quelques-unes, plus chanceuses si l'on peut dire, finirent mariées à des musulmans, à l'exemple de la princesse juive Saffiya bint Huhay, détenue comme esclave par Mahomet après la bataille de Khaybar avant qu'il n'en fasse sa onzième épouse [5].

    Aujourd'hui en Europe, la tradition mahomédienne se perpétue, peut importe que ce soit illégal ou non. Car pour l'islam, les lois d'Allah et de son prophète prévalent sur toutes les lois humaines, a fortiori les lois des mécréants.

    Un fait important à retenir: toutes les agressions ne sont pas signalées. Probablement parce que les victimes sont culpabilisées ou ont honte, ou encore elles ont peur de passer pour de vulgaires racistes. En tout état de cause, les statistiques et les enquêtes faites à ce sujet sont bien en deçà de la réalité. C'est ainsi qu'en France, une enquête a démontré que le viol est un crime minoré, voire banalisé et que seule une victime sur dix ose porter plainte.

    ***********************************
     

    La crainte de viol par les migrants se propage donc à travers l'Europe. Dans certaines villes, les femmes n'osent plus sortir le soir. Le phénomène prend une telle ampleur que les services d'État chargés de garantir la sécurité des personnes sont dans l'incapacité totale de pouvoir assurer leur rôle.

    - En Allemagne, un lycée de Pocking (Bavière) a interdit aux jeunes filles de porter des vêtements décolletés et des minijupes, le gymnase de l'école ayant été transformé en centre d'accueil pour 200 réfugiés syriens. Tenues vestimentaires jugées suffisantes pour provoquer les musulmans, attiser leur appétit sexuel, les exciter et leur donner des envies incontrôlées.

    - En Suède, même les petites villes ne sont pas épargnées: à Kalmar, localité du sud du pays peuplée d'environ 36.000 habitants, neuf femmes ont été victimes d'agressions sexuelles durant la nuit du Nouvel An 2016. Du coup, à défaut de faire fonctionner la justice du pays, les Autorités ont émis des avertissements aux femmes pour qu'elles se méfient des attaques potentielles; mais si l'État ne peut rien, que peuvent-elles faire en tant que femmes, à part se cloîtrer ou adopter la tenue charia-compatible, à savoir le tchador ou la burqa? Au pays des Vikings...

    - Toujours en Suède: à l'issue d'agressions sexuelles répétées, la police d'Östersund (commune du centre de la Suède, peuplée d'à peine 50.000 habitants) a fait savoir que la sécurité des femmes ne pouvait plus être assurée en ville. Depuis le 20 février 2016, huit femmes avaient été agressées sexuellement ou violées. On leur conseille donc d'éviter toute sortie nocturne, même accompagnées.

    - En Finlande, la police dit que, selon des informations qu'elle détient, ces attaques sont coordonnées. Par qui et dans quel but? Déstabiliser les sociétés occidentales? Elle ne le précise pas.

    - Le chef de la police de Vienne conseille aux femmes de ne pas sortir seules dans les rues.

    - Wolfgang Albers, chef de la police de Cologne, a été relevé de ses fonctions pour avoir manipulé l'opinion publique à propos des agressions sexuelles du Nouvel-An 2016. Ce qui ne semble pas avoir de grandes conséquences, puisqu'on continue de mentir aux Allemands: la police persiste à couvrir les musulmans en falsifiant ses documents, sur ordres du Ministère. Ainsi, le mot viol est banni des rapports et "la pénétration du doigt n'est pas du viol"!

     

    I Petit récapitulatif non exhaustif de quelques faits survenus depuis février 2016 dans une Europe qui s'enrichit chaque jour un peu plus grâce au multiculturalisme:


    - Norvège, 12 février 2016:
    Un garçon de trois ans a est violé par "plusieurs personnes" dans un centre de réfugiés de Stavanger (troisième ville de Norvège).

    - Belgique, 12 février 2016:
    Six Irakiens dansent et chantent pendant le viol collectif d'une fille de 17 ans,qui a fini par s'évanouir.

    - Allemagne, 19 février 2016:
    Plus de 300 agressions sexuelles ont été enregistrées rien que durant le mois de janvier 2016, les plus jeunes des victimes ne sont âgées que de 3, 5, 6, 7, 8, 9 et 10 ans.

    - Allemagne, 4 mars 2016:
    Le parc aquatique Arriba de Norderstedt a été le théâtre de deux agressions sexuelles par des migrants. Ce fait est survenu quelques jours après que deux filles avaient été molestées par des migrants afghans. La direction du parc aquatique a été forcée de recourir à l'application de la charia, qui consiste à séparer les hommes et les femmes et à interdire aux hommes et aux adolescents l'accès aux toboggans à certains moments de la journée. Cette application de la loi islamique dans le Lander de Schleswig-Holstein intervient quelques jours après que la police ait arrêté deux Afghans demandeurs d'asile et auteurs d'agression sexuelle contre deux autres jeunes filles sur les toboggans.
    Le parc aquatique avait également été la scène d'une autre attaque sexuelle sur quatre filles l'été dernier.
    Aujourd'hui en Allemagne, on voit fleurir des panneaux qui essayent d'apprendre aux musulmans à dompter leurs instincts primitifs et leur enseigner les règles de base de la vie en société et comment se comporter dans le monde civilisé. On a l'impression que le pays a fait un voyage dans le temps: retour à l'âge des cavernes!

    - Allemagne, 5 mars 2016:
    Les espaces publics sont devenus de plus en plus périlleux pour les femmes et les enfants. La violence sexuelle a grimpé en flèche depuis qu'Angela Merkel a permis l'arrivée de plus d'un million de migrants musulmans. Les crimes sont minimisés par les autorités, apparemment pour éviter d'alimenter des sentiments anti-immigration.
    On s'attend au pire avec le retour des beaux jours: les filles et femmes vêtues autrement qu'en tchador, c'est-à-dire normalement, en jupe ou en robe, seront des proies potentielles: "Au moment où ils [les musulmans] voient une jeune femme portant une jupe, ils croient qu'ils ont un laissez-passer". Car c'est bien connu: les femmes de l'Ouest sont des traînées, justes bonnes à être violées dès qu'elles mettent le nez dehors.

    - Allemagne, 8 mars 2016: h
    Nouvelles attaques contre de jeunes enfants par des gangs de sexe à Cologne, malgré le scandale des viols commis durant les fêtes du Nouvel-An 2016.
    L'islam ne considère pas monstrueuse la pratique de la pédophilie et considère le viol des non-musulmanes comme un acte normal, voire un acte de haute moralité, puisqu'il a été pratiqué par Mahomet en son temps.
    Dans une piscine de Cologne, la ville des attaques du Nouvel An 2016, une gamine de 12 ans avait été agressée sexuellement par six migrants. Ils l'ont abordée d'une manière décrite comme "indécente".
    De sérieuses questions sont posées au responsable de cette piscine, qui avaient pourtant promis deux semaines seulement auparavant qu'il allait enquêter sur ce problème après la plainte d'un père de deux autres filles, âgées de 10 et 12 ans, victimes elles aussi de "mauvais traitements" [sic].
    Il ne s'agit pas de "cas isolés" puisque de nombreuses autres tentatives ont été répertoriées dans le pays.

    - Allemagne, 12 mars 2016:
    "Cologne était juste la partie émergée de l'iceberg, Cologne, c'est tous les jours".
    La police allemande a banni le mot "musulman" de son vocabulaire et utilise des termes tels que "sudistes" (südländer), ou "hommes à peau foncée" (dunkelhäutig, dunklere gesichtsfarbe, dunklem hauttyp) ou "couleur de peau du sud" (südländische hautfarbe) pour décrire les criminels.
    Les autorités du pays sont accusées de minimiser l'ampleur réelle du problème en supprimant des informations sur les crimes liés aux migrants, avec comme raison invoquée "un manque d'intérêt public". Comme si les Allemands se désintéressaient totalement de savoir que leurs mères, femmes et filles risquent le viol dès qu'elles sortent de chez elles...
    Voir aussi cette vidéo sur Berlin:
    "Ce qui est arrivé à Cologne n'est rien par rapport à qui se passe ici tous les jours".
    L'une des sociétés les plus ordonnées et les mieux organisées du monde descend lentement vers le chaos [6]. Les crimes se passent ouvertement, dans la rue et il n'y pas assez de policiers pour y faire face. Les criminels se sont rendus maîtres de pans entiers de la capitale allemande.

    Mama Merkel victime de son flot de migrants...


    - Suède, 4 avril 2016:

    Deux "enfants réfugiés non accompagnés" mis en examen en janvier pour viol aggravé sur la personne d'un jeune garçon du centre d'accueil d'Alvesta, se sont révélés être beaucoup plus âgés qu'ils ne prétendaient l'être [7]. L'un d'eux, un Afghan qui affirmait avoir 15 ans, a écrit sur Facebook qu'il avait en réalité 44 ans. La procureure Emma Berge a dit qu'une radio des dents de l'autre suspect avait également révélé un âge largement supérieur à 18 ans. Selon l'accusation, les deux hommes ont attiré leur victime dans une zone boisée et l'ont violée tout en filmant leur méfait avec un smartphone. L'inspection des affaires sanitaires et sociales a demandé à la municipalité d'expliquer comment elle avait pu autoriser un enfant à partager une chambre avec des adultes.

    - Finlande, 15 avril 2016:
    Des migrants posent avec leurs "petites amies" préadolescentes sur les médias sociaux. Les parents de ces jeunes filles sont autant criminels, sinon plus, que les pédophiles musulmans car les familles de certaines de ces filles ont été contactées, elles n'ont apparemment rien trouvé d'anormal: "Ils sont justes amis, il est normal pour les adultes d'appeler les jeunes filles "mon bébé", de dire qu'elles sont belles et qu'ils les aiment".

    - Royaume-Uni, 19 avril 2016:
    Un migrant syrien de 17 ans participe à un viol collectif qui aurait duré trois heures. Il était arrivé au Royaume-Uni seulement 15 mois avant l'attaque. Encore un musulman qui ne savait pas qu'il est interdit de violer des non-musulmanes en Occident...

    - Grèce, 27 avril 2016:
    "Des choses étranges se produisent ici ... Les jeunes enfants sont violés dans les salles de bain".
    Les autorités grecques enquêtent après de nombreux rapports qui font ressortir l'extrême violence et la multiplication des agressions sexuelles parmi les migrants.

    - Autriche, 28 avril 2016:
    Une série d'agressions sexuelles musulmanes frappe l'Autriche.
    Une femme de 27 ans a été sexuellement agressée par un homme décrit comme "Arabe"à un arrêt de bus dans le village de Grinzing, en périphérie de la capitale Vienne. Pantalon baissé et préservatif à la main, il l'a pourchassée, en répétant: "sexe, sexe, sexe".
    Lors d'une autre attaque, c'est une fille de 19 ans qui a été suivie dans les toilettes où elle a été agressée par un homme qu'elle décrit comme un "étranger".
    Une autre fois, c'est un demandeur d'asile en provenance d'Afghanistan qui a traîné une étudiante de 20 ans dans la rue, en plein jour et essayé de la forcer à des rapports sexuels. Les cris de la jeune femme ont alerté les passants qui ont fait fuir l'agresseur. Il a été arrêté par la suite, mais, après avoir été interrogé, il a été libéré sous caution (!).

    - Allemagne, 2 mai 2016 (vidéo):
    Une gamine de 7 ans victime d'un gang de 5 violeurs musulmans. Elle a été violée brutalement par cinq hommes décrits comme Arabes, dans le centre d'accueil pour réfugiés de Bahrenfeld, un des 104 quartiers (stadtteil) de Hambourg.



    - Autriche, 3 mai 2016:
    Une étudiante turque victime d'agression sexuelle à Vienne.
    La femme de 21 ans aurait été suivie dans les toilettes de la gare de Praterstern (gare principale de Vienne) et agressée par trois assaillants âgés de 16-17 ans. Elle a ensuite été découverte par un ami, blessée et couchée au sol.

    - Autriche, 5 mai 2016:
    La vague de viols et de criminalité atteint l'Autriche. L'article détaillé de Soeren Kern expose quelques-uns des méfaits dus à la religion d'amour et évoque aussi le laxisme de la justice: les juges sont généralement indulgents envers ces criminels au motif qu'ils ne "connaissent pas les lois du pays" et en outre, un règlement européen interdit leur expulsion s'ils risquent la peine capitale dans leur pays.

    ***********************************
     

    Le multiculturalisme et les migrants musulmans, une chance pour l'Europe? La réponse est dans ces vidéos. Ainsi donc, si vous avez une mère, une épouse, une petite amie ou une sœur, un conseil: mettez-vous aux sports de combat, pour pouvoir les défendre des agresseurs musulmans, comme on le voit dans cette autre vidéo:


    Ne comptez que sur vous-même, car comme on le constate dans la vidéo, ce qui fait aussi la force de l'islam, c'est la passivité et l'impassibilité de vos concitoyens: vous pourriez vous faire étriper ou égorger que pas un seul ne fera le moindre geste pour essayer de vous porter secours, alors qu'en face, la Oumma islamiya est soudée et solidaire. À méditer.

    Malheureusement, les sociétés occidentales commencent de plus en plus à ressembler à des parodies de civilisations, et ce n'est pas seulement à cause de l'afflux massif de musulmans. Même si, n'en déplaise au pape François [8], l'afflux de musulmans s'accompagne toujours de désordre social d'abord, suivi de désastres et de guerres.

     

    II L'islam et la sexualité, par le psychologue Nicolai Sennels

    Comme l'a écrit Nicolai Sennels [9]l'islam pervertit la sexualité de ses adeptes. Dans son analyse, il ajoute:

    "L'aptitude à s'ouvrir à l'amour et à la sexualité librement et généreusement entre l'homme et la femme est la base sur laquelle repose la santé mentale. Tant que les femmes ne sont pas considérées comme égales dans la culture musulmane, les hommes musulmans et la société musulmane resteront arriérés sur le plan psychologique. À ce niveau humain fondamental, l'islam et la psychologie culturelle musulmane peuvent être très malsains pour le développement humain. La conclusion est donc que le résultat de cette psychologie est que les agressions sexuelles sont répandues de manière inquiétante parmi les musulmans".

    Nul besoin d'être psychologue ou sociologue pour comprendre que la culture musulmane a transformé les adeptes de Mahomet et leur a fait adopter des attitudes et des comportement anormaux vis-à-vis des femmes. Aucun homme normal ne saurait jamais envisager des relations sexuelles avec une femme majeure sans son consentement et, circonstances aggravantes, en la droguant, en la battant ou en la menaçant. Encore moins avec une mineure, forcément contre son gré [10].

    Mais quand il s'agit d'homme drogués au coran et à la charia depuis leur plus tendre enfance, on ne peut pas raisonner suivant les mêmes critères. Les références ne sont plus les mêmes, ni la moralité. Ceux qui admettent que les femmes sont inférieures aux hommes (coran, 4:34), qu'elles doivent se couvrir pour ne pas risquer d'offenser les hommes ou de les exciter [11], qu'elles ne doivent pas montrer leurs cheveux pour ne pas passer pour des prostituées, qui admettent que le mariage avec une gamine de 12 ou 13 ans n'est pas de la pédophilie et que les femmes otages de guerre peuvent être violées, ces hommes ne sont pas des hommes normaux.

    La vision primaire [12] qu'ont les musulmans des rapports entre hommes et femmes fait très logiquement d'eux des délinquants sexuels. À cause de l'islam, à cause de Mahomet.

    III Conclusion

    Est-ce que l'apport massif de musulmans en Europe, un apport qu'on prétend être enrichissant [13], sera vraiment enrichissant ou apportera pour le moins un désordre social et une régression culturelle? Est-ce que c'est la seule solution qui s'offre à l'Europe, est-ce le futur proche du monde occidental? Ou bien est-ce que cet afflux massif de gens qui rejettent en masse les valeurs occidentales finira par générer des multitudes de conflits et/ou guerres ethno-religieuses? Est-ce qu'il y a compatibilité entre la civilisation musulmane et la civilisation occidentale? Est-ce qu'il y a possibilité de coexistence pacifique durable entre ces deux types de société? Questions inévitables, à laquelle il faudra apporter des réponse rapides. De ces réponses dépend l'avenir des enfants et petits-enfants européens.

    Concernant particulièrement les relations hommes-femmes, l'Europe a un choix capital à faire: soit réaffirmer l'égalité entre les hommes et les femmes, soit accepter la charia. Il ne peut pas y avoir simultanément et au même endroit deux modes de vie et deux conceptions radicalement opposées sans que cela ne dégénère tôt ou tard.

    L'absence totale de discussion sur l'islam, sur les incompatibilités entre la démocratie et la charia, sur le djihad et le terrorisme, sur la place de la femme dans la société, équivaut à nier l'évidence la plus criarde. Nier l'évidence et refuser de lier l'islam et Mahomet à toutes les violences, haines, injustices qu'il véhicule et qu'il génère équivaut par exemple à refaire l'Histoire de la révolution culturelle chinoise sans jamais faire aucune référence au maoïsme et à Mao. Aveuglement criminel que les futures générations d'Occidentaux paieront forcément très cher.

    ***********************************


    Le monde musulman est misogyne, les musulmans sont de grands frustrés sexuels, leur dogme est centré sur le sexe. À tel point qu'on a vu des viols publics en plein jour place Tahrir au Caire, lors de ce qu'on a appelé à tort le "printemps arabe". À tel point également que même les récompenses promises par Allah dans son paradis sont de nature essentiellement sexuelle: "des houries aux grands yeux, éternellement vierges", ainsi que "des éphèbes obéissants et éternellement jeunes". Il n'est donc pas étonnant si les musulmans se comportent de manière bestiale dans tout ce qui est en rapport avec la sexualité. La faute en revient à Mahomet. Un peu de lecture en plus:


    Le monde arabo-musulman, enfer du harcèlement sexuel des femmes


    Le monde arabe hait les femmes


    Kamel Daoud : "Le verdict d’islamophobie sert aujourd’hui d’inquisition"


    Le sexe, l'islam et le corps des femmes


    Migrants : l'épidémie de viols s'étend à l'Autriche


     
    ***********************************


    [1] Lire l'article de The Muslim Issue du 8 mais 2016 qui dresse la liste impressionnante mais probablement non exhaustive des bienfaits apportés avec eux par les migrants musulmans rien qu'en une seule semaine.

    [2] Si les pays musulmans ne figurent pas en tête de ce classement, c'est uniquement parce que les agressions sexuelles dans ces pays ne sont pas répertoriées et sont, selon la charia, des actes répréhensibles pour les femmes, qui sont même condamnées pour cela dans certains pays. Pour l'islam, quand une femme se fait violer, c'est à cause de son attitude provocatrice. Les femmes victimes de viol font ainsi tout ce qu'elles peuvent pour garder le secret à cause de la awra (la honte) et d'un fort sentiment de culpabilité. Elles ont aussi peur des conséquences tragiques possibles: avouer avoir subi une agression sexuelle expose la femme musulmane à être victime d'un "crime d'honneur" de la part de sa propre famille, pour "laver l'honneur de la famille" (lire les huit posts que j'ai écrit à ce sujet, intitulés "Crimes d'honneur" et classés de 1/8 à 8/8.

    [3] Petit rappel: les vagues de migrants musulmans qui se sont abattues sur l'Occident sont composées à 75% d'hommes, 13% d'enfants et 12 % de femmes, chiffres officiels du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR).

    [4] Coutumes qui ont pour origine les pratiques de Mahomet et de ses compagnons, comme le confirment les narrations des hadiths sahih [tradition authentique]. Des pratiques considérées comme immorales par la plupart des humains mais par pas les musulmans. Deux de ces hadiths:

    - "Ô envoyé d’Allah! Nous avons eu des rapports avec nos captives et nous voudrions ne pas en perdre de la valeur. Que penses-tu du retrait de la verge au moment de l’éjaculation ? Le prophète d'Allah répondit: Pratiquez vous donc ce procédé? Eh bien, il n’y a aucun mal à ce que vous agissiez ainsi, car il n’y a pas une âme qu’Allah a destinée à exister qui ne sortirait du néant qui n’en sorte effectivement" (hadith sahih rapporté par al-Bukhari).

    - "Nous combattions contre les banu Fazara [...]. J’ai vu un groupe de personnes composé de femmes et d’enfants, je les ai emmenés. Parmi eux, il y avait une vieille femme et sa fille, qui était une des plus belles d’Arabie. Je les ai conduits jusqu’à Abu Bakr qui me donna la fille comme récompense. C’est alors que nous sommes rentrés à Médine. Je ne l’avais pas encore déshabillée quand le messager d’Allah me rencontra dans la rue et dit: - Ô Salama, donne-moi cette fille! Elle me plait. Je dis: - Messager d’Allah, elle me plait aussi. Je ne l’ai pas encore déshabillée! Le lendemain, le messager d’Allah me vit dans la rue: - Ô Salama, donne moi cette fillle! Allah bénisse ton père. J’ai dit: - Elle est pour toi, je ne l’ai pas encore déshabillée." (hadith sahih rapporté par Muslim).

    Lire aussi le chapitre "Femmes captives, butins de razzias et butins de guerre" de mon post "L'islam, ce n'est pas ça"? L'islam, c'est quoi, alors? .

    [5] L'épisode Saffiya bint Huhay apporte lui aussi un éclairage particulier sur l'immoralité de Mahomet. Voici les faits, résumés très succinctement:

    Parmi les vaincus de la bataille de Khaybar, il y avait Kinana ibn al-Rabi, chef de la tribu juive des banu an-Nadir. Sa femme, Saffiya bint Huhay était elle aussi captive. Mahomet demanda qu'on torture Kinana ibn al-Rabi pour qu'il avoue où était caché le reste du trésor de la tribu dont une partie avait été trouvée par les musulmans. Récit de la mort du mari, par al-Bukhari: 
    "Alors il alluma un feu avec un silex et lui brûla la poitrine jusqu’à ce qu’il soit presque mort. Ensuite, l’apôtre d'Allah le livra à Muhammad ibn-Maslama qui lui trancha la tête".

    Le soir-même, celui que les musulmans considèrent comme "l'être le plus parfait de la Création" prit Saffiya bint Huhay pour onzième épouse, après avoir fait exécuter les mâles de sa famille. Récit, par al-Bukhari:
    "La ville avait été prise de force, on rassembla les captifs. Dihya se présenta alors et dit: -Ô prophète d’Allah, donne-moi une des femmes captives. - Va prendre une femme, lui répondit le prophète. Et Dihya prit Saffiya bint Huhay. Alors un homme vint trouver le prophète et lui dit: -Tu viens de donner Saffiya bint Huhay, princesse des banu Quraïza et des Banu Nadir, à Dihya. Or cette femme ne convient qu’à toi seul. -Qu’on les amène tous deux, répliqua l'envoyé d'Allah. Quand on les eut fait venir tous deux et que le prophète eut vu Saffiya, il dit à Dihya: -Reprends une autre femme parmi les captives. Le prophète, ayant alors affranchi Saffiya de sa captivité, la prit pour femme".

    [6] L'Allemagne de Merkel n'a pas fini sa descente vers le chaos, même financièrement. La première puissance économique d'Europe a prévu de dépenser 6 milliards d'euros en 2016 pour gérer l'arrivée massive des réfugiés: 3 milliards à la disposition des Länder et 3 milliards à la disposition du gouvernement fédéral. Sans oublier que le gros de la facture sera assumé par les Länder, qui ont prévu de consacrer 17 autres milliards d'euros aux réfugiés pour cette année 2016. Autant dire une misère...
    À l'échelle européenne, c'est pire encore: l'UE cache soigneusement la multitude des problèmes sociaux, sécuritaires et financiers liés aux migrants. Et également les dépenses supplémentaires que va nécessiter la surveillance de ces surplus potentiels de djihadistes. Tous les rapports qui sortent des instances européennes sont, selon l'expression consacrée, "blanchis à la chaux" et arrivent à la même conclusion: "les migrants sont une chance pour l'Europe et un bienfait futur pour l'économie"... Puisqu'on vous dit que "Tout va très bien, madame la Marquise"...

     

    [7] Selon la loi suédoise, les enfants mineurs sont prioritaires pour l'attribution du statut de réfugié et de tout ce qui en découle (logement, allocations, accès aux soins et autres aides sociales). Ce que les migrants ont vite compris et beaucoup d'entre eux, des adultes qui se déclarent sans papiers, se font enregistrer comme mineurs pour pouvoir bénéficier de ces avantages. Il semble que l'administration suédoise ne soit pas très regardante, puisqu'elle a accordé ce statut à des hommes visiblement âgés de 40 ans ou plus. Lire «Refugee Children» invade Sweden ("«Les enfants réfugiés» envahissent la Suède") .

    [8] Lors de son voyage à Cuba, le pape a déclaré que "S’humilier, c’est toujours bâtir un pont. Et c’est cela, être chrétien: bâtir des ponts avec les autres, jamais des murs".

    [9] Lire aussi son article "L'Islam: cause de «toilettage d'enfants» et des vagues de viol"

    [10] L'islam interdit de marier une femme sans son consentement. Mais comment obtient-on le consentement de la femme vierge (donc à fortiori d'une fille mineure)? La réponse a été donnée par les deux grands savants de l'islam que sont al-Bukhari et Muslim qui ont rapporté ce hadith:
    "D'après Abou Houraïra, le prophète d'Allah a dit: «On ne marie pas la femme qui a déjà connu le mariage sans lui demander son consentement et on ne marie pas la femme vierge sans lui avoir demandé la permission». Ils ont dit: «Ô messager d'Allah! Comment obtenir sa permission?» Le prophète d'Allah répondit: «Par son silence»".

    [11] Lire "Mets ton voile, sinon tu pourrais être violée".

    [12] Les musulmans ont en effet une vision très primaire, voire psychopathique, de la sexualité. Vision poussée à l'extrême, au point de développer un attachement quasi-obsessionnel à tout ce qui touche à la "pureté de la femme" (de la femme musulmane, bien entendu) et qui fait que les femmes doivent fournir un certificat de virginité avant le mariage.  C'est ce qui est exigé par exemple par les Codes de la Famille au Maroc ("al-Modawanah") et en Algérie ("Qanoun al-Ousra").

    [13] Mama Merkel: "Je suis persuadée que si nous nous attaquons aujourd'hui à la charge formidable que représente l'afflux et l'intégration d'un si grand nombre de gens, cela représentera une chance pour nous demain".


    0 0

    09/05/2016

    Le nouveau Bureau Politique et le nouveau Conseil National du PDF

    Le Bureau Politique et le Conseil National du Parti de la France

    DIRECTION


     
    • Président : Carl LANG
    • Président d'honneur : Roger HOLEINDRE
    • Vice-Présidente : Martine LEHIDEUX
    • Secrétaire Général : Thomas JOLY
    • Trésorier : Myriam BAECKEROOT

    BUREAU POLITIQUE

    • Gilles ARNAUD
    • Myriam BAECKEROOT
    • Christian BAECKEROOT
    • Michel BAYVET
    • Michèle CARAYON
    • Xavier CODDERENS
    • Sylvie COLLET
    • Frédéric DELPLACE
    • Christophe DEVILLERS
    • Jean-Claude FRAPPA
    • Nicolas GOAS
    • Réjeane GUIDON
    • Bruno HIROUT
    • Roger HOLEINDRE
    • Thomas JOLY
    • Guy JOVELIN
    • Jean-Marie LEBRAUD
    • Sabrina LE CORRONC
    • Fernand LE RACHINEL
    • Martine LEHIDEUX
    • Eliane MARCO-GIMENEZ
    • Matthieu MAUTIN
    • Eric PINEL
    • Jean-Claude ROLINAT
    • Jean-Pierre REVEAU
    • Dominique SLABOLEPSZY
    • Valéry VANBATTEN
    • Jean-François VENDEVILLE
    • Jean VERDON
    • Olivier WISSA

    ELUS AU CONSEIL NATIONAL

    1. Guillaume AGUILLE
    2. Bernard ALLAIN
    3. Gilles ARNAUD
    4. Christian BAECKEROOT
    5. Myriam BAECKEROOT
    6. Etienne BAUVOIS
    7. Michel BAYVET
    8. Michelle BEAL
    9. Olivier BIANCIOTTO
    10. Dominique BIRY
    11. Huguette BOUGRO
    12. Michel BOUGRO
    13. Michèle CARAYON
    14. Jacques CHASSAING
    15. Xavier CODDERENS
    16. Sylvie COLLET
    17. Marie-Thérèse COUCHARD
    18. Philippe COURTOIS
    19. Dominique DE LAPRADE
    20. Gérard DEGRAVE
    21. Monique DELEVALLET
    22. Frédéric DELPLACE
    23. Pierre DEPLANQUE
    24. Thomas Dolores DEPLANQUE
    25. Christophe DEVILLERS
    26. Louis DOUCET
    27. Quentin DOUTE
    28. Jean-Paul FELIX
    29. Tristan FLINT
    30. Nadine FOURNARD
    31. Jean-Claude FRAPPA
    32. Nicolas GOAS
    33. Réjane GUIDON DORE
    34. Jean-Pierre GUIDON
    35. Marie-Anne HAAS
    36. Bruno HIROUT
    37. Roger HOLEINDRE
    38. Thomas JOLY
    39. Guy JOVELIN
    40. David LANGER
    41. Jean-Marie LEBRAUD
    42. Sabrina LE CORRONC
    43. Martine LEHIDEUX
    44. Christophe LEHOT
    45. Benjamin LEMATTE
    46. Fabrice LENGELE
    47. Fernand LE RACHINEL
    48. Daniel LUCAS
    49. Alain LYON
    50. Joêl MALMAISON
    51. Eliane MARCO – GIMENEZ
    52. Katell MAUTIN
    53. Matthieu MAUTIN
    54. Pierre (de) MONTLIVAULT
    55. Dominique MOREL
    56. Franck PECH
    57. Florence PERDU
    58. Pierre-Elie PHEULPIN
    59. Eric PINEL
    60. Jean-Pierre REVEAU
    61. Jean-Claude ROLINAT
    62. Dominique SLABOLEPSZY
    63. Serge THOMES
    64. Franck TIMMERMANS
    65. Dominique TOUZOT
    66. Valery VAN BATTEN
    67. Sébastien VANNOYE
    68. Jean-François VENDEVILLE
    69. Pierre Marie VERDIER
    70. Jean VERDON
    71. Alde VINCI
    72. Danielle WEBER
    73. Olivier WYSSA

    0 0

    Retour imminent des avions russes en Syrie

    Publié par wikistrike.com sur 13 Mai 2016, 15:09pm

    Catégories : #Politique internationale

    Retour imminent des avions russes en Syrie

    Alors que la Russie avait décidé, suite à la cessation des hostilités conclue avec les États-Unis, de retirer ses bombardiers de Syrie, elle est contrainte de revenir sur le champ de bataille car Washington poursuit —en violation de ses engagements— la livraison d’armes sophistiquées aux jihadistes, y compris à ceux d’Al-Qaïda et de Daesh. En définitive, le porte-avion Amiral Kuznetsov devrait être déployé en juillet.

     

                 

    Bien que la Russie ne possède pas d’avions de cinquième génération, les bombardiers russes ont été très efficaces dans leur campagne d’un semestre en Syrie.

    Cependant, après que la Russie et les États-Unis aient convenu de la cessation des hostilités à partir du 27 février 2016, le président Vladimir Poutine avait ordonné un retrait de 46 des 54 à 56 avions Su-24, Su-25, Su-30, Su-34 et Su-35 déployés sur la base aérienne de Hmeymim. Ce retrait a été mal inspiré. En effet, en violation de leurs engagements, les États-Unis ont continué à acheminer des armes sophistiquées aux jihadistes, y compris à ceux d’Al-Qaeda et de Daesh [1]. Du coup, après la libération de Palmyre, l’armée arabe syrienne n’a pas eu la capacité de poursuivre l’offensive contre l’État islamique, à Rakka et Deir ez-Zor [2]. Elle a subi de lourdes pertes face au Front Al Nusra (filiale d’Al-Qaïda en Syrie) dans la région d’Alep.

    JPEG - 36.8 ko

    En outre, en l’espace d’un mois, l’aviation syrienne a perdu trois avions de combat (MiG-21, MiG-23 et Su-22), abattus dans le nord de la Syrie par les lance-missiles portables sol-air des islamistes introduits en grandes quantités dans le pays après l’entrée en vigueur de la cessation des hostilités. C’est pourquoi l’armée de l’air syrienne ne dépasse pas un maximum de 10 cibles islamistes par jour, ce qui est insuffisant pour les troupes terrestres. L’armée arabe syrienne se retrouve dans une situation délicate, et cependant l’armée russe est restreinte par l’ordre du président Poutine de retirer pour des raisons à la fois budgétaires et économiques les bombardiers de Syrie. Il ne semble pas non plus que la proposition du commandant des forces aériennes de la Russie, le général Viktor Bondarev, de tester en Syrie les nouveaux avions Yak-130 dans des missions d’attaque au sol, ait été acceptée par le Kremlin [3].

    La seule option qui ait été couronnée de succès a été le déploiement du seul porte-avions Amiral Kuznetsov dans la mer Méditerranée, près de la côte syrienne. Le problème est que ce porte-avions, entré en 2015 dans une phase de réparation et de modernisation dans les chantiers navals de Sevmaş à Severodvinsk, ne devait être remis à la Marine qu’à la fin de 2016. La mise à niveau signifie adapter le porte-avions pour le faire fonctionner avec les nouveaux MiG-29 K/KUB, au lieu de des anciens Su-33. Les pilotes du porte-avions se sont entrainés l’année dernière pour le décollage et l’atterrissage du MiG-29 K/KUB sur des pistes spécialement aménagées (Nitka), imitant celles du pont du porte-avions, de Saki (Yevpatoriya – vestul Crimeii) et Yeisk (sur la côte de la mer d’Azov).

    JPEG - 34.3 ko

    Le porte-avions Amiral Kuznetsov (Projet 1143), propulsé par des turbines à gaz, a un déplacement de 65 000 tonnes, et a été lancé en décembre 1990 par les chantiers navals n° 444 Sud de Nikolaev, dans ce qui était alors la République soviétique d’Ukraine. Il a été conçu pour embarquer 52 à 55 avions et hélicoptères. L’Amiral Kuznetsov est armé avec huit systèmes d’artillerie AA de type AK-630 (2x30mm), 18 lance-missiles AA de type 3K95 Kinzhal, 12 lance-missiles navire-navire P-700 Granit (portée 620 km, la vitesse de Mach 2,5) et deux lance-missiles anti-sous-marins UDAW-1.

    Le ministre de la Défense de la Fédération de Russie a déclaré que la fin des réparations du porte-avions a été avancée au 1er juillet 2016. C’est pourquoi il n’embarquera pas seulement des MiG-29 K/KUB, mais conservera aussi certains des avions Su-33. Sa nouvelle configuration aura 12 avions multi-rôle Su-33, 28 avions multi-rôle MiG 29 K/KUB, 4 avions école et d’attaque au sol Su-25UTG/UBP et 8 hélicoptères de lutte anti-sous-marine Ka-27.

    Les avions Su-33 et MiG-29 K/KUB décollant du porte-avions ne peuvent être armés que de 30-40 % de la quantité maximale d’armes et de carburant (6-9 t). Toutefois, cette restriction ne les empêchera pas d’obtenir le même effet sur leurs cibles que les bombardiers Su-24 et Su-34 qui opéraient en Syrie. En effet, les avions Su-24 et Su-34 étaient armés chacun de deux bombes KAB-250 S/LG de 250 kg ou KAB-500 L/Kr de 500 kg ou KAB-1500 L/Kr, toutes guidées par laser, caméra ou GPS, ou de deux missiles air-sol de type Kh-29 L/T et Kh-25 T, guidés par faisceau laser ou caméra. Conçus pour les missions de chasse, les Su-33 et MiG-29 K/KUB auront en plus des missiles air-air de courte et moyenne portée.

    JPEG - 32.3 ko

    Le petit porte-avions russe est suffisant pour frapper les jihadistes opérant en Syrie qui ne pourront pas faire face, avec le même effet que l’un des 11 porte-avions à propulsion nucléaire des États-Unis qui ont un déplacement de plus de 100 000 t, avec à bord plus de 78 avions (F/A-18E/F, EA-18G, E-2), et 12 hélicoptères SH-60F. L’Amiral Kuznetsov n’est pas le seul porte-avions sur lequel peuvent opérer les MiG-29 K/KUB. L’ancien porte-avions russe Amiral Gorskov, avec un déplacement de 43 000 t, a été reconstruit et modernisé dans les chantiers navals de Severodvinsk, et entré en dotation de la marine indienne en 2014 sous le nom de Vikramaditya. Il n’embarque que 36 avions : 26 MiG-29 K/KUB et 10 hélicoptères Kamov Ka-28/31.

    Traduction 
    Avic
    Réseau International 

    [1] « Les États-Unis violent le cessez-le-feu en Syrie et arment Al-Qaïda »,Réseau Voltaire, 25 avril 2016. « Qui arme les jihadistes durant le cessez-le-feu ? » (Vidéo), par Thierry Meyssan, Télévision nationale syrienne , Réseau Voltaire, 30 avril 2016.

    [2] « Les opérations de l’armée arabe syrienne après la libération de Palmyre », Valentin Vasilecu, Traduction Avic, Réseau international, 3 avril 2016.

    [3] « Des avions YAK-130 russes en Syrie ? », Valentin Vasilecu, Traduction Avic, Réseau international, 21 avril 2016.


    0 0

    Syrie : Eviter le pire en attendant le meilleur

     

    par Jean-Baptiste d'Albaret

     

    626951329.jpgC’est peu dire que les réactions politiques occidentales ont été discrètes après la reprise de Palmyre par l’armée syrienne.

    Il est vrai que nos gouvernants ont dû se livrer à un difficile exercice de style. Comment reconnaître à cette victoire militaire l’importance qu’elle mérite après avoir expliqué pendant des années que la priorité était de « renverser Assad » ? Camouflet suprême, il a même fallu saluer le concours des forces russes, comme l’a fait du bout des lèvres le département d’état américain.

    C’est déjà une avancée : il n’y a pas si longtemps, soutenir le régime syrien contre les islamistes revenait à préférer la peste au choléra. Jusqu’où peut aller l’aveuglement idéologique… N’est-ce pas Laurent Fabius ?

    à l’évidence, l’offensive de l’armée syrienne, aidée du Hezbollah libanais et de l’aviation russe, est une victoire stratégique et symbolique pour Bachar el-Assad.

    Elle n’est certes qu’une bataille dans la guerre contre le groupe état islamique.

    Mais le régime continue de pourchasser les djihadistes pour les extirper de leurs principaux fiefs dans le pays. Surtout, ce succès est le plus important obtenu face à Daech dans le conflit syrien.

    Le pouvoir alaouite s’impose comme l’adversaire le plus efficace et le plus déterminé de l’organisation terroriste, organisation qui a revendiqué les attentats meurtriers de Paris et de Bruxelles.

    C’est pourquoi la victoire de Palmyre devrait être célébrée comme telle par les chancelleries occidentales.

    Elle contribue à la stabilisation politique de la région et laisse entrevoir un avenir à des populations éprouvées par cinq années de guerre. C’est le cas, en particulier, des populations chrétiennes qui ont subi violences et discriminations. Politique magazine a pu rencontrer ces communautés dont la présence sur ces terres des origines du christianisme n’est aujourd’hui même plus assurée.

     

    L’enjeu est donc à la hauteur de l’espoir soulevé par le recul de l’hydre djihadiste aux confins syro-irakien.

    Présents en Syrie depuis 2000 ans, acteurs majeurs du tissu économique et social, les chrétiens sont des facteurs d’équilibre et de dialogue dans un Moyen-Orient en fragmentation. Nul besoin d’être prophète pour comprendre que la « transition » politique syrienne, sur laquelle se sont focalisés les Occidentaux au prix de compromissions dramatiques, n’est clairement pas une priorité.

    Ainsi, un léger frémissement se fait sentir du côté américain. Alors que les islamistes sont de plus en plus isolés dans Alep, la grande ville syrienne du nord, Barack Obama a répété que ce serait « une erreur de renverser le régime d’Assad ».

    Mieux vaut tard que jamais. Mais que de temps, et de vies, perdus !

    On attend désormais une réaction officielle française à la hauteur des événements. Elle pourrait s’inspirer de cette réflexion du député des Français de l’étranger, Thierry Mariani : « M. el-Assad n’est pas un président idéal et sans reproche mais il est en train de gagner la guerre.

    Et nous avons avec lui des intérêts communs et des ennemis communs ». 

    Une151.jpg

    Rédacteur en chef de Politique magazine


    0 0

    jeudi 19 mai 2016

    Au fait, pourquoi les tatars de Crimée ont-ils été déportés?

     
     
    A l'occasion de la victoire à l'Eurovision de la chanson de Jamala "1944"officiellement consacrée à la déportation des tatars de Crimée par le pouvoir soviétique, j'ai trouvé surprenant de voir de longs passages consacrés à leurs souffrances, mais rien sur les raisons de cet acte. Comme s'il ne s'agissait que d'un pur caprice de Staline.
    Dont l'évocation du seul nom est suffisante en Occident pour se passer de "pourquoi".
     
    Et lorsque l'on regarde ce "pourquoi" de plus près, il n'est pas forcément une bonne chose que l'Ukraine noire-brune lève le voile que le pouvoir soviétique de toutes ses forces avait déposé sur les crimes ignobles commis massivement par les tatars de Crimée lors de la Seconde Guerre Mondiale. Si beaucoup ont péri lors de leur déportation, ils auraient tous été massacrés par la population locale après le départ des nazis. 
     


    En 1944, le pouvoir soviétique décide de déporter les petits peuples qui ont collaborés avec les nazis. Je dis bien les "petits", car remarquez que les ukrainiens de l'ouest ont pu rester sur place et l'on y trouve les racines de la résurgeance des héros nazis aujourd'hui. Donc, les tatars sont déportés, dans des conditions inhumaines.
    Dans des wagons, où certains périront. Mais rappelons-nous un petit détail: nous sommes en 1944, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, où l'URSS a mis toutes ses forces, à payé un prix considérable, a vu des milliers de villes et de villages détruits, a vu bombarder son infrastructure, ses usines. Toute la population vit dans des conditions inhumaine. C'est la guerre, ce n'est pas Nuit Debout. 
     
    Un excellent article vient d'être publié en Russie sur le sujet, un article qui remet les points sur les i à ceux qui auraient la tentation de faire remonter à la surface ce qu'ils ne pourraient pas maîtriser. Je vous en propose les grandes lignes, mais vous pouvez le lire en entier ici sur le blog de Pavel Shipilin.
     
    Le pouvoir soviétique gouvernait un territoire multiculturel, multiethnique. Il maîtrisait déjà l'art de la globalisation et de l'internationalisme, découlant naturellement de ses origines révolutionnaires. Dans ce contexte, il ne pouvait se permettre de monter un peuple contre l'autre. Les crimes commis par les tatars de Crimée, par les divisions ukrainiennes de l'UPA, furent délicatement posés sur le dos des SS, les documents stockés et conservés sous le sceau secret-défense. 
     
    Mais si l'on peut faire taire des papiers, l'on ne peut pas faire taire les gens. Et les habitants de Crimée, ou de Pologne, se souviennent parfaitement des crimes des uns et des autres. La frontière entre l'Ukraine et la Pologne devait permettre de gérer le conflit potentiel, mais il n'y avait pas de frontière à l'intérieur de la Crimée. Les ukrainiens de l'ouest sont restés, les tatars déportés.
     
    L'auteur de l'article donne les liens vers les informations concernant ces crimes. Par exemple, ici, sur les tatars de Crimée qui ont servis dans les rangs nazis. Photo d'époque:
     
     
    En 1939, ils constituaient moins de 20% des populations de la presqu'île. Lors de la guerre, ils furent appelés, comme chaque citoyen soviétique, à servir dans les rangs de l'armée rouge, mais la désertion revêtait un caractère massif chez eux, presque la totalité a déserté dès 1941. Les allemands surent utiliser ce trait de caractère. Ils aidèrent à "protéger" les villes de Crimée avec les nazis contre les "attaques des partisans". Et l'armée allemande en avait besoin car comme l'écrivait le feld maréchal Von Manstein, un important mouvement de partisans s'est immédiatement formé en Crimée dès l'occupation nazie, car à part les tatars, il y avait aussi des russes. Tout est dit. Leur loyauté au Führer fut constante et sans défaut jusqu'à la défaite de l'Allemagne, comme le montre les différents documents des réunions des comités de tatars.
     
    Прояснить: крымские татары и Вторая Мировая
     
    Mais non seulement, les tatars "protégeaient" la population contre les partisans, mais ils ont également commis des crimes atroces justement contre cette population, leurs voisins. Prenons un exemple, la destruction totale du village criméen de Laki. Vous ne le trouverez plus sur la carte, il a été rayé avec sa population par les tatars de Crimée, alors qu'il était un des plus vieux village de la région, les premières traces remontant au VIe siècle. Le 23 mars 1942, les SS aidés de leur contingent local tatare, ont détruit tous les bâtiments, l'école, les magasins, les maisons, et brûlé les habitants. 16 femmes, les personnes âgées et les enfants. Une balle dans la tête, puis les corps ont été mis dans une fosse, arrosés d'essence et brûlés.
     
    L'on peut donner d'autres exemples de cruauté, ils sont nombreux, mais la situation est claire. Alors maintenant imaginez ce que va faire la population lorsque les allemands partent? Dès que le pouvoir soviétique tournera la tête. Sans faire le tri entre les coupables et les innocents, ce sont tous les tatars de Crimée qui étaient en danger. Et dans un pays multiethnique, ce n'est pas possible, sauf à faire exploser le pays. Car, il y aura aussi la haine des polonais contre les ukrainiens pour, notamment, les crimes commis contre la population polonaise dans le village de Lipniki. Ce village avait été pris par les polonais aux ukrainiens dans les années 20-30, tout d'abord, et avaient renvoyé la population ukrainienne. Lorsque les ukrainiens de l'UPA, accompagnant l'armée nazie, avaient repris le village, ils ont massacré, dépecé, démembré, brûlé, torturé les polonais qui y vivaient. Le futur cosmonaute polonais y a perdu 12 membres de sa famille, son grand frère lui a raconté ce qui s'était passé. 
     
    Le pouvoir soviétique a donc déporté le peuple tatar. Oui, par là même lui a laissé la vie sauve. Après, ce que ce peuple en a fait, c'est de sa responsabilité. Mais les tatars qui ont combattu l'ennemi ont été décorés comme héros de l'Union soviétique, et ils ne purent rentrer sur leurs terres, car les crimes commis par les autres tatars les auraient mis en danger.
     
    Pourquoi Jamala n'en parle pas? Pour citer cet article:
    "Mais comment faire pour que l'Ukraine ne se retrouve pas confrontée à un autre problème, à la rencontre de la volonté de polonais de restaurer publiquement la justice historique. Puisque l'Eurovision s'est définitivement transformé en un lieu où se règle la grande politique des petits états, c'est donc tout à fait possible."
    Un groupe polonais a sorti une chanson qui devrait avoir, en ce sens, toutes ses chances à l'Eurovision 2017 - l'Ukraine devant se poser en héraut de la vérité historique. Il s'agit du groupe de rap Basti avec sa chanson Wroga Krew (le sang ennemi), dont voici les premières lignes:
     
    "Le sang ukrainien est le sang de l'ennemi. Je suis né polonais.
    Aucun des ukrainiens dans la vie ne deveviendra jamais mon frère.
    Conformément à l'histoire, et pas l'inverse,
    Je crois en la vérité, aucune propagande ne m'arrêtera."
     
    L'Ukraine s'est engagée dans une voie dangereuse. C'est une chose sensible et très aléatoire la vérité historique. Surtout que nous avons une furieuse tendance à la simplifier pour la faire correspondre aux besoins du moment. Alors que sa complexité dépasse notre vision politique.
     
    En 2014, lors du rattachement de la Crimée à la Russie, symboliquement, le Président V. Poutine a adopté un oukase sur la réhabilitation des tatars de Crimée. Le 18 mai devient le jour commémorant la tragédie tatare. Sa déportation. La page est tournée. Il faut vivre en paix, sans oublier et sans insister.  La paix est à ce prix, un équilibre précaire. A chacun sa voie, l'Ukraine en a choisie une autre, dangereuse pour elle-même.
     
     

    0 0



    Erwan Castel
    21 mai, 04:59

    LA GRAND' MESSE DES TARTUFFES D'AZOV !

    Une manifestation des paramilitaires du régiment Azov et de leurs militants a défilé dans les rues de Kiev ce 20 mai 2016 afin de protester contre les accords de paix engagés à Minsk et réclamer la reprise de l'offensive générale contre la population du Donbass.

    Ce carnaval de tatoués aux crânes rasés, caricature grotesque des défilés aux flambeaux d'un Reich auquel leurs idoles du passé ont collaboré, illustre bien la décadence d'une Ukraine dont le gouvernail est cassé...

    Gesticulation publique aux fumées et psalmodies noires aussi nauséeuses qu'artificielles, cette démonstration de force est bien sûr a mettre en relation directe avec les récentes confessions du Commandant du régiment Azov dénonçant la "trahison" du gouvernement Porochenko.

    Personnellement, je ne peux également m'empêcher de penser aussi à l'avertissement du Ministre russe de la Défense qui s'engage à partir du 25 mai (pour cette date précise ?) à riposter contre toute organisation terroriste menaçant les processus de paix engagés.


    Pendant ce temps là, sur le front du Donbass, les ukrops qui viennent d'achever leur ordre de bataille, continuent d'entretenir le feu meurtrier sous une ligne de front bouillante qui menace de déborder à chaque instant...

    Lâché peu à peu par les pays occidentaux qui repoussent de plus en plus son rêve d'intégrer l'UE, mis en échec par un Donbass séparatiste dont la résistance exemplaire est de plus en plus populaire, Kiev, qui a entraîné l'Ukraine dans une faillite totale, est dpnc à nouveau menacée de l'intérieur par ses chiens enragés du Maïdan qui réclament à corps et à cris en montrant leurs crocs leur gamelle de sang.

    S'il y a bien aujourd'hui un point d'accord entre Moscou et Kiev, certes pour des raisons différentes, c'est de se débarrasser de ces psychos meurtriers ...

    Quant aux Républiques du Donbass, lassées des provocations quotidiennes et criminelles, leurs armées sont prêtes à exaucer ces voeux partagés et offrir à Azov des dernières volutes de fumée noires et feux purificateurs qui lui ouvriront les portes de l'enfer...

    Erwan Castel

    https://m.youtube.com/watch?v=BGK9cmMN76I&feature=youtu.be
    Kiev. AZOV contre les accords de Minsk. Le 20 mai 2016
    Environs 5 000 nationalistes du régiment AZOV et de son "corps civil" marchent dans les rues de Kiev...

     



    Erwan Castel
    21 mai, 07:05

    LE FRONT BOUILLANT DU DONBASS

    La situation lassante du Donbass ne doit pas faire oublier que sur ce front étrange d'une guerre larvée, Kiev continue à entretenir le feu de la haine et de ses canons qui tuent chaque jour des militaires défendant les familles du Donbass.

    Dans le contexte des accords de Minsk qu'elle viole quotidiennement et au vu des cibles civiles délibérément visées par son artillerie, la stratégie poursuivie depuis plus de 2 ans par les "ukrops" ne peut être désignée que sous le seul qualificatif de "terrorisme d'État"à caractère génocidaire.

    Cette politique du pire, vouée à l'échec tant militaire que politique, démontre l'inaptitude du gouvernement Porochenko à sortir de la crise, soit par la guerre, soit par la paix. Car dans les 2 cas, Kiev la brune est condamnée à subir une défaite cinglante dont l'échéance n'est retardée aujourd"hui que par la perfusion économico-politique occidentale et qui décline chaque jour un peu plus...

    De son côté, Alexandre, le volontaire français récemment blessé est sorti de l'hôpital et s'apprête à remonter sur le front. Respect !

    Via Sébastien Hairon :

    "Du 14 au 20 mai , 3 soldats de la DNR ont été tués et 3 autres blessés lors des bombardements perpétrés par les ukrops.En plus de ces pertes humaines , 16 maisons ont été endommagées lors de la même semaine."

    http://dan-news.info/defence/obstrelami-ukrainskix-vojsk-za-nedelyu-v-dnr-povrezhdeno-16-domov-razrusheno-zernoxranilishhe.html
    Обстрелами украинских войск за неделю в ДНР повреждено 16 домов, разрушено зернохранилище | ДАН
    dan-news.info
    Донецк, 20 мая – ДАН. Зернохранилище разрушено, 16 жилых домов получили повреждения за прошедшую нед...


    0 0

     

     

    9165130-14600340.jpg

     

     

     

     

     

    La France est le pays le plus menacé, tant par Daech que par Al-Qaïda

    Daech se trouve dans une situation qui l’amènera à essayer de frapper le plus rapidement possible et le plus fort possible.

     

    Docteur en droit – Commissaire divisionnaire honoraire

     

     

     

     

     

     

     

     

    La France est« aujourd’hui, clairement, le pays le plus menacé, tant par Daech que par Al-Qaïda » car « Daech se trouve dans une situation qui l’amènera à essayer de frapper le plus rapidement possible et le plus fort possible ».

    Ces propos de Patrick Calvar, tenus devant la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale il y a seulement quelques jours, ne pouvaient trouver résonance plus forte dans l’actualité. Bien entendu, au moment où ces lignes sont écrites, les raisons de la disparition du vol MS804 d’EgyptAir, ne sont pas clairement établies. `

    Il n’en demeure pas moins qu’à la fois le contexte général qui voit les actions terroristes se multiplier et les avertissements sans équivoque d’un des principaux responsables du renseignement français laissent craindre que les 56 passagers et les 10 membres d’équipage de l’A320égyptien n’aient été victimes d’un acte terroriste.

    Les experts en conviennent : les revers militaires que l’État islamique enregistre sur le terrain, loin de réduire sa capacité de nuisance, augmentent sa volonté d’agir et de porter le fer et le feu sur d’autres théâtres d’opérations.

    Or l’Europe, et la France en particulier, est l’un d’entre eux. Ainsi que prévient le patron du renseignement français, Daech planifie de nouvelles attaques.

    Pour marquer les esprits, et remporter les succès que le plan strictement militaire semble lui refuser, l’organisation terroriste va utiliser des combattants sur zone (dans chacun des pays visés) et chercher à provoquer le plus de victimes possible.

    Les grands rassemblements de personnes, mais également les transports et les lieux publics, constituent donc des cibles de choix.

    La France, de par ses actions dans la lutte contre Daech, mais aussi parce qu’elle se prépare à l’organisation de grandes manifestations festives (Euro de foot, 14 Juillet), est ainsi particulièrement vulnérable.

    Force est également de constater que les mouvements sociaux violents qui sévissent aujourd’hui contribuent à fragiliser notre pays. Entre un état d’urgence qui n’a plus de réalité que le nom, des forces de sécurité surexploitées et fatiguées et un pouvoir politique plus souvent dans le verbe que dans l’action, le pire reste à craindre.

    Dans un premier temps, il convient donc de retrouver et de favoriser l’émergence d’une unité nationale fortement mise à mal ces dernières années.

    Il faut mettre un terme à ces rassemblements violents qui exposent gravement de nombreux citoyens à des actes terroristes.

    Dans un second temps, il y aura lieu de revoir nos modalités de lutte contre le terrorisme en créant une vraie filière police-justice allant du recueil du renseignement jusqu’à la neutralisation, dans le cadre de la loi, des auteurs d’attentats.

    Nous serons ainsi loin des mesures placebo récemment présentées par le gouvernement pour lutter contre le terrorisme et la radicalisation.

    C’est à une action sans merci et sans faille que doivent être consacrés tous les moyens dont nous disposons !

    www.bvoltaire.fr


older | 1 | .... | 211 | 212 | (Page 213) | 214 | 215 | .... | 245 | newer