Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

LA TRIBUNE D' UN HOMME LIBRE, REVUE DE PRESSE NON-CONFORMISTE

older | 1 | .... | 160 | 161 | (Page 162) | 163 | 164 | .... | 245 | newer

    0 0

    Dimanche 21 septembre 2014

    Regardez ce tableau publié dans le Figaro : La France est première parmi les pays occidentaux, pour l’exportation … de jihadistes !

     

    Finie la déprime, l’immigration était vraiment une chance pour la France : elle lui a permis de regagner la première place quelque part…

    BxghdL0IgAERcJ9

    Ma déception est que le gouvernement voudrait leur interdire de partir. Je pense au contraire qu’il faut les y inciter.

     

    Qu’ils partent, qu’ils partent, par centaines, par milliers, par dizaines de milliers !

     

    Et surtout, qu’ils y restent…

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Roubaix pour Dreuz.info.

     

    http://www.dreuz.info/2014/09/grace-a-son-meilleur-produit-les-exportations-francaises-sont-en-tete/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29


    0 0

     
    web_18.09-brochettes_scalewidth_460

    La web-culture au service de l’Etat islamique ?

    20/09/2014 – IRAK (NOVOpress)


    L’Etat islamique semble parfaitement maîtriser les codes de la web-culture, notamment pour recruter de nouveaux djihadistes.

     

    Un selfie avec un doigt levé vers le ciel, un logo simple et efficace à la manière d’Apple, des photomontages de chat… Bienvenue dans l’univers de la “web-culture”.

     

    A quelques détails près. Les selfies ? Réalisés par des hommes barbus, brandissant leurs kalachnikovs vers le ciel.

    Le logo ? Présent sur le drapeau du groupe djihadiste le plus sanguinaire de ces dernières années.

    Les lolcats, eux, s’accompagnent de photos de décapitations.

    Internet constitue donc une porte d’entrée pour rejoindre l’Etat islamique.

    Un constat partagé par Benjamin Ducol, doctorant à l’université de Laval (Canada) et spécialiste de la radicalisation en ligne :

    “Si l’Etat islamique est si efficace sur Internet, c’est parce qu’ils ont recruté dans les pays Occidentaux. Il y a un effet de groupe des Occidentaux, qui, comme nous, passent la plupart de leur journée sur les réseaux sociaux et sur Internet.

    Et qui n’ont jamais changé leurs pratiques une fois sur place.

    Ce n’est pas tant une impulsion qui vient des membres fondateurs de l’Etat islamique”

     

     

     

    Voir l'image sur Twitter

    ENQUÊTE - Comment L’Etat islamique utilise les codes de la web-culture http://eur1.fr/eACIczw 


    0 0

     

    Nancy: L'expulsion d'un Guinéen sans-papier annulée en raison de l'épidémie d'Ebola

     

    Créé le 19/09/2014 à 14h11 -- Mis à jour le 19/09/2014 à 14h14

     

     

    le 26 mai 2011. Illustration d'un policier.

    le 26 mai 2011. Illustration d'un policier. V. WARTNER / 20 MINUTES

     

     

    JUSTICE - L'avocate espère que ce jugement fera jurisprudence pour d'autres dossiers similaires...

     

    L'expulsion d'un jeune Guinéen clandestin a été annulée par le tribunal administratif de Nancy en raison de l'épidémie d'Ebola qui sévit actuellement en Afrique de l'Ouest et notamment dans son pays d'origine.

     «Le tribunal a retenu principalement le risque d'épidémie lié à Ebola» pour annuler l'arrêt préfectoral d'expulsion, a déclaré l'avocate du sans-papier, Me Anne-Laure Taesch.

     

    Le jeune homme n'a pas quitté son pays en raison du virus mais probablement «pour des raisons économiques», et il a déclaré être arrivé illégalement en France «au mois de mars», a-t-elle précisé.

     Après un passage dans un foyer pour mineurs à Metz, il a été emprisonné pendant un mois pour fraude aux prestations sociales puis placé au centre de rétention administrative de Metz, en attente d'un retour forcé vers la Guinée.

     

    L'épidémie d'Ebola a fait 2.461 morts

     

    Son avocate avait plutôt fait valoir son statut de mineur pour tenter d'éviter son expulsion, le jeune homme affirmant n'avoir que 16 ans.

    Cependant un examen osseux a fixé son âge à 19 ans. 

    «Mineur ou adulte, on ne pouvait pas le renvoyer dans son pays en raison de l'épidémie», dit-elle aujourd'hui, espérant que ce jugement fera jurisprudence pour d'autres dossiers similaires.

     

    Le jeune homme se retrouve momentanément libre mais il n'a pas de papiers pour autant, a précisé son avocate, qui lui a recommandé d'entamer des démarches auprès d'associations pour régulariser sa situation. 

     

    Depuis le début de l'année, l'épidémie d'Ebola a fait 2.461 morts sur 4.985 cas recensés principalement au Liberia, en Sierra Leone et Guinée, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

     

    20 minutes avec AFP

     

     Source:  http://www.20minutes.fr/societe/1446275-20140919-nancy-expulsion-guineen-papier-annulee-raison-epidemie-ebola

     


    0 0

     

    Sarkozy. Renouer avec les Bretons 21 septembre 2014 à 06h33 
     
     

      Claude Prigent

    Nicolas Sarkozy va repartir à la conquête de la Gaule.

     
    Et, comme Jules César, il n'a pas oublié que c'est là-bas, dans la lointaine Armorique, qu'une peuplade d'irréductibles lui a opposé la plus vive résistance lors de sa précédente campagne.
     
    Ainsi pourrait s'ouvrir le second chapitre de « Sarkozy et les Bretons », une saga de caps et d'épines dont le premier épisode fut marqué de quelques retentissants fiascos.
     
    S'il veut renouer avec les Bretons, l'ex-Président devra tirer les leçons de son échec passé puisque les cinq départements bretons, à eux seuls, ont pratiquement suffi à faire la différence entre lui et Hollande au soir du 12 mai 2012.
     
    Question de style D'abord le style.
     
    Incontestablement, il a contribué à établir une distance entre lui et les Bretons. Bien qu'aujourd'hui très galvaudée, l'expression bling-bling définit bien ce comportement auquel les Bretons sont rétifs, n'ayant pas pour habitude de goûter à l'étalage ostentatoire.
     
    À cette distance est venue s'ajouter une invraisemblable série de fiascos dont les étapes les plus connues furent le Cross Corsen, les quais du Guilvinec ou encore le Stade de France.
     
    L'ex-Président semble avoir retenu la leçon et fait savoir, autour de lui, qu'il a changé et compte prendre désormais quelques distances avec un style peu compatible avec la fonction présidentielle. Son successeur, il est vrai, l'a depuis surpassé en nous gratifiant, entre autres, de pathétiques épisodes de théâtre de boulevard.
     
    Élus : retisser le lien Seconde leçon : s'appuyer sur les élus régionaux au lieu de les prendre constamment à rebrousse-poil comme ce fut le cas pendant cinq ans.
     
    Avec le Morbihannais François Goulard, quelques embrouilles sont restées mémorables mais qu'on passe par l'Ille-et-Vilaine avec un Pierre Méhaignerie consterné par la droitisation du discours, par les Côtes-d'Armor avec Marc Le Fur (notamment une belle dispute sur le travail du dimanche) ou par le Finistère avec le turbulent député Jacques Le Guen, il n'y eut pratiquement aucune relation apaisée avec les élus bretons.
     
    Elles furent souvent électriques et l'arrivée en Bretagne de Bernadette Malgorn, sa proche collaboratrice, ne fit rien pour amortir quelques chocs, même si cette dernière a finalement bien réussi son atterrissage en terrain miné.
     
    S'il veut renouer avec les Bretons, Nicolas Sarkozy devra donc commencer par retendre les fils avec les principaux élus de la droite et ne jamais oublier qu'ils sont les indispensables relais avec la base.
     
     
    Parler aux Bretons Il lui faudra aussi se souvenir que la France n'est pas un territoire uniforme. Certaines régions ont des caractéristiques tellement marquées qu'il faut savoir s'en imprégner.
     
    Le fameux discours de Morlaix, à quelques jours du premier tour, fut l'exemple type de ce qu'il ne faut pas faire en Bretagne.
     
    Écrit par le très droitier Patrick Buisson, dont il s'est aujourd'hui séparé, ce discours confina à la caricature tant il fut à côté de la plaque.
     
    Il y fut longuement question d'immigration, Morlaix étant, comme on s'en doute, le secteur français le plus concerné, mais aussi de chapelles et de calvaires dans de curieuses références au passé.
     
    Mais on attendit en vain qu'il trace des perspectives d'avenir pour l'agriculture et l'agroalimentaire, la pêche et la mer ou encore les nouvelles technologies, ces secteurs d'activité si vitaux.
     
    Et, en guise de conclusion, pas le moindre petit message amical à l'adresse des Bretons, comme s'il n'était venu que pour s'adresser aux médias nationaux.
     
    Pas de bol : ils n'accordèrent quasiment aucun écho à ce discours hors-sol déjà souvent entendu.
     
    Alors s'il veut reconquérir la Bretagne, l'ex-Président doit baliser son parcours de ces trois repères : un style plus dépouillé, des relations apaisées avec les élus régionaux et, surtout, quand il vient en Bretagne, il doit s'adresser aux Bretons.
     
    Pas aux caméras de télé.

    © Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/bretagne/sarkozy-renouer-avec-les-bretons-21-09-2014-10350058.php
     
     
     
     
     

    Samedi 27 septembre : Carl Lang sera dans le Morbihan

     

    Pour un déjeuner-débat.

     
     
     
     

     


    0 0

    Alain Juppé : "Le match pour 2017 a commencé"

    •  
      • Par Le Figaro.fr avec AFP

       

      • Mis à jour le 21/09/2014 à 11:07
      • Publié le 21/09/2014 à 10:39

     

     

    L'ancien premier ministre Alain Juppé (UMP) a estimé dimanche que le "match" pour 2017 avait "commencé" et affirmé qu'il irait "jusqu'au bout" de sa candidature à des "primaires de la droite et du centre", deux jours après le retour politique de Nicolas Sarkozy.

    "Je ne suis pas une girouette. Si j'ai dit ça, c'est parce que j'y ai réfléchi, pensé, j'en ai envie et donc je vais aller jusqu'au bout. Je sais bien qu'aujourd'hui le match a commencé et que le tacle commence.

    On essaie de faire croire que je n'irai pas jusqu'au bout.

    Eh bien je vais en apporter la démonstration. Vous le verrez en 2016 et 2017 (...) Je le confirme, je l'écris, je le signe", a déclaré sur Europe 1-Le Monde-i>Télé le maire de Bordeaux, en s'engageant au passage à n'exercer qu'un seul mandat présidentiel s'il est élu en 2017.

    "Mon adversaire, c'est le pouvoir socialiste, et c'est surtout le Front National"


    "Mon adversaire dans tout ça, ce n'est pas les partenaires de la droite et du centre, mon adversaire, c'est le pouvoir socialiste qui a mis la France dans l'état dans lequel nous nous trouvons aujourd'hui, et c'est surtout le Front national qui propose aux Françaises et aux Français une vision de la France à laquelle je suis totalement opposé", a précisé Juppé.

    "L'intox a commencé", a répondu l'ancien premier ministre de Jacques Chirac, interrogé sur les arguments prêtés à Sarkozy contre sa candidature, à savoir son âge (71 ans en 2017) et son passé judiciaire.

    Mais "je ne vais pas passer mon temps à me positionner par rapport à Nicolas Sarkozy, ce qu'il pense, ce qu'il est supposé penser ou ce que vous lui faites dire".

     

    Cependant, "en matière d'ennuis judiciaires, vaut mieux pas se livrer à un match, hein!" a-t-il lâché.

    Alain Juppé a de nouveau fermement défendu le principe d'une primaire ouverte à toute l'opposition en vue de 2017, quand M. Sarkozy entend utiliser la présidence de l'UMP comme tremplin direct."Une primaire, ça peut consister à faire voter les 175.000 militants de l'UMP. ```

    Cela ne sert à rien puisqu'ils vont se prononcer à la fin du mois de novembre (pour la présidence du parti).

    Donc, ça n'a de sens que si ces primaires sont élargies aux sympathisants de la droite, du centre, du centre-droit et peut-être même au-delà", a-t-il insisté.

    LIRE AUSSI : 
    » Nicolas Sarkozy revient sous le signe du rassemblement
    » Nicolas Sarkozy entame la «longue marche» de son retour


    0 0

     

    Revue de presse/Actualité

     

    Pour Amnesty International c’est de notre faute si des clandestins périssent en Méditerranée

     

    Pour Amnesty International c’est de notre faute si des clandestins périssent en Méditerranée

    Dimanche 21/09/2014

    Incroyable ! Selon ces fous nous sommes responsables de la mort de migrants qui tentent de rejoindre illégalement les côtes de l’Europe.

     

     

    Selon eux le fait de « ne pas offrir de voies d’accès sécurisé à l’Union européenne c’est contraindre ces personnes à remettre leur vie entre les mains de trafiquants peu scrupuleux, et tenter des traversées souvent mortelles souvent à bord d’embarcations de fortune ».

    Selon cette ONG influente, nous devrions mettre à disposition de populations extra-européennes des voies de communication à nos frais pour que des millions d’envahisseurs rentrent tranquillement chez nous.

    C’est vrai qu’avec 250.000 naturalisations annuelles en France notre politique migratoire est trop rigide.

    En tout cas c’est ce qu’affirme sans complexe Amnesty International : « Pour les dirigeants européens, la solution pour éviter les drames en Méditerranée, résiderait dans une lutte plus forte contre l’immigration irrégulière et une plus grande coopération avec les Etats de transit », déplore mardi 16 septembre Amnesty, rappelant que « la plupart des personnes embarquant sur ces embarcations fuient les persécutions ou les conflits.

     

    Elles peuvent être Syriennes, Erythréennes, Palestiniennes…».

    source :  www.contre-info.com/


    0 0

    Lundi 22 septembre 2014

    L-islam-c-est-quand-il-dort.-L-islamisme-c-est-quand-il-est.JPG

    Décapitation des infidèles: "Comment Allah guérit les coeurs des croyants"

    Par Raymond Ibrahim

    Un autre très bon article de Raymond Ibrahim qui fait le parallèle entre ce qui se passe aujourd'hui en Syrie et en Irak (mais également au Nigéria et ailleurs) et la manière dont étaient traités les non-musulmans par le "modèle parfait" qu'était et qu'est toujours Mahomet pour tous les musulmans.

    Autrement dit, comment les actes barbares commis par ceux qu'on continuent de dénommer "islamistes" ou "extrémistes" sont justifiés par l'islam véritable et par la tradition islamique telle que l'a laissée Mahomet, le prophète des musulmans.

     

    Pour comprendre pourquoi l'État islamique non seulement décapite ses captifs "infidèles", mais aussi mutile et se moque de leurs cadavres par leurs rires sadiques, il suffit de se tourner vers le coran et les actes de Mahomet. 

     

    Le coran exhorte les croyants: 

    " Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d'ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les coeurs des croyants. Et il fera partir la colère de leurs coeurs. Allah accueille le repentir de qui Il veut. Allah est omniscient et sage" (coran, versets 9: 14 et 9:15). 

     

    Comme d'habitude, pour comprendre la signification d'un verset et en saisir le contexte, il faut se tourner vers la sira (la biographie) et les hadith (la tradition laissée par Mahomet). 

     

    Ainsi, nous avons le récit de la mort d'Amr ibn Hisham, chef des banu Makhzum, chef arabe païen connu comme "abou Hakim" (père de la Sagesse) jusqu'à ce que Mahomet le surnomme "abou Jahl" (père de l'Ignorance) à cause de son opposition farouche à l'islam. 

     

    "Amr avait été mortellement blessé par un nouveau converti lors de la bataille de Badr. Abdullah ibn Massud, un proche compagnon de Mahomet, a vu le chef "infidèle" s'effondrer. Alors il est allé vers lui, a posé fièrement son pied sur la poitrine du mourant, l'a saisi par la barbe et lui a tranché la gorge. Il porta la tête à Mahomet et la jeta par terre devant lui. Mahomet se prosterna et rendit hommage à allah" [at- Tabari, La Chronique Tome II: Mohammed, sceau des prophètes]. 

     

    Autre version, celle d'ibn Khatir dans son "al-Bidaya wa al-Nihaya ("le Commencement et la Fin»), une des sources les plus autorisées sur l'histoire de l'Islam: 

     

    "Après cela, il [Abdullah ibn Massud] lui a coupé la tête et la plaça entre les mains du prophète. C'est ainsi qu'allah guérit les cœurs des croyants". 

     

    Ce qui constitue la véritable exégèses des versets 9: 14-15: 

    " Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d'ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les coeurs des croyants. Et il fera partir la colère de leurs coeurs. Allah accueille le repentir de qui Il veut. Allah est omniscient et sage". 

     

    La logique ici est que les pieux musulmans sont tellement remplis de zèle pour la cause d'allah que la seule façon de calmer leurs "cœurs enflammés" et leur donner du répit est de voir ceux qui s'opposent à allah et son prophète humiliés, mutilés, décapités. Alors les cœurs des croyants peuvent être soulagés et "guéris". 

     

    C'est sûrement l'une des raisons de la diffusion par l'Etat islamique de ces vidéos sanglantes et de ces photos de victimes: le nouveau Califat tente de guérir le cœur de chaque croyant enflammé pour la cause d'allah. 

     

    Si cela vous semble trop tiré par les cheveux, pensez à cette image d'un "infidèle" décapité, diffusée sur les sites web de l'Etat islamique. La légende en arabe à gauche dit "guérison pour les cœurs", une référence claire au verset coranique ci-dessus. 

     

     

    Les versets 96:15-16 font également allusion au sort de Amr et offrent un autre contexte applicable à l'État islamique: 

     

    " Mais non! S'il ne cesse pas, Nous le saisirons certes, par le toupet, le toupet d'un menteur, d'un pécheur". 

     

    Selon le tafsir (exégèse) de l'imam al-Alusi: 

    "Après qu'Abdullah ait mis le pied sur l'ennemi mourant, celui-ci ouvrit les yeux et il l'a reconnu. Le fier chef s'est alors lamenté d'avoir été tué par un éleveur de chèvre, à quoi Abdullah a répondu: L'islam élève et rien n'est plus élevé que lui. 

     Il lui a ensuite coupé la tête. Mais comme il ne pouvait pas la porter, il fit des trous dans les oreilles et plaça un fil en travers et il a traîné la tête jusqu'au prophète". 

     

    En se référant aux récits concernant le traitement infligé à Amr ibn Hisham tel qu'ils nous ont été transmis par les principaux textes islamiques (coran, hadith, sira et exégèses), tous les actes sadiques menée par l'État islamique ont été commis par les premiers musulmans et tous avec l'approbation totale de Mahomet. Ils comprennent: 

    les décapitations et mutilations (sadisme poussé jusqu'à imaginer de faire des trous dans les oreilles d'Amr), 

    • les humiliation et gestes de triomphe (pieds sur la poitrine de la victime, corps traînés au sol, tête tenue fièrement dans la main), 

    • les rires, la moquerie et la mise en scène (célébrations "pour guérir les cœurs des croyants"). 

     

    En effet, avec l'image ci-dessus de "guérison des cœurs", on comprend mieux les autres photos prises sur les sites web de l'Etat islamique et dans quelle mesure elles sont conformes aux récits décrivant la mort de Amr. 

     

    Notez que comme le montrent les images suivantes, pour démontrer que les ennemis de l'Islam ont été "châtiés et couverts d'ignominie" comme il est dit au verset 9:14, les membres de l'Etat islamique placent leurs pieds sur les cadavres allongés au sol, dont la plupart ont d'abord été décapités.

     

    Notez également comment le drapeau noir de l'Islam est toujours omniprésent, levé au-dessus des "infidèles", de manière à rappeler que "l'islam élève et rien n'est au-dessus de lui", rappelant le geste d'Abdullah posant son pied sur sa poitrine, avant de décapiter Amr. 

     

     

     

     

    L'image suivante n'est pas sans rappeler la façon dont la tête de Amr a été traitée. Dans ce cas, il s'agit d'un corps décapité qui est "dégradé", mutilé et traîné au sol: 

     

     

    Les deux images suivantes sont d'un intérêt particulier, par l'utilisation relativement obscure du mot arabe haz (coin gauche), qui signifie littéralement "inciser", pour décrire la décapitation des "ennemis de l'islam".

    Le mot arabe standard utilisé généralement pour dire couper, trancher ou pour une décapitation est qata'. Le mot utilisé ( haz ) est le même mot trouvé dans la toute première littérature parlant du djihad, ce n'est donc pas une coïncidence mais une indication de la source d'inspiration: les écritures des origines de l'islam. 

     

     

     

    En bref, non seulement les membres de l'État islamique se modèlent de très près à Mahomet (le verset 33:21 exhorte les croyants à l'imiter dans ses moindres faits et gestes), mais en plus, ils trouvent comme un soutien dans leur prophète, même pour le plus sadique des détails de leurs actes. 

     

    Il n'est pas surprenant que les musulmans connaissent ces récits datant de l'origine de l'islam. Après tout, l'hagiographie de la bataille de Badr, y compris l'histoire de la mort d'Amr, est systématiquement glorifiée à travers le monde dans les sermons des mosquées, sur les stations-satellite islamiques et dans les textes islamiques.

    C'est une source de grande fierté pour les musulmans. 

     

    Ainsi, lorsque de jeunes musulmans expriment leur colère et leur frustration face à la situation du monde islamique, leurs imams les conseillent d'aller faire le djihad en Irak et en Syrie et décapiter un infidèle, pour "guérir leurs cœurs". 

     

    (Peut-être est-ce pour cette raison qu'une ex-star du rock britannique convertie à l'islam est si désireux de décapiter les chrétiens? Peut-être est-ce pour cela qu'un djihadiste a sauvagement arraché le cœur d'un soldat syrien tombé, pour "guérir son propre cœur" et assouvir sa rage contre les ennemis d'allah?). 

     

    Ces musulmans rejoignent le djihad, et non seulement ils décapitent, mais ils mutilent, humilient, et rient des ennemis d'Allah en disgrâce - dans l'émulation parfaite de ces histoires sanglantes de gloire islamique dont ils ont été bercés toute leur vie. 

     

     

    C'est le vrai culte du djihad que seulement peu de non-musulmans peuvent commencer à comprendre, ce qui n'est pas étonnant, étant donné que leurs dirigeants politiques, leurs professeurs et les médias continuent à bafouiller bêtement sur la manière dont l'islam est "religion de paix". 

     

    http://www.gerard-brazon.com/article-l-islam-est-quand-il-dort-l-islamisme-c-est-quand-il-est-en-mouvement-124592359.html


    0 0

     
     
     
    TRIBUNE LIBRE ET POINT DE VUE !
     
     
    Lundi 22 septembre 2014

    EI-1

    Michel Garroté, réd. chef — On peut résumer en trois points les dernières nouvelles concernant la Terreur islamique et sa progression.

    Primo, le régime islamique turc — toujours en négociation pour entrer dans l’Union européenne — est prêt à accueillir les dirigeants des Frères musulmans égyptiens, devenus indésirables au Qatar. L’annonce a été faite par le président intégriste turc Recep Tayyip Erdogan.

    Un responsable des Frères musulmans a déclaré que le Qatar a demandé à sept dirigeants de la confrérie intégriste de quitter son territoire, en raison des pressions exercées par ses voisins.

    Le Qatar et la Turquie ont été les seuls pays musulmans à soutenir les ultra-fanatiques Frères musulmans après leur renversement par l’armée égyptienne en juillet 2013.

    L’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont en revanche appuyé l’initiative de l’armée égyptienne et fourni des milliards de dollars d’aide au nouveau pouvoir mis en place par les militaires au Caire.

    Secundo, la visite, de Le Drian, ministre français de la Défense, aux Émirats Arabes Unis, puis en Egypte, n’est pas seulement consacrée au problème de l’État islamique sur l’espace syro-irakien.

    Le ministre français de la Défense est également très préoccupé par le problème de la Libye.

    On insiste dans son entourage sur la nécessité de bloquer le développement du sanctuaire djihadiste au sud de la Libye.

    Du Waziristan, dans l’ouest du Pakistan au golfe de Guinée, les djihadistes forment une série de taches sur la carte.

    Ils échangent et se parlent. Des spécialistes en explosifs naviguent d’une zone à l’autre.

    La Libye, qui a sombré dans l’anarchie, est utilisée par les djihadistes comme base arrière, pour se consolider après les opérations au Niger, au Mali et en Algérie.

     

    Détail amusant, l’analyse faite par l’entourage du ministre français de la Défense en septembre 2014, correspond, point par point, au scénario que nous avions envisagé sur dreuz.info dès 2009.

    Tertio, dans une analyse sur FigaroVox, de Jean-Charles Brisard, consultant international en matière de terrorisme, déclare : L’intervention (française) en Libye a contribué à l’avènement de groupes djihadistes et terroristes sur le sol libyen, et elle a, dans une large mesure, renforcé matériellement les djihadistes présents au Sahel, notamment au sein d’AQMI.

    Ce qui se joue aujourd’hui en Irak et en Syrie a déjà des conséquences en Europe et ailleurs dans le monde, notamment parce que ce conflit a généré un afflux sans précédent de djihadistes provenant de nos pays.

    La France, avec près de 1000 djihadistes depuis 2012, constitue aujourd’hui le premier contingent de djihadistes occidentaux opérant en Syrie et en Irak.

    Or, on sait de l’expérience des djihads passés, qu’une partie de ces combattants tenteront de se livrer à leur retour à des actes terroristes.

    L’Etat islamique est aujourd’hui engagé dans un djihad régional qui peut demain se transformer en menace globale en raison de l’implication de ces djihadistes étrangers, qui, ultra-radicalisés et formés au maniement des armes et des explosifs, pourront agir soit de manière autonome soit sous la direction du groupe.

    Des attentats ont d’ores et déjà été commis ou déjoués en relation avec les filières djihadistes syriennes, précise Jean-Charles Brisard.

    Détail amusant, l’analyse faite par Brisard en septembre 2014, correspond, point par point, au scénario que nous avions envisagé sur dreuz.info dès 2011.

    Et si l’on regarde de très près, les mesures occidentales concrètes, prises face à l’Etat islamique, force est de constater que la Terreur islamique avance à grands pas et que l’Occident marche à reculons.

    Reproduction autorisée avec mention :

    Michel Garroté réd. chef www.dreuz.info

    http://www.dreuz.info/2014/09/la-terreur-islamique-avance-a-grands-pas-et-loccident-marche-a-reculons/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29


    0 0

    Lundi 22 septembre 2014

    Les-islamistes-de-l-EIIL-disposeraient-de-l-arme-nucleaire.jpg

    Info ou intox, la guerre de communication bat son plein.

     

     

     

    L'info remonte au mois de juin mais elle est d'importance...

    Les islamistes de l'EIIL ont-ils la bombe atomique ?

     

    Propagande israélienne ou autre?

    l'article source affirme que l' EIIL disposerait désormais de l'arme nucléaire grâce au Pakistan.

     

    En cas d'attaque israélienne, le groupe armé djihadiste salafiste assure pouvoir répliquer en détruisant Tel Aviv !


    source:
    Iraq invaders threaten nuke attack on Israel (via google-trad)

    L'armée bien organisée de l'État islamique d'Irak et la Syrie, ou ISIS, affirme qu'elle a accès à des armes nucléaires et a la volonté de les utiliser pour «libérer» la Palestine d'Israël dans le cadre de son «printemps islamique», selon une source du journal WorldNetDaily dans la région.

     



    Franklin Lamb, un avocat international basé à Beyrouth et à Damas, a déclaré que le mouvement fait partie de l'objectif ISIS de créer un califat selon la loi islamique stricte, qui s'étend de la mer Méditerranée à l'Irak.


    Lamb, qui a accès à des combattants et des sympathisants ISIS, a déclaré ISIS a travaillé avec une unité "nouvelle spécialisé" organisé au début de 2013 pour se concentrer «exclusivement sur la destruction du régime sioniste occupant la Palestine."

    Lamb a ajouté que "Al-Quds Unité" ISIS travaille à élargir son influence dans plus de 60 camps de réfugiés palestiniens et les rassemblements de Gaza, à travers «Palestine occupée», ou Israël, à la Jordanie et du Liban vers le nord de la Syrie "à la recherche à obtenir l'appui qui se prépare à libérer la Palestine ".

    ISIS est également connu comme l'Etat islamique d'Irak et le Sham. «Sham» ou «Grande Syrie», se réfère à Chypre, Palestine, Jordanie, Irak, Syrie, Liban, Israël et le sud de la Turquie.

    ISIS est également connu comme Daash, l'acronyme en arabe al-Dawla al-Islamiyah fi al-Iraq wa al-Sham.

    Le groupe militant sunnite, qui a repris une grande partie de la région sunnite de l'Irak, pourrait quitter la région à majorité chiite du pays et la tête vers la Jordanie et la Turquie.

    Lamb dit que en Irak, quelque 6 millions de sunnites irakiens récemment sont devenus favorables aux coups de foudre ISIS dans la partie sunnite du pays.

    Certains des partisans sunnites sont laïques, comme l'Armée du Naqshbandia d'anciens hauts responsables de dirigeant irakien Saddam Hussein exécuté.

    Comme WND signalé, le groupe sunnite a peut-être donné accès ISIS à son usine de production de sarin en cours dans le nord-ouest de l'Irak.

    WND également signalé ISIS a déjà conquis les villes limitrophes de l'Irak et la Turquie.

    Le groupe militant a également écrasé dans le désert irakien, à l'ouest et repris la majeure passage al-Walid avec la Syrie et l'Turaibil traversent la Jordanie.

    Lamb dit ISIS a mis en place un fonds pour son califat dans la ville syrienne de Raqqa.

     



    "L'organisation islamiste estime qu'elle a actuellement un soutien régional énorme pour son expansion rapide" révolution des opprimés », dit Lamb.

    ISIS estime qu'il faudra 72 mois pour «libérer» la «Palestine occupée», ou Israël, selon Lamb.

    Lamb a cité un membre ISIS comme disant: "sionistes nous appeler masqué, assassins sociopathes, mais nous sommes beaucoup plus compliqué et représentant de ceux qui cherchent la justice qu'ils nous dépeignent.

    "Sommes-nous plus barbare que les terroristes sionistes qui ont massacré à Dier Yassin, Chatila, deux fois à Cana, et des dizaines d'autres massacres commis? L'histoire nous jugera après nous libérons la Palestine. "

    Lamb dit ISIS peut faire ce qu'aucun autre bailleurs de fonds arabes, musulmans ou occidentaux de résistance ont été en mesure d'accomplir.

    Il a cité le membre ISIS comme disant: "Tous les pays de cette région jouent la carte sectaire comme ils l'ont longtemps joué la carte palestinienne, mais la différence avec ISIS est que nous sommes sérieux au sujet de la Palestine et ils ne sont pas. Tel-Aviv va tomber aussi vite que Mossoul lorsque le moment est venu. "

    La source de WND dit ISIS apparaît "impatient" pour combattre les forces armées israéliennes "dans un proche avenir, malgré l'attente que le régime d'utiliser des armes nucléaires."

    "Pensez-vous que nous n'avons pas accès aux dispositifs nucléaires?" Agneau cité le membre ISIS comme disant. "Les sionistes savent que nous faisons, et si jamais nous croyons qu'ils sont sur le point d'utiliser les leurs, nous n'hésiterons pas. Après les sionistes ont disparu, la Palestine devra être décontaminé et reconstruit tout comme les zones où il a été libéré rayonnement ".

    ISIS accès à l'arme nucléaire pourrait provenir sunnite du Pakistan, qui est le foyer de plus de 30 groupes terroristes.

    Le Pakistan a éventuellement transféré des armes nucléaires à la bankroller chef de son programme de développement nucléaire, l'Arabie saoudite sunnite, comme WND a signalé précédemment.

    Les Saoudiens, qui ont également fourni des milliards de dollars à ISIS, ont menacé de se doter d'armes nucléaires si l'Iran à développer son propre.

    La source de WND dit ISIS nie tout intérêt dans la formation et la direction des combattants étrangers d'attaquer l'Europe, affirmant ses objectifs sont d'établir le califat d'al-Sham et "libérer la Palestine."

    La source a déclaré l'Occident, et en particulier les Israéliens, peuvent déjà être au courant des plans et des tactiques ISIS de prendre en charge "la Palestine."

     

    Il a dit des sources de renseignement occidentales étaient en possession d'une "encyclopédie de l'information" obtenue par le renseignement irakien moins de 48 heures avant Mossoul est tombé il ya deux semaines.

    Il a dit un messager ISIS qui a été capturé et "sous la torture irakienne" remis plus de 160 bâtons ordinateur flash avec des informations détaillées.

    "La communauté du renseignement des États-Unis est encore décrypte et analyse des bâtons flash», a déclaré Lamb.

    Il a indiqué que l'information a déjà été remis aux membres du Congrès, dont certains partagent avec l'ambassade d'Israël à Washington.

    "Le sentiment actuel sur Capitol Hill est signalé à être ce que l'administration Obama n'est pas d'humeur à partager quoi que ce soit avec Israël ces jours et certainement pas avec le régime Netanyahou qui il déteste,» dit-il.

    Lamb dit seul le temps dira si oui ou non ISIS atteint ses deux objectifs. Il a ajouté que si le "régime sioniste" peut être éjecté de la Palestine, il sera mis en mouvement "courants historiques» qui sera «assez différente de l'imagination Ehud Olmert-Condoleezza Rice d'un« Nouveau Moyen-Orient ».

    "En tout état de cause», a déclaré Lamb, «il est peu probable que l'Irak, la Syrie, le Yémen, la Libye, le Liban parmi les autres pays de cette région vont ressembler beaucoup à ce que George Bush et Dick Cheney et leurs conseillers encore actifs néo-conservateurs avaient à l'esprit quand ils battaient les tambours d'une invasion américaine de l'Irak, la Libye et maintenant en Syrie et en Iran ".

     

    Lu ici:      http://www.wikistrike.com/2014/09/breaking-news-les-islamistes-de-l-eiil-disposeraient-de-l-arme-nucleaire-offerte-par-le-pakistan.html


    0 0

     

    UKRAINE AUJOURD'HUI - Le vrai danger nucléaire

    UKRAINE AUJOURD'HUI


    Le vrai danger nucléaire



    Jean Pierinot
    le 21/09/2014
    L'Ukraine est un état nucléaire. La centrale de Zaporijia est d'ailleurs la plus grande d'Europe et elle inquiète de nombreux militaires.
     
    Le 30 Août, dans une interview publiée dans le journal allemand Westdeutsche Allgemeine Zeitung, Tobias Münchmeyer, expert de Green-Peace a déclaré qu'à l'heure actuelle, la ligne de front des opérations militaires se trouve à environ 200 kilomètres de la centrale de Zaporijia dont les réacteurs ont été construit à l'époque soviétique et ne sont pas suffisamment protégés contre les bombardements. Selon Münchmeyer, « il ya beaucoup d'armes anti-blindage de la région, qui pourraient pénétrer les enceintes de protection». Il précise : «même un simple coup dur contre les réseaux électriques pourrait avoir des conséquences désastreuses, car elle entraînerait la défaillance du système de refroidissement du réacteur nucléaire».
     
    À cet égard, Münchmeyer a rappelé les graves conséquences de l'accident de Fukushima-1 centrale nucléaire du Japon, où le système de refroidissement s'était éteint. 
     

    Y-a-t-il de véritables raisons de s'inquiéter ?

    Le 27 Août, la fonderie Makiivka dans l'oblast de Donetsk a annoncé sa fermeture. L'armée ukrainienne aurait bombardé l'atelier de l'usine à l'aide d'un lance-missile Grad.
     
    Trois roquettes ont explosé à proximité immédiate de l'installation. L'usine chimique Stirol à Gorlovka est également menacée de fermeture. Un porte-parole de l'usine, Pavel Brykov, a déclaré que les tirs d'artillerie de Grad et Uragan, plus le lancer de multiples roquettes sur l'usine de Stirol pourrait provoquer une fuite catastrophique de substances toxiques conduisant à la mort de personnes non seulement en Ukraine, mais aussi en Russie et dans la Biélorussie voisine.
     
    Les combats actuels se déroulent en effet dans une zone de l'Ukraine hautement industrialisée.
     
    Aussi, le Service de sécurité ukrainien (SBU) a déjà émis des avertissements sur des menaces anonymes de faire sauter des centrales hydroélectriques et nucléaires, « dommages qui peuvent avoir des conséquences imprévues et extrêmement graves pour la population de l'Ukraine et les pays voisins ».
     
    On a relevé au moins deux cas où des militants nationalistes de Pravy Sektor ont tenté de s'emparer des installations nucléaires en Ukraine sous le prétexte de les  «protéger», cas survenu par exemple à la centrale nucléaire de Zaporijia.
     
    Le Pravy Sektor, selon certains chercheraient en s'emparant d'une centrale nucléaire de tenir à distance les autorités ukrainiennes par chantage mais aussi de créer une bombe «sale» pour intimider la Russie.

    Autres sujets d'inquiétudes ?

     
    L'actuel gouvernement ukrainien souhaiterait prendre ses distances avec le combustible nucléaire russe afin de le remplacer par un approvisionnement américain.
     
    Peut-être mais encore faudrait-il que Westinghouse, la compagnie américaine chargée du transfert parvienne en temps de guerre à une compatibilité technologique complète avec les barres de combustible russe. Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déjà pris la parole  sur ce sujet: «Il n'est pas un secret pour personne que la société américaine Westinghouse cherche activement à gagner une part du marché européen.
     
    En raison des différences dans le carburant, elle tente d'introduire des tiges américaines dans les réacteurs de fabrication soviétique en Ukraine. Il y a danger. C'est loin d'être sûr ».
     
    Personne n'a repris en France ce commentaire de Lavrov alors que Lavrov a rappelé qu'il y avait déjà eu de sérieux problèmes quand Westinghouse avait commencé à faire de même en République tchèque.
    Comme pays de fabrication des centrales ukrainiennes, la Russie a demandé à être tenu informée de ces plans de transformation.
     
    Les Ukrainiens ne peuvent pas de plus oublier Tchernobyl et à ce propos, les Verts allemands ont récemment tiré la sonnette d'alarme. Le Parti vert allemand a officiellement envoyé une lettre au Ministre des Affaires étrangères allemands pour soulever sa préoccupation sur le réacteur même de Tchernobyl : la construction du nouveau sarcophage qui est une urgence est arrêtée suite au conflit !

    Même sans attaques hypothétiques sur les centrales nucléaires ukrainiennes, toutes représentent aujourd'hui un véritable danger, car elles sont quasi obsolètes et en fin de vie et il n'y a pas de fonds disponibles pour construire de nouveaux réacteurs ou effectuer des travaux importants sur ceux qui sont actuellement en fonctionnement.
     
    En particulier, la centrale nucléaire d'Ukraine du Sud, dans la province de Mykolaïv, serait dans une situation critique. Voici la conclusion du dernier rapport de sécurité la concernant: « L'extension de la durée de vie de la centrale nucléaire, et le nombre de cycles de refroidissement des réacteurs ont été dépassées.
     
    Cela peut conduire à un accident à l'unité de puissance avec une perte de pression dans le circuit primaire de refroidissement et une fusion du cœur, ainsi que l'émission de substances radioactives dans l'atmosphère ». Aucune réaction.

    Il est clair que la solution des problèmes complexes des centrales nucléaires ukrainiennes est inconcevable sans l'étroite collaboration de partenaires scientifiques, technologiques et industriels russes qui ont travaillé à leurs constructions.
     
    Pendant ce temps, les autorités de Kiev, avec une ténacité fanatique, cherchent à détruire tous les liens russo-ukrainiens en vigueur dans l'industrie nucléaire, en croyant naïvement à l'« énergie du redressement nationa l»!
     
    Or, il va de soi que toute tentative visant à remplacer le matériel russe avec des produits "maison" demeure très dangereuse en termes de fiabilité des installations prévues. 
     
     
    Source et publication:   http://metamag.fr/metamag-2267-UKRAINE-AUJOURD-HUI-Le-vrai-danger-nucleaire.html

     


    0 0

    Syrie : 100 000 Kurdes ont fui en Turquie devant l'offensive de l'Etat islamique

    Les jihadistes de l'EI ont pris plusieurs villages dans le nord-est de la Syrie.

    Une jeune Kurde de Syrie traverse la frontière turque, le 20 septembre 2014 à Sanliurfa (Turquie).Une jeune Kurde de Syrie traverse la frontière turque, le 20 septembre 2014 à Sanliurfa (Turquie). (BULENT KILIC / AFP) Par Francetv info avec AFP

    Mis à jour le 22/09/2014 | 08:25 , publié le 22/09/2014 | 07:54

    C'est un exode massif. Quelque 100 000 Kurdes de Syrie sont arrivés en Turquie ces derniers jours, a annoncé lundi 22 septembre le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Ils fuient la poussée des jihadistes de l'Etat islamique (EI) dans le nord-est de la Syrie

    La Turquie a ouvert vendredi sa frontière aux réfugiés syriens qui avaient commencé à quitter la veille le secteur de la localité d'Aïn Al-Arab (Kobané en langue kurde), encerclée par les combattants du groupe extrémiste sunnite EI.

    Le PKK appelle les Kurdes de Turquie à combattre l'EI

    Jusque-là, la troisième ville kurde de Syrie avait été relativement épargnée par la révolte syrienne, et quelque 200 000 déplacés y avaient trouvé refuge. Mais la récente poussée de l'EI dans la région et le siège que ces combattants ont imposé à la ville ont poussé un grand nombre d'habitants, principalement des Kurdes, à fuir.

    En réaction, le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a appelé lundi les Kurdes de Turquie à combattre les jihadistes en Syrie. "Le jour de gloire et d'honneur est arrivé. Il n'existe plus aucune limite dans la résistance", écrit le mouvement armé kurde de Turquie dans un communiqué qui parle de "mobilisation".

     

     Source:   http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/offensive-jihadiste-en-irak/100-000-kurdes-de-syrie-ont-fui-en-turquie-ces-derniers-jours-devant-l-offensive-de-l-etat-islamique-selon-l-onu_699975.html#xtor=EPR-51-[100-000-kurdes-de-syrie-ont-fui-en-turquie-ces-derniers-jours-devant-l-offensive-de-l-etat-islamique-selon-l-onu_699975]-20140922-[bouton]


    0 0

    Samedi 27 septembre :

    Carl Lang sera dans le Morbihan
     

    Pour un déjeuner-débat.

     

    Réservation obligatoire avant le jeudi 25 Septembre

     

     


     


    Site : http://jean-marielebraud.hautetfort.com/


    BLOG : http://pdfbretagne.blogspot.fr/
    Mail : pdfbretagne@orange.fr
     




    0 0





    Le Parti de la France s’associe avec les associations "REAGIR" et  " Quimper Résistance " contre l’installation d’une grande mosquée à Quimper avec minaret de 12 mètres du haut duquel l’appel du muezzin couvrira, malgré les dénégations-avant d’étouffer- le son des cloches de nos chapelles….pour 350 familles turques qui depuis 10 ans se réunissent déjà en ce  lieu dans une plus modeste salle de prières de ….450 m2.


    Nous demandons à Monsieur Le Maire et ses adjoints que les administrés quimpérois s’expriment par voie de référendum sur la nécessité de la construction d’une seconde mosquée à Quimper.

    Nous appelons à manifester le vendredi 26 septembre 2014 à 18h devant la mairie de Quimper lors du conseil municipal.

    Marie Anne HAAS
    Déléguée du Parti de la France Finistère 



    0 0


     
    Yannick Noah vient de perdre le procès en appel qu'’il avait intenté contre Marine Le Pen. Cette dernière l’'avait taxé « d’'exilé fiscal ».
     
     
    Dans la petite guéguerre qui oppose depuis quelques années Yannick Noah à Marine Le Pen, cette dernière vient de remporter une bataille juridique.


    Le chanteur a perdu ce matin son procès en appel contre la présidente du Front National qui l’'avait qualifié « d'’exilé fiscal » En mai 2013, Yannick Noah avait en effet poursuivi en justice Marine le Pen après le passage de cette dernière sur Canal + ..


    « Au lieu de payer ses impôts en France, ce monsieur se permet de donner des leçons […] de partage alors que lui, il ne partage rien, que son argent est planqué et qu'il n'en fait pas profiter les malheureux Français, je trouve ça lamentable », avait-elle asséné sur le plateau du Grand Journal.
    Yannick Noah avait aussitôt attaqué Marine Le Pen pour « diffamation » et lui réclamait 50 000 euros de dommages et intérêts.


    En juin 2013, les juges de la 17ème chambre du tribunal correctionnel de Paris avait débouté une première fois le chanteur, qui avait aussitôt décidé de faire appel.


    En pure perte puisque la justice vient de lui donner définitivement tort rapporte l’'AFP.
    On attend la réaction de l’'ex-tennisman. (Mais pas en chanson par pitié)

     


    AR
     
     http://www.liberation.fr/societe/2014/05/14/exile-fiscal-yannick-noah-perd-son-proces-contre-marine-le-pen_1017220

    >
    Question : Monsieur Noah, vous avez indiqué récemment que vous souteniez le programme du Parti socialiste quant à la taxe de 75 % sur les hauts revenus, est-ce vraiment le cas ?


    > Noah : "Oui, c'est absolument vrai car il y a tellement de gens qui souffrent qu'il est normal que les plus riches soient fortement taxés. J'ai bien dit que cette taxe de 75 % ne devrait concerner que les revenus supérieurs à un million d'euros par an !"


    > Question : Mais vous ne pensez pas que cela fera fuir les plus riches ?
    > Noah : "Ce n'est pas grave. Qu'ils partent. Je pense qu'il faut être généreux avec les plus faibles. C'est citoyen de payer plus d'impôt´t ! Ce qui compte c'est la générosité et le partage. D'ailleurs, mon dernier album qui vient de paraître évoque cette thématique. Vous l'avez écouté ?"


    > Question : Dans votre cas, cette taxe de 75 % se concrétisera par plus d'impôt ?
    > Noah : "Je ne sais pas. Vous savez je ne m'occupe pas des problèmes d'argent."


    > Question : Je repose ma question : Serez-vous concerné par cette taxe de 75 % ?
    > Noah : "En fait, je ne crois pas car mes revenus de source française n'atteignent plus aujourd'hui le million d'euros mais si cela avait été le cas, j'aurais accepté de payer cette taxe et donc d'être généreux."


    > Question : Donc, vous êtes pour une taxe que vous ne paierez pas ?
    > Noah : "Certes mais c'est parce que seule une partie de mes revenus est taxée en France. Mais je soutiens le principe de cette taxe par solidarité et par générosité pour les plus faibles."


    > Question : Mais si vous ne payez pas cette taxe et que vous pensez qu'il faut être généreux, accepteriez vous de verser une partie de votre fortune déjà acquise ?
    > Noah : « Non, cela n'a rien à voir avec le passé. J'ai bien précisé que j'étais pour cette taxe de 75 % pour les revenus futurs et pas pour les revenus passés ! »


    > Question : Mais accepteriez-vous de donner une partie de votre fortune accumulée par le passé ?
    > Noah : "Laissez-moi tranquille avec ça, j'ai parlé des revenus futurs ! La générosité est un principe général, une philosophie de tous les jours. Je n'ai rien à prouver. C'est d'ailleurs ce que je dis à mon public. Avez-vous ma prochaine tournée ?"


    > Question : Votre fils a signé un contrat de 65 millions de dollars avec son club de basket, contribuera-t-il à payer pour les plus faibles ?
    > Noah : "Laissez mon fils tranquille. Il construit son avenir et il n'est pas en France. Il n'a donc pas à contribuer à cette taxe."


    > Question : Et vous, allez-vous contribuer à payer pour les plus faibles ?
    > Noah : "Je vous ai dit que mes revenus de source française sont aujourd'hui inférieurs à un million d'euros ! Donc, je ne suis pas concerné. Laissez-moi tranquille. L'interview est finie !!!"


    > Question : Monsieur Noah, revenez, j'ai encore une question !
    > Noah : "Laissez-moi partir, je ne veux plus répondre."


    > Question : Monsieur Noah, Monsieur Noah !
    > Monsieur Noah a quitté précipitamment le studio ! Et il doit 1 million d euros au fisc français.


    > Moralité de M. Noah : " les riches, vous devez payer mais moi non, car je ne suis pas riche en France, ma fortune est à l'étranger....."
    >
    > ET DIRE QU'UNE PARTIE DES FRANÇAIS, LES MAL VOYANT ET MAL ENTENDANT, L'ONT ÉLU "PERSONNALITÉ PRÉFÉRÉE" DE NOTRE PAYS.

    > IL Y A DES ABRUTIS PARTOUT MAIS EN FRANCE CELA DÉPASSE LES BORNES.

     

     

    Merci Serge B.


    0 0

    Samedi 27 septembre :
     
    Pour un Déjeuner / Débat ,  Carl Lang sera dans le Morbihan
     
    À 12 H AU RESTAURANT " LE RENDEZ-VOUS DES PÊCHEURS "À PONT-AUGAN près de BAUD !
     
    Par la voie Express Sortie : ( " Gare de baud ""bubry " )

     

     
    Infos pratiquee Samedi 27 Septembre 2014 12:00 - 18:00

     

     
     
    Pour tous les renseignements  Tel : 06 65 61 08 62

    0 0


    Conférence
    "L'ETAT ISLAMIQUE"
    un dessein politico-religieux

    Comment le combattre ?

    Surpris par les ravages monstrueux de l'organisation "Etat islamique", l'Occident ne comprend pas ce nouvel ennemi.

     

    Or il ne faut pas se raconter d'histoire : l'ambition de ces troupes djihadistes dépasse les agissements d'une armée terroriste et mafieuse surgie de nulle part.

    Espace Georges-Bernanos, 4 rue du Havre Paris IXe

     


    MERCREDI 8 OCTOBRE, 19h00-21h (entrée libre, PAF conseillée 5 €)

    Le dessein de l'organisation "Etat islamique", est d'établir un califat. Son projet puise aux sources de l’eschatologie islamiste médiévale : les sujets du calife seront les annonciateurs du Jugement. Prétendre donc que l'"État islamique" n’a rien de religieux n’a aucun sens.

    Quelles sont les explications historiques de ce projet, qui progresse dans d'innommables atrocités ?
    Pourquoi les chrétiens sont-ils un obstacle à cette guerre entre musulmans ?


    Les musulmans ennemis de l'EI peuvent-ils être des alliés ?


    Si le califat est un rêve puissamment ancré dans les mentalités, même manipulées, ce ne sont pas des bombes qui le neutraliseront...



    LES REPONSES DE :

    Henri de Saint-Bon, ancien officier de l'Armée de terre, écrivain, spécialiste de l'islam, auteur de L'Islam à la lumière de la foi chrétienne (L'Oeuvre, 2012),

    Thomas Flichy de La Neuville, professeur de géopolitique à l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, auteur de L'Iran au-delà de l'islamisme (Ed. de l'Aube) et d'un essai sur l'Etat islamique (à paraître),

    Et le témoignage de l'équipe de SOS Chrétiens d'Orient, de retour d'Irak.


    En savoir plus sur la soirée du mercredi 8 octobre


    Précision : la conférence est à 19h00.


    INVITEZ VOS AMIS
    Entrée libre (participation aux frais 5 € conseillée)


    0 0

     

    Islamisme : nous sommes en guerre de religion - La sidération de l’amalgame nous transforme en moutons

    Islamisme : nous sommes en guerre de religion


    La sidération de l’amalgame nous transforme en moutons



    Jean Bonnevey
    le 25/09/2014
    Ce sont toujours les moutons que l’on égorge. C’est toujours le couteau qui s’enfonce dans le beurre. Les décapiteurs du terrorisme islamiste le savent. Il nous faudra bien, un jour, tout de même l’admettre.
     
    Nous en sommes encore loin malgré la guerre admise et l’exécution abjecte de l’alpiniste de Saint martin Vésubie.
     
    Le président Obama a cru devoir rappeler lors de sa dernière intervention télévisée, ce qui a bien sûr été repris partout, sur les frappes en Irak et en Syrie, que les chrétiens avaient connu eux-aussi des moments de violences religieuses. Il nous renvoi donc aux guerres de religions, à nos guerres de religions pour excuser l’islam.
    Il est, comme François Hollande, sidéré par la peur de l’amalgame. Il oublie aussi que ce sont les plus extrémistes des religieux européens qui ont quitté un continent qui ne voulait plus d’eux ou les persécutaient pour fonder l’Amérique.

    Mais une chose est sûre : si tous les musulmans ne sont pas des terroristes, tous les terroristes se réclament de l’islam. Même BHL l’admet. Sur BFM TV, ne pouvant s’empêcher d’évoquer le nazisme car il n’y a pas que les islamistes qui sont des anachroniques, il a enfin dit ce que nous disons depuis toujours et ce que l’on entend de plus en plus. Si les musulmans de France et du monde condamnent vraiment l’islamisme  obscurantiste, qu’ils descendent dans la rue pour le dire par milliers ou par millions et ne contentent  pas de pages facebook.

    Mais, encore sur BFM TV, miroir de l’idéologie médiatique, plus que de la victime  française on mettait en avant ce matin des musulmans parlant de tolérance et dénonçant les islamistes. Cette sidération  médiatique  de la peur de l’amalgame est partagée par notre monde politique et nous rend autiste et faible.

    On nous fait une guerre de religion
     
    On nous traite de croisés, on nous renvoie à notre identité chrétienne alors que nous n’osons même plus faire référence à nos racines de civilisation. Certes la guerre de religion est d’abord en Islam. Les chiites sont les protestants des sunnites. Cette guerre de religion ravage l’islam comme elle a ravagé l’Europe et qui se souvient de la guerre de trente ans ?

    Mais une chose a changé. Cette guerre est mondiale et c’est chez nous, en France, une guerre civile et religieuse qui nous concerne et nous menace. Il faut le dire, c’est en raison tout de même d’une immigration massive et mal contrôlée, du laxisme vis a vis des voyous issus de l’immigration qu’une partie des jeunes a basculé, par haine d’une société  où ils sont inadaptables, dans le terrorisme islamique. Echec total de la politique de l’intégration ou de la ville. Echec total de nos hommes politiques.

    Il faudra bien se défendre

    Mais pour ce faire, il faudra voter des lois d’exception, des lois de guerre civile. A quand l’article 16 ? Qui sera capable de protéger les Français ? Si la France n’a pas peur, les Français ont des raisons de s’inquiéter. Malgré les rodomontades, nous sommes mal protégés.

    Quand on voit la bavure surréaliste des islamistes présumés ayant changé d’avion en Turquie et étant passé à Marseille où le système informatique était en panne, on se dit que notre ministre de l’intérieur, avec ses déclarations sur « la France n’a pas  peur » et la protection à 100 %, aurait mieux fait de se traire. C’est lui qui fait peur. Il est tout de même démenti et un peu ridicule et peut-être d’ailleurs devrait il songer à démissionner  comme certains le lui demandent. Mais c’est à lui de voir en conscience, car on ne sait pas tout.

    Enfin  sur le plan international

    L’Algérie apporte la preuve qu’elle n’a pas éradiqué l’islamisme combattant et que des zones entières restent des sanctuaires au sein d’une population hostile aux islamistes mais également au pouvoir sclérosé d’Alger. Après le Mali, le Sahara, la Kabylie, l’Algérie  n’est certes pas l’état fort anti-terroriste officiellement affiché.

    Sur notre engagement militaire et pour faire plaisir à BHL et revenir à ses nazis omniprésents…. Que ce serait-il passé si nous avions jugé Staline infréquentable comme un Assad et refusé son alliance contre Hitler ? Il y aurait eu bien des raisons de le faire ! Et bien Hitler aurait gagné la guerre, n’étant plus attaqué sur deux fronts et étant libéré du plus sanglant, celui de l’est. Mais à l’époque, le réalisme et le cynisme l’emportaient sans le dire sur l’idéologie démocratique hypocrite et trompeuse.

    La stupidité de notre stratégie dérisoire avec deux avions de combat est presque aussi inquiétante d’ailleurs que notre impossibilité à dépasser l’islamiquement correct de nos journalistes et politiciens lobotomisés.

    Puisque le monde est entré en guerre de religion, une guerre dont nous ne voulons pas mais qu’on nous impose… une guerre mondiale qui par l’immigration concerne tous les pays, il faudra bien y faire face avec des moyens adapté et un discours réaliste.

    Cette guerre à l’islamisme n’est pas une guerre contre l’islam. Nous ne faisons pas la guerre à l’Islam mais les islamistes eux nous font la guerre.
     
    Il faut le dire, l’accepter et combattre, et c’est aux musulmans  chez nous, de le dire le plus fort et de monter les premiers au front….. meilleur moyen de lutter contre cet amalgame qui, pour certains, est plus dangereux semble-t-il que le terrorisme fanatique et assassin.
     
    Source et publication    http://metamag.fr/metamag-2284-Islamisme---nous-sommes-en-guerre-de-religion-La-sideration-de-l%E2%80%99amalgame-nous-transforme-en-moutons.html    

    0 0

     

    La TURQUIE EST-ELLE ENCORE NOTRE ALLIÉE ?

     
    La TURQUIE EST-ELLE ENCORE NOTRE ALLIÉE ?

     

    Afin de lutter contre l’Etat islamique (EI), cette monstruosité totalitaire destinée à soumettre le Moyen Orient puis à terme le monde entier, dix États de la Région ont signé le « communiqué de Jeddah », dans lequel ils s’engagent à aider Barak Obama dans sa campagne contre l’EI.

     

    Une signature manquait à cet appel : la Turquie d’Erdogan… Lorsque le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a tenté de convaincre la Turquie de participer à la coalition internationale contre l’EI, Ankara a catégoriquement refusé.

    Rompant l’élémentaire solidarité atlantique, Ankara a refusé que des avions américains ou de l’OTAN décollent des pistes turques, pourtant les plus opérationnelles pour atteindre l’Irak.

    Rappelons que l’armée de l’air turque dispose des dernières technologies issues de l’industrie militaire américaine, que ses pilotes sont formés par les Etats-Unis et que la Turquie abrite 24 bases de l’OTAN. L’argument officiel avancé par Recep. Tayyip Erdogan était jusqu’au 20 septembre dernier le sort des 46 prisonniers turcs capturés à Mossoul par l’EI en juillet.

    On sait aujourd’hui qu’ils ont été libérés en échange de l’aide turque aux jihadistes qui combattent les Kurdes en Syrie… Le prétexte des otages a servi à masquer une autre réalité, totalement inacceptable de la part d’un Etat « allié» qui se dit opposé au terrorisme, qui veut d’intégrer l’Union européenne et qui est un pilier de l’Alliance Atlantique : la Turquie du néo-Sultan Erdogan soutient – tant en Syrie qu’en Irak – des groupes islamo-terroristes, dont l’EI, qui compte 1000 jihadistes turcs… Depuis le début de la guerre civile syrienne, Ankara a fermé les yeux sur les camps d’entraînement de l’EI en Turquie et sur le passage par son territoire d’armes et de jihadistes du monde entier venus combattre en Syrie ou en Irak. Les jihadistes sont recrutés au grand jour en Turquie dans les mosquées, les écoles et même parmi les forces de sécurité…

    La réalité de l’appui du gouvernement turc à l’EI est dénoncée par l’opposition turque elle-même (parti CHP) qui déplore que son pays est devenu la plus sûre base arrière de l’EI, dont l’une des composantes, la puissante Confrérie islamiste des Naqshband, est très proche de l’AKP et d’Erdogan… Le néo-Sultan turc détesterait-il l’alaouïte Bachar al-Assad plus encore qu’il ne craint l’EI ? Ou serait-il carrément solidaire des jihadistes (nostalgiques comme lui du « Califat ») qui combattent par les armes les alaouïtes laïques syriens comme il combat politiquement leurs cousins turcs alévis tout aussi « infidèles » ?

    Ces dernières semaines, la Turquie a agi comme un véritable allié de l’EI face aux Kurdes de Syrie, hélas bien moins armés, et dont les défaites récentes à Kobanê (Nord de la Syrie) s’expliquent par le fait que l’armée turque a livré au moins 5 chars et nombre d’armes lourdes à l’EI… Enfin, la Turquie a également refusé de faire cesser la contrebande d’hydrocarbures en provenance d’Irak et de Syrie alors que les dizaines de champs pétroliers et de raffineries d’Irak et de Syrie contrôlés l’EI génèrent de 2 millions de dollars par jour…

    Plus personne ne peut nier le rôle ambigu d’Erdogan et son soutien à l’EI. Les Etats-Unis et l’OTAN, si prompts à dénoncer la Russie dans les dossiers nucléaire iranien ou la crise ukrainienne, devraient faire preuve d’une aussi grande vigilance vis-à-vis d’un pays qui a encore bien moins d’excuses de ne pas jouer le jeu de la solidarité occidentale car il est un membre majeur de l’OTAN. Face à un danger aussi grave que l’Etat islamique, Erdogan et son Premier Ministre Ahmet Davutoglu, artisan de la stratégie « néo-ottomane », doivent choisir leur camp : soit la Turquie reste membre de l’Alliance et alors elle participe à la coalition contre l’EI et cesse de lui livrer des armes, soit elle continue d’agir en allié du pire ennemi des démocraties depuis le IIIème Reich et l’URSS et alors elle quitte l’OTAN.

    De son côté, l’organisation atlantique doit être plus cohérente : elle a toléré depuis 1974 l’invasion turque de 37 % de l’île de Chypre – pourtant membre de l’Union européenne – puis le viol permanent des frontières de la Grèce (pourtant membre de l’Alliance), notamment en Mer Egée.

    Elle ne peut plus tolérer le soutien d’Ankara aux jihadistes que dénoncent les kémalistes eux-mêmes. La France, qui a rejoint le Commandement intégré de l’OTAN en 2009 après l’avoir quitté en 1966 sous le Général de Gaulle, doit en tirer les conséquences si la Turquie ne clarifie pas ses positions.

     

    Allons-nous supporter encore longtemps les agissements inqualifiables d’Erdogan ?

    *Fabien Baussart, président du Center of Political and Foreign Affairs (CPFA),

    **Alexandre del Valle, Géopolitologue, auteur de l’essai : Le Complexe occidental, Petit traité de déculpabilisation, éditions du Toucan, 2014.

    ***Randa Kassis, opposante Syrienne, présidente du Mouvement de la Société Pluraliste.

     

    Lu sur le blog d’Alexandre del Valle


    0 0


     
    je n'ai rarement lu de texte plus lucide lisez je vous en prie c'est long mais lisez tout ensuite dites moi en retour ce que vous en  penser sincèrement j'espère que certains ouvrirons les yeux devant cette evidence
      

     
    La marmite  va péter
     
    Dans un style très   peu littéraire mais d'autant plus réaliste voici un cri du cœur de Michel Samissoff ancien compère de Jean Roucasse :
     
     
    Des erreurs, on en fait tous. Moi, ma dernière, c'est d'écrire cet article.
     
    Avant se fut de mettre une vidéo sur les massacres des chrétiens partout dans le monde sur Facebook (vidéo prise d'ailleurs sur un autre « mur »). Cette vidéo suscite plusieurs commentaires, mais aucun ne passe. Censure !
     
    Alors, comme toute cette hypocrisie ambiante me semble de plus en plus insupportable, je vais vous faire part de mes réflexions.
     
     
     
    Je vais vous parler des Arabes et des noirs... Deux erreurs fatales !
     
    Dans notre monde "politiquement correct " (c'est-à-dire complètement faux cul), il ne faut pas dire "Arabe", ou "noir": ce sont des gros mots, des mots interdits qui sont pourtant dans le dictionnaire . Mais on préfère "black", ou "beur", ou "maghrébin". Attention à " reubeu", Florent Pagny s'en souvient... Bref : on ne doit pas appeler un chat un chat, c'est tabou, même si on ne sait pas trop pourquoi.
     
     
     
     
    Il n'y a pas que dans ce sujet que l'imbécillité brille. Vous savez bien, Coluche nous a fait rire en disant les choses... On ne dit pas une "caissière", mais une hôtesse de caisse ! On ne dit pas un infirme, mais un handicapé (ensuite on est passé à "personne à mobilité réduite") et il ajoutait: " On ne va plus dire un con, on va dire un non-comprenant".
     
     
     
     
    La société civile s'est complètement embourbée dans son pseudo humanisme à deux balles. Je reviens une seconde à Florent Pagny. Je le connais assez bien, on se croise de temps en temps, on a fait plusieurs émissions et déplacements ensemble. Je ne crois pas qu'il soit raciste, il a juste exprimé un ressentiment ambiant. Il a dit en gros : "Mes enfants vont étudier à Miami, je n'ai pas envie qu'ils viennent en France pour parler "reubeu"". Après tout, c'est un avis et il devrait avoir le droit de l'exprimer. Mais non ! Aussitôt, plainte de "SOS racisme", plainte de la Licra , menaces physiques téléphoniques, boycott de Pagny sur plusieurs radios, etc... C'est curieux, non ?
     
     
     
     
    Dans le même temps, des humoristes font passer le Pape pour un demeuré, pour un légume ou même, quand ils ne sont pas trop bien renseignés sur sa biographie, pour un nazi.
     
    Taper sur le Pape, sur l'église, sur les Juifs (un peu plus prudemment quand même), Tout cela est de bon ton. Mais oser émettre une critique sur un Arabe ou un noir, c'est tabou. Celui qui ose se fait massacrer immédiatement.
     
     
     
     
    A l'époque, Bernard Tapie avait dit de son goal Joseph-Antoine Bell que c'était un con. Bell avait répondu : "Tapie dit cela parce qu'il est raciste et que je suis noir"... Tapie avait conclu: " je ne dis pas qu'il est con parce qu'il est noir, je dis qu'il est con parce qu'il est con."
     
     
     
     
    Je vais tenter de vous démontrer aussi comment on "truque" les statistiques . Actuellement, dans les prisons françaises, huit détenus sur dix sont des Ara... Pardon des maghrébins. Tout le monde le sait, enfin, si vous ne le saviez pas, c'est fait. Et le Ministère de l'Intérieur le sait encore mieux que les autres. Pourtant (suivez-moi bien), les statistiques officielles d'état parlent de moins de 2 % d'étrangers détenus. Pourquoi ? Et bien pour une raison toute simple (et vraie en plus) : ces arabes qui remplissent les prisons ont tous une carte d'identité Française, donc ils sont français comme les autres, donc ils n'apparaissent pas dans les statistiques, et voilà ! Alors après cela, si je dis que dans nos prisons c'est comme au bled, qu'ils exigent leur nourriture "hallal", etc.. Que les détenus (rares) français doivent raser les murs et sont en réel danger physique, je suppose que je suis un horrible facho...
     
     
     
     
     
     
    Tenez : un autre scoop pendant que j'y suis, dont personne n'a été informé : le 11 novembre, sur le plateau du Larzac, des militaires qui gardaient un dépôt de munitions ont été attaqués à balles réelles par des... Oui, vous avez deviné. Il y a eu un blessé parmi ces gens, un soldat a pris un impact sur son gilet pare-balles. Vous n'en saurez rien.

    Pourquoi ? Parce que tout le monde sait, nos politiques en tête, que la marmite va péter, mais il faut que ce soit le plus tard possible. Alors on repousse l'échéance en espérant que ça tombera sur la gueule de nos enfants.
     
     
     
     
    Il y a quelques années, un économiste avait avancé la drôle d'idée : supprimer le RMI, devenu RSA : les experts ont répondu très vite : en cas de suppression du RMI, les banlieues descendent dans la rue, c'est la guerre civile. On a rangé cette idée.

    Je parle des banlieues: ce sont maintenant des zones de non-droits. La police n'y pénètre plus : il est plus facile de verbaliser avec des radars au bord des routes.
     
     
     
     
    Une anecdote : tous les ascenseurs d'une cité étaient détruits ; les vieilles maghrébines montaient 5 ou 6 étages à pied avec leur panier. Les ascenseurs détruits par leurs propres enfants ou petits enfants. La compagnie d'ascenseurs a changé tous leurs appareils, flambants neufs.

    Quatre heures après leur livraison, ils étaient détruits et les mères et grand-mères de ces "djeun's" baissent la tête et prennent comme d'hab les escaliers avec leur panier plein...
     
     
     
     
    J'en vois déjà qui vont me répondre: "Oui, mais ces pauvres petits jeunes gens sympathiques, il faudrait leur trouver un travail, ce serait formidable pour eux !" Jusqu'où peut-on être aussi aveugle !

    L'intégration !! Je vois à la télé des émissions d'une impudeur incroyable.

    Pour parler d'intégration, on invite en général, comme je l'ai vu dernièrement, un brillant chirurgien d'origine algérienne, un sénégalais polytechnicien et une française femme de ménage (je vous jure que c'est vrai !) et on vous dit: L'intégration est complètement réussie.
     
     
     
     
    Mais enfin, qui va dire que pour un brillant chirurgien ou un excellent ingénieur il y a des millions d'autres inadaptables, inadaptés à notre système social. Pourquoi cette malhonnêteté intellectuelle ? Pourquoi ?

    Parce que, rappelez-vous: la marmite... Il ne faut pas soulever le couvercle sinon elle va péter.
     
     
     
     
    Cela dit, il y a des musulmans intégrés, c'est vrai, et je les respecte. Mais ils ne sont pas nombreux car la plupart ne le veulent pas. J'ai vécu dans beaucoup d'endroits. J'ai recompté : j'ai fait 43 déménagements dans des villes de France et dans quelques autres pays.

    Je suis né au Maroc, j'ai grandi un peu en Afrique, j'étais en Algérie pendant la "guerre" (enfant), à Djibouti, à La Réunion, à Miami, bref... j'ai pas mal bougé et je crois avoir quelques notions de géopolitique.

    Pour rester dans la France "intra-muros", j'ai habité le nord (Lens, Hénin-Liétard devenu Hénin-Beaumont) où j'ai vu l'immigration polonaise, russe, slave en général. Ces populations se sont parfaitement intégrées en une demi-génération.

    Au sud, j'ai habité Saint-Raphaël et Marseille, j'y ai vécu l'immigration des espagnols, des portugais, des italiens... Parfaitement intégrés, fiers d'être français et reconnaissants envers leur pays d'accueil.
     
    Les "Noirs" s'intègrent, mais plus difficilement.
     
     
     
     
    Mais où veux-je en venir? A la phrase qui tue : les musulmans ne s'intègrent pas. On peut hurler, vitupérer, critiquer, me traiter de ce que vous voudrez mais voilà : les musulmans, donc grosso modo les arabes ne s'intègrent pas.

    Comme je l'ai dit plus haut, ils ne le veulent pas (Charles de Foucault et Mohamed V en leurs temps nous en ont expliqué la raison) ils veulent apporter leur civilisation moyenâgeuse ici.
     
     
     
     
    Oh ! Je sais bien la réponse de certains. "Cet amalgame n'est pas supportable"
     
     
     
     
    C'est si facile de ne pas se mouiller. Pour ceux qui s'intéressent à l'histoire, rappelez- vous du retour de Chamberlain de son entrevue avec Hitler, agitant son traité de paix avec l'Allemagne. Pathétique, il n'avait rien vu venir.

    Ou le retour au Bourget de Daladier, lui avait compris qui disait : "Ah les cons !" alors qu'il se faisait ovationner par une foule de français qui, eux, n'avaient rien compris à ce qui allait leur tomber sur la tête... L'histoire se répète invariablement avec les mêmes niaiseries.
     
     
     
     
    On pourra aussi me dire que la civilisation arabe a été une grande civilisation. Ce n'est pas tout à fait exact : ils ont amené au monde une part (modeste) des mathématiques, une certaine poésie et un peu de médecine.

    Mais il y a un sacré bémol : cette civilisation n'a plus évolué depuis le 12e siècle et nous sommes au 21e. Le compteur est resté bloqué depuis. Qu'on me montre une voiture de marque Arabe !
     
     
     
     
    Autre chose : on peut me dire que ces gens sont venus surtout à la fin des années 60 et que ce sont aussi eux qui ont reconstruits la France d'après-guerre, qu'ils ont aussi contribué à construire nos maisons, nos rues, nos immeubles... C'est exact.

    Mais quand un pays a besoin de main d' oeuvre, il la prend, quand il n'en n'a plus besoin, il la renvoie.

    Ne bondissez pas, cela a un nom: ça s'appelle la raison d'état.
     
     
     
     
    La raison d'état, ce n'est pas une personne avec un coeur, c'est un protocole. On ne fait pas un pays avec des assistantes sociales, on le fait par la raison d'état, c'est d'ailleurs étudié dans toutes les facultés.
     
     
     
     
     
     
    Je vais vous parler quelques instants du système de protection sociale et de santé. Bien entendu, je vais commencer par dire ce qu'il ne faut pas dire : 80 % des consultations hospitalières sont le fait de maghrébins.
     
    Un plaisantin pourrait me dire que c'est parce qu'ils n'ont pas les moyens d'aller dans des cliniques privées. Pourquoi pas ? N'empêche que si vous allez par curiosité dans les urgences vous serez effarés. Pourquoi ? Parce que c'est gratuit. Elles sont ainsi devenues, non pas un endroit d'urgence mais un banal lieu de consultation. Alors si le petit Mohamed tousse, aux urgences.
     
     
     
     
    Vous savez, je parle des choses quand je connais. Quand je ne connais pas, je me tais. Il se trouve que je suis (entre autre) kiné et que j'ai fait quelques années en hosto. Ce que je vous décris, je l'ai vu et revu et tous les mois, ça s'amplifie.
     
     
     
     
    Pour aller vite, je vous passe bien sûr les médecins qui se font tabasser parce qu'ils "touchent" une femme musulmane, que ces gens font des scandales à répétition quand ils doivent attendre trop longtemps, etc... Les autres attendent stoïquement, eux ils foutent le bordel partout, c'est comme ça... Alors me direz- vous, où ça va tout ça? Il faut se risquer à faire de la prospective.

    Au point où j'en suis! Je pense que cela va aller très mal (la marmite !).
     
    Je suis pessimiste, mais lucide : ça compensera avec ceux qui se cachent les yeux. On a vu les Balkans, la Serbie chrétienne asservie par l'islam.

    C'est le chaudron central de l'Europe, vous verrez qu'on va encore en entendre parler.
     
    La Grande-Bretagne envahie par les intégristes musulmans, la Belgique submergée.
     
    La France compte 10 millions de musulmans (et non pas 4,5).
     
    Savez- vous quel est le prénom le plus donné dans les maternités ? C'est Kévin, Mohamed n'est que le deuxième.
     
     
     
     
    Quand la fameuse marmite va sauter, ce sera une guerre civile, entre «français». Les banlieues qui descendent dans les villes, les gardes mobiles qui chargent, l'armée, les morts par milliers...
     
     
     
     
    Je vois encore bondir quelques-uns d'entre vous : quel défaitiste ! La France, terre d'accueil, des droits de l'homme . Je connais : ça fait 25 ans que vous vous gargarisez d'utopie.
     
    Pourtant, comme vous, je préférerais décrire un monde fraternel, d'égalité, où tout le monde s'aime et patati et patata. Vous avez su vous en contenter depuis trente ans, il n'y a pas de raison de ne pas continuer, pas vrai ? Et puis on peut me dire aussi : « Eh bien puisque tu es si fort, dis-nous comment il faut faire, malin ?... Et oui, c'est embêtant : je n'ai pas de réponse.
     
     
     
     
    Je suppose qu'il aurait fallu stopper net cette immigration dès les années 60/70 Un peu tard maintenant, hein ?
     
    Pour tout vous dire, je pense que nous allons vers la fin de notre civilisation. L'histoire du monde est un balancier : à toi, à moi.
     
     
     
     
    Comme les Romains à Capoue, nous nous vautrons dans notre confort et nous n'entendons pas les Barbares à nos portes ou pis encore, à l'intérieur même de notre pays.
     
     
     
     
    Si vous saviez comme j'aimerais me tromper ! Nos enfants nous jugeront:"Ils n'ont rien vu venir,    ces cons !".
     
    Pour conclure, je vous dirai bien sûr comme tous les bons fachos que j'ai de bons copains arabes, juifs, noirs, athées, homos et tout ce que vous voudrez. Soyez gentils d'avoir l'intelligence de penser que je ne veux tuer personne.
    Je ne suis pas nazi, ni SS, ni ultra ce que vous voudrez.
     
     
     
     
    Mon métier c'est de soigner tous mes frères humains. A mon avis, cet article ne va pas rester bien longtemps sur mon mur. Voilà : à vous de juger... Suis-je un horrible raciste? C'est vous qui voyez.
     
     
     
     
     
     
     
     En 2017 si vous ne savez pour qui voter ?... moi je sais!
     
    Mon candidat devra s'engager sur : Immigration zéro
     
    Retour aux 39 heures, voire 40 comme dans la majorité des états de l'UE.
     
    Suppression de l'aide médicale d'état "1 milliard par an pour les réfugiés"
     
    Réduction du nombre de Sénateurs ,de députés et élus des colectivités territoriales Conseillers régionaux conseillers généraux.
     
    Réduction des parlementaires et fonctionnaires européens
     
    Réduction du nombre de ministres
     
    Suppression de la C M U à certaines catégories
     
    Désendettement massif de la France par la réduction du train de vie de toutes les "élites"
     
    Suppression des aides aux associations, véritable pompe pour assistés
     
    Islamisations zéro plus de construction de nouvelles mosquées
     
    Si vous voulez que cela continue reconduisez ceux qui depuis 30 ans votent des budgets en déficit  pour acheter des électeurs...
     
     
     
     
     
     
     
    Comment expliquer qu'un salarié qui se lève chaque matin a du mal à finir le mois, ne part presque jamais en vacances et ne peut se soigner correctement alors qu'une personne inactive est logée gratuitement avec "APL", peut faire des grasses matinées, partir en vacances chaque année avec les bons vacances de la "CAF " et se faire soigner avec la "CMU " bien mieux qu'un salarié qui n'a droit a rien de tout ça !!!!!!
     
     Alors aidons plus les salariés pour une France qui avance et foutez les cas sociaux au boulot !!!!
     
     
     
     
    Un jour j'irai vivre en Théorie, parce qu'en théorie tout se passe bien
     
     
     MERCI SERGE B.
     


    0 0

        Hassan Nasrallah sur la coalition contre l'Etat Islamique : « L’Amérique est la mère du terrorisme »

    https://www.youtube.com/watch?v=7di5nDl8Mc0


    Dans cet extrait, Sayed Hassan Nasrallah explique pourquoi le Hezbollah est opposé à la participation du Liban à la coalition internationale contre l’Etat Islamique menée par les Etats-Unis, qu'il considère comme la source du terrorisme et accuse de vouloir s’implanter à nouveau au Moyen-Orient au prétexte de cette coalition.

    Le Liban fait face à des agressions répétées de la part de l’EI et du Front Al-Nosra, qui ont capturé 22 soldats libanais et exécuté trois d’entre eux, mais Hassan Nasrallah considère que le Liban est tout à fait capable de faire face à ce danger, et qu’il n’est pas dans son intérêt de s’allier aux Etats-Unis.

    N'hésitez pas à les publier et à les diffuser.

    Merci et bien à vous,

    Salah


    ______________


    Vidéo sous-titrée : https://www.youtube.com/watch?v=7di5nDl8Mc0





    Traduction & vidéo : http://www.sayed7asan.blogspot.fr

     

    Retranscription :



    Le deuxième point concerne les développements de la région et notre position vis-à-vis de ce qui a été appelé la coalition internationale contre l'Etat Islamique.

    Nous souhaitons bien évidemment préciser notre position vis-à-vis de cette coalition, notre position en tant que mouvement, notre position en tant que Résistance, notre position à travers nos ministres dans le gouvernement libanais, et nous voulons également par là répondre aux distorsions et mensonges dont nous avons été l'objet à ce sujet.

    Maintenant, s'il y a des gens qui sont incapables de savoir et de comprendre, c'est leur problème, pas le nôtre. Quoi qu'il en soit, nous exposons et expliquons notre position car il s'agit d'un moment historique et crucial.

     

    Premièrement, tout le monde sait que le Hezbollah est opposé à l'Etat Islamique.

    J'ai parlé de cela il y a deux mois, assez longuement et de manière détaillée. Nous sommes opposés à ces groupes takfiris meurtriers.

    Et plus encore, nous les combattons, et nous avons perdu nombre de combattants dans cette lutte.

     

    C'est pour cela que la première chose qui doit être écartée, c'est cette idée de certains qui prétendent que notre position vis-à-vis de la coalition internationale vise à défendre ou à protéger l'Etat Islamique, ou d'autres idées similaires. C'est une caricature ou une tromperie : cette erreur est soit due à l'ignorance, à une analyse simplificatrice, ou alors à une volonté de tromper.

     

    Non, certainement pas. En ce qui nous concerne, j'ai déjà longuement expliqué que nous considérons l'Etat Islamique, ces groupes qui tuent et massacrent juste à cause d'une différence de pensée, d'un désaccord politique ou d'un différend organisationnel – nous avons longuement expliqué cela précédemment à maintes occasions – ces groupes constituent une menace pour tous les peuples, tous les gouvernements et toutes les confessions, pas seulement pour les minorités, pour tous les habitants et peuples de cette région.

     

    C'est pour cela que notre position vis-à-vis de ces groupes est une position ferme, claire et définitive. Notre position est claire quant à la nécessité de les combattre et de les repousser, et de préserver les peuples de la région et toute la région du danger qu'ils représentent.

     

    Mais en ce qui concerne l'intervention militaire américaine, ou la constitution d'une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, c'est là une toute autre question. C'est un sujet qui doit être discuté sous plusieurs angles.

     

    Premièrement, d'une position de principe : il ne fait aucune différence que les Américains viennent s’attaquer à l'Etat Islamique, ou qu'ils viennent s'attaquer aux Talibans, ou qu'ils viennent s'attaquer à l'ancien régime irakien, ou qu'ils viennent s'attaquer à quiconque où que ce soit, nous (le Hezbollah), par principe – et contrairement à d'autres qui soutiennent l'intervention américaine et sollicitent une telle intervention, par exemple, pour faire tomber tel régime, mais si l'intervention américaine vise à frapper l'Etat Islamique par exemple, ils y sont opposés ; ou si elle vise à frapper leur groupe, ils y sont opposés. Non ! Nous sommes contre l'intervention militaire américaine, et nous sommes contre une coalition internationale en Syrie, que la cible en soit le régime (comme ce qui se passait il y a un peu plus d'un an), l'Etat Islamique ou autre chose.

     

    Il y a un principe de base, fondamental, à l’égard de toute intervention militaire américaine, que ce soit sous le couvert d'une coalition internationale, de l'OTAN ou de forces multinationales. Nous avons un principe fondamental qui repose sur des bases et des piliers qui ne varient pas d'un terrain à un autre.

    Et du fait de notre attachement à ce principe fondamental, lors de divers incidents et à plusieurs occasions par le passé, nous avons été attaqués par le passé à cause de notre position de principe.

     

    C'est donc avant tout à cause de ce principe que nous ne sommes pas favorables (à cette coalition). Et c'est ce que nous avons déclaré au Conseil des ministres par le biais de nos ministres et d'autres alliés. Lorsqu'il s'agira de voter au Conseil des ministres, en tant que parti, nous dirons que nous sommes opposés à ce que le Liban participe à cette coalition.

     

    Quant à ce que le Liban participe à des conférences ou à des rencontres, c'est un autre sujet, qui concerne le gouvernement, le Président de la République, le Premier ministre, le ministre des Affaires étrangères. Mais quant aux engagements, ils sont débattus au sein du Conseil des ministres.

     

    Et nous affirmons en premier lieu que nous avons une position de principe (opposée à toute intervention américaine). Eh bien, pourquoi avons-nous cette position de principe ? Considérons donc le développement des événements.

     

    Premièrement, parce que l'Amérique est selon nous la mère du terrorisme. Et si quiconque veut débattre de ce point, nous sommes tout à fait prêts à en discuter. L'Amérique est l'origine du terrorisme dans le monde. Pour tout acte terroriste qu'il peut y avoir dans le monde, recherchez la main de l'administration américaine derrière lui – je ne parle pas du peuple des Etats-Unis.

     

    Deuxièmement, parce que les Etats-Unis sont les soutiens absolus de l'Etat terroriste sioniste. La cause du terrorisme dans notre région est l'existence de l'Etat d'Israël, qui bénéficie d'un soutien total des Etats-Unis : sur les plans militaire, sécuritaire, politique, économique, financier, légal – la moindre condamnation est interdite au Conseil de Sécurité par le véto américain dès qu'Israël est concerné.

     

    Troisièmement, parce que les Etats-Unis ont créé ou contribué à la création de ces mouvements et groupes terroristes takfiris.

     

    Quatrièmement, parce que les Etats-Unis n'ont pas l'autorité morale nécessaire pour être dignes de diriger une coalition contre le terrorisme.

    En réalité, ils n'ont jamais disposé de la moindre autorité morale.

    Ceux qui ont lancé des bombes atomiques contre le peuple japonais, commis des atrocités au Vietnam, qui ont toute cette histoire...

    Ceux qui tout dernièrement soutenaient Netanyahu durant la guerre de 50 jours contre la bande de Gaza et contre le peuple de Gaza, bombardant, détruisant, tuant des milliers de personnes, blessant des milliers de personnes, et déplaçant de leurs foyers des dizaines de milliers de personnes, ceux-là, cette administration américaine est moralement indigne de se présenter comme combattant le terrorisme ou comme étant à la tête d'une coalition internationale contre le terrorisme.

     

    La question n'a rien à voir avec la lutte contre le terrorisme, absolument rien à voir.

    Le véritable objectif est le cinquième point, à savoir que cette coalition, comme le déclare le Président Obama dans chacun de ses discours, est là pour défendre les intérêts des Etats-Unis.

    En quoi est-ce que la défense des intérêts américains nous regarde ? D'autant plus que la majorité de ces intérêts américains, sinon tous, se font aux dépens des intérêts de la région, des peuples de la région et des gouvernements de la région.

     

    Est-ce que nous, le Liban, ou d'autres Etats, devons participer à une coalition menée par les Etats-Unis dans une guerre visant à défendre les intérêts américains dans la région ?

    C'est lui (Obama) qui s'exprime en ces termes, je ne lui attribue pas des propos qu'il n'a pas tenus. Il n'a pas dit qu'ils venaient défendre les minorités, les chrétiens, les musulmans, etc., jamais ! Tous ces massacres se produisent sous les yeux du monde entier, et depuis des années, non pas seulement durant ces quelques derniers mois. Mais ils n'ont pas réagi le moins du monde.

    Oui, ce n'est que lorsque la situation est devenu tellement grave qu'elle commençait à nuire aux intérêts des Etats-Unis qu’ils sont intervenus sous le couvert de la coalition internationale qu'ils ont créée. Nous n'avons aucun intérêt à combattre dans une coalition internationale de cette nature, ou à soutenir une coalition qui sert les intérêts américains aux dépens des intérêts des peuples.

     

    Sixièmement, les Libanais ont le droit, de même que les Irakiens, les Syriens et tous les peuples de la région ont le droit de douter des intentions des Etats-Unis cachées sous cette prise de conscience et ce réveil, cette volonté de réunir le monde entier et de créer une coalition internationale (ce qu'ils ont fait), leur volonté de mener cette guerre qu'ils ont maintenant commencée.

    Est-ce que vraiment les Américains viennent de se réveiller, est-ce que leurs sentiments humanitaires ont été touchés ?

    Est-ce qu'ils ont vraiment été choqués par les tueries, les massacres, les déplacements de populations contraintes de fuir leurs maisons, les destructions de mosquées, d'églises, de mausolées, les crucifixions, etc. ?

    Est-ce que vraiment ils viennent tout juste de prendre conscience de ces réalités, et ont été poussés à créer cette coalition par leurs sentiments humanitaires ?

     

    Ou est-ce qu'au contraire c'est pour les Etats-Unis l'occasion, le moyen, le prétexte d'occuper à nouveau la région, ou d'imposer la création de bases militaires qui ont été refusées par les Irakiens par le passé, et qu'ils pourraient maintenant à nouveau implanter en Irak ou dans certains pays de la région, ou d'imposer d’autres choix de ce genre ?

     

    Je voudrais simplement rappeler aux Libanais – car c'est un sujet qui a été évoqué par le passé – qu’au début de la guerre de juillet 2006, lorsque nous recevions des messages par des intermédiaires visant à mettre fin à la guerre, on nous avait fait cette offre : premièrement livrez vos armes, toutes les armes de la Résistance ; deuxièmement, libérez les deux prisonniers israéliens sans délai et sans conditions ; et troisièmement, un point très important, acceptez la présence d'une force armée multinationale – pas des forces de la FINUL ou de l’ONU –, des forces multinationales qui seraient présentes dans le sud, le long des frontières entre le Liban et la Palestine, sur les frontières entre le Liban et la Syrie, à l'aéroport, dans les ports et sur les terres libanaises.

    C'est ce que nous avons rejeté durant la guerre de juillet (2006), et que nous avons fait échouer par le sang, les martyrs, la patience, les larmes, les blessures, les afflictions, la solidarité, etc.

     

    Eh bien, qui nous assure que ce n'est pas ce qu'ils essaient à nouveau de nous imposer avec cette participation à la coalition internationale ? Dès que l'on devient membre de cette coalition internationale, nos aéroports, ports, cieux, eaux et territoires leur seront ouverts pour en faire des bases militaires pour l'OTAN et les Etats-Unis.  Que deviendrait alors le Liban ? Que deviendrait alors le Liban ?

     

    Les Libanais n'ont-ils pas le droit d'avoir des doutes ? De même qu'il y a un grand doute chez les Irakiens, qui se demandent si le but de ce réveil et de cet intérêt subit des Etats-Unis n'est pas de revenir pour implanter des bases militaires. Ils veulent revenir et créer des bases militaires permanentes, des aéroports, etc. Ils veulent imposer leurs conditions et garantir l'immunité de leurs soldats et officiers, comme ce qu'ils ont fait en Corée du Sud et ailleurs.

     

    C'est pour cela, pour toutes ces raisons et pour d'autres encore que je n'évoque pas pour ne pas être plus long, que nous ne sommes pas favorables, que nous refusons que le Liban participe à la coalition internationale menée par les USA.

     

    Et le Liban n'en a nul besoin. Premièrement, ce n'est pas dans l'intérêt du Liban, et le Liban s'exposerait à des dangers en participant à cette coalition.

     

    Et je ne veux pas dire qu'il s'agit de se tenir à l'écart – je le précise pour qu'on ne nous accuse pas d'inconséquence. C'est tout autre chose. La désintégration au sein de ces groupes est manifeste.

     

    Le Liban s'exposerait à des dangers en participant à cette coalition. Tel est le premier point.

     

    Deuxièmement, le Liban n'a pas besoin de cette coalition. Il n'a pas besoin de participer à cette coalition, il n'a aucun intérêt à le faire.

     

    D'aucuns pourraient objecter que nous affrontons actuellement ce danger au Liban. Mais les Libanais sont capables de faire face à ce danger. Nous sommes capables, en tant que Libanais, de faire face aux terroristes et au terrorisme. Et dès à présent, malgré les divisions politiques, malgré les surenchères politiques, malgré l'incitation sectaire et tout ce dont j'ai parlé dans la première partie, le Liban est toujours capable de faire face à ce danger, même avec ce niveau minimal de cohésion et de coopération au sein du gouvernement libanais – le gouvernement actuel –, oui, le Liban est capable d'y faire face avec son armée, ses forces de sécurité, son peuple, sa détermination et sa patience. Et même à l’avenir, oui, nous les Libanais serons capables de faire face à ce danger.

     

    Oui, et de quoi avons-nous besoin ? Si quelqu'un veut faire appel à la communauté internationale, aux Etats-Unis ou aux membres de la nouvelle coalition internationale, alors voilà ce que nous demandons :

     

    Premièrement, nous demandons à tous les pays – et pas seulement à ceux-là – de cesser de financer et d'armer les groupes terroristes qui ciblent le Liban et l'intérieur du Liban. Et je ne parle même pas de la Syrie ou de l'Irak, je parle du Liban. Je parle en tant que Libanais, au niveau national. Arrêtez d'armer, de financer, d'entraîner et d'envoyer des combattants qui ciblent le Liban – car cela se poursuit jusqu'à présent, et de la part de pays qui sont membres de cette coalition, cela se poursuit. Mettez-y fin, vous rendriez service au Liban. Vous voulez aider le Liban ? Votre cœur brûle pour le Liban et le peuple libanais ? Vous voulez protéger le Liban du terrorisme ? Voilà la première chose que vous devez faire.

     

    Deuxièmement, soutenez au plus vite l'armée libanaise et les forces de sécurité, car c'est sur elles que tout repose, et que c'est avant tout la responsabilité de l'Etat.

     

    Troisièmement, aidez le Liban à faire face au problème des réfugiés. Si le problème des réfugiés était résolu, cela éloignerait bien des dangers posés par les terroristes, le terrorisme, la sédition et tous les problèmes qui menacent la situation intérieure du Liban. Si quelqu'un veut aider le Liban, qu'il les aide sur ces trois points : 1/ arrêtez de financer et d'armer les terroristes ; 2/ soutenez et armez au plus vite l'armée libanaise et les forces de sécurité ; 3/ adressez le problème des réfugiés.

     

    Et quant aux Libanais – c'est un point sur lequel je veux insister ce soir –, les Libanais sont capables de faire face à tout danger terroriste qui les cible.

     

    Hier, les terroristes ont regroupé les soldats libanais (otages) dans un endroit, et l'un des terroristes s'est tenu parmi eux et s'est vanté en disant : « Si nous voulons, nous pouvons arriver à Beyrouth en quelques jours. » Non ! Non ! Vous ne pouvez ni parvenir à Beyrouth, ni nulle part. Inutile de nommer toutes les régions du Liban, non !

    Les Libanais sont capables de défendre toutes les régions libanaises, à travers leur Etat, leur armée, leur solidarité, leurs sentiments patriotiques et leur responsabilité nationale – et j’exprime là une conviction absolue –, toutes les régions libanaises doivent être protégées, peuvent être protégées et seront protégées face à tout danger terroriste.

     

    Toute région libanaise ne concerne pas seulement une confession, un parti ou un groupe spécifiques : c'est le territoire libanais, c'est le peuple libanais, ce sont des Libanais. Et tous les Libanais ont la responsabilité de se tenir unis, la main dans la main, pour empêcher que le terrorisme s'étende à toute région libanaise, quelle qu'elle soit.

     

    Et je dis à nouveau que le gouvernement en premier lieu, l'Etat et l'armée, ainsi que tous les Libanais, nous devons tous être unis derrière l'Etat, derrière le gouvernement et derrière l'armée. Personne ne doit se comporter en se disant que si le danger terroriste s'étend militairement dans une région, il n'est pas concerné parce que ce n'est pas sa confession, sa région ou son parti politique qui sont attaqués. Ce serait une grave erreur, une erreur fatale.

     

    Les Libanais doivent se rassembler, s'unir, la main dans la main, et ils pourront alors véritablement repousser le danger des terroristes et des takfiris de leur pays. `

    Les Libanais sont forts. Nous sommes forts, nous ne sommes pas faibles, et personne ne peut nous menacer : ni d'une invasion, ni d'une prise de contrôle de territoire, ni de parvenir à Beyrouth ou n'importe où ailleurs.

    Car nous sommes toujours en vie, et personne ne peut intimider ainsi les Libanais.

    Et comme je l'ai dit par le passé, nous assumerons toujours nos responsabilités.

     

     

    Merci Sayed Hasan

     

     


older | 1 | .... | 160 | 161 | (Page 162) | 163 | 164 | .... | 245 | newer