Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

LA TRIBUNE D' UN HOMME LIBRE, REVUE DE PRESSE NON-CONFORMISTE

older | 1 | .... | 146 | 147 | (Page 148) | 149 | 150 | .... | 245 | newer

    0 0

    C’EST BIEN LA LIGNE DE CONDUITE DU PROJET EURABIA QUE L’EUROPE A SIGNÉE !!!

    Imposer la tolérance par la pénalisation de l’islamophobie. La loi que va promulguer l’UE

    C’est une attaque de front de nos libertés individuelles! 

    Image

     Les “islamolucides” savent que l’objectif islamiste est de remplacer l’ordre établi par la civilisation occidentale libérale et démocratique, par l’Oumma, gouvernée par la charia. S’ils le savent, ce n’est pas au travers d’une boule de cristal ou par extrême racisme, mais tout simplement parce que les islamistes le répètent avec insistante dans leurs discours publics. Ces islamolucides s’expriment sur internet, qui irrite les gouvernements, peu habitués à voir leur autorité discutée par le petit peuple, leurs contradictions exposées, et sa tentative de reprise en main est inéluctable.

    Seuls les idiots utiles de l’islam refusent d’admettre cette vérité. Les dirigeants des organisations islamiques internationales, les différents muftis, les « éminents savants religieux » de l’Université d’Al Azhar du Caire, ont beau le clamer sur tous les tons, ils refusent de l’entendre, et il n’y a pas plus têtu qu’un âne, même s’il est invité à la télévision.

    Ils parlent de fantasme, de mythe, de peur obsessionnelle, de rumeurs paranoïaques, répandues par les racistes et xénophobes islamophobes qui ne connaissent rien à l’islam et fantasment sur sa prétendue dangerosité. Ces ignorants prétentieux pensent-ils mieux connaître l’idéologie islamique que les érudits et les savants de l’islam ?

    Le logo de l’OCI, cette organisation “si respectable”, si proche des dirigeants de l’UE, qui œuvre à faire appliquer la charia en Occident, représente un croissant de lune qui englobe toute la planète, un pur hasard graphique je suppose. Ou une interprétation paranoïaque.

    Et pendant que les islamistes font l’apologie de la charia, qui limite les droits, les libertés et préconisent des châtiments cruels, tout en nous menaçant ouvertement de nous islamiser et de nous asservir à la loi d’Allah, le Parlement européen se penche sur une proposition visant à « encourager » la tolérance en instaurant un système de surveillance machiavélique pour traquer les « citoyens intolérants ».

    Sans dévoiler qu’il s’agit d’une nouvelle tentative d’interdire le blasphème contre l’islam, ils vont promouvoir – en réalité imposer – la tolérance à sens unique, toujours la même.

    Ce système de surveillance supra nationale marquera le début de la fin de la liberté d’expression. Ce « statut de la tolérance » auquel travaille l’UE, à la grande satisfaction de la liberticide OCI, permettra à l’état de pratiquer l’intolérance envers quiconque sera jugé par lui comme intolérant. Georges Orwell était un visionnaire.

    L’OCI va nager dans le bonheur. Les islamophobes seront réduits au silence, et eux pourront continuer la conquête de l’Occident, avec l’aide des kouffars de l’Union Européenne.

    Ce qui est triste, dans cette proposition en cours de préparation, c’est que les élus de l’UE font semblant d’ignorer que l’idéologie la plus intolérante est l’idéologie islamique, et c’est cette idéologie qui sera protégée par cette loi sur la pensée.

    La sharia est la définition même de l’intolérance, envers les Juifs, les Chrétiens, les Hindous et tous les non musulmans. Intolérance envers les femmes. Le jihad définit l’intolérance. Les lois sur le délit de blasphème sont elles-mêmes intolérantes et c’est ce que l’UE se propose d’imposer : sous le couvert de la lutte contre l’intolérance en général, ce sont surtout les critiques de l’islam et du projet Eurabia, qui sont visées.

    Tandis que les dirigeants européens expriment publiquement leur indignation sur l’espionnage américain de l’Europe, le Parlement européen examine tranquillement un projet de loi pour espionner chaque européen, pour surveiller et condamner pénalement tout citoyen de l’UE soupçonné d’être « intolérant » ou politiquement incorrect.

    Le projet, présenté dans le cadre national du statut européen pour la promotion de la tolérance, a été récemment soumis aux membres du Comité des Libertés civiles et de la Justice du Parlement européen, seul organe directement élu par l’UE.

    Des « unités administratives spéciales » pour surveiller tout individu intolérant

    Il vise à obliger les gouvernements des 28 Etats membres de l’UE à mettre en place des « unités administratives spéciales » afin de surveiller tout individu ou groupe d’individus qui exprimeraient des opinions jugées « intolérantes » par les défenseurs du multiculturalisme.

    Cette proposition a été rédigée par le « Conseil Européen sur la Tolérance et la Réconciliation. » (ECTR) une organisation non gouvernementale, créée à Paris en 2008 par l’ancien président polonais, Alexander Kwasniewski et le président du Congrès juif européen Moshe Kantor (NDLR: un juif embarqué dans une direction profondément contraire à l’esprit du judaïsme qui consiste à douter de tout et de tout discuter). Le Conseil, qui se décrit comme un « chien de garde de la tolérance », rédige et présente des recommandations aux gouvernements et aux organisations internationales, afin d’améliorer les relations interreligieuses et interethniques sur le continent européen, est constitué par plus d’une douzaine de personnalités politiques européennes, dont l’ancien premier ministre espagnol, José Maria Aznar.

    Le Conseil européen sur la Tolérance et la Réconciliation avait présenté sa proposition pour la promulgation d’une loi européenne sur la tolérance au Parlement européen en novembre 2008 dans le cadre de la semaine européenne de la Tolérance, qui avait marqué le 70è anniversaire de la « Nuit de Cristal », une nuit de violence antisémite, qui fut le prélude à l’Holocauste.

    Après cinq années de lobbying dans les couloirs du pouvoir européen, la proposition du Conseil européen sur la Tolérance et la Réconciliation semble avoir suscité de l’intérêt, comme en témoigne la décision du Parlement européen d’accorder un créneau de 45 minutes au Conseil, ce qui a permis aux membres de présenter leur projet à la Commission des libertés civiles le 17 septembre dernier.

    Selon «l’European Dignity Watch » une organisation de défense des droits civiques basée à Bruxelles, la nouvelle proposition, relative à une « directive pour l’égalité de traitement », qui est actuellement en cours de négociation, menacerait très sérieusement les aspects fondamentaux de la liberté des citoyens européens. Les principes de la liberté contractuelle et de la liberté de vivre selon ses options morales personnelles sont en danger d’être remplacés par un nouveau concept « d’égalité ». Ce projet menacerait la liberté et l’autodétermination de tous les Européens, et il assujettirait la vie privée des citoyens à une incertitude légale, ainsi qu’au contrôle par des bureaucrates. Nous parlons du contrôle gouvernemental du comportement social des citoyens. Ces tendances liberticides commencent à nous faire repenser à des principes totalitaires presque oubliés, et constituent une attaque sans précédents contre les droits des citoyens.

    Si l’on replace le projet du Conseil européen pour la Tolérance et la Réconciliation dans le contexte plus large de la Directive sur l’Egalité de Traitement, nous remarquons que si son objectif est audacieux, ce projet reste très vague dans la définition de sa terminologie, ce qui permet de dire que s’il était appliqué, il ouvrirait une boîte de Pandore de restrictions et d’interdictions aboutissant à la mort effective de la Liberté d’Expression en Europe..

    • Selon l’article 1 (d), par exemple, le terme «tolérance» est généralement défini comme « le respect et l’acceptation de l’expression, la préservation et le développement de l’identité distincte d’un groupe. »

    • La section 2 (d) stipule que le but de la loi est de «condamner toutes les manifestations d’intolérance fondées sur le fanatisme et les préjugés ».

    Une note explicative de l’article 2 indique que : «L’intolérance religieuse couvre l’islamophobie », mais il ne fournit aucune définition de «l’islamophobie», un terme remis à la mode par les Frères musulmans dans les années 1990.

    La conclusion logique de la Section 2 est donc l’interdiction de tout examen critique de l’islam et de la charia. C’est l’un des principaux objectifs des groupes d’activistes musulmans depuis plus de deux décennies, y compris l’OCI, et l’islamiste Erdogan.

    Le document déclare également que « la tolérance doit être pratiquée non seulement par les instances gouvernementales mais aussi par les particuliers. »

    • L’article 3 (iv) donne des précisions : «La Garantie de la tolérance doit être comprise non seulement comme une relation verticale (de gouvernement à des individus), mais aussi comme une relation horizontale (de groupe à groupe et de personne à personne). Le gouvernement a pour obligation de veiller à ce que l’intolérance ne soit pas pratiquée ni dans les relations verticales, ni horizontales.

    • Conformément à l’article 4 (f) (i) du document: « Il n’y a aucune raison de tolérer l’intolérance. Ceci est particulièrement important en ce qui concerne la liberté d’expression.»

    • La Section 5 (a) stipule que: «La tolérance (telle que définie à la section 1 (d)) doit être garantie à n’importe quel groupe, peu importe ses racines sociales, qu’elles soient anciennes ou récentes, comme c’est le cas des nouveaux immigrés.

    • Section 6: «Il va de soi que l’adoption d’une loi pour la promotion de la tolérance ne suffit pas, son application doit être assurée par la mise en place d’un système de surveillance efficace.”

    Une note explicative de l’article 6 (a) stipule que: «Les membres de groupes vulnérables et défavorisés ont droit à une protection spéciale, en plus de la protection générale qui doit être fournie par le gouvernement à chaque personne au sein de l’Etat. »

    Une autre note ajoute: «La protection spéciale accordée aux membres de groupes vulnérables et défavorisés peut impliquer un traitement préférentiel. Strictement parlant, ce traitement de faveur va au-delà du respect et de l’acceptation se trouvant à la base de la tolérance.».

    • Section 6 (b) exige que chacun des 28 Etats membres de l’UE » mette en place une unité administrative spéciale, afin de superviser la mise en œuvre de la loi. »

    Une note explicative ajoute: «L’unité administrative spéciale devrait de préférence fonctionner au sein du ministère de la Justice (bien que le ministère de l’Intérieur soit une autre possibilité raisonnable). »

    • L’article 6 (c) appelle à la création d’une «Commission nationale indépendante de la surveillance de la tolérance composée de personnalités éminentes venant de l’extérieur de la fonction publique – investies du pouvoir de promouvoir la tolérance. »

    Une note explicative ajoute: «La Commission indépendante sera habilitée à exprimer ses points de vues sur la mise en œuvre de la loi, y compris l’imposition de sanctions pénales, sans être toutefois limitée à cela.”

    • La Section 7 (a) stipule : « les délits suivants seront considérés comme des infractions pénales et sanctionnés en tant que crimes aggravés : incitation à la violence contre un groupe et diffamation d’un groupe. La diffamation d’un groupe est largement définie comme la tenue en public de propos diffamatoires et/ou de commentaires visant un groupe ou un membre du groupe, dans le but d’inciter à la violence, de le calomnier, de le ridiculiser ou de le soumettre à de fausses accusations.

    • La Section 7 (b) stipule que les « jeunes, accusés de commettre les crimes cités au paragraphe (a) devront suivre un programme de réhabilitation afin de leur inculquer la culture de la tolérance.

    Les victimes des crimes cités au paragraphe (a) auront le droit d’intenter une action en justice contre les auteurs de ces crimes et d’exiger une réparation. L’aide judiciaire sera gratuite pour les victimes, indépendamment de leur situation financière.”

    • La section 8 stipule que : « le gouvernement doit s’assurer que toutes les écoles, dès l’enseignement primaire, introduisent dans le programme scolaire des cours destinés à promouvoir la diversité et un climat de tolérance envers les différentes cultures.”

    Une note explicative ajoute : « il est très important de commencer ces cours dès l’école primaire et de les poursuivre dans l’enseignement supérieur, y compris dans les universités.”

    • La section 9 (a) stipule que : « le gouvernement doit encourager les médias audio-visuels à consacrer une partie de leur programme à la création d’un climat de tolérance.”

    • La section 9 (b) ajoute que : » le gouvernement doit s’assurer que tous les médias, y compris la presse écrite, fassent la promotion de la tolérance.”

    • La section 9 (c) stipule que : « « Le gouvernement doit inciter tous les médias (publics et privés) à adopter un code de conduite éthique, qui permettra d’éviter la propagation de l’intolérance et le respect de ce code sera supervisé par une Commission des plaintes contre les médias. »

    Ce document, s’il était adopté par le Parlement européen dans sa forme actuelle, permettrait, en fait, que les libertés fondamentales des citoyens soient supplantées par le « principe d’égalité ».

    Or, la liberté d’expression et la liberté de conscience sont à la fois des droits civils clés, et des droits faciles à supprimer par la puissance du pouvoir, sur le modèle soviétique ou chinois.

    L’Union Européenne devrait protéger ces droits au lieu des les réduire.

    Un prétendu droit de ne pas « être offensé », un prétendu « droit de ne pas accepter de critiques » ou encore un « droit de ne pas être blessé » dans ses sentiments par des critiques sont des notions très vagues et très subjectives, et gageons que, par exemple, l’anti-sionisme sera strictement exclu du champ de cette loi – au nom, bien entendu, de la protection de la liberté d’expression, et au mépris de la tolérance envers les minorités qu’elle entend protéger.

    Les définitions très subjectives des termes et concepts tels que « tolérance », « discrimination », « vulnérable » « défavorisé » encourageraient les plaintes et les poursuites, ce qui entraînerait la disparition d’une liberté fondamentale, celle de la liberté d’expression : les individus et groupes s’appliquant l’auto censure, par crainte d’être poursuivis, pour avoir simplement exprimé leur propre point de vue.

    Selon l’European Dignity Watch, la directive proposée fait de la « discrimination » une situation dans laquelle une personne est traitée de façon “moins favorable” que d’autres personnes. Ici encore, cela ouvre la porte à de multiples interprétations subjectives.

    Le projet de la directive est donc rédigé d’une façon telle que chacun pourrait se trouver dans la situation d’être coupable de « discrimination » à n’importe quel moment, mais que seuls ceux considérés comme déviants seraient poursuivis. La création d’une incertitude légale générale, qui met tout le monde sous la menace de poursuites judiciaires, et l’application sélective de cette loi, qui en découle, éveillent l’esprit d’une Europe qui se dit libre et démocratique, mais qui s’islamise à vue d’œil.

    Une telle directive pourrait conduire à des situations aberrantes ou des accusations vagues ou injustifiées seraient portées contre des individus et des groupes sur simple suspicion d’intolérance, si bien que personne ne pourra jamais être à l’abri d’une plainte d’avoir enfreint la loi.

    Et comme à l’époque des dictatures totalitaires, des groupes confessionnels, des écoles, des fidèles d’une religion particulière ou même des parents, qui inculquent des valeurs morales à leurs enfants, considérées par certains comme discriminatoires, pourraient être accusés d’intolérance et poursuivis juridiquement.

    Les auteurs de cette proposition de loi – sous l’égide d’une ONG internationale pour la tolérance et la réconciliation – ont invité le Comité des Libertés civiles, de la Justice et des Affaires intérieures à approuver ce projet juridique.

    L’adoption de cette loi au niveau national des Etats européens signifierait un recul dramatique de nos libertés, et la surveillance supranationale que cela impliquerait, sonnerait le glas de la démocratie européenne et le retour à la dictature.

    Et tout cela est orchestré, en fait, pour protéger la sensibilité maladive d’une minorité, dont l’idéologie religieuse est choquée par nos libertés, notre culture, nos traditions.

    Des siècles de combats et de souffrances pour la liberté effacés par un simple vote.

    Il ne s’agit pas du tout de la lutte contre l’intolérance, dans ce projet, mais de la promotion de la charia. Sous la pression des Organisations islamiques, par la mise en application d’une directive tyrannique, oppressive. Des siècles de combats et de souffrances pour la liberté effacés par un simple vote.

    Toujours selon « l’European Dignity Watch », ce projet est actuellement négocié au sein du conseil de l’UE, où il doit être voté à l’unanimité, ce qui signifie que chaque gouvernement national doit l’approuver, afin qu’il devienne une directive européenne.

    L’Allemagne s’est pour l’instant fondamentalement positionnée contre cette directive. Mais elle est la seule. Et le Conseil ne lâchera pas prise. Il continue de discuter la proposition. La guerre d’usure est entamée, les pressions sont immenses.

    Le fait qu’un seul pays s’oppose à cette directive en dit long sur l’Europe telle qu’elle évolue, et met les européens dans une situation dangereuse : il n’y a aucun débat national, aucune information, aucune consultation populaire – et rien ne filtre des débats. Tout se passe dans les salles feutrées de Bruxelles, où des décisions au nom des peuples sont prises contre ces peuples – qui ont d’autres soucis plus urgents, et aucun moyen ni organe pour s’alarmer et les soutenir.

    D’autres pays doivent prendre officiellement position contre cette directive. C’est urgent, car l’Allemagne peut changer d’avis ou accepter un compromis qui conduira en son temps à son approbation.

    Voir aussi : http://uncitoyenindigne.wordpress.com/2013/07/26/le-projet-eurabia/

    Les jours les plus sombres de l’histoire de l’Europe sont devant nous et je ne comprends pas pourquoi on veut nous imposer la présence de ces gens et de leur religion….

    Source Rosaly  Dreuz.inf


    0 0

    Procédure de qualification de l’Université française : une corruption légalisée qui a coûté 1 000 000 000 € en quelques décennies

    5 août 2014, 12:42 Auteur :   
     
     

    AnatolyLivry2

     

    La procédure de qualification aux postes de maîtres de conférences et de professeurs en France, telle qu’elle a été héritée de la « ВАК » de l’URSS stalinienne et appliquée par le CNU fondé en novembre 1945 par les épurateurs staliniens, poursuit trois buts exclusifs :

    1. Tout d’abord, elle permet de sélectionner pour les postes universitaires ses concubins, ses enfants, ses camarades syndiqués (en échange de sa propre promotion) ou de récompenser des services sexuels occasionnels, autrement dit une forme de rémunération de la prostitution estudiantine – féminine ou masculine – en nature et avec les moyens de la République (nous avons des dizaines d’exemples de ce que nous avançons).

    2. Ensuite, elle amène à qualifier une piétaille récemment doctorisée qui ne concurrencera jamais scientifiquement au sein de l’Université les membres du CNU : précédemment, l’on a doctorisé ces nullités dans le but exclusif de gagner de l’argent pour l’encadrement de leur thèse (que souvent l’on fait durer le plus longtemps possible pour piller l’Université au maximum – certains professeurs slavistes français, qui n’ont d’ailleurs ni thèse de doctorat ni HDR, font durer les « thèses » de leurs étudiants entre 10 à 12 ans, volant ainsi ouvertement l’Université française), puis, de façon soviétique, l’on « fait du chiffre » au CNU en annonçant fièrement un nombre de qualifiés destiné à faire monter les statistiques, du genre : « Cher camarade Staline, le plan quinquennal est rempli ! ».

    Mes avocats et mes collègues ont noté que bon nombre des qualifiés ne présentaient que deux articles et un colloque à l’âge de 40 ans et n’ont jamais existé ou n’existeront scientifiquement : ces médiocrités doctorisées ne sont que des pompes à fric pour des fonctionnaires corrompus qui se voient, via une procédure républicaine, délivrer par leurs acolytes un blanc-seing pour la poursuite de leur extorsion pseudo-scientifique.

    3. Enfin, et c’est sa première utilité, la qualification nationale sert à éloigner de l’Université – en les calomniant publiquement – des concurrents, ses propres adversaires et ceux de son clan, tout en profitant de cette procédure républicaine dont le coût a été pour la seule année 2012 de 18,62 millions d’euros (suite à son envoi à un conseiller du Ministère de l’enseignement, ce document où la présidente du CNU, tentant de justifier cette procédure inique, avance ces chiffres a comme par hasard disparu, le lendemain de cet envoi, du site du Ministère de l’enseignement où il était publié, signe de sa qualité médiocre).

    Par ailleurs, la procédure de qualification nationale est non seulement utilisée impudemment par des groupuscules issus de minorités agissantes, leurs parents et leurs partenaires sexuels pour diffamer leurs concurrents à travers toute l’Université, mais elle favorise aussi grandement un accès paisible aux travaux d’adversaires plus doués afin d’élaborer la tactique la plus efficace possible de pillage de leurs thèses : soit un pillage collectif en découpant les découvertes, soit un pillage global offert à l’un des gourous du système.

    Les chercheurs sont là pour en témoigner : ma thèse sur « Nabokov écrivain nietzschéen », mais également celle sur Tête d’Or – empereur Julien l’Apostat parue d’abord dans le Bulletin de l’Association « Guillaume Budé » de Paris IV-Sorbonne, celle sur le Surhomme nietzschéen comme le supra-androgyne <néo>platonicien (parue en 2012 chez l’éditeur berlinois de Nietzsche « Walter de Gruyter »), ou encore celle récente et très politiquement incorrecte sur « Mandelstam, disciple de Zarathoustra » furent, avec un nombre exceptionnel de mes autres découvertes, à tour de rôle, l’objet de tentatives de plagiat par des professeurs régnant, personnellement ou via leurs sbires, sur les sections du CNU gérant mes dossiers de qualification.

    Le fait inaccoutumé de résister à ces razzias institutionnalisées (car habituellement les Français s’y plient) me vaut l’acharnement des corrompus, friands de piller mes découvertes et cependant protégés par l’administration républicaine.

    C’est le fiasco de l’Université française, un fiasco rendu public internationalement, jusque dans les académies étrangères !

    Ne l’oublions pas, suite à l’amendement sénatorial de juin 2013, cette procédure de qualification universitaire inique a été dans un premier temps supprimée, puis maintenue in extremis sur la décision d’une commission dont les arguments résidaient dans le fait que ladite procédure de qualification serait un rempart contre les « localismes », que les rapporteurs du CNU présentant les dossiers de candidats seraient des parangons d’indépendance et que, enfin, les candidats qui s’étaient vus par deux fois successivement refusés auraient le droit de se pourvoir équitablement devant un groupe de recours, incarnation même de l’indépendance républicaine.

    Tout cela devait permettre de choisir les personnes les plus qualifiées pour le bien de l’Université française.

    Mensonge effronté d’ordures corrompues sûres d’être protégées par des apparatchiks bornés afin imposer leur malfaisance jusqu’à la démesure !

    1. Les rapporteurs des différentes sections du CNU peuvent diffamer, mentir, étaler leur inculture ou des ouï-dire qu’ils ont obtenus via Internet ou par des confidences sur l’oreiller, tout cela bien évidemment scellé par le tampon du Ministère de l’enseignement ! L’absence totale de textes réglementant leurs actes leur permet un arbitraire total : « Le litige prend un relief particulier dans la mesure où il s’inscrit dans un contexte marqué par la tenue de propos menaçants et injurieux à l’encontre de membres du CNU ayant eu à connaître de ses demandes en 2012 et 2013, lesquels ont été conduits à déposer plainte auprès des services de police et de gendarmerie et à solliciter, sur le fondement de l’article 11 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires le bénéfice de la protection fonctionnelle […] » (page 2 des observations communiquées par le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche à Madame le président du tribunal administratif de Paris) qui s’appuie sur une plainte déposée en février 2013 par un membre du CNU : « Je dépose plainte contre inconnu avec de forts soupçons sur Monsieur LIVRY Anatoly pour les faits relatés ci-dessus » et surtout « Je précise que Monsieur Livry est connu de notre microcosme universitaire, du fait de ses menaces et phrases ordurières ».

    Ainsi, un membre du CNU peut se rendre dans un commissariat pour déposer une plainte qui sera versée comme « preuve » dans le dossier administratif de recours du CNU ! Notons aussi que le membre du CNU – et le président de la Section ! – avoue explicitement connaître défavorablement la personne dont il est chargé d’examiner le dossier, ce qui nuit forcément à l’exigence d’impartialité à laquelle il devrait répondre. 

    Fait le plus humiliant pour l’Université française : ces braves Soviétiques du CNU sont exactement ceux qui, à l’été 2013, ont signé la pétition pour le maintien de la procédure de qualification en prétendant qu’elle était un rempart contre la corruption, laquelle, dans les faits, se manifeste, avec leur concours ou leur complicité, en toute impunité !

    2. Les « localismes » d’une université ont le droit de se manifester sans scrupule aucun !

    Pire encore, ils utilisent cette procédure nationale qui coûte chaque année quelque 20 millions d’euros afin de calomnier les concurrents de leurs amis auprès des élus des autres universités, profitant donc de cette qualification pour atteindre un but contraire à celui pour lequel elle a été copiée de l’URSS dans son époque génocidaire et maintenue après l’amendement en 2013. (cf. « l’avis des rapporteurs, ainsi que l’appréciation d’une section du CNU ou celle portée par le groupe compétent du CNU, statuant en qualité de jury sur les mérites d’un candidat à l’inscription sur la liste de qualification aux fonctions de maître de conférences ne sont pas susceptibles d’être discutés devant le juge de l’excès de pouvoir » et « aucune disposition législative ou réglementaire n’interdit de porter la même motivation au titre de deux sections différentes, dès lors que le motif énoncé est suffisant », page 2 de la décision du Tribunal administratif de Paris).

    3. Contrairement à ce qui a été proclamé quant au choix des rapporteurs selon leur spécialisation dans la matière dans laquelle ils examinent les candidats, ces rapporteurs – à en croire le Ministère de l’éducation ! – ne doivent pas nécessairement être compétents dans la branche dans laquelle ils apportent leur expertise ! (cf. « la circonstance qu’un rapporteur ne soit pas un spécialiste de la discipline concernée n’est pas de nature à entacher d’illégalité les décisions attaquées, dès lors que le jury était, comme en l’espèce, régulièrement composé » (SIC) et « le requérant ne peut se prévaloir d’un défaut d’expertise dans la mesure où il résulte des termes de l’article 24 du décret du 6 juin 1984 que le recours à un expert ne constitue pas une obligation mais une simple faculté laissée à la libre appréciation des rapporteurs », page 2 de la décision du Tribunal administratif de Paris). Il faut préciser par ailleurs que, dans mon dossier, aucun rapporteur n’était spécialiste dans le domaine qu’il prétendait examiner ! Nous sommes dans le domaine de l’utopie (à 18 620 000 euros par an cependant, dans notre Ve république finissante !).

    Voici l’un des exemples qui fait exploser de rire les académiciens de l’Europe depuis 2013 : deux de mes « rapporteurs » du groupe de recours – dont l’une était professeur de linguistique de Paris IV-Sorbonne – ont écrit le nom du philosophe, sujet de ma thèse de doctorat : « Nietzche » (!!!).

    Ce n’est qu’un exemple parmi des milliers de cette ridicule prétention baignant dans l’inculture la plus crassement soviétique et nivelant les créateurs de notre civilisation indo-européenne au niveau de ces illettrés qui régissent cependant l’Université. Naturellement, le Ministère de l’enseignement avait approuvé par écrit ces « rapporteurs », à en lire les envois d’un énarque au Tribunal Administratif !

    La non-spécialisation, voire l’inculture ignoble, « n’est pas de nature à entacher d’illégalité les décisions attaquées, dès lors que le jury était, comme en l’espèce, régulièrement composé ».

    En somme et pour conclure brièvement, l’on a effrontément trompé la commission républicaine réunie en juin 2013 !

    Car l’on a maintenu la procédure de qualification, nécessaire à la promotion des enfants et des divers partenaires sexuels, pour se donner l’air d’avoir des activités académiques en ouvrant les portes de l’Université à des personnes certes dociles (par tous les orifices), mais sans aucune valeur scientifique, et malgré ce, pourtant qualifiées.

    Cela représente non seulement le fiasco manifeste de l’Université française, mais est également le gage de son nivellement par le bas : cette procédure de qualification est le reflet en haut du système éducatif français des millions d’analphabètes qu’il fabrique en bas et dote, bientôt à 99,9%, du baccalauréat.

    *****

      Depuis 2011, je me suis offert en victime volontaire à sept sections de cette procédure de qualification du CNU, suivant docilement tous ses ordres soviétoïdes, afin de verser les résultats obtenus dans les enseignements que des professeurs français et étrangers consacrent à ma biographie ou à mon œuvre (car je suis à la fois philosophe, homme de lettres et scientifique). Ils publient aussi, en plusieurs langues, dans des académies les avis que voici : « Le ridicule ne connaît pas de limite !

    L’accusation principale des néostaliniens made in France est la suivante : Anatoly Livry a osé publier une partie de sa thèse en France, dans la maison d’édition parisienne « Hermann ». Je crains fort que l’Université française ne fasse tout pour écarter M. Anatoly Livry auteur d’une remarquable thèse sur Nabokov et Nietzsche, helléniste publié dans « Guillaume Budé » depuis 2003, germaniste édité par des professeurs de la Humboldt-Universität depuis 2006, auteur d’un roman nuancé Apostat, paru en 2012 chez l’éditeur russe de Nietzsche « Koultournaia revoluzia » où il reproduit des éléments métriques de Homère et de Callimaque. » (René Guerra, « Sauver Nabokov : la thèse de doctorat d’Anatoly Livry » dans HERALD of the University of the Russian Academie of Education, The magazine is inscribed by the Higher Certifying Commission on the index of leading reviewing scientific periodicals for publications of main dissertation of academic degree of Doctor and Candidate of Science, 1 – 2014, Moscow, p. 53-55)

    Mais surtout, et principalement, afin de mettre à nu l’essence ordurière de cette corruption légalisée, j’attaque toutes les décisions rendues devant les tribunaux administratifs de Paris, ayant l’intention de porter chacune d’entre elles devant la CEDH de Strasbourg. Les chercheurs qui reçoivent les résultats précieux de ces procès me confirment l’intérêt que suscite chacune de ces décisions administratives chez leurs lecteurs et auditeurs. Car les rapporteurs osent tout, à commencer par calomnier ceux de leurs illustres collègues français qui m’avaient édité ou avaient apprécié mes publications [parfois, il existe des rapporteurs qui veulent faire honnêtement leur travail et, ne sachant pas que, comme l’on dit dans le langage des voyous, « un contrat est passé sur ma tête », écrivent un rapport élogieux sans aucune évocation des calomnies officielles et gratuites (dans mon cas, le mot d’ordre est « méthodologie »), tel le Professeur de grec ancien Jean-Pierre Levet, agrégé de lettres classiques, Université de Limoges, Section 8 du CNU « Langues et littératures anciennes » (auteur de : Thèse d’État : Le vrai et le faux dans la pensée grecque archaïque (Paris IV – Sorbonne, 1974) ; Thèse de troisième cycle : Recherches sur doxa et les notions apparentées chez Isocrate (Paris, Microéditions du C.N.R.S., 1975) ; Thèse de l’E.P.H.E. (IVème section) : Les présents tokhariens en s- (1976) ; Doctorat d’État en Sciences politiques : Recherches sur l’enseignement secondaire classique français et la Politique, 1870-1970 (Limoges, 1977)). Par la suite, la procédure de qualification reprend son rôle de prédilection, à savoir celui de diffamer, à l’échelle nationale, un concurrent du groupuscule ; dès lors, plus possible d’obtenir, dans cette même section, d’avis honnête ! L’on pratique un véritable « forcing » afin d’enterrer et d’effacer le souvenir d’un rapport honnête, le faisant disparaître sous une montagne de calomnies, toutes copiées-collées souvent de façon flagrante. Le pauvre scientifique est dès lors voué au déshonneur éternel puisqu’il entre dans les annales et monographies de ses confères comme celui qui s’était aligné, dans un mutisme docile, sur la vermine, allant jusqu’à fabriquer des mails de menace, se les envoyant, puis portant des plaintes abusives avant de verser ces actes orduriers dans mon dossier de qualification comme « preuve ». Pire encore : dans quelques semaines, je déposerai de nouveau mon dossier – dans le cadre de cette objective procédure de qualification du CNU – auprès de fonctionnaires qui déclarent aux flics qu’« ils ont entendu des choses sur moi » et pour cela déposent plainte. Le Ministère de l’enseignement le sait et l’approuve !!! De nouveau, ils me calomnieront devant le groupe de recours, annonçant à ces fonctionnaires républicains que je… parle dans mes lettres officielles « des origines ethniques et religieuses de leurs collègues » (ce que je n’ai naturellement jamais fait). Et l’on ne peut que se demander jusqu’à quelles vomissures ces apparatchiks peuvent s’abaisser dans la totalité de leurs publications « scientifiques » afin de grimper sur l’échelle administrative, eux qui ont tellement de mépris pour leur propre signature qu’ils la fourvoient juste pour éloigner leur concurrent ?! Mais cela va plus loin encore : ils avancent – dans des rapports officiels ! –que je falsifie les attestations de mes collègues. Et pour ressembler totalement à l’URSS de Staline, ces braves rapporteurs me reprochent, officiellement, de… rendre publics leurs exploits ! Car, dans leur logique héritée des procès de Moscou, je devrais unir ma voix à celle de mes calomniateurs, procédant à une auto-flagellation publique ! Or, oser sortir de la logomachie des procès staliniens en rendant publics leurs exploits, pour ces épurateurs, s’appelle : « attaquer les membres du CNU ad hominem. ». Et ces minables scellent du sceau du Ministère de l’enseignement – en-tête de la Sorbonne sur la page de garde – leur déception de ne pas trouver chez moi l’esprit moutonnier que ces staliniens confondent avec l’humilité scientifique. Traduites en anglais, allemand, russe, chinois et autres, les pulsions totalitaires de ces « spécialistes » incultes produisent un rire homérique dans des universités aux quatre coins du globe. En somme, les membres du CNU, lors de la procédure de qualification, ont le droit de vous calomnier, de vous injurier, de voler vos découvertes ; quant à vous, vous devez leur répondre poliment. Ces ordures se comportent exactement comme les femens qui gazent femmes enceintes et nourrissons, puis appellent les journalistes en vociférant. Il se peut que, depuis 2011, cette vermine titularisée par l’Université française soit déjà enseignée, jusque dans les académies, comme ces guenons féministes… Car tout ce que je viens de mentionner, ainsi que d’autres actes orduriers qui, à ce jour, dépassent le millier (!!!), ils ont parfaitement le droit de le faire dans le cadre d’une procédure de qualification républicaine de l’Université française ! Vous comprenez : il y a en France une crise, les places à l’Université sont chères et la vermine corrompue se les partage ! Il faut donc faire entrer exclusivement ses partenaires sexuels, officiels ou ceux de passage, ses enfants ou ses fidèles larbins. Bien sûr, il faut à tout prix éloigner tous ceux qui pourraient leur prendre cette place ou leur faire de l’ombre scientifiquement ! C’est exclusivement pour cela, et non pour une juste évaluation des compétences, que l’on maintient cette excellentissime procédure héritée de l’URSS génocidaire, et ce, peu importe son coût !

    Les Révisionnistes s’intéressent à l’Affaire Livry

     Voilà pourquoi également, tout petit-fils de rescapés d’Auschwitz que je suis, je comprends parfaitement les révisionnistes francophones qui se rapprochent de moi afin de se saisir de la totalité de mon dossier du CNU, de celui de la Sorbonne ainsi que de celui de Nice-Sophia Antipolis. En effet, la plus grande accusation portée à l’encontre de ceux qui révisent l’unique période de l’histoire protégée, en France, par une loi pénale réside dans le fait qu’ils ne détiennent pas de diplômes délivrés par des « spécialistes » et que leur méthodologie n’est pas acceptable pour des historiens institutionnels. Quant aux tentatives de discussion entamées par les révisionnistes, elles se soldent par des condamnations pénales avec étouffement immédiat de l’affaire. Or, grâce à certaines des pièces recueillies dans le cadre de l’Affaire Livry depuis des années, les révisionnistes francophones parviennent à examiner les tripes mêmes de l’Université française qui s’érige devant eux comme « juge impartial ». Voilà que, grâce à l’Affaire Livry, les révisionnistes ont la preuve de la médiocrité des calomnies effrontées des professeurs titularisés par l’Université française, de l’illettrisme forcené de ces mêmes professeurs universitaires français, de l’arbitraire aberrant qui règne parmi les décideurs académiques et de la bassesse des instincts – pulsions sexuelles, pulsions d’envie ou goût d’un pouvoir ridicule – qui les gouvernent. Si quelques centaines d’euros, une déception toute professorale liée à l’absence d’une pénétration vaginale, l’arrogance flattée par l’article d’un camarade syndiqué ou encore l’obstination de voler une découverte sur Nabokov, Mandelstam, Nietzsche ou Claudel décident présidents des universités, doyens, professeurs à tourner, du jour au lendemain, leur veste, cela offre aux révisionnistes l’illustration de l’ignominie jusqu’à laquelle peuvent se rabaisser les détenteurs du pouvoir universitaire, lesquels se rangent derrière une cause – celle des vainqueurs de la dernière « guerre mondiale » – géopolitique d’importance planétaire. Soucieux de la vérité seule, je suis ravi de transmettre aux révisionnistes les chefs-d’œuvre professoraux portant le tampon du Ministère français de l’éducation que j’ai en ma possession.

    Corporatisme ? Non, folie furieuse corruptionnelle !

     Quelle est la caractéristique première d’un corporatisme ? C’est bien sûr non seulement de maintenir les avantages acquis d’une corporation, c’est-à-dire la prospérité de ses membres à court terme, mais également de sauvegarder son honneur (ce qui est contraire à l’arrogance stupide soviétique qui déclare « Avant moi, table rase ; après moi, le déluge »), soit la renommée de ses aînés à moyen terme. (Et je ne m’étalerai pas là sur ce que j’appellerais le « long terme », cette Sagesse éternelle que je sers dans mes travaux – car cela ferait rire les putains-professeurs titularisés des deux sexes). En revanche, que se passe-t-il dans l’« Affaire Livry » ?

    Disons les choses comme elles sont : les chercheurs français et étrangers qui s’en occupent ne daignent même pas consacrer ne serait-ce qu’une seule ligne à cette kaïera universitaire prête à tamponner du sceau du Ministère n’importe quelle calomnie ordurière. Et ils ont raison ! Ce qui les intéresse, c’est de remonter à ceux qui ordonnent ces immondices, et ils les retrouvent aisément. Quelques exemples ? Les voici ! Le président d’une université qui a en partie personnellement lancé contre moi cette ignominie institutionnelle, un fou furieux, est mort récemment. Son lit est à peine froid qu’une académie étrangère conclut la totalité de son existence universitaire par ce terme lapidaire :« ordonnateur ordurier de l’acharnement contre l’écrivain et scientifique Anatoly Livry ». Ou encore son ancien collègue, qui a déjà un pied dans la tombe et qui se charge de publier un poète français dionysiaque et païen (car il y a les chrétiens bachiques !) durant ses ultimes jours (délaissant donc les découvertes littéraires auxquelles ces apparatchiks sont finalement incapables : les vieux fonctionnaires trahissent leur mépris pour la Science qui n’était bonne qu’à être prostituée jadis pour des besoins carriéristes, avant d’être chassée), voit son existence stérile se résumer ainsi dans une anthologie de la poésie française bilingue publiée à Saint-Pétersbourg en janvier 2014 et destinée à des professeurs ainsi qu’à des docteurs bilingues franco-russes : « Imaginons que ledit apparatchik croise sur son chemin un Arthur Rimbaud, lequel s’avèrerait de surcroît dangereux pour sa carrière, il le calomnierait tout comme il l’avait fait avec Anatoly Livry, auprès d’une ”Carlingue” quelconque ! ». En effet, lorsqu’un fonctionnaire refuse obstinément de représenter la Science, se comporte comme la pire des ordures, il faut que ses pairs le traitent comme la vermine qu’il est, et plus les temps avancent, plus ce fonctionnaire universitaire doit entrer dans les annales comme une racaille qui ne se distingue guère de la plus basse piétaille titularisée.

    Victimes de leur propre marasme arrogant, ils devraient normalement se soucier de l’Université française ou même de leur propre renommée post-fonctionnaire, mais se retrouvent ridiculisés au grand jour chaque fois que leurs larbins, ces ordures titularisées obtiennent une « victoire » soviétoïde sur moi qui, malgré mon accent slave, incarne bien mieux qu’eux l’antique Science française.

    Car, pendant que les pitoyables laquais s’acharnent à calomnier mes dossiers au CNU, pendant qu’ils pillent mes découvertes et fabriquent le « buzz » en appelant « Au secours ! Protégez-moi ! » après s’être envoyé eux-mêmes des mails malveillants (atteignant ainsi le but recherché : taire mes découvertes publiées alors qu’ils s’adonnent à une bougeotte groupusculaire), je continue de suivre les séminaires d’illustres hellénistes, germanistes et philosophes français, à introduire leurs travaux dans ma bibliographie qui dépasse largement celles de nombreux professeurs français en fonction qui pourtant me jugent, tout en démolissant, pour le plus grand plaisir des analystes, membres du Collège de France et de l’Institut.

    Quel délice pour ces chercheurs qui s’emparent déjà des séniles « rimbaldiens » et « baudelairiens », je parle de ceux qui passent leur vie dans les commissariats et dans les ministères à calomnier auprès des apparatchiks et les flics de leur connaissance les poètes ayant le malheur de leur être supérieurs sur le plan scientifique !

    Anatoly Livry, Moscou

    source et publication: http://www.enquete-debat.fr/archives/procedure-de-qualification-de-luniversite-francaise-une-corruption-legalisee-qui-a-coute-1-000-000-000-e-en-quelques-decennies-57387


    0 0

    Mercredi 6 août 2014

    Des dizaines de milliers de personnes de la communauté des Yesidis ont fui leurs habitations dans le nord de l’Irak dimanche 3 août suite à l’attaque des villes de Sinjar et Zunmar par les musulmans de l’Etat Islamique.


     

    0 0

    01/08/2014

    "Ces passages appellent à la guerre, à la haine et à la terreur" Abdallah Zekri de l'Observatoire de l'islamophobie (Le Parisien)

    Le préposé à l'islamophobie de la Grande Mosquée de Paris, homme de paix, rejoint notre analyse.

    article_abdallah_zekri.jpg

    Alors que pour le ministère de l'Intérieur, le livre La Voix du Musulman ne relève pas de l'apologie du terrorisme, et peut se comparer à la Bible (sic), et donc ne sera pas visé par une interdiction gouvernementale, Abdallah Zekri musulman pieux qui préside l'Observatoire de l'islamophobie rejoint notre analyse dans les colonnes du Parisien:

     

    « Ce que les gens retiennent, ce sont ces phrases sur le jihad qui heurtent le lecteur et le bon musulman », fustige Abdallah Zekri,  de l'Observatoire contre l'islamophobie. « Ce sont des paroles que je condamne avec force, affirme ce responsable. Ces passages appellent à la guerre, à la haine et à la terreur. »
    Au moment ou 285 jihadistes français fouleraient le sol syrien selon un décompte du ministère de l'Intérieur datant du mois de mai, de tels propos « peuvent induire des jeunes en erreur. Automatiquement, cela va devenir une référence pour eux, critique Abdallah Zekri. L'islam est une religion tolérante, pas une religion de terreur ! » insiste-t-il." Lire dans Le Parisien 

    Jeudi 7 août 2014

    Net impression d’être au cœur d’une secte…

    Mercredi 6 août 2014

     Même Poutine et l’armée russe ne peuvent rien y faire...

    Autre vidéo sur la fin du Ramadan en juillet dans la Russie musulmane. 


    0 0

    05/08/2014

    Irak : 118 églises victimes d’attentats depuis 2004

    churchbombing13.png

    Depuis 2004, c’est-à-dire en dix ans, ce sont 118 églises chrétiennes irakiennes qui ont été victimes d’attentats à la bombe : 45 à Bagdad, 64 à Mossoul, 8 à Kirkouk et 1 à Ramadi.

    C’est ce que nous rappelle hier un courriel d’Assyrian Inernational News Service.

    L’agence précise également que depuis la prise de contrôle de Mossoul, le 10 juin dernier, par l’État Islamique d’Irak et du Levant (désormais État Islamique), les 45 églises de la ville ont été soit détruites, soit occupées, soit transformées en mosquées par les islamistes.

    On pourra lire (en anglais) et télécharger ici un rapport de l’agence, initialement rédigé le 12 juin 2007 et mis à jour le 2 août 2014, sur Un génocide naissant : le nettoyage ethnique des Assyriens d’Irak (Incipient Genocide

     

    . The Ethnic Cleansing of the Assyrians of Iraq). - See more at: http://www.christianophobie.fr/breves/irak-118-eglises-victimes-dattentats-depuis-2004#sthash.HZNpJZ7t.dpuf

    06/08/2014

    Nouvelles attaques d'églises par des arabo-musulmans à Thonon et Perpignan

    Relire nos articles d'archive :

    - Attaques d'églises répétées, la France en déni de Jihad (2009)

    Leurs "jeunes" s'en prennent à nos églises, déjà 10 ! (2011)

    les-autels-ont-ete-renverses-la-basilique-et-l-eglise-photo-le-dl-c.jpg

    Lu dans le Messager du 5 août:

    "Mardi 5 août à Thonon-les-Bains, un peu avant 8 heures, un homme d'une trentaine d'années a commis en quelques minutes de très importants actes de vandalisme à l'église Saint-Hippolyte et dans la basilique Saint-François-de-Sales contiguë : avec une force peu commune, l'individu a renversé et cassé deux autels, les candélabres et les lutrins, détruit des statues, arraché un tabernacle, tordu une croix en bronze massif, défoncé une porte de sacristie et même abîmé des vitraux.

     Les dégâts, particulièrement impressionnants, se chiffreront assurément en milliers d'euros, le mobilier touché datant souvent des XVIIIe et XIXe siècles.

    Un bénévole qui travaillait à ce moment-là dans la basilique a prévenu la police, et des agents sont venus interpeller le forcené pour le placer en garde à vue. Pour l'heure, ses gestes n'ont pas encore reçu d'explication même s'ils ont tous les aspects d'une crise de démence, peut-être mystique. 

    Selon le curé Le Tué, il s'agirait d'un "jeune musulman", mais la piste du mobile religieux doit encore être confirmée."

     

    A Perpignan ville fortement colonisée par les musulmans ces attaques sont récurrentes :

    Communiqué de Xavier Baudry, Conseiller Communautaire de Perpignan-Méditerranée, Conseiller Municipal FN-RBM de Perpignan :

    P"Le Groupe Perpignan Ensemble (FN-RBM) dénonce avec vigueur les graves incidents commis envers l’église Saint Paul du Moulin à Vent.

    En effet, nos concitoyens doivent savoir, que ce lieu de culte, depuis plusieurs mois, estvictime de jets de pierres, les passants et fidèles sont régulièrement insultés, le curé menacé, et cela même pendant et à la sortie des offices!!!

    Silence radio de la part des élus UMPS, aucun communiqué de la part d’artistes ou intellectuels auto-déclarés « bien pensants »…. Qu’aurait-on déjà entendu, si ce lieu de culte avait été une synagogue ou une mosquée ??

    Nous demandons avec force, une réaction immédiate de la part des autorités municipales afin qu’elles mettent enfin en œuvre, les moyens nécessaires à la sécurité de nos concitoyens, aux abords de cette édifice, des patrouilles de Police régulières et une réponse judiciaire immédiate (et non des «mesurettes», comme la pose d’une simple caméra !)."

     

    http://www.islamisation.fr/archive/2014/08/06/attaques-d-eglises-par-des-arabe-musulmans-a-thonon-et-perpi-5423527.html

     

    Le Parti de la France
    6, Allée des Templiers
    78860 Saint Nom La Bretèche

    Tel : 09 67 17 81 36 - Fax : 01 41 10 81 36
    Email : lepdf@orange.fr


    0 0

    VIDEO. Extrême-droite : des stages commando en pleine forêt de Fontainebleau

     

    M.L. | Publié le 06.08.2014, 10h11 | Mise à jour : 11h49

    <btn_noimpr style="margin-top: 0px; margin-right: 0px; margin-bottom: 0px; margin-left: 0px; padding-top: 0px; padding-right: 0px; padding-bottom: 0px; padding-left: 0px; ">

    EN forêt de Fontainebleau, l'association «Prenons le maquis» enseigne aux «stagiaires» à défendre leur «intégrité physique et mentale»

    EN forêt de Fontainebleau, l'association «Prenons le maquis» enseigne aux «stagiaires» à défendre leur «intégrité physique et mentale»

    Zoom

    <btn_noimpr style="margin-top: 0px; margin-right: 0px; margin-bottom: 0px; margin-left: 0px; padding-top: 0px; padding-right: 0px; padding-bottom: 0px; padding-left: 0px; ">

    La vidéo fait froid dans le dos. Sur le site «Egalité et réconciliation» d'Alain Soral, un proche de décrit par le Canard Enchaîné sorti ce mercredi comme un «national-assumé», on découvre la vidéo d'un  d'entraînement organisé par une mystérieuse association «Prenons le maquis», en forêt de Fontainebleau. <btn_noimpr style="margin-top: 0px; margin-right: 0px; margin-bottom: 0px; margin-left: 0px; padding-top: 0px; padding-right: 0px; padding-bottom: 0px; padding-left: 0px; ">

     



    On y voit des «citoyens responsables» au crâne rasé qui ont payé 200 euros pour faire des feux de bois, s'entraîner au close combat et se former aux rudiments des premiers soins.

    Soudain, une image montre un homme, attaqué par un comparse, sortir une arme et faire feu à bout portant - à blanc - sur son agresseur.

    Ce stage commando , qui s'étale sur un week-end, avec campement sur place, propose notamment de protéger son intégrité physique et mentale».

    Devant le succès de la «formation» dispensée les 28 et 29 juin, le site d'Alain Soral, qui plaide pour la «réconciliation nationale», indique qu'une nouvelle session est prévue les 30 et 31 août. Pas sûr cependant qu'elle ait lieu.

    Dès la parution de l'article du Canard enchaîné, intitulé «Les rouges-bruns se mettent au vert», le parti socialiste a réagi.

    Apprenant avec «inquiétude» que «Alain Soral organise via son site "égalité et réconciliation" des stages dont la nature belliqueuse ne fait aucun doute», le PS «s'émeut de voir ce mouvement idéologiquement violent et politiquement d'extrême droite organiser des stages d'entrainement dans la forêt de fontainebleau sous prétexte de retour à la nature».

    Le PS appelle donc «les pouvoirs publics à la plus grande vigilance».


    Un camp d'entraînement à quelques kilomètres de Paris



    Source LeParisien.fr


    0 0

    L'Irak accuse l'Etat islamique d'avoir assassiné au moins 500 Yézidis, dont certains enterrés vivants

    Ils auraient été ensevelis dans des fosses communes par les combattants jihadistes.

    Des milliers de Y&eacute;zidis fuient les combattants de l'Etat islamique &agrave; travers les monts Sinjar, dans le nord de l'Irak, le 9 ao&ucirc;t 2014.Des milliers de Yézidis fuient les combattants de l'Etat islamique à travers les monts Sinjar, dans le nord de l'Irak, le 9 août 2014. (EMRAH YORULMAZ / ANADOLU AGENCY / AFP)

    Par Francetv info avec AFP et Reuters

    Mis à jour le 10/08/2014 | 12:46 , publié le 10/08/2014 | 12:24

    Le gouvernement irakien accuse, dimanche 10 août, les combattants de l'Etat islamique d'avoir assassiné plus de 500 membres de la minorité yézidie en Irak, avant de les ensevelir dans des fosses communes.

    Le ministre irakien aux droits de l'homme, Mohammed Shia al-Sudani, dit détenir la preuve selon laquelle des enfants et des femmes yézidis ont été enterrés vivants par les jihadistes.

    Le ministre a confirmé qu'environ 300 femmes avaient été capturées afin d'en faire des esclaves.

    Des réfugiés parviennent à rejoindre le Kurdistan

    Persécutée depuis des siècles, la minorité kurde yézidie est l'une des plus anciennes communauté du nord de l'Irak. Les racines des Yézidis (qui compteraient 500 000 à 600 000 membres) remonteraient à plus de 6 000 ans. Ils sont considérés comme des païens par la loi islamique (charia) et même comme des "adorateurs de Satan" par l'Etat islamique.

    Par ailleurs, au moins 20 000 Irakiens réfugiés dans les monts Sinjar pour fuir les jihadistes ont pu s'échapper sains et saufs vers la Syrie avant de revenir en Irak escortés par les forces kurdes, ont indiqué des responsables kurdes.

    Un responsable kurde au point de passage de Fishkabour, à la frontière, a indiqué que 30 000 personnes étaient arrivées de Syrie.

    De son côté, la députée yézidie Vian Dakhil fait état de 20 000 à 30 000 personnes ayant fui et se trouvant désormais dans la région autonome du Kurdistan irakien.

     

    http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/offensive-jihadiste-en-irak/l-irak-accuse-l-etat-islamique-d-avoir-assassine-au-moins-500-yezidis-dont-certains-enterres-vivants_666923.html#xtor=EPR-51-[l-irak-accuse-l-etat-islamique-d-avoir-assassine-au-moins-500-yezidis-dont-certains-enterres-vivants_666923]-20140810-[bouton]


    0 0

    Le 9 août 2014
    Le Conseil constitutionnel a amputé le pacte de compétitivité mais presque validé la réforme de Christiane Taubira.
     

    Le Conseil constitutionnel a amputé le pacte de compétitivité mais presque validé la réforme de Christiane Taubira.

    Apparemment, il se montre plus regardant pour le social que pour le pénal !

    [...]

    Deux tragédies criminelles récentes, chacune avec sa spécificité de lieu et d’action, ont montré à quel point la France serait condamnée à sans cesse endurer le hiatus entre une mansuétude gouvernementale, un humanisme conseilleur mais des victimes pour payeurs d’un côté et, de l’autre, une réalité trop souvent terrifiante.

    À Dolomieu (Isère), après le braquage d’un tabac-presse le 29 juillet commis par deux malfaiteurs, Hugo Villerez était abattu par l’un d’eux parce qu’il tentait d’intervenir et de le faire interpeller.

    Mukaël Erdem, qui s’est vu reprocher cet acte, a été mis en examen, notamment pour vol accompagné de violences ayant entraîné la mort, puis incarcéré. De même que Morgan Vert qui l’accompagnait et s’est malheureusement suicidé en se pendant.

    (…)

    Un immense émoi après ce désastre humain : près de 700 personnes aux obsèques de la victime.

    À l’Alma, dans un quartier de Roubaix déshérité, dont les habitants se sentent abandonnés par les pouvoirs publics, un père de famille de 27 ans unanimement apprécié, courageux – il avait sauvé quelqu’un d’une noyade – a été tué par deux jeunes gens qui faisaient des rodéos en pleine nuit avec une voiture volée et qu’il avait interpellés de sa fenêtre pour les faire cesser.

    Ulcérés, ils l’ont cherché puis trouvé dans cet immeuble délabré et au moins un coup de couteau dans la gorge lui a été porté avec un effet mortel.

    Rapidement, l’un des protagonistes a été interpellé puis l’autre s’est livré plus tard : petit délinquant pour le premier, selon le procureur adjoint de Lille, et jeune majeur au casier chargé pour le second.

    [...]

    Mukaël Erdem a écrit une lettre à la mère d’Hugo Villerez pour exprimer ses remords et expliqué qu’il avait tiré « paniqué » parce que celui-ci venait vers lui. Selon son avocate, sa démarche était spontanée et sincère et il désirait l’accomplir immédiatement.

    Je n’ai aucune raison de considérer ce geste comme tactique, d’abord parce qu’il est très rarement mis en œuvre à ce stade initial alors qu’en cours de procédure et avant l’audience, il survient mais risque d’être perçu pour seulement habile.

    Que ce jeune homme ait éprouvé le besoin de s’adresser à cette mère donne de sa personnalité une image que le crime n’a pas totalement dégradée.

    Mais il n’y a aucun rapport avec ce mouvement intime que la procédure va intégrer et cette justice « réparatrice » qui pousserait victimes et condamnés à se rencontrer et à dialoguer.

    [...]

    Stéphane Jacquot, qui a créé l’Association nationale de la justice réparatrice, prétend que cette interrogation et cette exigence sont « très peu développées au cours d’un procès », ce qui est totalement faux.

    Le plus souvent, sauf à l’égard de faits délictuels ou criminels simples et utilitaires, le prévenu ou l’accusé ont du mal à démêler les motivations profondes de leurs agissements et s’ils n’y parviennent pas à l’audience malgré son caractère irremplaçable, ils demeureront encore plus inconnus à eux-mêmes en face de leurs victimes.

    Parlons net : cette justice réparatrice est, au pire un gadget pour curiosités malsaines, au mieux une relation qui n’aura aucune incidence sur le cours de la justice pénale puisqu’elle se déroulera, la sanction infligée.

    [...]

    Extrait de : Le Général, le particulier et l’illusion

     
     
    Magistrat honoraire et président de l'Institut de la parole
     
    http://www.bvoltaire.fr/philippebilger/conseil-constitutionnel-social-penal,98335?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=bf8883900d-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-bf8883900d-30403221&mc_cid=bf8883900d&mc_eid=35158644a0

    0 0

    SUR  QU ' ELLE PLANÈTE VIVONS-NOUS 

    La prostitution des orangs-outans est une pratique courante dans certains pays d’Asie, où des spécimens femelles ont été trouvés enchaînés et maltraités par les humains.

    Un vétérinaire espagnol dédié à ces grands singes de Bornéo témoigne.

    Le vétérinaire Karmele Llano, a rapporté la découverte à Bornéo d’un orang-outan de 12 ans, qui avait été complètement rasé, lavé et parfumé, et avait même du rouge à lèvres.

    L’animal était enchaîné à un lit, pour permettre d’ abuser d’elle.

    Le bordel était situé au centre de Bornéo (Indonésie) dans un lieu appelé Keremgpangi.

    Nous savons que dans la Thaïlande, il est courant d’utiliser des bordels d’orangs-outans femelles comme un divertissement pour les clients du sexe, ou l’exposition d’animaux dans les cirques ou des spectacles de boîte”.


    “Quand nous essayons de les libérer il y a eu une émeute. Nnous avons été menacés avec des couteaux et des machettes.

    Nous avons dû recourir à la police de l’État, qui a envoyé environ 30 agents” a rappelé le vétérinaire espagnol. “Nous l’avons emmenée à notre centre de réadaptation Menteng Nyaru, où nous nous concentrons les orangs-outans qui ont besoin de soins pour récupérer des gens qui les utilisent” a-t’il dit.

    Une plainte à été déposée par Pedro Pozas, secrétaire général de “Great Ape Project» (GAP), qui a récemment conduit au Parlement espagnol, un projet de loi pour les droits de ces mammifères.

    La prostitution des orangs-outans est une pratique courante dans certains pays d’Asie, où des spécimens femelles ont été trouvés enchaînés et maltraités par les humains. Un vétérinaire espagnol  dédié à ces grands singes de Bornéo témoigne.Le vétérinaire Karmele Llano, a rapporté la découverte à Bornéo d’un orang-outan de 12 ans, qui avait été complètement rasé, lavé et parfumé, et avait même du rouge à lèvres. L’animal était enchaîné à un lit, pour permettre d’ abuser d’elle. Le bordel était situé au centre de Bornéo (Indonésie) dans un lieu appelé Keremgpangi. Nous savons que dans la Thaïlande, il est courant d’utiliser des bordels d’orangs-outans femelles comme un divertissement pour les clients du sexe, ou l’exposition d’animaux dans les cirques ou des spectacles de boîte”.“Quand nous essayons de les libérer il y a eu une émeute. Nnous avons été menacés avec des couteaux et des machettes. Nous avons dû recourir à la police de l’État, qui a envoyé environ 30 agents” a rappelé le vétérinaire espagnol. “Nous l’avons emmenée à notre centre de réadaptation Menteng Nyaru, où nous nous concentrons les orangs-outans qui ont besoin de soins pour récupérer des gens qui les utilisent” a-t’il dit. Une plainte à été déposée par Pedro Pozas, secrétaire général de “Great Ape Project» (GAP), qui a récemment conduit au Parlement espagnol, un projet de loi pour les droits de ces mammifères.
    Merci Sandrine
     
     
    Thomas JolyÇa dépasse l'entendement... Et on s'étonne de se retrouver avec des maladies comme le SIDA ou Ébola..

    0 0

    Quarante-quatre policiers et gendarmes blessés en marge du match Bastia-OM

    Une centaine de supporters bastiais s'en est pris aux forces de l'ordre avant le match Bastia-OM samedi soir.

    Des violences entre supporters bastiais et forces de l'ordre ont &eacute;clat&eacute; avant le d&eacute;but du match Bastia-OM, le 9 ao&ucirc;t 2014.Des violences entre supporters bastiais et forces de l'ordre ont éclaté avant le début du match Bastia-OM, le 9 août 2014. (PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP)

    Par France tv info avec AFP

    Mis à jour le 10/08/2014 | 08:46 , publié le 10/08/2014 | 08:17

    Quarante-quatre policiers et gendarmes ont été "blessés ou contusionnés" samedi soir lors de violences en marge du match entre Bastia et Marseille en ouverture de la Ligue 1, a annoncé dimanche 10 août le ministère de l'Intérieur. 

    "Dix fonctionnaires des Compagnies Républicaines de Sécurité, 34 gendarmes mobiles ont été blessés ou contusionnés et huit d'entre eux soignés à l'hôpital" lors de ces violences, précise l'Intérieur.

    Les heurts se sont produits "avant et après le match de football entre le Sporting Club de Bastia et l'Olympique de Marseille", selon l'Intérieur, qui assure que policiers et gendarmes "ont agi avec sang-froid et retenue".

    Selon un journaliste de l'AFP, une centaine de supporters bastiais s'en est pris aux forces de l'ordre.

    Ils ont jeté des bombes agricoles, des pierres, des barrières métalliques et des bouteilles en verre en direction des CRS.

    Cazeneuve demande le respect des forces de l'ordre

    Dans son communiqué, le ministre, Bernard Cazeneuve, réclame la "détermination [des] responsables concernés, aux plans local et national, pour mettre un terme à ces comportements violents, en particulier à l'égard des forces de l'ordre qui doivent être respectées".

     

    En avril, la préfecture de Haute-Corse avait interdit aux supporteurs du club voisin de l'AC Ajaccio de se rendre à Furiani pour le derby entre les deux clubs.

     

    http://www.francetvinfo.fr/sports/foot/quarante-quatre-policiers-et-gendarmes-blesses-en-marge-du-match-bastia-om_666775.html#xtor=EPR-51-[quarante-quatre-policiers-et-gendarmes-blesses-en-marge-du-match-bastia-om_666775]-20140810-[bouton]


    0 0

     

     Paris : une tonne de cannabis découverte en marge de l'enquête sur le "36"

    Le Point.fr - Publié le 10/08/2014 à 10:50 - Modifié le 10/08/2014 à 11:24

    Les policiers enquêtant sur le vol présumé de cocaïne au siège de la PJ ont découvert près d'une tonne de cannabis à l'occasion d'une perquisition.

     

    Les policiers enquêtant sur le vol présumé de cocaïne par un brigadier des stups ont découvert incidemment à l'occasion d'une perquisition près d'une tonne de cannabis, a indiqué une source judiciaire qui précise qu'aucun lien n'est pour l'instant établi entre ces dossiers.

     

    Cette découverte a été faite après la perquisition d'un box loué par un autre policier qui a été placé sous le statut de témoin assisté dans le dossier des 52 kilogrammes de cocaïne volés dans la salle des scellés de la brigade des stups du 36, quai des Orfèvres, siège de la police judiciaire parisienne.

    Alors que cette fouille dans le quartier de "Chinatown" (13e arrondissement) n'avait rien donné, un chien spécialement dressé pour repérer la drogue avait marqué l'arrêt devant le box contigu, avait expliqué la semaine dernière une source proche du dossier.

    Les policiers y trouvaient alors plus de 300 kilogrammes de résine de cannabis.

    Le locataire de ce box en louant plusieurs autres, les policiers les ont fouillés et ont trouvé plus de 600 kilogrammes supplémentaires, a ajouté la source qui confirmait une information du JDD.

     

    "Aucun lien établi" avec le vol de cocaïne du 36

    Cette enquête a été confiée à l'Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) de la police judiciaire.

    Selon la source judiciaire, "il n'y a pour l'instant aucun lien d'établi" avec l'enquête sur le vol de cocaïne qui vaut à un brigadier de 33 ans des stups d'être mis en examen et écroué.

    "On est vraiment pour le moment dans le domaine du hasard", a-t-elle insisté.

     

    COMMENTAIRES 

    redresstortle 10/08/2014 à 15:08 

    Box spécialisés

    Si les affaires ne sont pas liées, quelle coïncidence !... Ou alors à croire que la drogue est partout. C'est tout de même formidable l'ouverture toute grande des frontières : armes, drogue, argent pas de souci pour toutes sortes de trafic Nos truands ne risquent rien.

     

    Nycolele 10/08/2014 à 15:26 

    @redresstort

    Il faut lire l'article "avant" avant de le commenter...
    "Les policiers ENQUETANT sur le vol PRESUME de cocaïne par un brigadier des stups ont découvert incidemment à l'occasion d'une perquisition près d'une tonne de cannabis, a indiqué une source judiciaire qui précise qu'AUCUN lien POUR L'INSTANT n'est établi entre ces dossiers...

     

    Rose Pomponle 10/08/2014 à 15:17 

    Bravo à la brigade et à son brave chien

    ... Mais quand on pense qu'après avoir capturé les responsables de ce trafic (si on ne s'en tient pas à de petits comparses) il faudra les déférer devant des magistrats nommés par Mme Taubira on est pas tellement rassuré.

     

    Agnat7

    Un policier en prison n'est pas mélangé aux autres détenus, il a un traitement particulier avec cellule personnelle, ce qui est plutôt logique.
    Pour en revenir au sujet, ils ont quand même perquisitionné un box loué par un des gars des Stups et ils y retrouvent une tonne de cannabis, pas un ou même 50 kilos mais une tonne !. Et ils osent dire que ce n'est pas lié à l'affaire, je laisse le soin aux plus idiots d'entre nous de les croire.

     

    agnat7le 10/08/2014 à 14:34 

    Drogue

    Le comble dans cette histoire, ... C'est que ces policiers ont certainement fait "plonger" des truands qui avaient commis le même délit qu'eux... /
    Seulement en "zonzon"... Ils risquent de re... Trouver des gens qui y sont à cause d'eux. C'est cà la loi de causalité... !

     


    0 0

     

    Pauvre France, mon pays qui n’est plus que l’ombre de lui-même !

     

    Avec Israël, les Russes ne craignent pas les sanctions économiques européennes

    Posted On09 août 2014
     
     
     
    fromages israéliens - pas aussi bon qu'en France, mais disponibles

    Fromages israéliens – pas (encore) aussi bons qu’en France, mais ouverts au marché russe

    Les dirigeants européens sont tellement arrogants et stupides à la fois – étant de gauche cela ne surprend pas, leur pedigree est une longue suite de décisions catastrophiques – qu’ils ont imposé des sanctions économiques contre la Russie sans anticiper que les Russes pourraient faire de même en retour.

    Selon notre confrère Union Républicaine, 1200 entreprises françaises sont touchées par le contre feu du président russe, qui a ordonné le blocage des importations de produits alimentaires en provenance des pays responsables des sanctions économiques contre Moscou – dont la France.

     

    Le manque à gagner pour les entreprises françaises (qui s’en passeraient bien) est estimé à plusieurs milliards d’euros.

     

     

    Manque à gagner ? Pas pour tout le monde…

    Et c’est avec surprise - j’avoue humblement ne pas l’avoir projeté - que j’ai reçu d’un de mes contacts russes un message où il explique que les producteurs de fromages et de vins israéliens ont reçu en quelques jours des demandes de quotation qui se chiffrent en dizaines de millions de dollars de la part de gros distributeurs alimentaires russes.

     

    Le manque à gagner n’est donc pas perdu pour tout le monde, et il se trouvera bien quelques conspirationnistes pour soutenir que ce sont les « sionistes » qui ont poussé les dirigeants européens à imposer des sanctions aux Russes.

    Plus sérieusement, on mésestime l’influence du réseau de plus d’un million de Russes israéliens.

    Quand aux boycotteurs de l’organisation BDS et leurs soutiens chez les Verts, ce serait une faute lourde que de ne pas imaginer leur rage de voir Israël récupérer sans l’avoir cherché, une partie du marché dont l’Europe s’est stupidement privée.

    Et le meilleur est à venir : rappelez-vous qui vous fournit le gaz dont vous vous chauffez, en hiver…

     

    Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

     

    COMMENTAIRE

     

    jmlb

    Si je comprend bien les Russes vont vendre leur produits à israêl qui les revendra à l' Europe !

    La France va vendre ses produits à Israêl qui les revendra aux Russes !

    Qui sont les cons !!!


    0 0

    De la banlieue rouge à la banlieue «verte» ?

    La cité des 4000, à La Courneuve

     

    FIGAROVOX/OPINION - La banlieue du chanteur Renaud a disparu. Alexandre Devecchio explique comment les anciens bastions du PCF ont cédé face à la montée du communautarisme musulman. 

    Alexandre Devecchio est journaliste au Figaro et animateur du FigaroVox.

     

    Passionné par le cinéma, la politique et les questions liées aux banlieues et à l'intégration, il a été chroniqueur au Bondy blog.


    «J'm'appelle Slimane et j'ai 15 ans, j'vis chez mes vieux à La Courneuve…»

    En 1983, Renaud racontait, à travers la chanson Deuxième génération, l'histoire d'un gamin de banlieue déraciné.

    Plus de trente ans après, les paroles résonnent étrangement. «Pour m'sentir appartenir à un peuple, à une patrie… J'porte autour de mon cou, sur mon cuir, le keffieh noir et blanc et gris…»

    Cette année-là, la cité des 4 000 pleure son premier mort: Toufik, 10 ans, est tué d'un coup de carabine à plomb tiré par un voisin excédé par le bruit. François Mitterrand effectue une «visite surprise» dans le quartier…

    C'est encore l'époque de la «banlieue rouge», celle des ZUP, des voleurs de mob et de «Touche pas à mon pote».

    Mais au fil des années, tandis que les frontières s'ouvrent, les dernières usines ferment: les «loubards» laissent place aux «racailles», le haschisch à l'héroïne, la lutte pour l'égalité à celle pour les minorités, l'antiracisme à l'antisionisme puis à l'antisémitisme, et enfin l'école publique et le parti communiste aux communautarismes.

    Pour les enfants de la troisième génération, comme pour ceux de la deuxième, la Palestine ou l'Algérie ne sont qu'un prétexte. Les noms de leur sécession avec la nation française. C'est pour eux une identité de substitution. Un ailleurs fantasmé.

    L'illusion d'une communion.

    La République, écrit alors Gilles Kepel, a déserté «les quartiers».

    En juin 2005, l'Histoire bégaie. Un enfant de La Courneuve est tué d'une balle perdue. Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, se rend sur place.

    A la famille de la victime, il promet de «nettoyer la cité au Kärcher».

     

    Des paroles tonitruantes sans lendemain.

    Des émeutes de 2005 aux récentes manifestations propalestiniennes de Barbès et de Sarcelles, les poussées de fièvre se multiplient.

    Pour les enfants de la troisième génération, comme pour ceux de la deuxième, la Palestine ou l'Algérie ne sont qu'un prétexte.

    Les noms de leur sécession avec la nation française. C'est pour eux une identité de substitution.

    Un ailleurs fantasmé. L'illusion d'une communion.

     

    Dans Le Village de l'Allemand, roman de Boualem Sansal (Gallimard, 2008), Malrich, le personnage principal, prophétise: «A ce train, la cité sera bientôt une République islamique parfaitement constituée.

     

    Vous devrez alors lui faire la guerre si vous voulez seulement la contenir dans ses frontières actuelles.»

     

    De Renaud à Sansal, la banlieue rouge est devenue verte….

     

    SOURCE ET PUBLICATION:  http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/08/08/31001-20140808ARTFIG00324-de-la-banlieue-rouge-a-la-banlieue-verte.php


    0 0
  • 08/10/14--07:45: AU PAYS DU CALIFE !
  • Vidéo / Violences « ordinaires » au pays du calife!

     

    Pendant trois semaines, un journaliste américain a suivi les  combattants sunnites de l’Etat islamique qui a proclamé  le califat

    (Cette vidéo de Vice, sous-titrée en français, inclue certaines images plus que violentes…)

     


    0 0

     

    REDIFF.

     

    Comment les USA imposent leur droit national dans le monde entier

    Comment les USA imposent leur droit national dans le monde entier

    usaLe droit international contemporain se fonde sur le principe de souveraineté nationale.

    Conformément à ce principe, le pouvoir de n’importe quel pays est souverain, autosuffisant sur le territoire national, et ne dépend pas du pouvoir d’un pays étranger.

    Cela signifie que les lois nationales ne s’appliquent que dans les limites du pays, exception faite de certains cas expressément spécifiés.

    Il existe aussi le principe d’exterritorialité, lorsque le pays admet l’application sur le territoire national d’une loi étrangère dans le cas d’examen judiciaire des transactions commerciales extérieures ou des affaires de succession transfrontalières.

    Or, les autorités américaines ont inversé de fait ces principes en conférant ouvertement à leur lois un caractère exterritorial, à l’image des lois sur les sanctions contre Cuba, la , l’Iran, et au total pas moins de 14 pays « mal aimés » par l’Amérique.

    En 2008, les États-Unis ont décrété des sanctions contre la société Rosoboronexport, qui représente l’État russe sur les marchés des armements sous prétexte de prolifération de technologies se prêtant à la création d’armes nucléaires et de missiles mais, formellement, pour avoir violé la loi américaine connue sous le nom de « Iran, North Korea and Syria Nonproliferation Act ».

    Les lois exterritoriales permettent en fait aux États-Unis ne s’ingérer dans les affaires intérieures des autres États. Elles sont également utilisées comme outil d’intimidation.

    La Loi « Magnistki » en est le dernier exemple en date. Elle confère au président des États-Unis le droit de « bloquer » sur le territoire américain les comptes bancaires et les biens appartenant aux personnes portées sur la « » des violateurs des droits de l’homme.

    Cette loi s’étend tant aux sociétés américaines à proprement parler qu’à leurs succursales étrangères, bien qu’elles relèvent de la législation des pays où elles sont établies. C’est ainsi que le président des États-Unis a le droit de frapper également d’interdit « les personnes se trouvant dans les limites de la juridiction des États-Unis » ce qui inclut les sociétés étrangères contrôlées par des personnes physiques et morales américaines.

    Cela signifie en clair que même les sociétés fondées à l’étranger avec la participation de capitaux américains doivent se garder d’avoir affaire avec les personnes figurant sur la liste Magnitski. Or, les sociétés en question sont nombreuses, pour ne citer que les plus grands systèmes de paiements électroniques comme Visa et MasterCard, contrôlés par des sujets américains et pouvant de ce fait faire l’objet de pressions de la part des États-Unis.

    D’ailleurs, cela s’est déjà produit récemment, lorsque MasterCard avait bloqué les transferts des au profit de WikiLeaks.

    La loi américaine de 1977 sur la corruption à l’étranger (Foreign Corrupt Practices Act, FCPA) est appelée à sanctionner tant les sociétés américaines qu’étrangères pour corruption de fonctionnaires étrangers. Cette loi s’applique aux sociétés étrangères qui ont une partie de leurs actifs aux États-Unis, ont une participation américaine ou si leurs actions sont cotées en bourse des valeurs de New York. Mieux encore, elles s’exposent aux sanctions même si leurs fonds transitent tout simplement par des comptes bancaires américains.

    Toujours aux termes de cette loi, les sociétés non-résidents des États-Unis sont frappées d’amendes pour corruption de fonctionnaires non-américains à l’extérieur des États-Unis.

    Une autre loi portant notamment « sur l’imposition des comptes étrangers » (Foreign Account Tax Compliance Act, FATCA) est entrée en vigueur en 2013. En vertu de cette loi, les États-Unis exigent d’être intégralement informés sur leurs citoyens, sociétés, ainsi que leurs comptes dans les étrangères. La peut contacter directement l’administration fiscale américaine et lui signaler tous les cas de délit d’évasion fiscale commis par les citoyens américains.

    Mais elle peut aussi signer un accord officiel allant en ce sens.

    Les banques qui refusent de coopérer en direct sont mises sur une « liste noire ». Dans ce cas, tous les transferts des « banques réprouvées » transitant par les comptes des banques américaines sont amputés de 30%. Cette situation porte préjudice aux États étrangers, puisque leurs banques nationales ayant établi des contacts directs avec les États-Unis se transforment de fait en agents qui sapent volontairement ou non la souveraineté nationale.

    Dans le cas où les États eux-mêmes acceptent cette coopération, ils limitent leur propre souverainté au profit des Américains. La FATCA peut être de ce fait qualifiée d’arme de nouvelle génération destinée à édifier la Pax Amricana, estime le professeur d’ Valentin Katassonov. En 2012, le ministère des Affaires étrangères, le ministère des finances et la banque centrale russes ont déclaré que la FATCA était une violation flagrante du principe d’égalité souveraine des États.

    Au printemps 2008, le Russe Victor Bout a été arrêté en Thaïlande à la demande du Parquet américain avant d’être extradé aux États-Unis en vertu de l’inculpation officielle de pour « soutenir une organisation étrangère », en l’occurrence les FARC colombiennes. Pourtant, les FARC ne sont pas considérées comme une organisation ni par l’ONU, ni par la Russie, ni par la Thaïlande, et ne sont qualifiées comme telle qu’aux États-Unis. C’est pourtant sur ce fondement que le tribunal a retenu contre M. Bout le chef d’inculpation de pour d’Américains.

    Le tribunal américain avait également condamné le pilote russe Konsantin Yaroshenko, qui aurait eu l’intention de transporter au Libéria et au Ghana quatre tonnes d’héroïne en provenance du Venezuela et dont une partie devait ensuite prendre la direction des États-Unis.

    Interpellé au Libéria, le pilote s’est retrouvé deux jours plus tard dans une prison américaine sans que la Russie en soit informée.

    Par conséquent, tout citoyen qui n’a jamais mis les pieds aux États-Unis ni commis de délits contre les citoyens américains et leurs biens peut être interpellé dans un pays tiers à la demande des États-Unis, et en vertu de n’importe quelle inculpation.

    Les autorités américaines cherchent ainsi à prouver la primauté des intérêts des États-Unis sur ceux de n’importe quel pays du monde. /N

    Source: http://french.ruvr.ru/2013_08_23/Comment-les-USA-imposent-leur-droit-national-dans-le-monde-entier-5449/

     


    0 0

     

    Magie : 40 caisses d’or disparaissent en Ukraine, 36 tonnes d’or apparaissent en Irak

    Magie : 40 caisses d’or disparaissent en Ukraine, 36 tonnes d’or apparaissent en Irak
    Comment 40 caisses d’or sont emportées mystérieusement en Ukraine et 36 tonnes d’or apparaissent par magie en Irak peu de temps après ?
     
    Le mois dernier, deux nouvelles d’apparence anodine sont passées dans la presse sans toutefois soulever peu de poussière derrière elles. Mais lorsqu’on les mets côte à côte, il y a de quoi se poser des questions. 
    Merci à Dantec du Forum-Gold de m’avoir aidé à faire le rapprochement.
     
    Tout d’abord, le 7 mars, il y a cette rumeur qui a connu une grande publicité du côté Russe de l’Europe et qui a complètement été passé sous couvert du côté de l’Europe-OTAN : l’Ukraine aurait évacué de l’or de ses réserves nationales dissimulé dans 40 caisses non marquées dans le plus grand secret, de nuit, via un banalisé et sous grande escorte armée. 
     
    Cependant, cela n’a pas empêché quelques médias Internet d’en parler, comme Newswire24 ici.
    L’Ukraine craignant une invasion russe aurait, dit-on, mis ses réserves d’or en sécurité avec l’aide des américains. La CIA est naturellement citée comme à chaque fois qu’un complot américain est suspecté. D’après le WGC, l’Ukraine dispose de réserves officielles en or de 42,3 tonnes, ce qui les positionne en 48e place dans le classement mondial qu’on peut télécharger ici.
     RéservesOrUkraine
    Classement des réserves d’or Officielles, Mars 2014, WGC gold.org
    Déjà à ce stade on se demande où l’avion aurait bien pu aller. Il faut dire que en ce temps-là, le monde étant davantage préoccupé par la recherche du vol Malaisian Airlines MH370 en que le transit de l’avion mystérieux rempli d’or qui décolle d’Ukraine au nez et à la barbe des Russes à peine le président qui leur est favorable fût démis. Un peu plus tard, le 27 mars, tombe cette nouvelle insignifiante dont seul les Echos y accorde un petit encart :
     
    Avec comme sous-titres bien à propos :
    Aucun gouvernement n’avait acheté autant d’or depuis trois ans.
     
    Mais l’annonce n’a pas fait remonter les cours du métal précieux.
     
    En Bref : l’Irak venait juste d’annoncer avoir acquis 36 tonnes d’or, représentant moins de 5% de ses réserves de change pour « stabiliser sa monnaie nationale ».
    WTF ?!
    Ce qui m’a fait bondir c’est justement que l’an dernier, la rumeur que Chypre se trouvait dans une situation telle qu’elle allait être forcée de mettre en vente son stock d’or de 13,9 tonnes seulement a été avancée comme raison du flash sur l’or qui l’a fait plonger en accusant les plus grandes pertes en un seul jour depuis plus de 30 ans. Et là on a une voisine qui achète l’équivalent de presque trois fois les réserves chypriotes et le marché ne bronche pas. Cela confirme bien ce que j’avais affirmé : les clowns qui ont avancé l’explication chypriote ne savent pas de quoi ils parlent et déshonorent la profession d’économiste.
    Cette nouvelle irakienne me fait aussi me demander : mais où ont-il trouvé autant d’or à acheter en un seul mois sans que les cours ne bronchent ? D’autant qu’il s’agit ici d’or physique, et non d’or papier. Sachant que les stocks du Comex ont quasiment pas bronché sur la période, c’est certainement pas sur ce marché qu’ils l’ont trouvé. Connaissant aussi les liens très serrés entre le marché de Londres et ceux du Comex (qui font l’objet d’une enquête dans divers pays pour manipulation et concertation) un mouvement de cette ampleur ne pourrait pas se passer sans qu’un trader aux longues dents ne puisse s’empêcher de faire un peu d’arbitrage.
    J’en arrive donc à la conclusion que l’or Irakien n’a pas été acheté sur le marché libre.
    Et c’est là que la nouvelle de l’or Ukrainien revient fort à propos. Un coup d’œil à Google Maps pour constater que de tous les établissements alliés sous domination américaine, l’Irak est un des plus proches :
     Kiev-Bagdad

    Distance séparant de Bagdad d’après Google Maps

     

    Je ne peux m’empêcher d’extrapoler en faisant le rapprochement : 40 caisses, si elles tiennent sur des palettes standard de 900Kg, cela fait 36 tonnes, soit le volume d’or acquis par les irakiens. Les américains étant les alliés du nouveau gouvernement ukrainien et le chef d’orchestre du gouvernement Irakien, le rapprochement n’est pas complètement dénué de sens. Les Américains commencent à s’impatienter en ce qui concerne le retrait de ses forces armées du sol Irakien. Rien de tel qu’un tribut en or (comme au moyen-âge) comme cadeau de départ ?
     
    Alors, l’or Ukrainien a-t-il été cédé à l’Irak avec l’aide des américains ?

    http://www.the-goldfisher.com/2014/04/Or-Ukrainien-en-Irak.html


    0 0

    Sicile : Les policiers fuient en masse par peur des immigrés contagieux

    Sicile : Les policiers fuient en masse par peur des immigrés contagieux

    09/08/2014 – PALERME (NOVOpress) – 90% d’absentéisme lors du dernier débarquement de clandestins à Palerme : c’est le chiffre donné dans un communiqué par la Consap, le syndicat autonome de la police.

    Le 7 août, alors que la marine nationale venait débarquer 530 clandestins, 90% des agents théoriquement en service se sont fait porter malades. La raison ?

    La peur d’être « contaminés par les virus dont les réfugiés [sic] seraient porteurs. Tuberculose, gale, Ebola, telles sont les maladies craintes par les hommes des forces de l’ordre ».

    Beaucoup de policiers employés dans le cadre de l’opération « Mare Nostrum » auraient déjà contracté la tuberculose.

    La Consap a annoncé qu’elle allait déposer une action de groupe (l’italien garde le terme anglais de class action) contre le Ministère de l’Intérieur, pour défaut de protection des agents. « Il semble, a déclaré le secrétaire de la Consap Giorgio Innocenti, que l’attention accordée aux forces de l’ordre employées dans le cadre de l’opération « Mare Nostrum » soit inversement proportionnelle à l’attention donnée aux migrants : toujours plus d’attention pour ceux qui arrivent en Italie, et toujours moins pour ceux qui défendent l’Italie et qui en garantissent la sécurité. Voilà la raison pour laquelle le nombre de policiers engagés dans les opérations d’accueil aux réfugiés et qui ont été contaminés par la tuberculose ou décelés positifs au test de Mantoux, augmente de manière inquiétante ».

     

    Comme de bien entendu, la préfecture de Palerme a démenti ces affirmations dans un communiqué de pur style administratif. « L’indisponibilité temporaire [de certains policiers] n’a nullement affecté l’efficacité ou compromis les conditions de sécurité des activités d’accueil qui, après s’être déroulées dans le plus grand respect des protocoles sanitaires en vigueur et en utilisant correctement les dispositifs de protection individuels, se sont même terminées en avance par rapport à l’horaire prévu ».

    Voilà qui est rassurant.

    Crédit image : copie d’écran du compte twitter de la Marine militaire italienne qui va chercher au large les clandestins, DR.


    0 0

    DIRECT. Irak : tensions dans Bagdad où le Premier ministre Maliki mobilise ses forces

    Des troupes loyales au Premier ministre Nouri Al Maliki se sont déployées des zones stratégiques à Bagdad dans la nuit de dimanche à lundi, peu de temps avant que le Premier ministre annonce son intention de déposer une plainte contre le président, qu'il accuse d'avoir violé la Constitution.

    Un peshmergas photographi&eacute; &agrave; Makhmur, &agrave; environ 280 kilom&egrave;tres au nord de la capitale Bagdad, lors d'affrontements avec l'&Eacute;tat islamique (EST) le 9 Ao&ucirc;t 2014.&nbsp;Un peshmergas photographié à Makhmur, à environ 280 kilomètres au nord de la capitale Bagdad, lors d'affrontements avec l'État islamique (EST) le 9 Août 2014.  (SAFIN HAMED / AFP) Par Carole Bélingard

    Mis à jour le 11/08/2014 | 07:22 , publié le 11/08/2014 | 06:29

    Alors que les combats font rage dans le nord de l'Irak pour contrer l'offensive des combattants de l'Etat islamique, des mesures de sécurité "très inhabituelles et ressemblent à celles que nous imposons pour un état d'urgence", selon un haut responsable de la police. 

     

    Un déploiement de forces a été signalé dans des zones stratégiques à Bagdad, dans la nuit de dimanche à lundi 11 août, peu de temps avant que le Premier ministre annonce son intention de déposer une plainte contre le président, qu'il accuse d'avoir violé la Constitution.

    "Il y a une forte présence de membres de la sécurité, de la police et de l'armée, spécialement autour de la 'zone verte'", un quartier hautement protégé où sont basées les institutions clé du pays, a indiqué un haut responsable de la police à l'AFP. Suivez la situation dans notre direct. 

    "Aujourd'hui je vais déposer une plainte devant la Cour fédérale contre le président", a annoncé Nouri al-Maliki dans une déclaration surprise retransmise à minuit  par la télévision d'Etat.

     Il accuse le président d'avoir violé deux fois la Constitution, notamment en ne confiant pas à un Premier ministre désigné la mission de former un nouveau gouvernement. 

    Ce chiite, a remporté les législatives du 30 avril et ce dernier vise un 3e mandat, mais il est vivement critiqué pour son autoritarisme et son choix de marginaliser la minorité sunnite.

     

    • Washington a aussitôt exprimé son soutien au président : "Les Etats-Unis soutiennent pleinement le président Fouad Masoum dans son rôle de garant de la Constitution irakienne", a déclaré la porte-parole du département d'Etat Mary Harf.

    • "La France fait tout ce qu'elle peut faire, mais ça n'est pas suffisant." Laurent Fabius a proposé sur France 2, dimanche 10 août, "un pont européen de solidarité" pour envoyer de l'aide en Irak.

     

    • Sur le plan militaire, alors que les forces kurdes ont subi ces derniers jours plusieurs revers face aux insurgés sunnites, menés par les jihadistes de l'Etat islamique (EI), elles ont repris la main dimanche et libéré les villes de Makhmour et Gwer.

     

    Source et publication: http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/offensive-jihadiste-en-irak/direct-irak-deploiement-inhabituel-de-forces-a-bagdad_667255.html#xtor=EPR-2-[newsletterquotidienne]-20140811-[lestitres-colgauche/titre1]

     

    ET AUSSI

     

    • Laurent Fabius, qui a amené 18 tonnes d'aide humanitaire avec lui, annonce que la France pourrait livrer des armes aux combattants kurdes et qu'il compte mettre en place un "pont européen" pour les populations civiles.


    0 0

     

    Vidéo / Effroyable! Le califat décapite (aussi) les enfants chrétiens!!!

     
    Vidéo / Effroyable! Le califat décapite (aussi) les enfants chrétiens!!!

    « Le Christianisme à Mossoul est mort, un holocauste chrétien est en route, » a dit Mark Arabo, un pdg californien et chef Américano-Chaldéen.

    Dans une interview avec Jonathan Mann pour CNN, il décrit que ce qu’il se passe en Irak est un « Génocide Chrétien » et a dit que les « Enfants se font décapiter, les femmes se font violer et tuer, et les pères se font pendre. »

     

    « En ce moment-même, trois mille chrétiens sont en train de fuir l’Irak pour se rendre dans les villes avoisinantes, » dit-il à Mann. Arabo appelle la communauté internationale à suivre la France et à offrir l’asile aux Chrétiens d’Irak.

    « Vous me surprenez quant à la gravité de ce que vous décrivez », a déclaré l’hôte de CNN. « Vous avez bien dit qu’ils… décapitent des enfants?« 

    « Ils décapitent systématiquement les enfants, » a répété Arabo lentement. « Et pères et mères. Le monde n’a pas vu quelque chose d’aussi démoniaque depuis des générations. »

    « Ils sont généralement entassés dans un parc à Mossoul où ils décapitent les enfants et mettent leurs têtes sur des piques.. c’est un crime contre l’humanité. Ils pratiquent les crimes les plus horribles, les plus inhumains à en briser le coeur que vous pouvez imaginer. »

    Mann a posé une question sur la lettre de l’EI destinée et envoyée aux Chrétiens de Mossoul, exigeant qu’ils se convertissent à l’Islam, paient une taxe ou qu’ils « soient confrontés à la mort par l’épée. »

    « Il est très clair qu’ils tuent des gens, mais les Chrétiens arrivent-ils à y échapper en payant une taxe? » demanda t-il.

    Arabo rapporte qu’une fois que les Chrétiens paient la taxe, les combattants prennent les femmes et les enfants chrétiens « et en font leurs épouses, donc c’est plutôt ‘convertis toi ou meurs’. »

    Le tweet suivant présente des enfants Yézidis qui ont réussi à s’échapper des combattants en fuyant vers les montagnes, mais qui sont morts par manque de nourriture et d’eau.

    Une recherche rapide sur Youtube montre qu’Arabo dit la vérité, il y a des vidéos horribles de têtes sur des piques, et un grand nombre de décapitations en direct (un pauvre chrétien de dire la Shahada « il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah et Mahomet est mon prophète », puis est décapité de toute façon.)*

    « Ils tuent absolument tous les chrétiens qu’ils trouvent, » a dit Arabo. « C’est un génocide pur et dur dans tous les sens du terme. Ils veulent que tout le monde se convertissent, et ils veulent que la loi de la charia soit la loi de la terre. »

    *(Attention:des photos circulent sur le net, elles sont insoutenables, c’est pourquoi Délit d’images se refuse à les publier.)

    Source: CNS News, le 7 Août 2014

    Source


    0 0

    360 millions de musulmans dévoués à la destruction de la civilisation occidentale!!!

     
     

    Les majorités pacifiques n’existent pas!

    20 % de fondamentalistes, cela fait 360 millions de musulmans dévoués à la destruction de la civilisation occidentale!!!
    Le 23 novembre 2013, je m’adressais, sur Boulevard Voltaire, à la majorité pacifique des musulmans de France qui se plaignaient d’un climat islamophobe : « Est-ce que l’on vous entend ? Est-ce que vous stigmatisez avec suffisamment de force et de volonté les actes racistes antifrançais, antireligieux, antirépublicains ?»

    Après chaque nouvelle escalade de la violence, où qu’elle se produise dans le monde, on entend le murmure des « majorités pacifiques ». Toujours quand il est trop tard, quand on compte les morts, après les hécatombes et les massacres. Avant et pendant, c’est le silence le plus total… Ces « majorités pacifiques », on ne les entend jamais. Elles n’existent pas.

    Il y a 1,8 milliard de musulmans dans le monde et la majorité est constituée de musulmans pacifiques. Les fondamentalistes sont estimés à environ 20 %, selon les services de renseignement de tous les pays du monde. Ce qui fait que 80 % d’entre eux sont pacifiques. Mais ces 20 % de fondamentalistes, cela fait 360 millions de musulmans dévoués à la destruction de la civilisation occidentale. C’est là leur objectif final. 360 millions, c’est davantage que la population de l’Europe, que celle de l’Amérique ou de la Russie.

    C’est donc ces 20 % que nous devons combattre et non pas les 80 % de pacifiques… muets !

    Parce que ce sont ces 20 % qui enlèvent, violent, torturent, lapident, décapitent, assassinent et massacrent. L’histoire nous enseigne que ce ne sont pas les majorités pacifiques qui écrivent l’histoire mais les armées meurtrières, les groupes terroristes.

    En 1939-45, la majorité des Allemands étaient pacifiques. C’est pourtant les nazis qui sont parvenus à imposer une guerre qui a tué 45 millions de militaires et de civils, dont plus de 15 millions dans les camps de concentration et six millions de juifs.

    En URSS stalinienne, la majorité des Russes étaient pacifiques, et pourtant il y a eu environ 30 millions de personnes assassinées.

    En Chine maoïste, la majorité des Chinois étaient pacifiques, et cela n’a pas empêché le massacre de près de 70 millions de leurs compatriotes.

    Toutes les majorités de ces pays étaient pacifiques mais elles n’ont rien pu faire pour stopper toutes ces boucheries, ces hécatombes, ces génocides !

    Le 11 septembre 2001, il y avait environ 8 millions de musulmans, dont un peu plus de deux millions d’Arabes, vivant aux USA. Il a suffi cependant de 19 d’entre eux, de 19 terroristes, pour mettre à genoux l’Amérique en détruisant le World Trade Center et en tuant près de 3.000 pacifiques innocents.

    Les majorités pacifiques n’existent pas, elles sont muettes et donc on ne les entend jamais, ni en Égypte, ni en Libye, ni en Syrie, ni en Irak, ni en Iran, ni en Turquie, ni nulle part.

    Existent-elles en Palestine pour exiger du Hamas qu’il cesse ses tirs de roquettes contre Israël au mépris de milliers de morts et de blessés, enfants et femmes, dont ils sont la cause et la raison de la répression hors mesure subie par cette population innocente ?

    On n’entend que les cris de haine des minorités, les tirs de pistolet dans les nuques, les éclats de bombe, les rafales de kalachnikov.

    La majorité pacifique n’existe pas, ni dans le monde, ni en France.

    Lu sur Boulevard Voltaire


older | 1 | .... | 146 | 147 | (Page 148) | 149 | 150 | .... | 245 | newer