Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Showcase


Channel Catalog


Channel Description:

LA TRIBUNE D' UN HOMME LIBRE, REVUE DE PRESSE NON-CONFORMISTE

older | 1 | .... | 126 | 127 | (Page 128) | 129 | 130 | .... | 246 | newer

    0 0

    04/05/2014

    "Bruxelles accélère le processus d'adhésion turque" (Chauprade sur Atlantico)

    turquie.jpg

    Aymeric Chauprade (site)  tête de liste FN aux Européennes, a publié une tribune le 4 mai sur Atlantico.

    Extrait :

    "Bruxelles a récemment accompli de nouveaux pas dans le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

    Désormais, pas moins de 14 chapitres sur 23 sont ouverts dans les négociations d’adhésion. Nicolas Sarkozy, après avoir fait procéder au gel de 5 chapitres lors du sommet européen du 25 juin 2007, avait discrètement ensuite, entre 2008 et 2010, soutenu l’ouverture de 6 nouveaux chapitres.

     

    L'UMP a créé un véritable danger dans le cadre de la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008. En effet, une précédente révision précisait que toute adhésion postérieure à la vague de 2004 devait être soumise au référendum.

    Or, la révision initiée par l'UMP est venue ajouter un second alinéa permettant d’éviter le référendum si une motion adoptée dans le sens de l’adhésion recueillait une majorité des trois cinquièmes au Congrès. C’est dire toute l’ambivalence de l'UMP sur la Turquie comme sur tout le reste.

    L’arrivée au pouvoir de François Hollande n’a fait qu’amplifier le mouvement, de façon ostensible cette fois. A l’automne 2013 est ouvert le chapitre 22, consacré à la politique régionale.

    Nos régions françaises se verraient alors privées de l’essentiel des aides européennes au bénéfice de régions turques bien plus éligibles aux fonds structurels.

    Pour mémoire, rappelons que la France est déjà très largement contributrice nette au budget des fonds régionaux, puisqu’elle verse chaque année près de 17 milliards d’euros alors que les régions françaises ne reçoivent que 4 milliards d’euros de dotations.

    Surtout, et sans que cela ne soit porté à la connaissance des Français, l'Union européenne vient de porter un nouveau coup à la sécurité et à l’identité des peuples européens. L'accord dit de réadmission prévoit en effet qu’à l’horizon 2017 les ressortissants turcs pourront se rendre dans l’espace européen sans visa préalable.(…) "

    Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/pendant-que-turquie-censure-et-reprime-bruxelles-accelere-processus-adhesion-aymeric-chauprade-1061834.html#qY3BQzLttC24yEZ8.99

     

    Rappel : malgré la propagande de Nicolas Sarkozy jurant être contre une adhésion, celle qui dirigeait le groupe UMP au parlement dit européen, madame Françoise Grossetête (video), avait donné consigne de voter les crédits de pré-adhésion, soit 2,26 milliards pour les pays membres.


    Turquie : l'UMP vote les crédits de pré... par L_pour_Libertas


    0 0

     

    qu-est-ce-qu-on-a-fait-au-bon-Dieu
    Le 4 mai 2014
    Le public de la France d’en bas aime bien qu’on pense à lui, ne serait-ce qu’une petite fois, de temps à autre.

    Chaque fois, le même refrain entonné par des journalistes qui se demandent pourquoi tel ou tel film qui, en temps normal, ferait figure de sympathique comédie familiale pour samedi soir surFrance 3, fait un carton national. Ce fut le cas des Visiteurs, desChoristes, des Chtis, desIntouchables.

    C’est aujourd’hui le cas de Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? de Philippe de Chauveron qui, naguère, signa Les vacances de Ducobu, réjouissante série B destinée aux petits comme aux grands.

    Le « pitch », comme disent les cons ? Une famille bourgeoise, provinciale, gaulliste et catholique – très touchante Chantal Lauby, ancienne des Nuls, et remarquable Christian Clavier qui, pour une fois, ne fait pas du Clavier – dispose de quatre filles à marier.

    La première épouse un Chinois, la deuxième un musulman, la troisième un juif. Et les parents de prier pour qu’au moins le quatrième gendre soit catholique.

    Catholique, il l’est. Il se prénomme même Charles, comme le grand Charles.

    Sauf que ce Charles-là vient plus de Côte d’Ivoire que de Lorraine.

    Comme il est de coutume dans ces familles issues de la « diversité », les vannes fusent à table. Le Feuj ne peut piffer le Noiche, tandis que le Rebeu peut aussi se réconcilier avec le premier contre le deuxième, ou vice versa.

    Quant à la future belle-famille venue d’Afrique subsaharienne, ça ne vole guère plus haut.

    Alors oui, tout le monde se chambre velu lors des fêtes de la Noël, devant des époux Verneuil se demandant effectivement ce qu’ils ont pu faire au bon Dieu pour mériter une telle famille Benetton ; « Trois métèques et un Noir, c’est Fukushima pour tes parents », risque même l’un des gendres à sa femme et ses trois belles-sœurs.

    Pourtant, chez ce couple Lauby/Clavier qui fleure si bon la vieille France, pas de haine, encore moins de rancœur : juste le sentiment d’être dépassé par la situation.

    Racistes ? Ils le sont un peu, mais pas plus que leurs gendres et leurs familles respectives.

    Ainsi, quand tout le monde se montre raciste, personne ne l’est vraiment.

    Ce qui désamorce les enjeux possibles du film tout en assurant son succès.

    Parce que, au bout du compte, surtout en ces temps où les valeurs familiales sont bousculées de toutes parts, ce sont précisément ces mêmes valeurs familiales qui se trouvent être remises à l’honneur.

    Là, pas de tromperies à répétition et de familles décomposées à force d’avoir été recomposées, comme tellement vu dans les films choraux et bobos tournés dans le Luberon.

    Car ici, on est à Château-Chinon !

    Le public ne s’y est pas trompé. Libération, par la voix de Bayon, son critique cinématographique en chef, admet qu’il s’agit là d’une excellente comédie populaire.

    Bien sûr, ça coince un peu du côté de la rédaction des Inrockuptibles, qui se pince le nez devant la scène durant laquelle les quatre intrus, histoire de se faire mieux voir de leurs beaux-parents, chantent une assez belle Marseillaise, la main sur le cœur.

    D’ailleurs, même la très sourcilleuse Najat Vallaud-Belkacem admet, dans Le Parisien de ce dimanche dernier : « Ce film montre que les préjugés, la peur de l’autre, voire une forme de racisme, ça peut aussi être le fait de la famille africaine à l’égard des Français.

    C’est la chose la plus partagée du monde. »

    De son côté, le même Parisien note assez finement que le triomphe annoncé de ce film tient en majeure partie aux « spectateurs occasionnels ».

    Soit une certaine frange de la France profonde, qui ne lit pas Télérama, va assez peu au cinéma, sauf quand le bouche à oreille lui fait savoir que, pour une fois, un film est susceptible de lui parler.

    Ce fut le cas des triomphes évoqués plus haut.

    Cela expliquant ceci : le public de la France d’en bas aime bien qu’on pense à lui, ne serait-ce qu’une petite fois, de temps à autre.

    Et pas seulement pour se cracher en plein dans la face.

    Et le fait que ces Français soient de souche ou non importe finalement assez peu…

     

     
    Journaliste, écrivain.

    Nicolas Gauthier est auteur avec Philippe Randa des Acteurs de la comédie politique. 29 € À commander en ligne surfrancephi.com.

    http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/quest-ce-quon-fait-au-bon-dieu-les-raisons-dun-triomphe,58732?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=967c4780cf-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-967c4780cf-30403221&mc_cid=967c4780cf&mc_eid=35158644a0


    0 0

    Un prisonnier : «Si tu ne te convertis pas à l'islam, tu es un homme mort»

    Incarcéré à Fresnes (Val-de-Marne), un prisonnier a subi les pressions et menaces d'un codétenu islamiste radical avant d'obtenir un changement de cellule.Témoignage.

     

    <btn_noimpr style="margin-top: 0px; margin-right: 0px; margin-bottom: 0px; margin-left: 0px; padding-top: 0px; padding-right: 0px; padding-bottom: 0px; padding-left: 0px; ">

    Fresnes (Val-de-Marne). Sept personnes soupçonnées de prosélytisme agressif dans cette maison d'arrêt ont été identifiées et déplacées vers d'autres prisons.

    Fresnes (Val-de-Marne). Sept personnes soupçonnées de prosélytisme agressif dans cette maison d'arrêt ont été identifiées et déplacées vers d'autres prisons. | (Ludovic/REA.)

    <btn_noimpr style="margin-top: 0px; margin-right: 0px; margin-bottom: 0px; margin-left: 0px; padding-top: 0px; padding-right: 0px; padding-bottom: 0px; padding-left: 0px; ">

     Agrandir le texte

      

    La religion fut son calvaire. Quatre mois après les faits, Antoine* peine toujours à raconter ses soixante-douze jours de détention au cours desquels il a été l'objet de menaces de mort et d'intimidations de la part de codétenus qui voulaient le convertir de force à l'islam, synonyme, pour eux, de salut.

    Son histoire débute fin mai lorsque le jeune homme écope d'une peine de prison de 5 ans pour un viol qu'il a toujours nié. 

    <btn_noimpr style="margin-top: 0px; margin-right: 0px; margin-bottom: 0px; margin-left: 0px; padding-top: 0px; padding-right: 0px; padding-bottom: 0px; padding-left: 0px; ">

     

    A l'issue du verdict, Antoine est incarcéré à la maison d'arrêt de Fresnes (Val-de-Marne) dans le quartier des arrivants.

    Au bout d'une semaine, il est transféré dans une cellule de 9 m2, où deux codétenus l'attendent. « J'ai entamé le dialogue avec le premier mais le second, qui portait une longue barbe, a fait comme si je n'étais pas là », raconte Antoine.

    Une indifférence de courte durée. Au retour d'une promenade, le taiseux apostrophe Antoine.

    « Il m'a demandé la raison de ma présence ici et, surtout, si j'étais croyant, relate-t-il. Je lui ai répondu que j'étais catholique mais que je n'étais pas un fervent pratiquant. Il m'a tout de suite rétorqué que c'était une erreur, car la seule religion digne de ce nom était l'islam ». Il exhibe plusieurs ouvrages religieux et enjoint son codétenu d'« oublier tout ce qu'il a appris à l'extérieur des murs, car son seul salut viendra de sa conversion à la religion musulmane ». Afin de pacifier la situation, Antoine s'engage à lire l'un de ces livres.

    Trois jours après, il demande à s'entretenir avec une psychologue de la prison. « Elle a essayé de temporiser en me disant que les choses allaient rentrer dans l'ordre et que, si je demandais à être déplacé, je risquais d'être au contact de personnes encore plus violentes », se rappelle-t-il.

    Au bout d'une semaine, le jeune homme sort pour la première fois en promenade. « Cinq personnes, dont mon codétenu, m'ont entouré dans un coin de la cour et m'ont menacé en m'expliquant que j'avais plutôt intérêt à lire les livres et à me convertir rapidement. »

    Affolé, Antoine alerte son avocat et les responsables de détention. « Au fil des jours, on hurlait mon nom de famille dans les coursives, en me traitant de balance et en me promettant l'enfer. J'ai supplié d'être transféré au mitard, car je savais que c'était le seul endroit où je serai en sécurité, poursuit-il. Mais je suis resté dans la même cellule.

    J'étais de plus en plus terrorisé. Un soir, mon codétenu m'a parlé des Juifs et a proféré des injures antisémites. Je lui ai dit que, personnellement, je n'avais rien contre cette religion.

    Là, il est entré dans une colère noire. » Le lendemain, Antoine va payer ses déclarations. « En début de soirée, l'un des surveillants a fait entrer dans ma cellule un détenu d'à coté avec une lame d'environ 20 cm dans la main », décrit-il. Le surveillant, qui fait toujours l'objet d'une enquête administrative, est reparti en claquant la porte.

    Pendant une vingtaine de minutes, le jeune homme fait alors face, seul, à son codétenu et son complice : « Ils m'ont prévenu : Si tu ne te convertis pas, tu es un homme mort ».

    Alertée par Antoine de ces nouvelles menaces — corroborées par d'autres témoignages de détenus — la direction de la prison décide de le déplacer dans une autre cellule, sous un faux nom afin d'éviter les représailles.

    Dans le même temps, une fouille de son ancienne cellule est organisée. Au milieu de téléphones portables et de puces téléphoniques, les surveillants découvrent plusieurs livres dont l'un : « Comment convertir un non-musulman ».

    Antoine, pourtant, continue de subir. Quelques jours plus tard, il est battu à coups de pied et de poing par plusieurs détenus dans une coursive.

    Le lendemain, sept personnes soupçonnées de prosélytisme agressif, dont son codétenu, sont identifiées grâce au concours des agents du renseignement pénitentiaire . Elles ont été déplacées vers d'autres prisons.

    Antoine, lui, est libéré mi-septembre.

    Dans l'attente de son procès en appel, il a repris son emploi dans une entreprise de transports en région parisienne. « J'ai connu la prison au sein de la prison, conclut-il.

    Je crois que le procès m'effraie moins que l'idée de recroiser l'un de mes codétenus ».

    * Le prénom a été changé.

    Le Parisien


    0 0

    Exclusif – le RSI réagit en interne à un article de Contrepoints

    Publié le 5 mai 2014 dans Économie

    Contrepoints dressait récemment le portrait d’un « libéré du RSI » qui a quitté le monopole public pour s’assurer ailleurs.

    Le RSI n’a pas mis longtemps à réagir…

    Par Michaël Leduc.

    RSI-LOGO2Après la publication du 08/02/2014 de l’article intitulé « M Leduc,1erlibéré de la sécu » , le service juridique du RSI, n’a pas chômé.

     

    En date du 10/02/2014, (soit 2 jours après la publication !) il a adressé en interne aux directeurs du RSI une lettre (téléchargeable ici) où il indique les arguments à opposer aux contestataires.

    J’ai eu accès à ce courrier « confidentiel », qui multiplie les erreurs et mensonges.

    Tentons d’y voir plus clair, en mettant la lumière sur ce qui a été écrit et surtout ce qui ne l’a pas été.

    En premier lieu le RSI s’inquiète : « du fait de la recrudescence du nombre d’assurés et de mouvements [contestataires] ».

     Plus de 100 000 ! Nous savions que la fronde progressait, mais cela le prouve de manière très claire, et le RSI est conscient que c’est son existence même qui est en jeu.

    Page 2, le RSI glisse un premier mensonge :

    Or, l’article 2.2 de la directive CEE 92/49 stipule que « la présente directive ne s’applique ni aux assurances et opérations ni aux entreprises et institutions auxquelles la directive 73/239 ne s’applique pas ». […]

    Cette directive 73/239 CEE du 24/07/1973 à laquelle il est fait renvoi prévoit expressément qu’elles ne concernent pas « les assurances comprises dans un régime légal de Sécurité sociale ».

    Je vous laisse découvrir une des nombreuses lois françaises qui ont été impactées par  les directives n° 92/49 CEE et n °92/96 CEE et transposées : vous découvrirez plus de 80 articles du code de la sécurité sociale impactés mais aussi le code de la mutualité (mutuelle agricole MSA).

    Il est surprenant que le RSI dise que ces directives passées en loi françaises ne s’appliquent pas à ceux qui « relèvent » du code de la sécu…

    Au sens européen un système légal est un seul système qui s’applique à tous.

    Or en France le système est classé par activité/profession, et le « service » est partagé entre de nombreuses entités RSI, RAM, caisse des dentistes, caisses avocats, le tout sans aucune passation de marché.

    Page 3, un passage intéressant sur les comptes du RSI :

    Ainsi dans l’affaire C238/94 du 26/03/1996 GARCIA précitée, la Cour précisait que « [les] régimes de sécurité sociale qui… sont fondés sur le principe de solidarité exigent que l’affiliation à ces régimes soit obligatoire, afin de garantir l’application du principe de solidarité ainsi que l’équilibre financier. »

    Je vous laisse apprécier quand on sait que la Cour des Comptes n’a jamais reçu les comptes du RSI et que la sécu creuse des abysses de dette pour tout équilibre…

    Rappelons qu’en 2010, comme les trois années précédentes, les trois régimes organisés en réseaux de caisses locales (MSA, RSI et régime des mines) ont fait l’objet d’un refus de certificationpar leurs commissaires aux comptes.

    Ces régimes représentent 55,6% du total des charges des régimes de base de sécurité sociale autres que le régime général et le régime des pensions des agents de l’État ».

    J’ai posé à ce sujet plusieurs QPC, qui ont toutes été « égarées » par le TASS…

    Page 4, une preuve supplémentaire de la négligence de l’État dans la gestion de ces organismes :

    Pour rappel, Le RSI s’est « substitué » aux entités CANAM, CANCAVA, ORGANIC. Or, conformément l’ordonnance n° 2001-350 du 19 avril 20011ces caisses auraient dû être tout simplement dissoutes, mais ne l’ont pas été.

    Autre affirmation fausse, l’idée selon laquelle les caisses RSI ne seraient pas des entreprises :

    La création du RSI n’a ainsi en rien modifié la nature des caisses chargées de sa gestion, organisme qui, conformément à la jurisprudence de la cour de justice (affaires C-159/91 et C-160/91 POUCET et PISTRE du 17/02/1993), ne sont pas des entreprises au sens des articles 81 et 82 du traité CE et ne sont donc pas soumis aux règles concurrentielles.

    Or je vous laisse découvrir l’info greffe de mon RSI : Siren 490 946 068  Siret 490 946 068 00098. En clair ils ont un numéro Système Informatique du Répertoire des Entreprises mais n’en seraient pas ! Cherchez l’erreur…

    Et dans la même lettre page 5, une explication du RSI qui soulève une autre interrogation :

    Comme tous les organismes de droit privé chargés de la mission de service public de la sécurité sociale, les caisses du RSI ont été enregistrées lors de la création du RSI au répertoire SIRENE et se sont vues attribuées un numéro SIRET.

    « Se sont vues attribuées ».

    De quelle façon ? Où est l’appel d’offres, pour mettre en concurrence les différents candidats ?

    Puis la lettre rappelle la nature « non économique » de l’activité du RSA.

    Pourtant celui-ci, comme toute entreprise commerciale, propose ses services à tous les ressortissants européens, y compris en dehors de nos frontières. Il y a là un paradoxe évident.

    Au passage, notons que les frais de traitement de ces « volontaires » seront à la charge des « non volontaires »…

    Toujours Page 5 et 6, sur les statuts, le RSI parle de moi !

    J’ai invoqué lors de mes nombreux procès le droit d’accès aux documents administratifs (accepté par la CADA en date du 16/09/20102).

    Pourtant le RSI a toujours systématiquement refusé l’accès aux documents administratifs. De même, refus des droits au contradictoire, pas plus qu’à l’égalité des armes.

    Le code de la Sécu semble bien restrictif … pas sûr que cela soit en accord avec la jurisprudence européenne sur le sujet !

    Finalement, le RSI indique que ses statuts du RSI n’ont pas à m’être communiqués…car ils ont été publiés au J.O. (pas ceux du RSI A-G en tout cas). Dingue !

    C’est surprenant d’être publié au J.O. et ne pas pouvoir me les communiquer Le RSI indique que « la publicité des statuts des caisses de leur agrément n’étant pas imposée par les textes applicables, son absence ne saurait par conséquent constitue un motif d’illégalité de l’existence des caisses du RSI »… Pris sur le fait, le RSI finira par obtempérer et fournira lesdits documents au juge, « magnanime ».

    Page 9, une subtilité très intéressante pour nous :

    Tout assureur qui fait souscrire un contrat d’assurance couvrant les risques pris en charge par la sécurité sociale un travailleur indépendant ayant une dette de cotisation, s’expose à une contravention de cinquième classe.

    Vous avez bien lu !  « un travailleur indépendant ayant une dette de cotisations », ceux qui n’ont pas de dette en se faisant annuler leurs cotisations par le TASS, n’ont plus de dettes. Si vous faites votre rescrit, plus de facture, plus de dette … LIBRE ! Attention, utiliser une année de report de cotisation et utiliser le « service »,  vous fait avaler l’hameçon, vous vous créez une dette.

    D’autre part si le RSI allait au bout de sa logique, il devrait assigner AMARIZ Ltd en vertu du code de la sécu, afin d’en finir avec les libérés sociaux. CHICHE !

    Mais cela semble bien peu probable, d’une part parce qu’il perdrait à coup sûr, et d’autre part cela risquerait de faire beaucoup de publicité aux caisses privées.

    Enfin, dernière information très importante :

    Du fait de la recrudescence du nombre d’assurés et de mouvements s’opposant l’obligation d’affiliation de cotisation à régimes de sécurité sociale, […] la caisse nationale invite les caisses RSI ainsi que le service contentieux à la plus grande prudence dans l’utilisation de sanctions pénales dont peuvent être passible les assurés, associations et mouvements contestataires.

    En clair, aucun risque de poursuite au pénal, foncez !

    Notes :

     
    1. L’ordonnance n° 2001-350 du 19 avril 2001 relative au code de la mutualité et transposant les directives 92/49/ CEE et 92/96/ CEE du Conseil des 18 juin et 10 novembre 1992 et plus précisément l’article 4 « Les mutuelles, unions et fédérations créées avant la date de publication de la présente ordonnance doivent se conformer au plus tard le 31 décembre 2002 aux dispositions du code de la mutualité annexé à ladite ordonnance. » et l’article 5 «  Les mutuelles, unions et fédérations créées avant la publication de la présente ordonnance qui n’auront pas accompli les démarches nécessaires à leur inscription au registre prévu à l’article L. 411-1 du code de la mutualité dans le délai prévu à l’article 4 sont dissoutes et doivent cesser toutes les opérations qui ne sont pas nécessaires à la liquidation. » 

    2. réf 20103595 nr : en l’absence de réponse de l’administration, la commission estime que ces documents administratifs sont, s’ils existent, communicables à toute personne qui en fait la demande, en application de l’article 2 de la loi du 17 juillet 1978. Elle émet donc un avis favorable 

    3. Source et publication:  http://www.contrepoints.org/2014/05/05/164885-exclusif-le-rsi-reagit-en-interne-a-un-article-de-contrepoints?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

    0 0

    EDITO DE CYRANO

    25 mai : Peut-on se dire patriote et se planquer ?

    Ri7Dupont et dup on s'en fout des grecsDans trois semaines nous connaîtrons le résultat des élections européennes.

    Dans un contexte où la dictature de l’UE se renforce, où son impopularité est grandissante, on ne peut que regretter que ce rejet ne se traduise pas par des grands rassemblements unitaires de tous ceux qui, quelle que soit leur famille politique, militent ouvertement pour le retour de la souveraineté de la France, qui passe par la sortie de l’Europe et de l’euro.

    https://www.youtube.com/watch?v=vJJJUl9ibOk

    Certes, on pronostique un bon score du Front national, certains le placent même en tête des sondages.

    On peut penser que le parti présidé par Marine Le Pen enverra une vingtaine de députés FN-RBM à Strasbourg, sur quatre-vingt-sept.

    Et pourtant, dans le contexte actuel, on ne peut s’empêcher de se dire qu’on passe à côté de quelque chose de bien plus important.

    Parlons d’abord de Nicolas Dupont-Aignan. Même s’il nous irrite par sa couardise sur l’islam, nous devons reconnaître au président de Debout la République un combat exemplaire, depuis toujours, contre les méfaits de la construction européenne.

    Cela rend d’autant plus stupide, pour ne pas dire criminelle, le fait qu’il ait refusé toute perspective d’alliance avec le FN, et veuille présenter des listes partout.

    D’abord, il serait très étonnant qu’il ait un seul élu, au vu des règles du scrutin.

    D’autre part, les 1 ou 2 % qu’il obtiendra seront autant de voix qui manqueront à des députés FN, et permettront sans doute à des européistes d’obtenir des sièges.

    Enfin, des meeting communs FN-DLR seraient un message très positif envoyé à l’ensemble des patriotes.

    https://www.youtube.com/watch?v=hpmcnWmd028

    Continuons par le M’Pep, abréviation mystérieuse qui signifie « Mouvement Pour Une Education Populaire ».

    Ses animateurs sont les anciens dirigeants d’Attac, regroupés autour de Jacques Nikonoff et Michèle Dessenne.

    Ils ont une particularité : ils se réclament d’une gauche républicaine, en rupture avec la social-démocratie, et développent, souvent de manière pertinente, un excellent argumentaire pour sortir de l’UE et de l’euro.

    Ils ont juste un problème : ils courent après Mélenchon, et n’ont comme seule stratégie que de convaincre l’apprenti Mussolini de les écouter, alors que Méluche, qui défendait déjà Maastricht en 1992, continue à militer pour une autre Europe, comme l’ânonnent les socialistes depuis trente ans pour mieux nous enfumer.

    Le M’Pep, d’autre part, essaie laborieusement d’expliquer aux rares Français qui le connaissent que son projet de sortie de l’UE est de gauche, alors que celui du FN serait réactionnaire !

    Résultat, ce groupuscule parle dans le vide. Plus grave, constatant qu’à gauche, personne ne parle comme lui, il appelle à l’abstention aux prochaines européennes, faisant ainsi, de manière stupide, délibérément le jeu des européistes de l’UMP et du PS, qui misent sur une forte abstention pour limiter les dégâts.

    S’ils avaient l’amour de la France et du courage, les animateurs du M’Pep, au lieu de courir après un Mélenchon qui les méprise, et de jouer les chochottes sur le FN, s’afficheraient aux côtés de Dupont-Aignan et de Marine Le Pen, et auraient négocié un ou deux députés au Parlement européen, pour y représenter leur tendance.

    Evoquons l’ancien député-maire communiste, André Gerin.

    Nous avons une certaine tendresse pour celui qui a présidé la mission parlementaire sur le voile intégral.

    Dans une interview récente, celui-ci, que cela soit sur l’immigration, l’islam, l’Union européenne, les dégénérés écolos ou les prétendus socialistes, a exactement la même analyse que le FN.

    Aujourd’hui, Gerin a abandonné tous ses mandats, il est un homme totalement libre. Or, que propose-t-il, une fois ce constat effectué ?

    Au lieu d’en tirer les conclusions qui s’imposent, et de rejoindre le seul débouché politique qui correspond à ses discours, il appelle ses camarades à refonder le Parti communiste !

    Désespérant ! Imaginons, là encore, l’effet produit par la présence d’André Gerin, son passé, son discours, son esprit de résistant communiste, si on le voyait apparaître à une tribune, en compagnie de Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan.

    RI7MyardGérin

    Puisque nous parlons d’André Gerin, comment ne pas évoquer un Jacques Myard, son pendant de l’UMP.

    Vieux grognard gaulliste et laïque (sans doute un des derniers de l’UMP), il ne cesse, dans ses communiqués, de pointer du doigt l’influence de l’Allemagne dans l’UE, et la catastrophe de l’euro fort.

    Contrairement à son ami communiste, Myard est toujours maire, indéboulonnable, de Maisons-Laffitte, et député des Yvelines. Il a aujourd’hui 67 ans. Ce n’est pas l’injurier que de dire qu’il n’a plus rien à prouver, et que sa carrière est derrière lui. Nul ne doute qu’il aime la France, comme Gerin, d’ailleurs.

    Pourquoi reste-il dans un parti qui a trahi la France, et l’a livrée à la dictature des technocrates de Bruxelles, qui nous imposent leurs diktats et veulent en finir avec notre France ?

    Qu’attend-il pour rejoindre le vrai camp des patriotes ?

    Nous ne parlerons pas de cette curieuse énigme qu’est Jean-Pierre Chevènement, qui a réussi l’exploit d’écrire le plus beau réquisitoire contre l’Europe de Bruxelles, « La Faute de Monsieur Monnet », et qui, non seulement n’a jamais été capable de dire clairement qu’il fallait en sortir et revenir au Franc, mais qui continue à laisser le Parti socialiste, qui le hait et le méprise profondément, le prendre pour une serpillière.

    Pourquoi les voyous socialistes se gêneraient-ils, puisque, comme un vulgaire Mélenchon, Chevènement a appelé à voter Hollande, et a été capable, dans le passé, de quémander des listes communes avec les énarques de la rue de Solférino, qui disent pourtant le contraire du MRC depuis toujours sur la question européenne ?

    A présent, il appelle à l’abstention, ce qui va sûrement beaucoup dérangé l’UMP et le PS !

    Enfin, des personnes comme Emmanuel Todd (par ailleurs individu d’une arrogance insupportable) ou Jacques Sapir paraissent sincèrement, sur l’Union européenne et l’euro, sur les mêmes positions que les patriotes.

    Pourquoi se sentent-ils si mal à l’aise à l’idée de le dire aux côtés de Marine Le Pen ou de Nicolas Dupont-Aignan ?

    Certains nous qualifieront sans doute d’utopistes, parce que nous rêvons à des listes communes, et à des meetings communs, regroupant Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Nikonoff, André Gérin, Jacques Myard et Jean-Pierre Chevènement.

    Pourtant, nous continuons de penser que seule la peur de la diabolisation, de la part de derniers nommés, ajoutée à des médiocres calculs politiciens, empêche la concrétisation de cette union des patriotes, qui représente, pour 2017, la seule alternative politique possible à 40 ans de catastrophe de l’UMP et du PS.

    attachment

    COMMANDER LE LIVRE DE FABIEN ENGELMANN

    Du gauchisme au patriotisme, itinéraire d’un ouvrier élu maire d’Hayange, par Fabien Engelmann

    Préface : Itinéraire d’un esprit libre, par Pierre Cassen

    Chapitre 1 : La prise de conscience de la souffrance animale

    Chapitre 2 : Ma découverte de Lutte ouvrière et d’Arlette Laguiller

    Chapitre 3 : La candidate voilée de NPA et ma rencontre avec Riposte Laïque

    Chapitre 4 : Exclu de la CGT pour crime de patriotisme

    Chapitre 5 : Le monde ouvrier, les abandonnés de la gauche

    Chapitre 6 : Mon premier bureau politique au Front national

    Chapitre 7 : Tour d’horizon de l’actualité

    Chapitre 8 : La campagne municipale d’Hayange

    Epilogue : La victoire du 30 mars, par Caroline Alamachère

    18 euros, frais de port compris :

    Paypal : http://ripostelaique.com/acheter-nos-livres/

    Chèque à l’ordre de Riposte Laïque, BP 10001, 78570 Chanteloup

     

    Source et publication:     http://ripostelaique.com/

     

    0 0

    LEYLA

    DE

    ARAGÓN

     

    LA FIN DES ILLUSIONS : QUE FAIRE EN CAS DE CONVOCATION POLICIÈRE?

     ( Petit didacticiel à l’usage des personnes sans expérience des confrontations policières)

    Vous trouvez, un matin, une convocation au commissariat dans votre boîte aux lettres. Inutile de téléphoner, ils ne vous donneront aucun renseignement. Vous pouvez choisir de ne pas y aller, car rien ne prouve que vous l’avez reçue (quoique depuis quelques temps la police se déplace de plus en plus à domicile pour les délivrer) mais imaginons que la curiosité vous y pousse.

    Déjà, si vous êtes convoqué, c’est que ce n’est pas très grave : si ça l’était, ils auraient débarqué chez vous pour vous embarquer! Deux autres points révélateurs : si vous êtes convoqué dans un commissariat de quartier, c’est moins grave qu’au commissariat central; si vous êtes reçu par un policier en uniforme, c’est moins préoccupant que par un officier en civil.

    Habillez-vous et coiffez-vous le plus innocemment possible pour vous rendre sur place. Au début ça se déroule toujours de la même façon : le policier qui vous reçoit commence par dire "Je ne sais plus pour quelle raison je vous ai fait venir" (sous-entendu : ce n’est pas bien grave) puis vous pose quelques questions anodines pour vous mettre à l’aise, vous détendre. Là, première précaution à prendre : même aux questions les plus simples et les plus évidentes, laissez passer quelques secondes avant de répondre; ainsi, lorsque vous serez face à une question embarrassante, le laps de temps que vous mettre à répondre ne leur paraîtra pas suspect.

    Voila que, maintenant, votre interrogateur en vient au vif du sujet : vous avez tenu des propos répréhensibles sur Internet. Là se pose à vous une question cruciale, à laquelle il n’est pas toujours aisé de répondre : comment le sait-il, et en a t-il la preuve?

    Deux grands cas de figure :


    - soit vous avez posté sous votre propre nom, et là évidemment ils n’ont pas eu grand mal à vous identifier!  Tant pis pour vous… tout ça ne fut que vaine gloriole, vous auriez été plus utile en continuant le combat anonymement qu’en vous offrant comme victime expiatoire face à une population amorphe qui pensera que, de toutes façons, c’est bien fait pour vous.

    - soit vous avez posté anonymement, et ils sont remontés à vous via votre IP. Donc la précaution de base à prendre lorsque vous postez, et que vous désirez garder vraiment votre anonymat : le faire toujours sous proxy, même si vous avez un blog wordpress ou quelqu’autre hébergeur américain, ou russe, ou je-ne-sais-quoi : ce qui est sécure aujourd’hui ne le sera pas forcément demain. Rappelez-vous : le mois dernier Twitter a refusé de se soumettre aux diktats du ju!f français :http://rivarol.over-blog.com/article-pied-de-nez-de-twitter-a-l-uejf-114242023.html . Fort bien! Mais ça ne va pas durer, se doute t-on en lisant l’article, car on y apprend que Twitter s’est tout de même dit prêt à coopérer, en proposant de délivrer une commission rogatoire pour obtenir la communication des données, ou engager une procédure «d’exequatur» aux États-Unis ,ce qui permettra au jugement français d’être ratifié par la justice U.S. Ca doit être pour ça que le tout aussi américain facebook a eu balancé des usagers français à la police de leur pays – dont l’auteure de ces lignes.

    Car il faut bien garder à l’esprit que si Twitter n’est pas obligé de donner les IP de ses usagers à la justice d’un pays étranger, rien ne l’en empêche non plus. Concrètement : si la police d’un pays adresse une demande à Twitter pour connaître l’IP d’un internaute "raciste", et si l’employé de Twitter recevant ladite demande s’appelle N’diaye ou Levy, il y a toutes les chances pour qu’il accède aussitôt à la requête policière étrangère… d’ailleurs ça se précise :http://www.usinenouvelle.com/article/fleur-pellerin-twitter-a-tout-interet-a-s-adapter-a-la-loi-francaise.N189095

    Oh! Certes, les proxys ne sont pas la parade absolue, mais il faut savoir qu’une demande d’identification coûte entre 60 et 70€ à l’organisme qui la fait. Si l’IP obtenue est celle d’un  proxy , il faut encore faire de longues – et donc coûteuses ! – recherches. Et il faut que les IP obtenues soient recevables en justice, donc obtenues légalement et pas par des bidouilleurs inféodés à la police! Ajoutez à cela que, pour « bétonner » le dossier, il vaut mieux qu’ils aient plusieurs posts de la même personne, et là on arrive vite à plusieurs centaines d’euros… or vu les nombre de blogs dénonçant le sionisme etc… il est douteux qu’ils fassent ça pour tous. Ils ne condamneront que les plus faciles : ceux qui postent sous leur véritable IP, ceux qui reconnaissent spontanément les faits, se laissant impressionner etc… donc face à votre interrogateur, niez pour l’obliger à produire ses preuves. S’il n’en a pas, il bluffe, alors ne vous laissez pas impressionner par ses menaces. Si ce sont des captures d’écran, sommez-le de produire la preuve qu’elles ont été faites au commissariat, par un officier de police judiciaire, et non pas apportées par un citoyen lambda – si tel est le cas, criez au faux. Passez l’après-midi en garde-à-vue s’il le faut, ça sera toujours mieux qu’une amende ou une peine de prison avec sursis six mois plus tard, car il faut savoir qu’en cas de mise en GAV l’avocat que vous devez très légalement rencontrer dans la première heure n’aura pas accès à votre dossier, et que vous ne le verrez plus pendant vingt heures.

    En toutes circonstances demeurez calme et courtois : les fonctionnaires de police font juste leur travail, ne leur donnez pas des prétextes pour en faire une affaire personnelle. Lorsqu’ils tempêtent, feignez d’être impressionné, d’avoir peur : tout ce que vous direz ensuite ne leur en paraîtra que plus vrai. Mais surtout – surtout! – à aucun moment ne leur accordez la moindre confiance! Leur boulot, c’est de vous enfoncer, pas de vous aider à mieux vivre.

    Une autre chose, certes désagréable à admettre et même à envisager, mais qui n’en est pas moins vraie : la tentation, proposée par les interrogateurs de la police, de dénoncer des camarades pour obtenir l’indulgence du procureur. Très mauvais calcul! Car dès lors que le prévenu admet être plusieurs à œuvrer, ses amis est lui peuvent être considérés comme "bande organisée" ainsi que définie à l’article 132-71 du code pénal, ce qui contribue à aggraver l’infraction à laquelle elle se rattache à cause de sa préparation, et peut même – selon ce qu’ont fait ceux que vous pouvez avoir la tentation de dénoncer – se transformer en association de malfaiteurs, délit prévu à l’article 450-1 du code pénal! La délation ne vous sauvera donc pas mais fera empirer votre peine!

    Une autre arme employée par les policiers interrogateurs est la présence récurrente de plages de silence, pendant lesquelles ils font mine de taper votre déposition, ou de vérifier quelque chose. Ils savent que les esprits occidentaux n’y sont plus guère accoutumés, et vont chercher à le remplir par n’importe quoi, y compris des babillements révélateurs. C’est là que, si vous n’y prenez pas garde, vous risquez de laisser échapper ce qu’ils ne vous ont pas demandé, et qui va vous enfoncer ! Veillez donc à vous retenir – ou mieux, mais uniquement si vous vous en sentez les capacités, de feindre l’affolement et de lâcher des pseudo-informations qu’ils vont croire révélatrices, mais vont toutes les mener dans des impasses. Mais soyez sûr de votre coup ! Car plus vous en direz, plus il vous sera difficile de vous y retrouver par la suite !

    Si vraiment votre interrogateur est sûr de son coup, parce que vous avez été dénoncé par exemple, il peut vous menacer en affirmant que le procureur va ordonner une perquisition. Rien n’est plus faux, seul un juge peut délivrer la commission rogatoire permettant une perquisition. En revanche le police peut perquisitionner chez vous si vous l’y autorisez, et vous fait alors signer un registre ad hoc. Ca peut vous être proposé comme alternative à la garde à vue – et celle-ci peut être plus ou moins pénible selon les policiers qui vous ont en charge : vous pouvez la passer dans une cellule individuelle, ou une cellule commune avec des clochards ivres qui vous vomissent dessus, et la cuvette des chiottes sans rideaux au milieu de la pièce! A été édité un petit manuel dont le but est de donner corps, par une généralisation du silence, à l’extension la plus universelle possible du sabotage du travail policier, et qui est à télécharger ici http://www.mecanopolis.org/?p=14260  et/ou là :http://1libertaire.free.fr/GavbrochureA5.pdf : lisez-le attentivement . Si vous n’avez pas eu le temps de préparer une fable réaliste, mieux vaut effectivement vous en tenir au mutisme. Sinon, à chaque question demandez « Suis-je obligé de répondre ? », il paraîtrait qu’ils sont censés vous le dire (sans garantie, je n’ai pas eu personnellement l’occasion de vérifier).

    Si vous signez un document, gardez présent à l’esprit que le droit français a ceci de pervers, que cette signature vous engage même si les faits relatés sur le document s’avèrent faux par la suite. Donc si vous avez l’intention de contester ultérieurement un procès-verbal, gardez-vous de le signer : si vous l’avez paraphé, toute contestation devient de ce fait légalement impossible. Certes cela risque de retarder le moment de votre libération, mais gardez à l’esprit que le temps joue pour vous : chaque heure qui passe, une nouvelle affaire vient s’ajouter au travail des policiers, donc au bout d’un moment ils vont avoir envie de se débarrasser de vous.

    Les membres de Stormfront Italie, il y a peu, et de Stormfront Allemagne, voici quelques années, postaient sous proxys et sont tombés quand-même. Comment cela est-il arrivé ? D’une façon ne devant rien à la technologie. Certains d’entre eux se sont montrés trop confiants et ont confié des secrets à de parfaits inconnus rencontrés sur le même forum, ou ont voulu les rencontrer. Sitôt que lesdits inconnus – indics ou ju!fs – ont eu leurs noms et adresses, ils les ont communiqués à un magistrat qui a demandé aux fournisseurs d’accès internet des internautes stormfrontiens de lui communiquer leurs journaux de connexion. Et là, proxy ou pas, c’est cuit – et eux n’ont pas été convoqués, mais bel et bien cueillis au saut du lit ! Il est en effet consternant de voir à quel point certains des nôtres sont imprudents : combien, sans que nous ne leur ayons rien demandé, nous ont envoyé dès la seconde prise de contact des photos très personnelles, parfois même avec leur famille ? Et ça vaut pour les désirs de contact réel : quelle absurdité, alors qu’Internet pour la première fois dans l’histoire de la Résistance à un Ordre Etabli permet de se dispenser de ce facteur de risque que sont les rencontres personnelles!

    Conclusion : si vous n’êtes que convoqué et que vous êtes sûrs que c’est pour des choses sur Internet, c’est qu’ils n’ont pas de preuve formelle contre vous. Vous avez donc amplement le temps de nettoyer votre ordi, et de mettre tous vos document sensibles sur un ou plusieurs disques durs externes que vous dissimulerez dans les communs de votre immeuble, ou quelqu’autre cachette de votre choix. Et même si vous avez posté sous votre vrai patronyme, ce qui signifie qu’ils se sont naturellement dispensés de demander l’IP au FAI, vous pouvez prétendre qu’il ne s’agit pas de vous ! Certes ils vont tempêter, vous demander qui a pu se faire passer pour vous etc… mais éludez, sans IP ils ne peuvent pas le prouver ! Bien entendu le mieux aura été de supprimer le blog ou les messages délictueux dès réception de la convocation. Il n’y a que 1% de chances que la police fasse une demande d’IP après coup, et 99% qu’elle classe l’affaire sans suites tellement elle est débordée d’affaires qu’elle juge bien plus graves !

    Appendice : les proxys. Vous en avez de deux sortes : les « prêts-à-l’emploi » , telshttp://kuvia.eu , http://kproxy.com/ etc (une brève recherche sur le Net vous en montrera des dizaines d’autres) et ceux sous forme de logiciel à installer sur votre ordi ( comme https://www.torproject.org/ ) qui doit être, lui, lancé avant de vous connecter. Ceci fait, vérifiez avec http://mon-ip.com que votre IP est bien modifiée. La connexion en est fortement ralentie, mais permet un anonymat plus que relatif : on peut toujours remonter à vous mais c’est long et onéreux, surtout si, par exemple, après avoir lancé TOR vous postez en plus via un des proxys « prêt-à-l’emploi » précité. A moins de programmer un attentat vous pourrez donc poster avec une assez grande sérénité !GirlComputerLove


    0 0

     

    Pour la Cour “européenne” de justice, les islamistes turcs peuvent venir coloniser un pays sans en apprendre la langue

    5 Mai 2014, 07:38am

     | 

    Publié par Thomas Joly

    Une Turque avait porté plainte contre l’Allemagne, qui ne lui a pas accordé le bénéfice du regroupement familial, face à son refus total d’intégration. L’islamiste ne maîtrisait pas les rudiments de l’allemand, une nécessité pour postuler théoriquement à la résidence en Allemagne ; et elle refusait de faire ce minime effort par défi et provocation contre l’Allemagne.

    L’affaire a été portée devant la Cour “européenne” de justice (CEJ) où un juge a décrété que les États membres de la dictature européiste n’avaient pas le droit d’imposer ce genre de restriction, au motif qu’elle violerait un accord avec la Turquie.

    Source


    0 0

     

    Le général Favier propose de saisir les avoirs criminels pour financer la rénovation des casernes de gendarmerie

     
     
     

    En novembre 2012, le député de la Haute-Vienne, Daniel Boisserie, déplorait dans un rapport le manque d’investissement dans les casernes domaniales de la Gendarmerie nationale. « L’état parfois très dégradé du casernement pose désormais des problèmes en termes de sécurité et, à moyen terme, sur la motivation des personnels », avait-il expliqué, en faisant valoir que « être logés en caserne » pour un gendarme n’était pourtant pas un privilège, mais la simple contrepartie des sujétions liées au statut militaire ».

    « Une centaine de casernes domaniales exigeraient des interventions urgentes (dont certaines des mises aux normes en matière de sécurité – électricité, incendie, ascenseurs…) », avait indiqué M. Boisserie, qui estimait nécessaire à l’époque un investissement de « 200 à 300 millions d’euros par an pour remettre le parc à niveau ».

    Seulement, comment faire quand les crédits de la gendarmerie suffisent à peine à couvrir une année pleine? En octobre dernier, son patron, le général Denis Favier, avait tiré la sonnette d’alarme, lors d’une audition parlementaire. « La ressource ne permet plus d’assurer un niveau satisfaisant de fonctionnement et d’investissement », avait-il prévenu…

    Pour autant, il y aurait sans doute une solution. Invité le 30 avril à s’exprimer à nouveau devant des députés (peu nombreux…) de la mission d’information sur la lutte contre l’insécurité sur tout le territoire, le général Favier a été interrogé sur ce sujet par le président Jean-Pierre Blazy.

    « La question de l’immobilier est pour moi un sujet de grande préoccupation (…) Il faut qu’on puisse loger les gendarmes sur tout le territoire. C’est une question  liée à l’exécution du service. C’est lié aussi au statut du gendarme », a répondu le général Favier.

    Or, a-t-il poursuivi, « nous sommes clairement en grande difficulté » sur le logement domanial (casernes qui appartiennent à l’Etat, d’autres étant gérées par les collectivités locales, ndlr). « Il nous faut dégager des fonds pour entretenir le domanial et il nous faut travailler sur des financements innovants », a dit le général Favier.

    De quel type? « Je porte un dossier qui consiste à travailler sur les avoirs criminels », a-t-il avancé.

    Ceux saisis par la gendarmerie ont atteint le montant de 101 millions d’euros en 2013.

    « C’est une somme importante et on pourrait imaginer que si demain, on en fait 150 (millions), une partie du delta de 101 à 150 puisse être reversée » au budget de la gendarmerie « pour contribuer à l’entretien de l’immobilier domanial », a expliqué le DGGN.

     

    Source:   http://www.opex360.com/2014/05/03/le-general-favier-propose-de-saisir-les-avoirs-criminels-pour-financer-la-renovation-des-casernes-de-gendarmerie/


    0 0

    Lundi 5 mai 2014

    Selon la légende de la vidéo toujours active sur YouTube, les USA, l’UE et l’OTAN ont déstabilisé l’Ukraine en provoquant une révolution artificielle par la violence, en faisant renaitre le fascisme, en installant un régime pro-fasciste et en essayant aujourd’hui de déclencher une guerre civile dans le pays.

    Plus de 900 000 ukrainiens ont déjà quitté le pays depuis 2 mois et fui vers la Russie.



    0 0
    0 0

    QUAND DE TRÈS JEUNES FILLES PARTENT EN SYRIE FAIRE LA « DJIHAD DU SEXE »…

     
    Quand de très jeunes filles partent en Syrie faire la « djihad du sexe »…

    Unknown-36 Par Anne Lauwaert

     

    Le drame de vos enfants et de vos familles va-t-il enfin être l’occasion pour regarder l’islam en face?

     

    Vous, maintenant, vous êtes personnellement confrontés à la réalité.

    Qu’allez-vous faire? Allez-vous vous résigner? Allez vous laisser continuer les choses ou bien allez-vous vous interroger?

    Non, vous n’êtes pas seul, il y a des centaines de personnes qui partagent votre souffrance. Allez-vous prendre contact avec les autres parents qui sont dans votre cas et créer une association de parents d’enfants victimes de l’islam?


    Non, ce n’est pas possible, elles ne sont pas en Syrie, elles vont rentrer saines et sauves, après une fugue bête comme toutes les fugues… Mais tous les autres ? Ceux dont on sait qu’ils ne rentreront plus jamais…

    Un drame secoue l’Autriche :  Sabina Selimovic et Samra Kesinovic, deux ravissantes adolescentes de 15 et 16 ans, élèves modèles,  ont disparu de leur domicile depuis le 10 avril. https://www.google.ch/search?q=samra+sabina+images&rlz=1C2EODB_enCH524CH524&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=bxJaU6HNGsfFtQbHkYHQBA&ved=0CCwQsAQ&biw=1011&bih=651

    Selon les services secrets turcs elles se trouveraient en Syrie… Comment deux adolescentes ont-elles pu prendre l’avion sans qu’on ne les arrête ?

    Elles ont laissé un message à leurs parents : « Nous sommes sur la bonne voie. Nous allons en Syrie combattre pour l’islam.

    Nous nous reverrons au paradis. »  Leurs parents s’étaient installés à Vienne après avoir fui la guerre en Bosnie.

    Rebelote : les parents n’ont rien vu venir et tout d’un coup, c’est la tragédie… Si elles ne reviennent pas… mais si elles reviennent comme nous le dit la presse maghrébine depuis des mois…

    20/09/2013 à 17:28 Par Jeune Afrique :http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20130920171357/

     << Elles sont probablement des centaines.

    Si aucun chiffre officiel n’existe, les jeunes Tunisiennes parties en Syrie pour faire le « jihad du sexe » sont une réalité, a indiqué, jeudi 19 septembre 2013, le ministre de l’Intérieur tunisien Lofti ben Jeddou, lors d’une audition devant les députés. (…) elles partent en Syrie afin d’assouvir les besoins sexuels des combattants islamistes. (…)

    Elles ont des relations sexuelles avec 20, 30, 100 jihadistes, a déclaré le ministre à la tribune de l’Assemblée nationale constituante (ANC) Après ces rapports sexuels qu’elles ont au nom du jihad al-nikah (« la guerre sainte du sexe », NDLR), elles reviennent enceintes » (…).

    Le jihad al-nikah permettant des rapports sexuels hors mariage avec des partenaires multiples est considéré par certains dignitaires salafistes comme une forme légitime de guerre sainte.>>

     Si Samra et Sabina reviennent… elles seront probablement enceintes, de père inconnu, possiblement contaminées par le SIDA et certainement psychologiquement dévastées… elles ont 15 et 16 ans…

     Moi aussi j’ai des enfants et des petits-enfants, alors je m’adresse à ces parents.

    Vous n’avez rien vu venir… Vous avez transmis l’islam à vos enfants? Les avez-vous encouragées à pratiquer? Avez-vous été fiers de les voir pratiquer pieusement,  de les voir porter le foulard?

    Quand elles ont mis le foulard, n’était-il pas déjà trop tard ?

    Si elle rentre, votre fille aura été violée des dizaines de fois par des inconnus qui d’une main brandissent le coran et de l’autre la tête qu’ils viennent de couper?…

    N’aurait-il pas mieux valu pour tout le monde que votre fille découvre la vie dans les bras d’un condisciple qui lui aurait offert des chocolats et des fleurs, l’aurait emmenée au cinéma pour lui voler un p’tit baiser?

    Ne vaudrait-il pas mieux pour tout le monde que tous nos enfants découvrent les premiers émois de façon naturelle, sans tabous religieux, même sur la banquette arrière de la voiture de papa?

    Qu’auriez-vous fait si, au contraire, votre fille avait porté la minijupe et était rentrée en vous présentant un amoureux, peut-être même un non-musulman… Auriez-vous fait comme ce père de famille qui en 2009 a égorgé sa fille à Pordenone parce qu’elle voulait vivre comme une italienne avait un amoureux italien?

    Que pensez-vous du crime d’honneur ?

     Et maintenant qu’allez-vous faire? Chercher le coupable? Non ce n’est pas Internet, ni l’imam, ni les fréquentations à risque… Eux ne font que répéter ce que dit l’islam.  Le jihad est dans l’islam, il n’y a pas à en sortir…

    Le savant  Abul a’la Maudoudi écrit dans “Comprendre l’islam”, un de ces petits livres que n’importe qui peut trouver dans n’importe quelle librairie musulmane: <<  Dans le langage de la shari’ah, ce mot (jihad) est utilisé plus particulièrement pour la guerre qui est déclarée uniquement au nom d’Allah contre les oppresseurs et le ennemis de l’islam.

    Ce sacrifice suprême incombe à tous les musulmans  (…) tout le monde doit être volontaire pour le jihad. (…) le jihad est le devoir primordial des musulmans (…) celui qui s’y soustrait est un pêcheur. (…)

    Dans le jihad il sacrifie l’argent, le matériel, et tout ce qu’il a jusqu’à sa vie. (…)

    Le plus grand sacrifice pour la cause de Dieu est le jihad car là l’homme sacrifie non seulement sa vie et ses biens pour la cause de Dieu, mais il détruit aussi ceux des autres. >>

    El Bokhari explique la “guerre sainte” dans le deuxième tome  de “Les traditions islamiques” de la page 280 à la page 379…

     Il y a des milliers de jeunes qui ont écouté ces paroles et les ont mises en pratique… et maintenant qu’allons-nous faire? Qu’allez-vous faire?

    Oh, je sais bien que vous allez me répondre que ça, ce n’est pas le véritable islam, que le véritable islam c’est celui que le même Abul a’la Maudoudi décrit deux lignes plus bas << Il est interdit toute effusion de sang inutile, d’attaquer les vieillards, les femmes, les enfants, les malades et les blessés.>>

    C’est au choix: selon la commodité du moment on invoque l’un ou l’autre.… Mais c’est toujours le même islam et à la foire du Bourget “il y avait du jihad à tous les étals…”

    http://www.enquete-debat.fr/archives/djihad-a-tous-les-etals-au-rassemblement-des-musulmans-2014-de-luoif-reportage-47095

    Vous, maintenant, vous êtes personnellement confrontés à la réalité.

    Qu’allez-vous faire? Allez-vous vous résigner? Allez vous laisser continuer les choses ou bien allez-vous vous interroger? Non, vous n’êtes pas seul, il y a des centaines de personnes qui partagent votre souffrance.

    Allez-vous prendre contact avec les autres parents qui sont dans votre cas et créer une association de parents d’enfants victimes de l’islam?

    Allez-vous consacrer le restant de votre vie à combattre cette religion qui a détruit la vie de vos enfants et la vôtre?

    Le drame de vos enfants et de vos familles va-t-il enfin être l’occasion pour regarder l’islam en face?

    http://www.tio.ch/News/Estero/788366/Samra-e-Sabina-gia-in-Siria-e-spose-di-ribelli-islamici/

    Samra et Sabina, elles ont 15 et 16 ans… Non, ce n’est pas possible, elles ne sont pas en Syrie, elles vont rentrer saines et sauves, après une fugue bête comme toutes les fugues… 

    Mais tous les autres ? Ceux dont on sait qu’ils ne rentreront plus jamais…

    Source     http://www.delitdimages.org/quand-de-tres-jeunes-filles-partent-en-syrie-faire-la-djihad-du-sexe/

    0 0

     
    Lundi 05 Mai 2014 à 13:03 (mis à jour le 05/05/2014 à 13:08)

    Aide médicale de l’État : plus de 3000 euros par bénéficiaire

     

    Manifestation de sans-papiers. Photo © SIPA

    Immigration. Créée par Lionel Jospin et Martine Aubry en 1999, l’aide médicale de l’État (AME) permet auximmigrés clandestins résidant sur le territoire français une prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale, sous réserve qu’ils répondent à trois conditions : justifier de leur identité, résider en France depuis trois mois et disposer de ressources inférieures à un certain plafond (716 euros par mois pour un individu célibataire).

    Depuis sa création, le nombre de sans-papiers bénéficiaires de cette aide publique a quadruplé, passant de 73 000 en 2000 à 270 000 aujourd’hui.

    Les crédits consacrés par l’État à l’AME ont connu une croissance plus importante encore : 560 millions d’euros ont été alloués à cette aide pour le budget 2014, contre 75 millions d’euros en 2000.

    Si importants qu’ils soient, ces crédits votés chaque année par le Parlement ont été régulièrement sous-évalués : l’État a par conséquent contracté une dette à l’égard de la Sécu, à laquelle il est censé rembourser les frais liés à l’AME…

    Pour l’année 2011, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) avait estimé le coût total de cette aide à 640 millions d’euros.

    Et pas loin d'un milliard cette année, selon Claude Goasguen.

    >> Vous souhaitez défiscaliser ? Téléchargez gratuitement le « guide Loi Duflot 2014 »

     

    Source:         http://www.valeursactuelles.com/société/aide-médicale-l’état-plus-3000-euros-bénéficiaire


    0 0

    Rappel : dîner-débat avec Roland Hélie et Thomas Joly à Amiens le vendredi 16 mai

    5 Mai 2014, 07:52am

     | 

    Publié par Thomas Joly

    Vendredi 16 mai à Amiens, Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France, accueille Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, pour un dîner-débat qui aura pour thème « Pour une nécessaire synthèse nationale ».

    Il sera possible lors de cette soirée de se procurer les dernières publications de la revue Synthèse Nationale.

    Le menu est le suivant : Kir - Ficelle picarde - Confit de canard/Pommes de terre sautées - Pain perdu - Café et vin compris. La participation est de 25 € à régler sur place.

    Renseignements et réservations : 06.09.96.44.37 ou thomasjoly60@yahoo.fr 


    0 0

    Rappel : dîner-débat avec Roland Hélie et Thomas Joly à Amiens le vendredi 16 mai

    5 Mai 2014, 07:52am

     | 

    Publié par Thomas Joly

    Vendredi 16 mai à Amiens, Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France, accueille Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, pour un dîner-débat qui aura pour thème « Pour une nécessaire synthèse nationale ».

    Il sera possible lors de cette soirée de se procurer les dernières publications de la revue Synthèse Nationale.

    Le menu est le suivant : Kir - Ficelle picarde - Confit de canard/Pommes de terre sautées - Pain perdu - Café et vin compris. La participation est de 25 € à régler sur place.

    Renseignements et réservations : 06.09.96.44.37 ou thomasjoly60@yahoo.fr 


    0 0

    CENTRAFRIQUECentrafrique: attaque d'un détachement français, des rebelles tués Des combats ont opposé lundi au nord-ouest de la Centrafrique un détachement de la force française Sangaris et une colonne lourdement armée qui a attaqué et dont plusieurs éléments ont été tués, a indiqué mardi l'état-major à Paris.Les affrontements se sont produits à environ 450 km au nord-ouest de Bangui et ont duré quelque trois heures, avec appui aérien d'avions de chasse français venus de N'Djamena, selon cette source. Il n'y a pas eu de blessé français.Les combats se sont interrompus à la tombée de la nuit, une partie de la colonne adversaire ayant été détruite, avec "plusieurs individus tués", d'autres attaquants s'étant "exfiltrés".La nuit a été calme et les soldats de Sangaris procédaient mardi à des patrouilles dans cette zone difficile d'accès, où la force africaine Misca était absente et où des exactions ont été rapportées."Des éléments de Sangaris ont été attaqués par un groupe armé important, d'une quarantaine d'individus, engagés dans un raid sur une route provenant du nord de la RCA et allant en direction du village de Boguila", a précisé à l'AFP le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l'Etat-major.La colonne de rebelles était équipée de motos, de pick-up et lourdement armée, selon le colonel Jaron.Les Français menaient une mission de "reconnaissance" entre Bossanga et la ville de Paoua, située vers l'extrémité nord ouest du pays. "Arrivés à hauteur de Boguila, nous avons eu des renseignements sur un mouvement d'une colonne de groupes armées".La colonne ennemie a immédiatement engagé le combat "pour s'emparer de notre position", a raconté le colonel Jaron, refusant, pour raisons de sécurité, de préciser les effectifs français engagés dans cette opération. Les soldats de Sangaris s'étaient déployés pour protéger Boguila et barrer la route à la colonne"."Face à l'agressivité de cet adversaire, la force française a eu recours à de l'armement lourd, mortiers, missiles anti-chars. Il y a eu un appui aérien d'avions de chasse venus de N'Djamena", selon le responsable militaire.Le dispositif français Epervier est en place au Tchad depuis février 1986. Il comprend un groupement Air d'environ 150 militaires et une douzaine d?aéronefs stationnés sur la base de N?Djamena qui assure, entre autres, des missions de chasse et de reconnaissance (Rafale et/ou Mirage 2000D).Sangaris, opération française de pacification de la Centrafrique, pays qui est le théâtre de troubles et de violences meurtrières, a débuté le 5 décembre. C'est dans cette zone nord-ouest de la RCA, Nanga Boguila, qu'a eu lieu samedi l'attaque d'un centre de soins de Médecins sans frontières qui a fait 22 morts dont trois employés de cette organisation non gouvernementale.Source : AFP – 6 mai 2014

    CENTRAFRIQUE

    Centrafrique: attaque d'un détachement français, des rebelles tués 


    Des combats ont opposé lundi au nord-ouest de la Centrafrique un détachement dela force française Sangaris et une colonne lourdement armée qui a attaqué et dont plusieurs éléments ont été tués, a indiqué mardi l'état-major à Paris.


    Les affrontements se sont produits à environ 450 km au nord-ouest de Bangui et ont duré quelque trois heures, avec appui aérien d'avions de chasse français venus de N'Djamena, selon cette source. Il n'y a pas eu de blessé français.


    Les combats se sont interrompus à la tombée de la nuit, une partie de la colonne adversaire ayant été détruite, avec "plusieurs individus tués", d'autres attaquants s'étant "exfiltrés".


    La nuit a été calme et les soldats de Sangaris procédaient mardi à des patrouilles dans cette zone difficile d'accès, où la force africaine Misca était absente et où des exactions ont été rapportées.


    "Des éléments de Sangaris ont été attaqués par un groupe armé important, d'une quarantaine d'individus, engagés dans un raid sur une route provenant du nord de la RCA et allant en direction du village de Boguila", a précisé à l'AFP le colonel Gilles Jaron, porte-parole de l'Etat-major.


    La colonne de rebelles était équipée de motos, de pick-up et lourdement armée, selon le colonel Jaron.
    Les Français menaient une mission de "reconnaissance" entre Bossanga et la ville de Paoua, située vers l'extrémité nord ouest du pays. "Arrivés à hauteur de Boguila, nous avons eu des renseignements sur un mouvement d'une colonne de groupes armées".


    La colonne ennemie a immédiatement engagé le combat "pour s'emparer de notre position", a raconté le colonel Jaron, refusant, pour raisons de sécurité, de préciser les effectifs français engagés dans cette opération.

    Les soldats de Sangaris s'étaient déployés pour protéger Boguila et barrer la route à la colonne".
    "Face à l'agressivité de cet adversaire, la force française a eu recours à de l'armement lourd, mortiers, missiles anti-chars.

    Il y a eu un appui aérien d'avions de chasse venus de N'Djamena", selon le responsable militaire.


    Le dispositif français Epervier est en place au Tchad depuis février 1986. Il comprend un groupement Air d'environ 150 militaires et une douzaine d?aéronefs stationnés sur la base de N?Djamena qui assure, entre autres, des missions de chasse et de reconnaissance (Rafale et/ou Mirage 2000D).


    Sangaris, opération française de pacification de la Centrafrique, pays qui est le théâtre de troubles et de violences meurtrières, a débuté le 5 décembre. 


    C'est dans cette zone nord-ouest de la RCA, Nanga Boguila, qu'a eu lieu samedi l'attaque d'un centre de soins de Médecins sans frontières qui a fait 22 morts dont trois employés de cette organisation non gouvernementale.

    Source : AFP – 6 mai 2014


    0 0

     

     
     

    lundi 5 mai 2014

    Communiqué de presse de Carl Lang

     





    Elections européennes 2014 : Le Parti de la France soutient Jean-Claude Martinez dans le Sud-Ouest et Cyril Brun dans le Nord-Ouest.



    Des candidats représentant Le Parti de la France figurent sur les listes FORCE VIE menées par Jean-Claude Martinez dans la circonscription électorale du Sud-Ouest et Cyril Brun dans la circonscription électorale du Nord-Ouest.
     
    Carl Lang et Le Parti de la France appellent leurs militants et sympathisants à s’associer à la campagne électorale de ces deux listes afin de faire entendre aux électeurs d’autres messages que ceux des partis du système politico- médiatique qui confisquent la démocratie à leur profit et se partagent non seulement les dizaines de millions d’euros du financement public mais aussi la quasi intégralité des temps d’antenne sur les radios et télévisions nationales.
     

    La participation du Parti de la France à ces deux listes s’inscrit dans notre volonté commune de défendre nos valeurs européennes de civilisation, le modèle familial basé sur l’union d’un homme et d’une femme,  la vie selon l’ordre naturel et notre conception de la grande Europe des Patries.

     

    Le Parti de la France
    6, Allée des Templiers
    78860 Saint Nom La Bretèche

    Tel : 09 67 17 81 36 - Fax : 01 41 10 81 36
    Email : lepdf@orange.fr


    0 0

    06/05/2014

    Tariq Ramadan au gouvernement français: "Vous ne serez pas en paix tant qu'il n'y aura pas de justice dans les banlieues"

    Le boutefeu Tariq Ramadan était encore autorisé à prêcher au Rassemblement de l'UOIF par le ministère de l'Intérieur, alors que cette vidéo où il conditionne la paix des islamistes avec la république est en ligne depuis 2012, filmée à la mosquée de Mâcon :

    Un court extrait de la conférence donnée par Tariq Ramadan devant les fidèles Musulmans macônnais en mai 2012, en gras italique ci-dessous :

    « Qu’est-ce que vous apportez à la France ? Cette spiritualité de la paix. Est-ce que vous êtes des agents de paix dans ce pays ? c’est quoi un agent de paix dans ce pays ? C’est quelqu’un qui peut dire au gouvernement français : « tant qu’il n’y aura pas de justice dans vos banlieues, vous ne serez pas en paix ici ! Tant qu’il n’y aura pas d’égalité d’accès au travail vous ne serez pas en paix, et nous on est des agents de la paix ! Ça veut dire quoi ?

    Qu’on est des agents de la justice, des agents de la dignité, la façon dont vous regardez les Arabes, ça ne tient pas, et on ne laissera pas faire ! Parce qu’on est solide, qu’on ne sera pas agressif, mais on sera juste. »
    [59:00] source

    emeutes.jpg

    Discours qui ne surprennent plus depuis que Tariq Ramadan fit une tournée avec le mouvement du « Printemps des quartiers populaires » en 2012.

    Le mouvement se présente comme les continuateurs des révoltes du ramadan 2005 contre la république :

    "Puisant notre énergie et notre inspiration dans la révolte des quartiers en 2005,( NDLR: 9000 voitures vandalisées, 200 millions d'euros de dégats, 126 policiers et gendarmes blessés durant les affrontements) dans les luttes pour l'égalité réelle, dans l'élan révolutionnaire des peuples du monde arabe et la lutte du peuple palestinien pour ses droits, dans les mobilisations exemplaires en Afrique, à Mayotte et celles des «Indignés» de la Grèce aux Etats-Unis, de l'Espagne au Chili, nous refusons de n'imaginer le futur que sous la forme d'une droite libérale, sécuritaire et raciste"suite

    Sandra Ores, de Menapress  assista le 8 décembre 2012 à une réunion des individus et des mouvements signataires, dont Tariq Ramadan et Houria Bouteldja (qui anime des meetings avec le portrait de l'ex patron du Hamas en déco): 

    "J’avale de travers, lorsque le premier intervenant de la soirée affirme que le Printemps des quartiers s’inscrit « dans la dynamique des émeutes de 2005 », émeutes menées en majorité par des jeunes d’origine maghrébine, ayant commencé en banlieue parisienne et s’étant propagées à travers la France.

    L’état d’urgence avait été déclaré pendant trois semaines, et des milliers de véhicules privés avaient été incendiés, et des commerces mis à sac.(...)

     

    Tariq Ramadan mettra fortement à mal la notion de laïcité : il s’agit « du concept qui va vous mettre dehors ! » ; à l’entendre, les « laïcs » représenteraient les occidentalisés, par opposition au terme « islamistes », que les premiers assimileraient à des retardés.

    C’est ainsi la laïcité qui serait dangereuse ! Faudrait-il s’en débarrasser ? Il répond, péremptoire : « On s’en fiche de la laïcité ! ». (...)

     

    http://www.islamisation.fr/archive/2014/05/06/tariq-ramadan-au-gouvernement-francais-vous-ne-serez-pas-en-5363114.html


    0 0

    Jack Dion
    Directeur adjoint de la rédaction de Marianne et grand amateur de théâtre  
     

     

    Curieusement, le carnage qui a eu lieu à Odessa, où quarante séparatistes ont péri dans l’incendie de la Maison des Syndicats, soulève peu de réactions.

    Pourquoi deux poids deux mesures dans l’émotion et la protestation ?


    Pourquoi le massacre d’Odessa a-t-il si peu d’écho dans les médias ?
    maginons que ce qui s’est passé à Odessa, le 2 mai, ait eu lieu à Maïdan, à Kiev. Imaginons que des révoltés ukrainiens cernés par les partisans de l’ancien régime se soient réfugiés dans la maison des syndicats et que cette dernière ait été incendiée par des forces hostiles, sous les yeux d’une police impassible. Imaginons que l’on y ait retrouvé une quarantaine de cadavres calcinés. 

    Que se serait-il passé ? L’émotion aurait été à son comble dans les capitales occidentales. Les gouvernements auraient crié au meurtre de masse commis par des sbires de Ianoukovitch. Ils y auraient vu la preuve manifeste de mœurs barbares dans une ville si près de l’Union européenne, à quelques heures de vol de Paris. Des intellectuels de renom auraient aussitôt pris l’avion pour Kiev afin de crier leur solidarité. BHL aurait déjà choisi sa chemise blanche spécial média. Des pétitions circuleraient. L’Europe condamnerait. Laurent Fabius invoquerait les valeurs universelles bafouées. 

    Et là ? Rien, ou presque. Pas de protestations, pas de dénonciations, pas d’admonestations, si ce n’est à l’égard de… Moscou — à croire que ce sont des espions russes déguisés en ukrainiens pro-occidentaux qui ont fait brûler ceux qui ne jurent que par la Russie éternelle. Certains, qui ne reculent devant rien, ne sont pas loin de le suggérer. 
     


    Au nom de l’UE, Catherine Ashton a juste demandé une commission d’enquête pour savoir ce qui s’est passé ce jour maudit, comme si chacun l’ignorait. On connaît l’engrenage qui a conduit au face à face entre les séparatistes et les manifestants pro-Kiev. On sait que parmi ces derniers il y avait des activistes d’extrême droite du parti Pravy sektor. Ce sont eux qui ont incendié la Maison des Syndicats avant de regarder griller ceux qui y étaient pris au piège. 

    Des témoignages en font foi, des photos circulent, aucun doute n’est possible. Mais la presse met l’éteignoir, à l’instar du Monde, journal pour lequel quoi qu’il se passe, la conclusion est toujours la même : « La responsabilité russe est écrasante »

    Qu’elle le soit en grande partie, d’ailleurs, c’est vrai. L’affaire de la Crimée en témoigne. Mais Poutine est-il le seul responsable d’une situation qui risque de tourner à la guerre civile ? Comment effacer la réalité de ce qui s’est passé à Maïdan où tout ne s’est pas résumé à une lutte entre des révoltés épris de justice et des agents stipendiés de l’ancien président ? Pourquoi la télévision française n’a-t-elle pas mené le travail d’investigation de la chaine de télé allemande ARD, selon laquelle nombre des morts de Maïdan avaient été abattus par des balles en provenance de leur propre camp ? 

    Sans tomber dans le discours de Moscou, qui rejoue le combat antifasciste de la Seconde guerre mondiale, comment ne pas s’inquiéter de la présence au plus haut niveau de représentants d’une extrême droite qui ferait passer Jean-Marie Le Pen pour un animateur de club de vacances ?

    Comment ne pas s’interroger sur un gouvernement dont la première décision a consisté à s’attaquer au statut du russe comme deuxième langue du pays ?

    Quand il a fait marche arrière, le mal était fait. C’était trop tard. 

    Depuis, la situation va de mal en pis. Dans la partie Est, la Russie alimente de toute évidence des éléments séparatistes sur lesquels elle peut jouer.

    A Kiev, ces derniers sont traités de « terroristes », comme si un révolté de la partie ouest était respectable et que son homologue de l’Est était méprisable. Surenchère contre surenchère. Simplisme contre simplisme.

    Tous les coups sont permis. Jusqu’où ? 

    Or, en France, les médias présentent cette situation d’une manière aussi caricaturale que pendant l’éclatement de l’ex-Yougoslavie.

    De même qu’à l’époque, il y avait les bons bosniaques et les méchants serbes, cette fois, il y a les bons ukrainiens (pro-européens même quand ils sont ultra-nationalistes) et les méchants ukrainiens (pro-russes et donc aussi détestables que le furent les soviétiques). 

    C’est le grand retour du manichéisme et du raisonnement binaire. La réalité n’est jamais analysée dans ses contradictions.

    Nul ne veut voir que l’UE et l’Otan jouent un jeu aussi dangereux que la Russie.

    A la radio comme à a télévision, l’histoire se résume à un raisonnement simple : l’ennemi public n°1, c’est Poutine. 

    Moralité : ceux qui se moquent de l’embrigadement médiatique à Moscou feraient mieux de balayer devant leur porte. 

     

    Source et publication:    http://www.marianne.net/Pourquoi-le-massacre-d-Odessa-a-t-il-si-peu-d-echo-dans-les-medias_a238616.html

    ET AUSSI

    5 mai, 12:55

    Ukraine : La barbarie arrive de l'Ouest

    Ukraine : La barbarie arrive de l'Ouest

    Par La Voix de la Russie | Vendredi 2 mai, les anti-Russes, des groupes fanatisés par le gouvernement de Kiev via l'UE et les États-Unis, soutenant les slogans ouvertement nazis du parti Svoboda, ont mis le feu à la Maison des Syndicats d'Odessa où des pro-Russes s'étaient retranchés après une course poursuite dans les rues.

    La confrontation violente dans la rue avait déjà fait quatre morts et 15 blessés.

    Cernés par les flammes, 46 personnes soutenant la fédéralisation avec la Russie sont décédés brûlées vives.

    Une femme enceinte qui avait survécu au feu a été étranglée. Ceux qui ont pu sauter des fenêtres ont été tabassés. Les responsables se trouvent du côté de l'Ouest, qui par son aide financière (comme le Fonds monétaire international avec Christine Lagarde qui vient d'accorder à Kiev 17 milliards d'euros), son soutien politique, médiatique, au gouvernement de transition de Kiev, ont poussé des jeunes gens (de jeunes femmes) à remplir des cocktails Molotov et à tuer.

    Ioulia Timochenko, soutenue par Berlin, les États-Unis et l'OTAN, a félicité les incendiaires.

    Il n'y a pas de mots pour définir cette tragédie. Les Russes, mais aussi la population occidentale et ukrainienne, ceux qui ont encore un sens de la réflexion, sont très choqués par de tels actes de barbarie.

    Dans la nuit de vendredi à samedi, des troupes soutenant le gouvernement de Kiev ont tiré sur des pro-Russes qui tentaient de les empêcher d'avancer en faisant une chaîne humaine. 10 personnes ont été fusillées.

    Parmi ces troupes portant l'uniforme ukrainien, des miliciens étrangers ont été localisés. Même Bild parle dans son édition du 4 mai dans ses colonnes de l'intervention de la CIA et du FBI en Ukraine pour tuer dans l’œuf les manifestations pro-Russes.

    « Les fascistes de l'OTAN » comme les nomme le directeur du magazineCompact, Jürgen Elsässer, sont avec les États-Unis, l'Allemagne et la France, coupables de soutenir ces massacres.

    Militaires occidentaux en Ukraine. « Le gouvernement ukrainien de transition est conseillé par des douzaines d'agents secrets appartenant à la CIA et au FBI. La mission de ces agents est claire. Ils doivent réduire à néant toutes formes pro-Russes se trouvant dans la partie Est de l'Ukraine » écrit Bild.

    Selon le tabloïd allemand,ces agents ne seraient pas directement impliqués sur le terrain à l'Est du pays, ce qui est faux car un colonel de la Bundeswehr, employé comme espion, a été capturé avec 4 soldats de la Bundeswehr et d'autres soldats étrangers par les pro-Russes avant d'être libérés ce week-end.

    Ces soldats capturés rappellent l'armée secrète de l'OTAN, Gladio. C'est le cas du colonel, Axel Schneider, qui avait pour mission de sonder le niveau de combativité des recrues, de former militairement à l'attaque les troupes armées de Kiev tout comme l'armée ukrainienne.

    Dans un reportage de la radio bavaroise réalisé le 23 avril 2014, deux jours avant son arrestation par les pro-Russes, on entend le colonel expliquer sa mission qui est notamment de faire en sorte que les troupes armées et soldats ukrainiens s'identifient avec leur pays contre la Russie.

    Le colonel, en mission dans l'Est de l'Ukraine, confirme n'avoir pas vu d'agents russes ou des troupes russes pour pousser la population à une escalade du conflit. Dans l'entretien, le colonel de la Bundeswehr parle d'une mission diplomatique.

    Le colonel était en mission dans le cadre de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). L'OSCE, qui a logiquement pour but de favoriser le dialogue, doit, entre autres, veiller à la non-intervention dans les affaires intérieures, au règlement pacifique des différends, au non-recours à la menace ou à l'emploi de la force.

    Le fait que cet officier de l'armée ait eu une mission de diplomate avec d'autres soldats étrangers montre l'énormité du scandale. 

    Dans ce document, nous voyons la carte d'identité militaire du colonel de la Bundeswehr et d'un soldat danois. Un Polonais et un Tchèque se trouvaient avec eux. Peter Gauweiler, le vice-président de la CSU, dénonce l'emploi de soldats de la Bundeswehr sous des vêtements civils : «Cela ne sert pas les intérêts de l'Allemagne », a-t-il indiqué.

    Washington-Berlin-OTAN-coupables. Le gouvernement provisoire de Kiev soutenu par l'OTAN a lancé des formations armées et para-militaires dans l'Est de l'Ukraine.Dans une intervention télévisée, Ioulia Timochenko a remercié les incendiaires de la Maison des syndicats d'Odessa pour leur action criminelle et rajoute qu'elle souhaite interdire toutes les manifestations à venir : « Je tiens à remercier tous ceux qui se sont rendus à Odessa pour combattre pour notre Ukraine. Je voudrais dire qu'à l'avenir, toutes les actions militaires auront lieu contre les réunions importantes de personnes ».

    C'est Ioulia Timochenko qui avait déclaré dans une conversation téléphonique du 18 mars 2014 : « Je suis moi même capable de prendre une mitrailleuse et de tirer dans la tête de ce saligaud de Poutine. Nous devons prendre les armes et tuer ces Russes avec leurs chefs. Je vais employer mes relations pour mettre la Russie à feu et à sang ».

    L'OTAN, François Hollande avec son « conseiller » BHL devenu silencieux, Angela Merkel, soutiennent Julia Timochenko.

    Même le boxeur Vladimir Klitschko, qui a disparu des médias, avec son parti UDAR, est financé par Berlin.

    La barbarie vient de l’Ouest et menace la paix en Europe. N

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur

    http://french.ruvr.ru/2014_05_05/Ukraine-La-barbarie-arrive-de-lOuest-4778/


    0 0

     

     

    Entretien avec Renaud Camus

    Le FN ne doit pas se comporter comme le Parti communiste de jadis !

     

    Entretien avec Renaud Camus

    Que pensez-vous de l’intervention de François Hollande, reçu, pour un chef de l’État, de façon assez cavalière sur RMC ce matin ?

    Mes amis et moi n’avons jamais confondu l’homme et la fonction.

    Nous sommes attachés aux institutions de la Ve République et à la dignité de la présidence de la République. Nous n’avons jamais pratiqué ni approuvé les attaques ad hominem, les plaisanteries idiotes sur les noms et les exhortations du genre « Hollande dégage ! ».

    Cela dit, nous aimerions bien que les chefs de l’État eux-mêmes, qu’il s’agisse de Sarkozy ou de Hollande, se souviennent au moins autant que nous de la dignité de leur fonction.

    Il a annoncé que la proposition de loi sur le droit de vote des étrangers serait présentée avant la fin du quinquennat. Qu’en pensez-vous ?

    J’en pense, bien sûr, que c’est une catastrophe et que ces gens sont en train de vendre le pays — de le donner pour rien, plutôt, de le suicider dans leur seul imbécile intérêt à court terme : d’où l’urgence de signifier au plus vite et de la façon la plus ferme qui soit le refus du changement de peuple et de civilisation, le NON au Grand Remplacement.

    Selon Éric Zemmour sur RTL le 6 mai, l’augmentation des faits de violence en France est due à l’absence de protection de nos frontières. Il parle de véritables razzias, notamment dans nos campagnes. Il a raison ?

    Bien sûr, qu’il a raison. Cependant, pour ma part, je pense surtout aux frontières de l’Europe, qu’il s’agit de protéger de la contre-colonisation et de la colonisation tout court, de la substitution ethnique et civilisationnelle.

    C’est un problème et un drame de nature historique, un problème militaire et diplomatique, un problème de puissance à puissance, entre les États, entre les blocs, entre les civilisations. La lutte contre la criminalité d’origine européenne est de tout autre nature : c’est un problème d’ordre public.

    Vous présentez une liste antiremplaciste dans le Sud-Ouest. Que répondez-vous à ceux qui vous reprochent de diviser le camp des patriotes, voire de créer, par rapport au Front national, une dissidence ?

    Je réponds que nous avons affaire à un scrutin proportionnel, où aucun des partis en présence ne risque de ravir à un autre la juste rétribution en sièges des suffrages obtenus. Je réponds que je ne saurais en aucune façon être « dissident » d’un parti auquel je n’ai jamais appartenu ni de près ni de loin : quand mes propres idées ne peuvent pas s’exprimer, j’appelle à voter pour les siennes, et je le ferai encore, parce que les unes sont les moins éloignées des autres, et voilà tout.

    Je réponds qu’il n’y a pas que le Front national, heureusement, qui soit attaché à la France et au peuple français. Il lui faudra nécessairement des alliés.

    S’il n’en trouve pas, si le sort de notre patrie, de notre peuple, de notre culture et de notre civilisation, n’a pas d’autres défenseurs que lui, nous sommes perdus. Il ne doit pas se comporter comme le Parti communiste de jadis, qui ne songeait qu’à écraser ses alliés potentiels, en ne voyant en eux que des rivaux.

    J’aime bien Marine Le Pen, j’admire son courage et son sens politique, mais je n’ai aucune dette de loyauté à son égard et l’on ne peut pas exiger de moi de soutenir en tout point une politique qui, sur plusieurs points, est contraire à mes convictions.

    Ainsi, je crois que le combat titanesque engagé ne pourra être gagné que par l’Europe unie, qu’il faut changer aussi radicalement – et de l’intérieur – la politique de l’Europe que la politique de la France, que c’est la civilisation européenne qui est menacée, que le sursaut doit avoir les dimensions du continent et que la France ne se sauvera pas seule.

    J’ajouterai que les mêmes qui nous accusent, mes amis et moi, de porter gravement tort au Front national se font un plaisir de prévoir pour nous très peu de voix, ce qui est un peu contradictoire.

    Mais quand bien même nous en aurions beaucoup, nous ne ferions aucun tort aux amis de Marine Le Pen.   Nous ne divisons pas.

    Au contraire, nous élargissons.

    Ecrivain

    Fondateur du NON

     

    http://www.bvoltaire.fr/renaudcamus/fn-pas-se-comporter-parti-communiste-jadis,59032?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=002742721e-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-002742721e-30403221&mc_cid=002742721e&mc_eid=35158644a0


    0 0

    Mercredi 7 mai 2014

    ... rediffusion d’un reportage de 1964 sur l’esclavage dans les pays arabo-musulmans, Qatar, Arabie Saoudite avec la Mecque comme centre névralgique : marché d’esclaves à ciel ouvert, trafic d’enfants par des dignitaires musulmans destinés à finir dans un harem ou un bordel...


    im-copie-36

    https://twitter.com/ThierryMARIANI


     

older | 1 | .... | 126 | 127 | (Page 128) | 129 | 130 | .... | 246 | newer